Répugnants premiers secours [solo] [entrainement]
Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Répugnants premiers secours

Exceptionnellement Hideaki Aburame, le père du célèbre (hum...) lutin vert de Konoha rentra chez lui fort tôt.
La colonie de la souche KX-227b avait soudain décidé de se plongé en pleine préparation d'essaimage. Il ne pouvait donc plus les déranger pour ses expériences, aussi tout le labo avait fait relâche pour l'après-midi.
C'est ainsi qu'il se retrouva à la maison, dans son bureau, s'apprêtant à se plonger dans la délicieuse lecture du "Précis sur l'habitat et les mœurs des Scolopendridae venimeux de Numa no Kuni (édition révisé incluant les variétés géantes)".
Et comme le Destin est taquin, le bruit d'une explosion non-loin, accompagné de piaillement féminin bien trop familier vint lui caché le premier congé qu'il s'accordait depuis des lustres.

Soupirant, Hideaki leva un œil (derrière ses lunettes sombre, évidemment) vers le calendrier. Oui. Hako avait reçut son argent de poche, et avec ce qu'elle avait gagné lors de ses missions, il y avait fort à parier qu'elle avait encore acheté des parchemins explosifs.
"Chérie..." lança-t-il négligemment à la cantonade en retournant à son précieux ouvrage. "Hako recommence. Pourrais-tu..."
Et soudain, le ninja Aburame réalisa qu'à cette heure-ci, sa femme n'était pas encore rentrée.
Il allait donc devoir gérer lui-même son excité rejeton avant qu'elle ne détruise (trop) la forêt alentour.
Soupirant derechef, il se leva et partie à la recherche de l'effronté gamine.

Elle ne fut guère difficile à trouver, même si l'adolescente lui interdisait de déposer une femelle kikaichuu sur elle depuis qu'elle avait dix ans.
Il suffisait de suivre les déflagrations et les jurons (il faudrait qu'il lui en touche deux mots, d'ailleurs. Ce vocabulaire fleuris n'était pas digne d'une demoiselle, ni d'une Aburame).
Hideaki fini par déboucher sur une clairière où sa fille menait à bien son entrainement et ses... expériences.
Il nota, consterné, la présence de nombreux cratères, parfois parsemés de kunaï et de shurikens qui avaient connus des jours meilleurs.

Son essaim lui indiqua alors la présence de sa fille, perchée de manière fort inélégante dans un arbre.
"Pourrais-je savoir exactement ce que tu fais là haut ?" s'enquit-il d'un ton docte. "Pourquoi ? Parce que ta mère et moi t'avons déjà interdit de t'entrainer avec les parchemins explosifs sans la supervision d'un adulte."

Sa fille sauta assez maladroitement de l'arbre pour atterrir près de lui, couverte de branchages, la figure matinée de noir de fumée et de coupures.
Elle eut la décence de paraître vaguement contrite en s'adossant au tronc avant de regarder ailleurs, fuyant le regard inquisiteur paternel dissimulé sous ses lunettes noires.

"Oh, P'pa... Tu es rentré..."
"Visiblement."
"Hum... Je faisais juste quelques petits essais."
"Sans supervision. Nonobstant le danger."
"P'pa, j'ai quatorze ans, je suis une kunoichi et j'ai déjà tué. Je suis assez grande pour prendre en main mon propre entrainement !" pesta la jeune Aburame vêtue de froufrous (désormais sales et coupés, voir partiellement brulés).
Son père se contenta de jeta un regard volontairement éloquent aux cratères jonchés de débris fumants et d'armes ninja éparpillés, avant de revenir se poser sur sa fille à la tenue dévastée.

Le silence dura quelques instant, avant qu'Hako cède dans un grognement.
"Ok, ok... Je ne le ferais plus. Et je rangerais le bazar..."
"Bien. Par pure curiosité professionnelle, quel était le but de ces... conflagrations ?"
Sa fille lui sourit joyeusement, oubliant sans doute déjà sa promesse et son immanquable future punition tant elle aimait parler boutique et exposer ses idées.
Les changements d'humeurs si rapides de sa fille volubile et pleine de vie déroutaient à chaque fois Hideaki.

Hako lui expliqua qu'elle essayait de mettre au point des pièges basés sur des parchemins explosifs qui propulserait des kunai ou des shuriken (l'idée se tenait mais pour l'instant Hako n'avait pas la moindre idée de comment gérer la direction exacte). Par ailleurs, elle essayait aussi d'utiliser le souffle des explosions pour se propulser et accélérer vers l'ennemis pour lui asséner des coups de taijutsu.
Rien que devant l'explication, son père soupira. Pas étonnant qu'elle se soit retrouver dans un arbre. C'était déjà un miracle qu'elle est échappée à ses propres pièges... D'ailleurs que partiellement, au vu de sa tenue.

Alors qu'il songeait à ça, vaguement anxieux (il était tout de même un bon père), l'essaim de l'Aburame lui indiqua une odeur inquiétante. L'odeur du sang frais.
"Hako, tournes-toi, s'il te plait."
La petite kunoichi vert-pomme s'exécuta à contrecœur, soudain mal à l'aise. Zut, il s'en était rendu compte...
Son père eut la désagréable surprise de découvrir le dos de sa fille rouge de sang, hâtivement bandé des restes de sa tenue.
Il soupira derechef. Voilà pourquoi elle était restait adossée au tronc d'arbres au lieu de sautiller joyeusement partout comme à son habitude.

"Tu es blessée."
"Oh, c'est impressionnant, mais c'est rien !" mentit (un peu) la kunoichi, gênée de ses échecs et ses transgressions. "Quelques coupures de kunaï et une ou deux brûlur... AÏE !"
Elle hurla quand son père lui appliqua juste nonchalamment sa main dans son dos.
Il la retira, poisseuse de sang.
"Nul ne met en doute ta résilience, fille. Ni ton imagination pour t'auto-infliger des blessures." pontifia l'autre Aburame. "Cependant, force est de constater que tes compétences en premiers soins laissent à désirer. Pourquoi ? Parce que l'hémorragie n'a pas stoppé, malgré tes pansements maladroits."

Les blessures d'Hako n'étaient pas mortelles, ni même réellement graves. Comme elle l'avait dit elles étaient surtout impressionnantes. Mais ce genre de choses pouvaient s'avérer dangereux si non-traités.
Hideaki vit alors là l'occasion de se rapprocher de sa fille et de lui transmettre un peu de son savoir.
Hako aimait se battre (d'une manière qui troublait fortement son paternel) et elle avait de fréquents entrainements de taijutsu avec sa mère... Mais elle venait peu souvent le trouver pour qu'il lui enseigne les arcannes Aburame.
Il est vrai qu'Hideaki n'était qu'un Chuunin "de carrière", loin d'être un bon combattant. C'était un scientifique dans l'âme.
Mais il avait tout de même quelques brides de savoir à transmettre.

"Hako, donnes-moi ton bras droit." ordonna-t-il, avec un doux sourire aux lèvres. "Pourquoi ? Parce que je vais te montrer une technique de notre clan."
Les yeux soudains grands ouverts et pétillants d'intérêt, la jeune fille obéit.
"Tu maîtrises déjà le Dokunuki no jutsu, mais savais-tu qu'il existe d'autres techniques à but médical dans notre arsenal ?" déclara Hideaki, avant d'envoyer une partie de son essaim recouvrir les plaies du bras de sa fille.
"ça chatouille !"
"Oui. Le groupe de kikaichuu que j'ai envoyé est spécialisé dans le nettoyage de plaies : ils éliminent les impuretés et sécrètent une salive antiseptique. De plus, ils remplissent la blessure, scellant la plaie de leurs mandibules, s'y nichant tout en sécrétant des substances coagulantes et antidouleurs."
"Un... Un pansement stérile d'insectes !"
"Correct. Il s'agit de la technique Yōchū no chiyu du clan Aburame. C'est une technique facile d'emploi, mais qui peut te sauver la vie, stoppant une hémorragie interne ou externe."
"Génial ! Génial ! Je vais vraiment être l'immortelle Hako-sama avec ça ! Apprends-moi !"
"Ne t'agites pas autant. Il ne s'agit que d'un pansement temporaire, d'une technique de premier secours. Tes blessures risques de s'ouvrir à nouveau. Cette technique basique n'est qu'un moyen de gagner du temps pour  trouver un véritable ninja-médecin. Mais elle peut sauver des vies."

Ravie malgré tout de ce voir enseigner une technique Aburame par son père, Hako s'assit pour l'écouter religieusement, alors qu'il lui expliquait comment produire dans son corps les kikaichuu spécialistes à employer, comment les dresser à chercher et refermer les blessures de leur hôte.
"Fais attaquer et dévorer mes kikaichuu qui ferment ta plaie par les tiens. Oui, comme ça. Ce n'est pas grave si elle se rouvre..."
"Eh, ça pique un peu, quand même !"
"Où est passée l'immortelle Hako-sama ? Bien. Concentres-toi maintenant, laisses tes kikaichuu digérer et analyser les substances que les miens ont secrétés..."
"Ah, je vois, un peu comme la technique d'extraction de poison... Mais là, je dois leur enseigner à produire et non à détruire..."
"Oui. Très bien... Reposes-toi quelques instants, laisses l'essaim assimiler l'information et produire une génération de kikaichuu dédiés."

Ils discutèrent ainsi un moment, le père d'Hako improvisant un long (et rébarbatif, quoique extrêmement instructif) cours d'anatomie.
Puis vint le test final : Hako ordonna à son essaim d'utiliser sa nouvelle technique.
"Yōchū no chiyu ! Aïe ! Bordel, ça fais mal !"
"Langage. Attention, tu dois empêcher les kikaichuu de t'attaquer, que ce soit en mordant ta chair à vif où en absorbant ton propre chakra. Visualise mentalement la plaie, les insectes la recouvrant, guides-les avec ton chakra. Imagines-les la nettoyant mais sans l'aggraver, sans agressions. Ton esprit doit être calme et apaisé, malgré le stress de la blessure. De la précision."
"Yōchū no chiyu ! Ooooh ! ça chatouille ! ça marche, ça marche !"
"Bien, tu as réussie sur tes plaies au bras. Passons maintenant à celles de ton dos. Cela va être plus difficile, parce que tu ne les vois pas..."
"Je pourrais faire un clone pour les examiner !"

Hideaki souleva un sourcil. Idée intéressante, mais pas pour aujourd'hui. Cela nuirait au but de l'exercice...
"Non. N'oublie pas que l'emploi de cette technique se fait souvent dans des conditions difficiles, où tu es blessée, avec une basse réserve de chakra ou peu de kikaichuu. Tu dois apprendre à la maitriser ainsi. Et avoir un clone-assistant ne te sera d'aucune utilité en cas d'hémorragie interne..."

Ronchonnant qu'on brisait sa créativité, Hako se remit néanmoins au travail avec acharnement.
Comme toujours, elle se donnait à fond. Bien vite, son dos fut couvert d'insectes et les oiseaux de la forêt furent réveillés par ses cris de douleurs et de frustration.
Mais elle allait finir par maitriser cette technique si utile ! Et prouver qu'elle était digne de son père et du clan Aburame !


Kagome Aburame rentra chez elle, s'étonnant de trouver la maison vide alors que le soleil se couchait.
Elle fut encore plus surprise de voir arrivé à la nuit tombée son mari, qui portait une Hako endormie sur son dos, les vêtements en lambeaux et taché de sang séché.
Son instinct de mère ne fit qu'un tour et elle se précipita, mais vite arrêtée par le sourire fatiguée de son mari.
En silence, ils montèrent la jeune kunoichi dans sa chambre (elle ronflait déjà, signe qui rassura complètement sa mère).
Des plaques noires de kikaichuu recouvraient les zones où Hako s'était blessée.
"Je lui ai apprit le Yōchū no chiyu. Elle s'est épuisée à le maitriser en une demi-journée... Parfois, les jeunes sont effrayants." annonça Hideaki, laissant quand même percer une pointe de fierté envers sa fille. "Je la soignerais complètement dans quelques heures, quand sa colonie et son chakra iront mieux."
Sa femme acquiesça, ses yeux se posant sur son compagnon canin. La technique d'Hideaki lui avait sauvé la vie plus d'une fois. A eux tous.
"C'est rassurant de savoir qu'Hako dispose d'une technique de premier secours. Pour elle et pour ses amis !"
"J'espère juste que cela ne va pas la rendre encore plus bravache..."
 

Récapitulatif combat:
 



avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 109
Date d'inscription : 24/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur

Correction

Positif - Aburame Hako


J'ai l'impression de regarder un véritable animé, l'histoire est superbement narrée.


Négatif - Aburame Hako


Quelques fautes d'accord et un lapsus.

"La colonie de la souche KX-227b avait soudain décidé de se plongé en pleine préparation d'essaimage." -> "de se plonger"

"Et comme le Destin est taquin, le bruit d'une explosion non-loin, accompagné de piaillement féminin bien trop familier vint lui caché le premier congé qu'il s'accordait depuis des lustres." -> vint lui gâcher ?

""P'pa, j'ai quatorze ans, je suis une kunoichi et j'ai déjà tué. Je suis assez grande pour prendre en main mon propre entrainement !" pesta la jeune Aburame vêtue de froufrous (désormais sales et coupés, voir partiellement brulés)" -> "voire" (bon là je chipote)


Gains - Aburame Hako


14 PE + validation de ta technique


Aa
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Formation Premiers Secours
» Les premiers secours ▒ Andromeda
» Entrainement et agrandisement avant le combat d'arêne {solo}
» [Flashback - Entrainement solo] Il faut savoir se mouiller pour ses amis
» Parkour - Entraînement solo

Sauter vers: