Histoire de famille (FB - PV Kaito)
Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Histoire de famille (FB - PV Kaito)     Ven 28 Oct - 5:01



La cuisine de Kiri n’avait absolument rien à envier à celle de Suna, sauf peut-être pour les quelques pitoyables malchanceux affligés d’une allergie aux fruits de mer. Kaede, qui venait de terminer le meilleur repas auquel elle avait eu droit depuis des semaines, posa ses baguettes et poussa son bol vide un peu plus loin, faisant signe à l’aubergiste de lui apporter de quoi boire pour terminer le tout en beauté.

Profitant de la tiède caresse des derniers rayons de soleil de l’après-midi sur son visage, elle jeta un coup d’œil par la fenêtre contiguë à sa table, observant shinobis et civils vaquer à leurs occupations habituelles. Autres lieux, autres mœurs, disait-on, et ce village animé illustrait parfaitement le célèbre dicton. Ce n’est pas à Suna qu’on aurait vu autant de gamins jouer librement et sans surveillance dans les rues, hurlant à pleins poumons, insouciants comme… comme des gamins, quoi. L’un d’entre eux la fit sourire : occupé à escalader le poteau d’un étal de marchand, il planifiait clairement chiper l’un des saucissons suspendus à l’auvent. Elle perdit vite le sourire, songeant que chez elle, les enfants avaient plutôt tendance à raser les murs, le jinchuuriki suscitant la terreur dans le cœur de la plupart.

Il était rare que la scientifique s’accorde quelques heures de répit alors qu’il lui restait encore tant de travail à accomplir, et elle n’allait certainement pas commencer aujourd’hui. Elle défit les courroies de son sac et en sortit une liasse de feuilles aux coins écornés, chacune déjà pleine de notes et de schémas, puis quelques pages vierges et de quoi écrire.

Le premier document listait les divers ingrédients, comprimés, potions et poisons que Kaede était venue livrer en mains propres à un collègue de la région, la rareté et la fragilité du lot justifiant qu’elle se déplace elle-même malgré son rang de Jônin. Relisant, elle se félicita de l’affaire avantageuse qu’elle venait de conclure. De la teinture de fleur de cactus, du venin de scorpion noir et quelques décoctions de sa réserve personnelle contre des substances précieuses qu’on ne trouvait qu’ici, cela valait le déplacement. La jeune femme rangea soigneusement la liste. Elle en aurait besoin pour justifier ce voyage si on lui demandait de rendre des comptes une fois rentrée à Suna. Elle était surveillée d’un peu trop près par les fossiles rétrogrades du conseil ces derniers mois.

La seconde page traitait d’un tout autre sujet. Observant pour la énième fois le diagramme tracé avec soin représentant l’arbre généalogique de sa famille, elle fronça légèrement les sourcils. Si seulement sa mère n’avait pas perdu la mémoire avant d’avoir pu lui transmettre les informations les plus cruciales sur le mal héréditaire qu’on se passait de mère en fille chez les Amaya! Et dire qu’elle lui avait enseigné la cuisine et l’art de tenir une maison. L’auteure de ses jours avait un sens des priorités rien de moins que désolant. Kaede traça du doigt la fine ligne rouge qui serpentait d’une génération à l’autre, d’une femme à l’autre, depuis son arrière-grand-mère jusqu’à elle-même. Avant cela, néant. Existait-il quelque part des archives où aurait été consignée l’information manquante sur sa famille? La demoiselle en doutait. Elle allait peut-être devoir renoncer à comprendre d’où venait le problème, et simplement tenter d’en trouver la solution en poursuivant ses expériences sur elle-même... ou les autres.

Décidément, les gosses de Kiri étaient foutrement bruyants. Agacée par les cris de plus en plus stridents, la maîtresse de l’Irou quitta son document des yeux en soupirant et jeta un nouveau regard vers la rue, tentée d’aller dire sa façon de penser à ces gamins mal élevés. Elle réalisa que quelque chose n’allait pas quand elle aperçut la marchande à l’air paniqué, puis l’enfant recroquevillé à ses pieds. Kaede se leva en vitesse, ramassant ses documents d’une main, et courut vers la rue. Les exclamations indignées de l’aubergiste ne la ralentirent pas le moins du monde. Elle règlerait la note plus tard.

Le garçon, d’à peu près 7 ou 8 ans, avait visiblement chuté d’une hauteur considérable et se tordait de douleur sur le sol pavé. N’importe quel péquenaud aurait tout de suite compris pourquoi : une fracture ouverte de la cheville, ça fait mal. Le petit ne proférait pas un son; c’était plutôt la marchande qui s’époumonait à n’en plus finir. Tandis que des passants curieux se rassemblaient, Kaede exigea sèchement le silence et de l’espace, posant non loin son sac et ses papiers que le vent ne tarda pas à éparpiller.

« Allez me chercher du transport pour cet enfant, il faut l’amener à l’hôpital, » lança-t-elle à la foule sur le ton d’une personne habituée à l’obéissance. Peut-être n’était-elle pas chez elle ici, mais la médecine resterait toujours son domaine. Puis elle ajouta plus doucement, à l’intention du blessé :  

« Ne bouge pas. Tout ira bien. Je vais soulager un peu ta douleur en attendant qu’on vienne te chercher. Comment t’appelles-tu? »

Tout en prononçant ces paroles, la Sunajin entama un jutsu médical de base qui aiderait à amenuiser la souffrance du petit.  






Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:52, édité 3 fois
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 144
Date d'inscription : 29/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 600
PE:
60/100  (60/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Histoire de famille


La région dans laquelle se situait le village de Kiri avait toujours été brumeuse. La météo du pays de l'eau était la pire des cinq grandes nations shinobi. L'air y était froid, la pluie se montrait plusieurs fois par semaine et la brume était toujours présente. En plus de cela, la situation du village était très grave. Toutes les conditions étaient réunies pour faire naître la tristesse dans le cœur des gens. Dans la rue, on pouvait rarement voir les villageois de bonne humeur, mais Kaito avait constaté que cela avait changé aujourd'hui. Cette après-midi, on pouvait distinguer quelques percées du soleil malgré la brume. En plus de cela, la température n'était pas très basse, on pouvait même dire qu'il faisait chaud. Ce phénomène se passait rarement à Kiri et pour les villageois s'était quelque chose de magique.

Kaito avait donc décidé de sortir de chez lui et de profiter du beau temps. Demain il a une mission avec son équipe, il devait donc préparer son équipement. Généralement, l'épéiste faisait cela chez lui, mais aujourd'hui il en avait décidé autrement. Il prit avec lui tout le matériel et prit place dans un coin de la rue sous les lueurs du soleil. Kaito constata que l'allure de cette rue avait totalement changé. On pouvait voir le sourire sur les visages et entendre les rires de gens. Les enfants couraient et sautaient partout, on dirait que la vie à Kiri était comme au paradis.

L'aiguisage du Katana était tout un art pour Kaito, il faut de l'expérience pour pouvoir le faire correctement. Plusieurs d'entres les shinobis qui maîtrisent le Kenjutsu, donnent leurs épées à des forgerons pour faire ce genre de procédure, mais pour le Chuunin ces choses-là étaient très importantes. Le ninja doit s'occuper de ces armes lui-même, ainsi il pourra comprendre comment les maniées. Il y a une vraie histoire d'amour entre Kaito et son Katana, mais un jour lointain il devrait laisser tomber cette arme et la remplacer par les Kiba, les deux épées de tonnerre.

Alors que le shinobi était occupé à aiguiser son Katana à l'aide de la meule à pierre qui tournait sur elle-même. Il sentit quelque chose de pas normal se passaient autour de lui. Les cris de joie avaient disparu laissant place à des cris de panique. L’épéiste leva ses yeux et constata une foule de gens qui entourent quelque chose que Kaito n'arrivait pas à voir. Un problème ou quelque chose de grave peut être? Le shinobi sauta de son tabouret d'un coup, courant en direction de la grande masse de gens katana à la main, mais c'était une fausse alerte. En approchant, il distingua un enfant qui apparemment avait un problème à sa cheville. Devant lui, se trouvait une personne. Par les formes de son corps c'était une jeune femme, mais Kaito n'arriva pas à voir son visage qui était caché par ses longs cheveux sombres. Cette femme était sans aucun doute un shinobi médecin puisqu'elle maîtrisait les jutsus médicales parfaitement.

Un petit souffle de vent avait éparpillé éparpiller des papiers se trouvant dans le sac de cette femme. Deux ou trois d'entre eux s'étaient retrouvés entre les pieds de l'épéiste qui ne tarda pas à les attraper d'un geste de la main. Au début, il n'avait pas voulu regarder leur contenu, mais après une grande hésitation Kaito ne put résister et jeta un coup d’œil. Sur le bout de papier était tracé un grand arbre généalogique, certaines case étaient vide. Cette femme était elle à la recherche d'informations à propos de sa famille comme lui  ? Est-ce qu'elle pourrait l'aider à trouver ce qu'il recherche ? Il ne devait pas gâcher cette chance, il ne pouvait plus attendre. Dix-sept ans sont déjà passés sans le moindre indice.

Kaito attendit que l'enfant fut transporté à l'hôpital et que la foule disparaisse pour aller rendre à la femme ce qui l'appartient. La femme était largement plus grande que lui, à cause des rides qu'elle avait sous les yeux, il pouvait dire qu'elle avait trente ans. Ses yeux étaient verts et son bandana montrait qu'elle n'était pas de Kiri, mais de Suna. C'était une bonne chose pour lui, ainsi il pourra lui raconter son histoire, sans prendre de risque de se faire remarquer par les autorités de son village. C'est avec un sourire charmeur que le shinobi s'approcha de la Sunajin, lui tendant ses papiers.

<< Excusez-moi Mademoiselle ! En ayant vos papiers entre les mains, je n'ai pas pu m'empêché de jeter un coup d’œil dans leur contenu. J'ai vu cet arbre généalogique et j'ai beaucoup de questions importantes à vous poser sur ce sujet, si cela ne vous dérange pas bien sûr. >>

Une aubergiste avait surgi de nulle part demandant des Ryo's à la jeune femme. On dirait qu'en accourant pour soigner le petit, elle n'avait même pas prit la peine de payer son repas. Kaito n'hésita pas une seconde pour régler tout cela, en payant à sa place. Il avait toujours appris les bonnes manières. Okuni, l'homme qui l'avait élevé lui avait toujours dit que seul ceux qui savaient comment se comporter vis-à-vis des gens, auront droit à leur amour et à leur aide.

<< Je vous invite à prendre un verre, après tout vous êtes une invitée ici et c'est la moindre des choses de vous offrir quelque chose à boire. L'auberge ferait parfaitement l'affaire. Akhh ! J'ai oublié de me présenter. Je suis Kaito, un chuunin de ce village. >>

Récapitulatif combat:
 
       



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



L’équipe de transport médical réclamée par Kaede ne tarda pas à se présenter sur les lieux de l’accident. La médic hocha la tête, satisfaite de la rapidité et de l’efficacité de l’intervention subséquente. Elle n’en attendait pas moins d’un village caché d’une telle renommée, d’ailleurs. Lorsque le calme fut revenu, elle parcourut du regard la rue qui se vidait graduellement de tous les curieux attirés par l’incident, à la recherche de ses documents éparpillés. Elle ne les voyait nulle part. Une vague inquiétude s’empara d’elle : certains de ces papiers étaient des originaux et elle perdrait un temps fou s’il lui fallait en reconstituer le contenu.

La kunoichi en était à ces considérations lorsqu’elle remarqua qu’un inconnu se dirigeait vers elle. Le teint et la chevelure très clairs, la démarche assurée, elle ne lui donnait pas plus de 20 ans malgré sa silhouette robuste. À son allure générale et à l’arme qu’il portait au côté, il s’agissait sans doute d’un jeune shinobi formé au kenjutsu. Le tatouage en forme de lame qui ornait son visage, juste sous l’un de ses yeux aux singuliers iris blancs, en était un autre indice. Affichant un sourire engageant, il s’adressa à elle tout en lui tendant les précieux documents qu’elle croyait perdus. Il semblait, tout comme elle, se passionner pour la généalogie.

Kaede sourit légèrement. Il n’était ni très poli, ni très prudent de s’intéresser de trop près aux affaires des autres en ces temps incertains, mais elle était forcée d’admettre qu’à la place du jeune homme, elle ne se serait pas gênée non plus. En outre, la scientifique était si soulagée de retrouver le fruit de son travail qu’elle décida d’ignorer ce petit accroc aux convenances.

Au moment où elle s’apprêtait à répondre au nouveau venu, l’aubergiste à qui elle devait le prix d’un repas et d’un verre de saké se mit de la partie, les apostrophant au beau milieu de la rue pour exiger son dû. Mais avant que la demoiselle n’ait le temps de sortir le montant de son sac, l’épéiste s’était déjà chargé de l’acquitter, l’invitant du même coup à prendre un verre. Elle n’hésita pas longtemps. D’abord, il eut été malvenu de refuser l’invitation du Kirijin considérant le service qu’il venait de lui rendre, mais surtout, la généalogie et l’hérédité étaient des sujets qui passionnaient sincèrement la maîtresse de l’Irou. Elle tendit la main au jeune homme.

« Enchantée, Kaito! Je suis Kaede Shimizu, Jônin de Suna. Je ne suis ici que pour peu de temps encore, mais si mon savoir peut vous être utile, il me ferait plaisir de répondre à vos questions. »

Rangeant les papiers dans son sac, elle fit quelques pas vers l’auberge, poursuivant :

« Au fait, merci d’avoir réglé la note, j’ai dû quitter un peu trop précipitamment quand le petit s’est blessé. Ça commence à se remplir, mais je crois que ma table est toujours libre. On s’y installe? »

La médic n'attendit pas la réponse pour s'y diriger. Dans ce coin un peu en retrait, ils pourraient parler tranquillement tout en profitant des dernières lueurs du jour.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:52, édité 1 fois
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 144
Date d'inscription : 29/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 600
PE:
60/100  (60/100)

Voir le profil de l'utilisateur

Histoire de famille


Une fois l'enfant emportait par les secouristes Kirijins, la foule avait commencé à se disperser. Quelques habitants avaient remercié Kaede tout en passant. Kaito n'avait pas douté une seconde que ce shinobi était d'un bon grade. Cette femme avait totalement l'air d'être une Jonin et elle semblait être très forte. La Sunajin avait accepté son invitation après quelques secondes d'hésitation et Kaito espèrait qu'elle puisse l'aider à connaitre son passé.

Kaito ne savait rien sur sa famille et il ne pouvait pas faire confiance au Mizukage et à ses hommes pour l'aider. Il se pourrait que c'est eux qui sont derrière tout ce qu'il lui était arrivé. La situation à Kiri ne lui permettait pas de raconter tout à tout le monde. Une grande chasse aux détenteurs de Kenkei Genkai a été déclaré par Yagura et Kaito avait des doutes. Peut être est-il aussi un de ces détenteurs de ces pouvoirs spéciaux? Il ne pouvait pas le savoir, mais il ne devait pas laisser les hauts gradés le savoir si c'était le cas.

Après avoir remercié Kaede pour avoir accepté de lui donner un peu de son temps, ils se dirigèrent tout deux vers une petite auberge qui se situaient dans la même rue. L'endroit était bien rempli, mais la Sunajin avait choisi une table un peu en retrait par rapport aux autres. Kaito commanda une petite bière. Cette boisson était pas très conseillée pour les shinobis, mais le Kirijin ne pouvait pas se priver de ce plaisir de temps en temps.  Il prit quelques gorgées en attendant que la serveuse apporte la boisson de Kaede pour enfin pouvoir parler. Il regarda de gauche à droite, il y avait plusieurs personnes autour d'eux, mais aucun d'eux  semblait les regarder ou les entendre.

<< Je ne vous connais pas, mais quelque chose me dit que je pourrais vous faire confiance. Je vais vous raconter mon histoire que personne ne connait mit à part l'homme qui m'a élevé. En rentrant chez lui, Okuni m'avait trouvé dans la ruelle où se situait sa maison. Selon lui, ce soir-là, il m'avait vu tomber d'une caravane tirer par deux chevaux qui galopaient à grande allure. >>

Kaito prit quelques secondes silence pour reprendre son souffle et regarder la réaction de Kaede avant de reprendre.

<< Je ne sais pas si vous le savez, mais de nos jours il y a des conflits internes dans nore village. C'est pour cela que je n'ai pas voulu en parler à personne pour éviter l’intérêt du Mizukage sur mon sujet , mais je ne pouvais plus attendre. Il me fallait une réponse à toutes mes questions. >>

<< En regardant vos feuilles de plus près, j'ai pu tout de suite remarquer cet arbre généalogique. Je ne sais pas qui vous êtes, ni qu'est-ce que vous voulez, mais quelque chose me dit que vous pouvez m'aider à connaitre mes parents biologiques ou avoir n'importe quelle information sur ce sujet. Merci pour m'avoir donné de votre temps . >>

Récapitulatif combat:
 
       



avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Histoire de famille (FB - PV Kaito)     Dim 13 Nov - 5:05



Kaede écouta en silence l’histoire que Kaito avait choisi de lui confier bien qu’ils soient encore des étrangers l’un pour l’autre. La situation, pour elle, n’avait rien de particulièrement inhabituel bien que le décor diffère : en tant que médecin, ses patients s’ouvraient à elle sur leurs secrets les plus intimes, espérant de l’aide, des solutions. Après tout, pourquoi ne pas considérer cette rencontre de la même façon, puisque le Kirijin sollicitait lui aussi son aide?

Ainsi, jeune enfant, il avait été secouru par un villageois et ignorait tout de sa famille. La médic pouvait comprendre son besoin d’en apprendre davantage sur ses origines. Elle regarda discrètement d’un côté puis de l’autre. Personne ne les écoutait. Ce qu’il était en train de lui confier à propos des conflits internes du village pourrait s’avérer plus tard un secret bien dangereux à détenir pour l’étrangère qu’elle était, surtout si le Mizukage était concerné. À moins qu’elle ne se trompe, c’était du lourd.

« N’ayez crainte, je ne soufflerai mot à personne de ce que vous m’avez raconté, » murmura la kunoichi.

Elle prit le temps de réfléchir, terminant son verre en silence, puis ajouta, toujours à voix basse :

« Vous avez vu juste, la généalogie est un sujet qui me touche de près et j’ai eu le temps de me familiariser avec cette science. Un mal héréditaire ronge ma famille, et c’est pour tenter de l’éradiquer que j’étudie ses origines. Par contre, il me faudrait un peu plus d’information pour pouvoir vous être d’une quelconque utilité. Une piste intéressante serait de consulter les archives de Kiri si vous ne l’avez pas déjà fait. Il est presque certain que les registres des naissances y sont conservés, et vous y trouveriez peut-être un indice sur la vôtre. Bien sûr, en tant qu’étrangère, ce n’est pas le genre d’information à laquelle on me donnerait accès sans un excellent prétexte... »

La jeune femme brûlait de connaître la raison pour laquelle son interlocuteur craignait d’attirer l’attention du Mizukage, mais elle ne pouvait poser sa question directement. Pas ici. Elle tenait à la vie. Elle aurait pu lui offrir de monter avec elle à la chambre qu’elle avait réservée, mais restait hésitante considérant le potentiel guêpier dans lequel cela pourrait l’entraîner. Toute intrigue impliquant les grands de ce monde finissait trop facilement en bain de sang. Mais comme d’habitude, sa curiosité pathologique l’emporta vite.

« Que diriez-vous que nous terminions cette conversation dans un endroit plus discret? Ou bien… est-il envisageable pour vous de vous rendre à Suna, où je conduis mes recherches, avec une copie des archives dont je vous ai parlé? »





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:54, édité 1 fois
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 144
Date d'inscription : 29/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 600
PE:
60/100  (60/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Histoire de famille (FB - PV Kaito)     Lun 14 Nov - 18:09

Histoire de famille



L'histoire de Kaede était très intéressante, elle avait donc un mal héréditaire. Les tâches inormales sous ses yeux étaient peut-être dûs à cela. Les deux shinobis avaient donc presque le même but, un bût qui avait une liaison avec leur famille. Grâce à cette nouvelle connaissance, il allait peut être enfin connaitre la vérité, mais il devait tout d'abord trouver quelques informations lui-même. Les archives ! Pourquoi il n y avait pas pensé depuis le début ? Mais est-ce que c'est donner à tout le monde de pouvoir lire ces papiers? Dans un pays comme celui ça ne risquait pas d'être possible. Yagura n'allait pas laisser des informations à portée de tout le monde, car il prenait l'affaire des Kekkei Genkai au sérieux. Kaito éspérait que sa famille n'avait aucune liaison avec ces trucs héréditaires et le Mizukage, car l'histoire que lui avait raconté Okuni était très étrange. Un enfant de trois ans qui se trouvait enfermé dans un sac et transporté dans une caravane, on ne voyait pas ça tous les jours.

Ce que la Sunajin venait de lui raconter semblait très intéressant, il voulait savoir davantage sur son histoire et son mal héréditaire, mais cela pouvait attendre. Il était sûr qu'il allait encore la revoir et en connaitre beaucoup de choses sur elle. Kaito en était déjà à sa troisième et dernière bière. Il n'avait plus beaucoup de Ryo's sur lui et il devait en garder pour acheter de quoi diner ce soir. Il allait devoir laisser tomber le steak de boeuf qu'il avait programmé de cuire et le remplacer par quelque chose de moins chère. Le Kirijin n'avait pas prévu cette rencontre, mais cela n'était pas un problème, Kaito était prêt à tout pour connaitre la moindre des choses sur sa famille.

Kaito prit le temps de réfléchir à propos de ce qu'elle venait de lui répondre. Après avoir récolté des informations aux archives, il devait encore aller la voir dans son laboratoire à Suna. Il connaissait des tas d'histoire sur ce pays, mais il n'y était jamais allé. Selon les cartes, ces terres étaient très lointaines, mais il n'avait pas le choix. Il devait s'y rendre un jour ou l'autre.

<< Je ferai en sorte d'avoir ces papiers dont vous m'avez parlé et un jour, je viendrai à votre recherche dans le village de Suna, en espérant vous trouver. Il se peut que cela me prendra plus de temps que prévu, mais un jour cela se réalisera. >>

Kaito se leva et fixa Kaede des yeux. Il devait mémoriser tous les traits de son visage, parce que leur prochaine rencontre ne risquait pas d'arriver le lendemain et le jour où cela arrivera, il devait la reconnaitre.

<< Merci de m'avoir donné de votre temps et d'avoir accepté de m'aider. Je n'ai rien à vous donner à part ces quatre petits bonbons pour cela, mais Kaito paye toujours ses dettes et il vous aidera dans vos recherches. à très bientôt Kaede Shimizu ! >> Dit-il en posant quatre bonbons devant Kaede avant de quitter l'auberge.


Récapitulatif combat:
 
       




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Thème 5] Une histoire de famille [mis]
» Haunui Shuraba
» Histoire de Famille [Solo]
» « Une histoire de famille...» ft. Austin H.
» Les frères Staal / Une histoire de famille

Sauter vers: