Inquiétude et révélation / Kurenai / Sakura
Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 58
Date d'inscription : 14/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
PE:
5/300  (5/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Inquiétude et révélation.
Une mission banale à première vue. Quelques bandits semaient le trouble dans une série de villages montagneux et loin de toutes grandes localités. Le hurlement du vent dans l'épaisse toison des arbres résonnait. Le toit des masures visibles donnait déjà signe que le devoir confier ne c'était pas passé exactement comme prévu. Certains ne présentait aucun signe d'attaque alors que d'autres partaient lentement en fumée. Une atmosphère se souffre étouffante, un brasier débutait et léchait le village. Des cris résonants, des pleurent et des lamentations. Des corps jonchaient le sol, nombreux. Nous étions arrivés trop tard. La petite bande que nous prenions pour des simples pilleurs se révélèrent être des meurtriers sanguinaires. De simples fermiers, des familles, des enfants. Comment l'être humain pouvait se montrer si vil à tel point de massacrer des personnes sans défense ?  Tout cela me plongeait dans un état de rage alors que je frappais chaque adversaire sur ma route sans retenir mes coups. Les cottes se fêlant, les mâchoires se brisant. Morbide est ce son de craquement lorsque je sens la puissance de mes phalanges s'insinuer dans leurs chaires. Je combats férocement alors que ma tendre Kurenai en fait de même. Sauver les quelques villageois restant était devenu notre priorité. Ou en tout cas leurs donner de précieuses secondes pour fuir. Nous ne pourrions pas mieux faire pour le moment. Privilégiant le corps-à-corps pour éviter d'infliger plus de dommages au village, cette tactique avait clairement atteint sa limite. Nous croulions sous le nombre.

C'est à ce moment bref qu'en me dégageant d'un adversaire que je vis Kurenai acculée et blessé par une lacération qui semblait profonde au niveau de l'estomac. Tous mes sens se mettaient en éveil. Je devais à tout prix lui venir en aide. L'idée de la perdre m'était insupportable. Bien que nous soyons des ninjas et qu'il faille vivre avec cette funeste possibilité. Quelques gouttes de sueur perlaient sur mon front. Les battements de mon cœur se faisaient plus intenses. Envoyant l'un des adversaires s'écraser contre un mur à grand renfort de mon poing, je me frayais un chemin jusqu'à ma compagne. Prèt à la défendre contre le monde entier s'il le fallait. Mes lames de chakra fermement tenu entre mes doigts en positions de garde. Je décidais qu'il était grand temps de rétablir l'ordre ici-bas. Joignait mes mains l'une contre l'autre. J'effectuais une série de mudra. Bombant mon torse ensuite, je relâchais un puissant souffle de poussière qui emportait le groupe d'adversaires d'une manière définitive. Essoufflé, je me retournais vers Kurenai qui s'était adossé à un mur, souffrante. Lui prenant le visage entre mes mains calleuses, je collais mon front au sien l'air inquiet.

- Est-ce que ça va ma chérie ? Ta blessure n'est pas trop grave . Laisse-moi regarder.

M'agenouillant alors, je constatais que la plaie était profonde. Le choc a été rude, mais visiblement rien de létal. Pour éviter toute infection qui pourrait compliquer son état. Je fouillais l'une de mes poches pour en sortir un onguent désinfectant ainsi que du bandage. Je n'étais pas médecin, mais mon expérience du terrain et la formation de base sur les premiers secours allaient me permettre de retarder l'échéance. Le village était à plus d'une journée de marche. Ma compagne ne pourrait sûrement pas se déplacer efficacement. La prenant alors dans mes bras, j'envoyais le seul Chuunin qui nous accompagnait prévenir l’hôpital qu'un blessé allait arriver. Sous le stress et la colère je l’injuriais presque de hâter sa démarche. La mission était bel et bien terminée malgré cette situation hasardeuse. il n'y a pas toujours de fin heureuse, nous ne sommes que des hommes malheureusement. J'espère que les quelques villageois restant pourront à l'avenir rebâtir et effacer ces images horrifiantes. Sautant alors d'arbres en arbres avec une certaine hâte, serrant dans mes bras ma compagne. De longues heures durant, je soutenais la cadence effrénée que je m'étais imposé.

- Tu n'as pas intérêt à m'abandonner maintenant Kurenai, je me suis presque résolu à moins fumer pour toi alors je te l'interdis !

Arrivant finalement au village, exténué par ma vélocité, je me dirigeais vers l’hôpital. La déposant sur une civière, elle était rapidement prise en charge par des infirmières qui la transportait dans une salle.  Reprenant mon souffle, je patientais à l'extérieur, l'envie de nicotine sous l'effet du stress était intense pourtant je préférais avoir des nouvelles rassurantes et prenait mon mal en patience.

code by lizzou × gifs by tumblr


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Disparition, inquiétude et retrouvailles...[PV Heïan]
» Panne de leadership:L'eurodéputé Michèle STRIFFLER exprime son inquiétude
» L'inquiétude sursaute au frisson d'une crainte [Pv]
» Au sujet de cet été... inquiétude partagée (pv) TERMINE
» Un air d'inquiétude [V: Leyna & Shaggy]

Sauter vers: