Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Sous la pluie des cerisiers    Mer 23 Nov - 8:42



Sous la pluie des cerisiers
Belle journée ! Magnifique journée ! Il faisait soleil avec quelques beaux gros nuages tout blancs qui me donnait envie de sauter dedans ! Pourquoi étais-je aussi joyeuse ? Parce que j'allais voir Hako-chan cet après-midi au parc ! Et ? Eh bien … Je suis amoureuse de Hako-chan ! Je m'en suis rendu compte il y a quelques semaines voir un bon mois… Mais je n'ai pas encore osé lui dire. Aujourd'hui ! Sous les cerisiers en fleur du moi mois de mars j’essaierais de lui dire ! Et tant pi si elle me dit non … Au moins j'aurais tenté ! Pour une fois que je tentai quelque chose ! J'hésitai longuement devant mon armoire avant d'opter pour une tenue normale : une petite chemise à manches courtes avec un nœud rouge sous le cou et un pantalon en toile bleu clair. Il fallait que tout paraisse naturel !

J'entendis mon père sortir dans le couloir et je le rejoins veillant qu'il ne tombe pas dans l'escalier. Mais bon … Au bout de cinq mois … Il commençait à s'habituer à la maison. Même s'il refusait toujours une cane ou autres . Indigne d'un membre du clan Hyûga. Et les gens voyaient bien qu'ils étaient aveugles non ? avec ses bandages sur les yeux . Enfin … De temps en temps et du bout des lèvres il me demandait de l'aide pour se déplacer. Plus pour s'habiller comme au début : j'avais faits des marques bien précises dans chacun de ses vêtements et lui les avait appris par cœur pour choisir seul ses habits. Et … Il se débrouillait très bien ! Au début il avait demandé des vérifications mais plus maintenant. Je lui faisais remarquer quand il se trompait. Même si cela le fâchait mais bon … Nyuuwa descendit juste après lui et je servis le petit déjeuner. Mon père semblait être figé, mais en réalité il écoutait chaque bruit avec attention. Il avait même parlé de reprendre l'entraînement : chose qui m'avait fait lever les yeux au ciel. Mais il le faisait quand même. Il venait me rejoindre quand je m'entraînais pour échanger quelques coups avec moi. Son corps se souvenait à la perfection de chaque mouvement mais c'était à son esprit de le guider. Il attaquait et enchaînait par instinct mais … Il pouvait y arriver !

Enfin, après une matinée passait à la maison, enfin … dans ma chambre à lire des ouvrages sur le ninjutsu, et un repas rapide, je mis dans mon sac une boîte de gâteau et deux thermos de thé avant de sortir de ma demeure en saluant au passage mon père. Mon cœur cognait fort contre mes côtes. Mais ce n'était pas dû à ma course folle jusqu'au parc là où j'avais rendez-vous ! Non ! C'était parce que j'allais voir Hako-chan ! J'arrivai en première. Normal : j'avais vingt minutes d'avance ! On ne fait pas patienter trop longtemps ! Je m'allongeais dans l'herbe sous un cerisier mon sac près de moi la tête dans le ciel déjà que je voyais entre les branches de l'arbre. C'était fascinant ce léger mouvement qui m'hypnotiser lentement. C'était … Je piquai du nez. Oui, je m'endormis sous l'arbre alors que j'étais censé guetter Hako-chan. Honte sur moi ! Enfin, un bruit léger sur ma droite me fit lentement ouvrir les yeux. Que je plissai aussitôt à cause de la lumière du soleil. Je me redressai un peu et souris à Hako.
« Ohayo Hako-chan ! Désolé ! Je me suis endormie ! Tu vas bien ? »
Non ! Je n'allais pas tout de suite lui demander si elle m'aimait et lui avouer mon amour ! Non … C'était trop brusque ! Il fallait être patient non ? Je me levai en souriant en tenant mon sac. Si elle voulait aller dans un autre endroit elle avait juste à me le dire !

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Jeu 24 Nov - 23:08
Sous la pluie des cerisiers

Le soleil se levait tout juste sur le domaine Aburame, quand un petit cris féminin retentit, suivit d'un lourd bruit de choc, puis d'un autre cri beaucoup plus virulent et accompagnée de grommèlements.
Hako venait de se réveiller, en chutant lourdement de son hamac.
Avachie dans une position peu glorieuse sur le sol, le rouge aux joues, la petite Aburame soupira longuement, vaguement honteuse. Encore ce rêve... Cela faisait la cinquième fois déjà, depuis qu'elle avait fait cette blague débile à Yume avec ce stupide henge. Cela devenait troublant... Qu'est-ce qui n'allait pas chez elle ?
Etait-ce à cause des mangas qu'elle lisait ?

Grognant, la kunoichi se redressa, abandonnant toute idée d'introspection (ce n'était pas trop son truc). Ce n'était qu'un rêve idiot après tout ! Mieux valait prendre une bonne douche (une douche glacée) et aller affronter la réalité.
Un sourire illumina son visage aux traits encore(trop à son goût) enfantin.
En plus, la journée s'annonçait encore mieux qu'un stupide et improbable rêve : Yume l'avait invitée à se joindre à elle pour le o-hanami !
Une journée entre filles, sans mission, sans entrainement. En bonne hyperactive et patriote, Hako se sentait un peu coupable, mais bon, elle savait aussi que de temps en temps il était bon de se ménager et de se détendre un peu...

Mais bon, Yum-yum ne lui avait donnée rendez-vous qu'en début d'après-midi, aussi la kunoichi vert-pomme pu soulager sa culpabilité en s'entrainant à fond toute la matinée.
Après s'être longuement échauffée et parcouru le domaine du clan en courant pour entrainer son endurance (déjà effroyable selon ses proches), elle combattit un moment ses clones d'insectes pour exercer ses kata de taijutsu.
Ensuite, elle se rendit dans un recoin du domaine où se trouver une chûte d'eau. Hako essaya de méditer dessous (elle avait lu un truc là dessus à propos de moines et d'ermites, voire de ninja qui faisaient ça).
Peine perdue : dès qu'elle n'était plus occupée à dépenser son énergie débordante, la jeune Aburame voyaient son imagination se tourner vers Yum-yum et cette après-midi qu'elle attendait avec impatience. Son amie aurait sans doute de délicieuses choses à manger, en plus...
Comme pour appuyer ses pensées, l'estomac de la jeune fille gargouilla. Bon, ok... La méditation ce n'était décidément pas pour aujourd'hui...

Regagnant sa maison et après une bonne douche (elle n'allait pas sentir la vase alors qu'elle allait voir Yume !), la kunoichi avala un bento qu'avait diligemment préparé son père. Ses deux parents étaient d'ailleurs absent aujourd'hui, mais la petite Aburame eut la surprise et l'immense plaisir de découvrir une jolie boite laquée contenant tout un assortiment de choses salées (il connaissait les goût de sa fille ou avait anticipé que Yum-yum se chercherait du sucré) à grignoter tranquillement sous les cerisier en fleurs. Son père les avait gâtées !
Bon, il fallait dire qu'elle parlait de cette invitation d'une voix stridente et surexcitée depuis plusieurs jours déjà...
La petite Aburame eut soudain un sourire de requin, avant de pencher la tête à droite et à gauche pour vérifier qu'il n'y avait bien personne dans la maison.
Parfait, pas même un kikaichuu espion de son paternel...

A pas de loups, riant entre ses dents, la petite peste se glissa dans un cellier bien particulier.
Souvent, les adultes buvaient un peu de sake en contemplant les cerisiers en fleur... Si elle chipait une petite bouteille dans la réserve de sa mère, les deux amies de la Team 2 pourraient faire de même !
Bon, Hako voyait plutôt ça comme une plaisanterie, un moyen d'amener un peu de rouge aux joues sur le visage délicat de son amie à la mention d'une chose défendue. Et aussi pour la taquinait sur le verre qu'elle avait osé boire (par mégarde) au diner avec ses parents...
Mais quand le lutin vert de Konoha ouvrit la porte du cellier, elle se retrouva face... à un parchemin explosif qui s'arma aussitôt !
Couinant de panique, Hako tenta de refermer la porte mais il était trop tard : le piège se déclencha.

Mais au lieu d'une explosion mortelle, se fut une éclosion de couleur : au lieu de rugir une déflagration de flamme, le parchemin vomit un torrent de peinture rouge vif qui recouvrit la petite voleuse alcoolique en devenir.
Un parchemin voleta pour atterrir sur le nez d'une Hako outragée et honteuse, un simple phrase de l'écriture de sa mère : "Pas touche à ça, petite délurée !".
Génial.
Sa mère la connaissait décidément trop bien (et où elle avait apprit ça !?! Il allait falloir qu'elle se renseigne sur les jeunes années de l'ex-Inuzuka. Son instinct de farceuse flairait de croustillantes anecdotes non-racontées).

Mais avec tout ça, elle allait être en retard !
Invoquant en urgence ses clones, elle les chargea de ranger et nettoyer le bazar provoqué par le piège à peinture, pendant qu'elle se précipitait pour prendre encore une autre douche.
Une fois cela fait, elle attrapa au plus vite et en pestant une de ses tenues habituelles pour remplacer celle devenue carmin.
Hako hésita un instant devant son armoire. En y réfléchissant, sa tenue de ninja vert-pomme à froufrou n'était peut être pas l'idéal. Mais elle n'avait jamais contemplé les cerisiers en fleur avec une amie... Comment s'habiller ? Un kimono ou un yukata ? Cela lui paraissait trop guindé juste pour un rendez-vous entre amies...
L'Aburame réalisa alors qu'à part des doubles de sa tenue excentrique et une blouse terne de style Aburame (son père ne perdait pas espoir et lui en mettait une en douce dans son placard tout les six mois), elle n'avait pas vraiment de vêtements "civils". Rien pour une sortie amicale entre fille, rien juste pour flâner et se détendre...

Bon, pas grave, elle prit son accoutrement habituel. Yume ne lui en voudrait surement pas. Et puis Hako-sama était connue pour être le lutin vert de Konoha, elle avait une réputation à préserver.
Descendant l'escalier à toute blinde, elle récupéra ses kikaichuu (les clones lui lançant un regard plutôt mauvais avant de disparaitre, peu ravie d'avoir été invoqués pour faire des corvées) et fonça à toute vitesse, sautant d'arbres en arbres pour sortir du domaine plus vite.
Elle était en retard !

Pantelante, Hako finie par arriva au parc où Yume lui avait donnée rendez-vous.
Il lui fallut chercher un peu (ce qui n'aida pas son stress dû au retard) avant de localiser la jeune Hyûga.
Elle fini par dénicher celle-ci au pied d'un magnifique cerisier en fleur, dans un endroit tranquille et isolée du parc. Rien que le fait de voir sa coéquipière fit bondir de joie le cœur de l'Aburame.
Cette dernière ne semblait pas l'avoir vu arriver (mais allez savoir avec les utilisateurs du Byakugan).
Hako allait la saluer comme à son habitude (c'est à dire bruyamment et avec de grands gestes), mais en s'approchant elle remarqua que la douce Yum-yum s'était tranquillement endormie à l'ombre de l'arbre.

Sourire aux lèvres, hésitant entre la blague potache et le réveil en douceur, Hako contempla le beau visage endormie de la kunoichi aux yeux pâles.
Même assoupie, elle restait belle, gracieuse et digne. Parfaite, si féminine avec sa longue chevelure de jais et sa peau pâle qui semblait si douce.
Dans la même situation, Hako aurait sans doute plutôt ressemblée à une ivrogne, bavant de manière disgracieuse et ronflant bruyamment...
Elle s'imagina un instant en compagnie de Yume, adossée à coté d'elle (avachie sur elle même) et ricana doucement. Quel contraste !
Même ses vêtements étaient à la fois simples et de bon goût, ce petit nœud rouge rajoutant une touche de contraste mignon... Un jour, il faudrait qu'elle trouve le courage de lui demander de l'aide pour se constituer une garde-robe civile. Naaah ! Cela ne lui irait sans doute pas, de toute manière...
L'Aburame appréciait leurs différences, même si intérieurement elle aussi aurait bien voulu être naturellement aussi belle, féminine et gracieuse que sa coéquipière Hyûga.

Elle resta un moment à la contempler, attendrie et fascinée par sa respiration régulière, par ce joli tableau d'une belle demoiselle assoupie sous les pétales de cerisier.
Déposant précautionneusement et en silence sa boite à bento à coté, Hako s'installa à coté de sa meilleure amie, toujours amusée de la voire dormir paisiblement. Elle avait finalement décidée de ne pas la réveiller brutalement. Aussi drôle que cela aurait pu être (enfin, c'était quand même un poil immature, même pour la farceuse Aburame), cela aurait été mesquin.
Après tout ce qu'elle avait traversée, Yume méritait un peu de calme, de tranquillité et de somnolence sous les pétales roses.
L'un d'eux se posa d'ailleurs délicatement sur son nez, faisant rire doucement Hako.

Etait-ce le bruit qu'elle avait fait devant ce charmant spectacle ?
En tout cas, les yeux pâles s'ouvrirent sur le regard endormis mais fascinant de la jeune Hyûga. Elle plissa les yeux, découvrant une Hako qui lui dédiait un grand sourire.

"Ohayo Hako-chan ! Désolé ! Je me suis endormie ! Tu vas bien ? " s'exclama-t-elle d'un ton joyeux (même en s'excusant), après s'être redressée et étirée comme un chat.
Sans trop savoir pourquoi, Hako trouva ça presque dommage qu'elle se réveille. Elle aurait pu passer l'après-midi à la regarder se reposer ici, au milieu des fleurs et des cerisiers, à veiller sur elle...
Mais bon, elle adorait aussi discuter avec sa meilleure amie (et l'asticoter gentiment).

"Salut Yum-yum ! Pas bien grave, j'étais à la bourre de toute manière... Par contre, c'est dommage que j'ai pas eu d'appareil photo : tu étais si mignonne et paisible à dormir sous cet arbre ! Très pittoresque ! Vous avez le romantisme dans les gènes en plus, chez les Hyûga ?" taquina la kunoichi vert-pomme, même si elle n'était pas loin de le penser vraiment.

C'est marrant comment la présence de la douce et calme Yume la faisait se sentir... gamine. Parfois. Et elle chassait ça d'un haussement d'épaule : elle connaissait ses propres faiblesses de caractère.
Tout comme elle avait appris à connaître celles de Yume : cette timidité, cette manie de faire toujours passer les autres (surtout sa famille) avant son propre bonheur...
Hako se représentait souvent en héroïne sauveuse du monde, mais en fait c'était plus un boulot pour Yum-yum. Elle, elle n'était là que pour... déblayer le passage, pour la soutenir.
Et ça lui plaisait, à elle, l'égocentrique.
Aider la kunoichi aux yeux pâles faisait sa joie, tout comme quand elle l'inciter à prendre plus d'initiatives, à prendre position et à affirmer ses vrais désirs.
Vraiment, elles se complétaient si bien...

Elle leva son propre barda, se demandant si Yume voulait bouger (n'étaient-elle pas juste sensées contempler les pétales des cerisier en fleurs qui voletaient sous la brise printanière ? ) et immédiatement prête à la suivre. Elle désigna quand même sa boite laquée.
"Mon père nous a préparé quelques en-cas ! Et faut que je te raconte... J'ai été piégée par M'man, moi la maitresse ès farces et coups fourrés de Konoha ! C'est pour ça que je suis en retard..."
Et diligemment, Hako raconta à son amie ses mésaventures matinales et le piège à peinture anti-voleuse de sake, le tout comme à son habitude, avec forces gestes et bruitages (et exagération).


Hako poursuivit (elle aimait parler de tout et de rien) son déluge verbal, prenant des nouvelles de la santé de Hi, des progrès de Nyuuwa. Elle n'avait jamais parlé à son amie de sa confrontation nocturne avec son père aveugle, respectant sa parole, mais l'air de rien la petite Aburame était inquiète...
Elle voulait que Yume conserve enfin un foyer... Hum, "joyeux" était verser dans l'optimiste béat, mais au moins "correct".
Elle fit par à son amie d'une suggestion de son propre père : il comptait obliger Hako à aller faire la lecture à Hi de quelques (barbant et fastidieux) articles des dernières publications scientifiques en biologie. Pour l'instruire et tout ça au passage. Evidement, Hako était ravie (et elle imaginait que trop bien la tête grincheuse de Hi Hyûga quand il entendrait parler de cette suggestion)...

"Sinon, je suis toute entre vos mains pour cette après-midi, Hyûga-hime." plaisanta finalement Hako. "Enseignez-moi la poésie, la tranquillité et la contemplation de ces jolies arbres et fleurs..."
Qui sait, un peu de raffinement typiquement Hyûga finirait bien par lui déteindre dessus...




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Ven 25 Nov - 11:34



Tranquilles !
Hako avait l'air en forme ! Elle me fit rougir en deux minutes en me disant que j'étais toute mignonne à dormir. Mais ! Elle n'allait pas commencer quand même ! Je me massai les joues pour essayer de faire disparaître l’afflux de sang au niveau de mon visage. Je me mis à guider Hako vers un petit coin très calme et absolument pas fréquenté ! Dans ce grand parc il y avait un petit lac entouré de cerisiers et les pétales dansaient lentement dans l'air avant de venir se déposer comme de multiples petites embarcations sur la surface de l'eau pure. Je m'installai avec Hako-chan dans l'herbe, dans un petit creux, bien à l’abri des regards. Je ris de bon cœur en l'écoutant raconter la raison de son retard. Je répondis à ses questions sur ma petite sœur et mon père. Il allait mieux, et réussissait mieux à calmer son énervement face à son incapacité. Vers le milieu de premier mois il était rentré dans une rage folle et il avait démoli lui-même toute la cuisine avant de s'enfermer dans son bureau. Heureusement, nous étions tranquillement en haut avec ma sœur. J'avais interdit de faire le moindre commentaire à ma sœur et on avait rangé.

Je souris de nouveau à Hako-chan avant de rire au titre qu'elle me donnait ainsi qu'à sa proposition de lire pour mon père. Le sujet lui plairais sans aucun doute … Mais lu par Hako-chan ? J'avais des doutes. Je m'allongeai à moitié dans l'herbe en réfléchissant à quelques poèmes que ma mère m'avait appris il y a longtemps. Il y avait d'autres citations qui me revenaient en tête. Bon ! J'initiai déjà Hako-chan à observer le mouvement des pétales de cerisiers portaient par le vent. C’était hypnotique et tout à fait reposant. Et puis on pouvait s'amuser à essayer de deviner où le pétale allait se poser sur l'eau. Discrètement, de temps en temps je chatouillai la jeune fille avant de piquer son bonnet que je mis sur ma tête pour la taquiner. Quoi j'avais bien le droit non ?

Ah ! J'en avais plusieurs qui me revenaient en tête. De poème sur les fleurs de cerisiers.

« Promenant mes regards
Sur les saules et les cerisiers
Leurs couleurs se mêlent
Et la capitale m'apparaît
Comme un brocart printanier. »

C'était d'un moine Sosei. Je le récitais à Hako-chan c'était un de mes préférés. Il y avait aussi bien sûr des citations qui me venaient en tête … Comme celle de Paolo Neruba « Je veux faire de toi ce que fait le printemps avec les cerisiers » … Mais c'était … Nous allions dire … Que ce n'était pas du tout le moment ! Je lui dirais peut-être à la fin … Quand j'aurais retrouvé du courage pour lui dire … Me connaissant j'allais lui dire caché derrière un arbre … Pourquoi les seules citations qui me venaient étaient celles d'amour ? Ce n'était pas juste ! Je restai silencieuse quelques instants avant de sortir ma boîte à gâteaux que je posai entre nous. Avant de prendre un des petits fours salé que son père avait fait. Il était délicieux et je complimentais le père de Hako-chan avant de demander à cette dernière si elle s'entraînait à réaliser les plats que je lui apprenais à faire et si elle avait pu faire goûter son thé, le nouveau, aux invités de ses parents.

Je m'installai en tailleur près de mon amie avant de glisser un regard vers elle. Je la trouvai très jolie avec son visage rond et ses cheveux courts et surtout son style bien à elle. Hako-chan était vraiment une personne en or qui au moins se fichait des conventions sociales. Elle était elle-même et l'affirmait haut et fort. Pas comme moi … J'aurais tellement voulu … Lui ressembler … Mais j'étais comme j'étais grâce ou à cause d'une éducation bien précise … J'assumai maintenant. Ou pas … Mais bon … pour l'instant j'étais avec Hako-chan ! Je posai ma main sur son épaule en posant un doigt sur ma bouche pour lui montrer des hirondelles jouant dans les branches et faisant voltiger des dizaines de pétales dans les airs ! C'était beau ! Au bout de quelques minutes de contemplation je souris à Hako
« Tu veux aller marcher sur le lac ? Je suis sûre qu'on peut faire des figures sur l'eau ! »

© Naely





Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Sam 26 Nov - 20:27
Sous la pluie des cerisiers

Les compliments d'Hako réussirent à faire légèrement rougir sa meilleure amie, à son grand plaisir (une touche de couleur et de taquinerie, rien de tel pour égayer le beau visage pâle de la Hyûga).
Cette dernière conduisit Hako dans un endroit encore plus reculé, plus intime du parc. Au moins, elles pourraient rires et faire les folles sans déranger personne ! A moins que la kunoichi aux yeux pâles ne veuillent pas être vue avec la délirante Aburame... Non ! Elles s'entendaient à merveilles et même dans ses pires pitreries ou provocations, jamais Yum-yum n' avait eu honte d'Hako ! Ce qui d'ailleurs était... rare. Et faisait du coup extrêmement plaisir au lutin vert de Konoha. Que quelqu'un l'accepte, elle et son caractère... exalté. Elle et ses bizarreries, ses inquiétants insectes, son énergie débordante... Rien de tout ça ne semblait déranger sa belle amie.

Hako réussit à la faire rire (ce qui réchauffait son cœur, allait savoir pourquoi) en racontant ses déboires matinaux. Yume lui répondit poliment en donnant des nouvelle de sa famille, si marquée par le destin.
Pour une fois et malgré toutes les difficultés et quelques épisodes pénibles, le foyer Hyûga déstabilisé semblait avoir trouver son équilibre.
Yum-yum éclata à nouveau de rire en entendant l'idée de son père, amenant une moue faussement outrée et bougonne sur le visage d'Hako.
"Eh ! C'est pas toi qui va devoir lire ces trucs barbants en compagnie de ton si joyeux paternel ! Au moins quand il t'entraine en ronchonnant, tu peux taper dessus !" ronchonna Hako, feignant (de manière extrêmement exagéré) d'être outragée.

Yume s'allongea et en bonne noble (bon, de la Bunke) Hyûga cultivée se mit à déclamer des poèmes pour une Hako fascinée qui battait des mains, ravie.
Mais où son amie avait-elle appris tout ça (Hako oubliant qu'elle aussi avait reçu des cours spéciaux pour kunoichi de ce genre à l'Académie) ? En tout cas, la poésie lui allait bien, avec sa douce voix.
Hako s'allongea à coté d'elle pour suivre le ballet des pétales de cerisier dansant dans le vent, cadrant presque avec le rythme de mots et des rimes de la belle Hyûga. C'était beau, c'était agréable et la présence de la kunoichi aux yeux pâles, si heureuse, si épanouie emplissait le cœur d'Hako de joie.

Soudain, cette dernière lui sauta dessus, passant de la délicate contemplation à un amusant combat de chatouilles. La belle Hyûga à la chevelure de jais s'empara même de son bonnet verdâtre, soudain aussi espiègle que sa petite sœur.
Evidement, Hako riposta, chatouillant à son tour la Hyûga, sans arriver à lui faire lâcher le précieux ornement du lutin vert de Konoha. Depuis quand Yume était aussi malicieuse et entreprenante ! Où était passée la timide Hyûga au délicat port aristocratique ?
En riant, elle batifola un moment avec son amie, ravie que celle-ci se permette avec elle autant de privautés, loin du maintien rigide que lui imposait habituellement les coutumes de son clan (et celui d'Hako n'était pas mieux, même si la kunoichi à froufrou n'y prêtait pas attention).

Car l'air de rien, ses parents (enfin, sa mère), Hako n'avait pas souvent de contact physique ou des moments intimes avec quelqu'un. Elle était Aburame. Avec en plus son caractère insupportable et son égo démesurée, elle n'avait jamais réellement eu de véritable amie. De meilleure amie. Quelqu'un qui ne soit pas gênée par le fait qu'elle soit à moitié composée d'inquiétants insectes dévoreurs de chakra. Quelqu'un qui l'accepte comme elle était.
Pris d'une soudaine explosion d'affection, elle enserra sa meilleure amie Hyûga dans ses petits bras puissants, lui offrant un câlin surprise.

Curieusement, cela figea un instant la kunoichi aux yeux pâles et Hako pu récupérer son bonnet en éclatant de rire.
Une fois que les deux adolescentes eurent retrouvées leur souffle, Yume lui récita à nouveau un beau poème, ramenant une ambiance plus calme et plus contemplative pour le o-hanami.
Les deux kunoichi commencèrent à faire honneurs aux victuailles qu'elles avaient amenées.
Evidement, les gâteaux de Yume s'avèrent délicieux et Hako leur fit honneur, en bonne gourmande qu'elle était (eh, elle était en pleine croissance ! Et même si elle n'était pas folle des choses sucrées, la cuisine de Yum-yum restait une exception).
La gentille Hyûga complimenta la cuisine de son père (il faut dire qu'il était doué et tellement méticuleux), tout en lui demandant des nouvelles de ses progrès suite à son entrainement culinaire.

Hako haussa les épaules, vaguement gênée : même si elle avait fait des progrès, elle n'avait pas encore atteint le niveau de la Hyûga, loin de là.
Bon, il fallait aussi dire que dans cinquante pourcent du temps, la jeune Aburame avait une petite (énorme) tendance à essayer "d'améliorer" les recettes quand elle était seule pour les réaliser...
Mais elle rapporta avec fierté qu'elle avait réussit une fois à servir un thé correct à des Aburame venus s'entretenir avec son père, sans les tuer ou les faire fuir. Elle avait même cru voir l'un deux lever un demi-sourcil surpris après avoir goûter (prudemment) le breuvage et les petits gâteaux qu'elle avait servit.

Alors qu'elle racontait son histoire avec son enthousiasme débordant habituel, avec forces gestes et voix criarde, Yume lui posa soudain un doigts sur les lèvres (amenant au passage une légère rougeur aux joues de l'Aburame surprise).
Une main sur l'épaule, elle lui montra alors un touchant couple d'hirondelles batifolant dans les cerisiers en fleur, déclenchant une magnifique pluie de pétales roses accompagnée de joyeuses trilles aviaires. C'était mignon ! Et si reposant... Si loin de la violence, du sang, du devoir et toutes ces choses qui jalonnait la brutale profession de ninja.
Hako était tellement reconnaissante que Yume lui ai fait découvrir ça ! Voilà pourquoi elle se battait. Voilà ce qu'elle protégeait.

"Tu veux aller marcher sur le lac ? Je suis sûre qu'on peut faire des figures sur l'eau !" proposa alors Yume avec un doux sourire.
Voilà une activité surprenant mais tellement ninja. Et un défi qu'Hako se devait de relever !
La jeune Aburame acquiesça d'un sourire et d'un hochement de tête, bondissant sur ses pieds.
Après un instant de réflexion, elle ôta tout de même ses chaussures et trempa un orteil prudent dans le lac sans utiliser de chakra, curieuse.
Brrrr ! On n'était qu'au printemps après tout et malgré un temps fort clément, l'eau était encore trop fraîche pour piquer une tête dedans.
Bon, en plus elle n'avait pas emporté de maillot de bain. Légèrement impudique, cela n'aurait guère gênée la petite Aburame si elle n'avait été qu'avec Yume... Mais hélas, aussi discret que fut cette partie du parc, elle était tout de même trop publique...

Accompagnant sa coéquipière aux yeux pâles sur l'eau (cette fois-ci utilisant ses talents ninja pour adhérer dessus), Hako se mit à danser (fort mal, la kunoichi vert-pomme n'ayant aucune grâce ni aucune connaissance particulière en la matière) autour d'elle en riant, sautillant sur le lac pour générer des ronds dans l'eau qui poussaient les pétales de cerisier flottant à sa surface en un tableau mouvant.

Hako étant Hako, elle eut alors une idée "intéressante". Des figures sur l'eau, hein ? Elle maitrisait bien son chakra et la technique pour marcher sur le lac. Mais ce n'était pas drôle !
Invoquant une partie de son essaim autour de ses pieds nus et modifiant son influx de chakra, elle modifia le rendu de la technique, jouant un moment avec l'adhérence et le tension superficielle, s'inspirant des araignées d'eau.
Ah, voilà, elle avait trouvé le bon dosage !

Sous le regard pâle de son amie Hyûga, Hako s'élança à nouveau sur le lac en riant.
L'Aburame délurée ne marchait plus dessus : elle glissait, elle patinait sur l'eau ! Elle tournait joyeusement à toute vitesse autour de Yume, essayant de réaliser d'improbable figures et sauts artistiques (et si au passage ils pouvaient éclabousser un peu son amie pour la taquiner, c'était encore mieux ! ).
Ce qu'elle n'avait pas prévue dans son absurde démonstration, c'est que le carpe du lac trouvèrent soudain fort appétissant ses "patins" en kikaichuu. Et que son flux de chakra fut soudain déstabilisé par le saut d'un poisson affamé.
Surprise, Hako pourra un petit cri de surprise, avant de trébucher malencontreusement et de s'abattre dans l'eau glacée comme un sac à patate verdâtre, éclaboussant un peu Yume au passage.
Cette dernière pu alors découvrir (à nouveau) tout un pan du vocabulaire ordurier que connaissait (allez savoir comment) la petite Aburame.

Hako regagna la rive, trempée et maugréant contre le destin et l'univers (alors que tout était de sa faute). Sans gêne, elle ôta son bonnet et son manteau qu'elle suspendit à sécher sur une branche.
"T'as bien fait de nous trouver un endroit tranquille... Au moins y'a personne pour me voir me tourner en ridicule !" grogna-t-elle, mais l'œil rieur. Sa gamelle avait dû être particulièrement impressionnante et si cela faisait rire Yume, elle voulait bien passer pour une bouffonne... De temps en temps.
Elle s'installa au soleil sur une grosse pierre, juste vêtue de son débardeur et de son short bouffant  blanc (il était mouillé aussi, mais bon, elle ne pouvait décemment pas l'enlever dans un parc public, non ?).

Soupirant derechef, la petite Aburame attrapa un peu de nourriture (rien ne valait la bouffe pour se réconforter), avant de retourner à la contemplation du lac et des pétales de cerisier qui voletaient doucement.
Yume avait l'air d'un ange, dans ce décor idyllique. Les facéties et maladresses d'Hako étaient déjà gommée par la tranquillité zen de l'endroit.
"Comment tu fais pour être si gracieuse tout le temps ?" demanda doucement Hako, rougissant quand elle se rendit compte qu'elle avait exprimée sa pensée à voix haute.




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Dim 27 Nov - 10:34



Début de penser …
Hako-chan avait rougi quand j'avais posé mon doigt sur ses lèvres, c'était trop mignon ! Euh … Yume … On se calme ! Parce que toi aussi tu rougis vite ! Cependant ! Hako ne m'attendait pas et allait toucher l'eau. En tout cas je n'aimerais pas tomber dedans ! Elle avait l'air un peu trop fraîche à mon goût. Je n'étais pas frileuse … Mais quand même ! Il y avait des limites ! On était que début mars ! Et … Je n'avais pas de tenue de rechange. En tout cas ! J'étais contente ! Hako-chan m'avait fait un câlin. Et comme elle n'aimait pas les contacts physiques j'étais contente ! Bref !

Je rejoignis Hako sur l'eau et me mis à danser avec elle avec plaisir. Elle avait son propre style et c'était bien aussi ! J'étais … plus académique … Je ris de la voir sautiller pour faire des ronds dans l'eau et faire onduler la surface de l'eau créant de nouveaux motifs avec les pétales de cerisiers. Je l'applaudis quand elle commença littéralement à glisser sur l'eau en faisant des figures acrobatiques quelque peu risqués. Je dut me mettre à courir pour éviter de me faire éclabousser. Je riais jusqu'à ce que sans que je comprenne pourquoi Hako tombe à l'eau. Aïe ! La pauvre ! M'approchant pour l'aider je l'entendis plus proférer une longue litanie de juron que je n'avais jamais entendue auparavant. Ils étaient à noté ! Elle avait l'air d'aller bien à part qu'elle soit trempée, et après avoir mis ses affaires à sécher elle s'installèrent au soleil avec des gâteaux en short et en débardeur. Espérons qu'elle n'attrape pas froid ! Je la regardais curieuse de la phrase qu'elle venait de prononcer. Oh …
« Hako-chan ! C'est simplement … que … On m'a appris à être gracieuse ! Avec le jûken et les ordres de mon père … C'est tout ! Tu peux l'être toi aussi ! Et même plus que moi ! »
J'eus une idée pour dérider Hako-chan. Je fermais un instant les yeux pour les rouvrir. À l'intérieur le Byakugan était activé. Je laissais aller mon chakra dans l'eau avant de le faire tourner sur soi créant de vortex d'eau autour de moi. Mizu Hari ! Des aiguilles d'eaux sortirent des vortex pour aller frapper les branches au-dessus de moi. Normalement, j'aurais pu les transpercer mais … J'avais juste envie de faire pleuvoir par centaines les pétales rosés. Je laissais tranquillement mourir l'afflux de chakra dans mes pupilles avant d'essayer d’attraper les pétales unes à unes. Mais dans ce tourbillon de rosé je me laissais bientôt entraîner pour me mettre à danser au milieu des pétales les yeux fixaient sur le ciel au-dessus de moi. J'avais l'impression de voler. Surtout quand je tournais sur moi-même. Au bout d'un moment je m'arrêtais en rougissant. Oups … Je n'avais pas pensé à Hako-chan sur le coup ! Je me massai la nuque avant de retourner près d'elle et de m’asseoir en lui piquant un gâteau. Je lui tirai la langue en essayant de reprendre mon souffle d'avoir dansé ! J’espérais que Hako-chan ne se soit pas trop ennuyé. Je m'étais … laissé emporter … Trop de bonheur : Hako-chan et les cerisiers ! Je m'appuyai un peu contre Hako-chan avant de parler
« Je suis heureuse ! J'adore être avec toi ! »
Euh … Je rougis quelques secondes après avoir dit ma phrase. Ce n'était pas dans mes habitudes de dire tout faut ce que je pensais … Mais avec Hako-chan tout était plus simple !

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Mar 29 Nov - 20:33
Sous la pluie des cerisiers

Les deux jeunes filles s'étaient amusée comme des folles sur le lac, malgré la mésaventure finale de la kunoichi aux insectes. Au moins, cela avait fait rire Yume, même si l'espace d'un bref instant, la Hyûga aux instinct maternels s'était inquiétée pour son amie. Pourtant Yume aurait bien dû savoir que les idiotes n'attrapent jamais froid !
Les deux jeunes filles s'installèrent au soleil pendant que la tenue verdâtre d'Hako séchait tranquillement. Elles firent honneurs aux victuailles de leur pique-nique en papotant.
"Hako-chan ! C'est simplement … que … On m'a appris à être gracieuse ! Avec le jûken et les ordres de mon père … C'est tout ! Tu peux l'être toi aussi ! Et même plus que moi !" répondit la belle Hyûga aux interrogations existentielle d'Hako.
La petite Aburame ne lui répondit que par une moue dubitative un poil amusée et un haussement d'épaules.
C'était (adorable) sympathique d'y croire, surtout avec tant d'enthousiasme. Tiens d'ailleurs, la kunoichi aux yeux pâles semblait branchée sur cent-milles volt aujourd'hui. ..L'allégresse exubérante du lutin vert de Konoha déteindrait-il sur son habituellement tranquille coéquipière ?

En tout cas, Hako se connaissait bien (eh, elle vivait avec elle-même depuis quatorze ans déjà !) et ne se faisait pas d'illusions : même avec tous les efforts et tout l'entrainement du monde, jamais elle ne serait aussi féminine et gracieuse que la distinguée Hyûga...
Mais ce n'était pas bien grave, même si de temps en temps (surtout quand on la prenait pour une gamine immature), elle en ressentait un poil de jalousie.
D'un autre coté, paraître séduisante et féminine n'était pas réellement un des buts premiers dans la vie d'Hako... Même s'il serait flatteur de le devenir (au moins un peu, elle faisait confiance à Yum-yum pour arriver à la dégrossir un peu), ce n'était pas vraiment important aux yeux de la jeune Aburame.
Et puis c'était bien qu'elles soient si différentes. C'était plus amusant et intéressant, cela apportait des points de vue divergents et ainsi leur duo se complétait à merveille. C'était tellement plaisant d'être avec Yume ! Quelle chance elle avait eut de rejoindre l'équipe de sa meilleure amie !

La kunoichi vert-pomme fit donc un geste nonchalant de la main, faisant signe à Yum-yum de laisser tomber cette question.
Mais visiblement, la jeune et curieusement pétillante Hyûga avait autre chose dans les idées.
Sous le regard curieux de sa coéquipière, cette dernière activa son mystérieux Byakugan avant de rendre à nouveau au lac.

Yume se mit alors à tournoyer sur elle même, créant un tourbillon d'eau et de chakra.
Et soudain, alors que la belle Hyûga déclenchait une technique, des aiguillons aqueux en sortirent, heurtant violemment les branches et déclenchant une incroyable pluie de pétales roses !
La jeune Hyûga s'élança à leur rencontre en riant, essayant de les attraper comme une enfant joyeuse aurait essayée de capturer des flocons de neige.

Elle se laissa entrainer dans une danse tourbillonnante au cœur de la tornade rose, sous le regard fascinée d'Hako, qui avait le visage barré d'un immense sourire devant ce magnifique spectacle.
C'était envoûtant, hypnotique. La grâce de Yume au milieu des milliers de pétales de fleurs de cerisier était incomparable, faisant battre (très fort) le cœur de la petite Aburame conquise. Elle en restait sans voix, ses yeux se gorgeant de la beauté poétique de la scène : la peau blanche de la belle Hyûga contrastant avec le rose des pétales, ses mouvements lestes et précis accompagnant ses circonvolutions joyeuses, sa longue chevelure de jais balayant l'espace...Yume était pour un instant l'incarnation de la beauté et de l'élégance.

Il fallut un petit temps pour que la petite Aburame réagisse, trop estomaquée et ensorcelée par la démonstration.
Mais en avisant le charmant visage virant au pivoine de son amie, Hako lui dédia un éclatant sourire, avant de se mettre à applaudir à tout rompre, saluant l'incroyable performance.
"Superbe !" s'écria la kunoichi toute de vert vêtue (enfin, pas actuellement, là elle était toute en blanc humide), avec son enthousiasme débordant habituel. "C'était magnifique ! Et ! Et ! Waouhou !!"
Elle se calma un peu, alors que Yume revenait vers elle en retrouvant contenance après son ballet printanier.
"Et je ne savais pas que tu avais une technique de pistolet à eau ! Tu aurais pu t'en servir contre moi pour qu'on fasse une bataille d'eau sur le lac ! Au moins, j'aurais eu une excuse pour te pousser à la flotte à ton tour..." plaisanta Hako alors que la ravissante Hyûga la rejoignait sur son rocher ensoleillé et lui tirait la langue en prenant un gâteau.

Le visage de la meilleure amie de la jeune Aburame était rayonnant. Elle s'assit à coté d'Hako et s'appuya gentiment un peu contre elle, surprenant à nouveau le lutin vert de Konoha, toujours aussi peu habituée à pareilles démonstrations de promiscuité.
Le sourire d'Hako s'agrandit encore (si c'était possible), ravie de cette marque d'affection et de confiance.

"Je suis heureuse ! J'adore être avec toi !" s'exclama alors joyeusement Yum-yum,  déconcertant à nouveau Hako par son entrain.
Rien ne pouvait faire plus plaisir à la jeune Aburame. Savoir que sa meilleure amie, sa chère coéquipière était finalement heureuse, malgré tout ce que le destin avait jeté sur son chemin... Voilà qui était génial !
Et en plus, elle aimait être avec elle ! Hako devait retenir des larmes de joie et l'envie d'enserrer la douce Hyûga dans ses petits bras musclés. Personne ne lui avait jamais dit ça... D'habitude, les gens s'avéraient plutôt agacés ou répugnés par l'exubérante (et horripilante) Aburame.

En plus c'était tellement mignon quand Yum-yum rougissait après avoir laissée échapper à voix haute ses pensées d’allégresse.
Hako ne put s'empêcher de l'attirer un peu plus contre elle et de lui ébouriffer ses cheveux noirs parfaits.
"Moi aussi ! On s'amuse tellement, on se complètent parfaitement et on est si bien toutes les deux..." répondit joyeusement la kunoichi à froufrous. "J'espère que ça durera longtemps ! Et qu'on deviendra des Sannin légendaires ou un truc du style, ensemble ! Et...euh...euh... Que tu sois heureuse tout le temps ! Tu le mérites tellement..."
La fin de sa déclaration enflammée avait réussir à faire également rougir Hako. Elle se fit néanmoins le serment de toujours essayer de protéger le bonheur de sa meilleure amie.
Pour se donner contenance, elle engouffra à nouveau quelques (beaucoup) en-cas que son père leur avait préparé, conservant les délicieux gâteaux de Yume pour la fin.

La jeune Aburame se perdit à nouveau dans la contemplation de l'eau désormais tranquille du lac, qui virait de plus en plus au rose au fur et à mesure que la douce brise printanière y entrainait les pétales de cerisier de la danse de Yume. Le doux contact de la Hyûga à coté d'elle lui apportait une agréable chaleur et faisait battre son petit cœur, sans qu'elle sache trop pourquoi. Elle se contentait d'apprécier l'instant délicieux.
Quelle journée agréable ! Parfaite !
Que pouvait-elle demander de plus ?




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Mer 30 Nov - 8:55



Déclaration
J'avais viré charbons ardents face aux commentaires appréciatifs de Hako-chan. D'habitude il y avait toujours quelque chose à redire sur mon comportement. Du moins, du point de vue de mon père … Ce que n'était pas toujours la science exacte si vous me permettez de dire ça. J'étais vraiment bien appuyée contre elle. Bon … De loin cela devait être ridicule, une grande appuyée sur une petite mais … Au moins j'étais près de celle qui faisait battre mon petit cœur. J'avais tellement l'impression d'être une guimauve parfois ! Mais je ne savais pas trop comment présenter autrement … Pas ma faute … Et cela me fit grandement plaisir comme Hako-chan s'appuya un peu plus contre moi en m'ébouriffant les cheveux. Ce qui ne servit à rien … Ou presque puisqu'ils étaient raides comme des baguettes de tambour. Je la chatouillais un peu pour me venger.

Sa déclaration absolument trop mignonne me fit de nouveau virer à l’écarlate. Mais comme elle. Oui … Nous faisions une belle paire ! Je lui marmonnais un « Tu es trop gentille » Mais ce n'était sûr qu'elle l'ait entendue. Elle regardait le lac. Je détournai la tête vers les arbres. Mon cœur cognait si fort … Elle devait le sentir ce n'était pas possible autrement. Bon … Ce n'était le moment ou jamais … Mais si elle disait non . Et si … Elle me repoussait . C'était bien un risque à prendre non . Les ninjas devaient prendre des risques ! Et même les apprentis ninjas … Mais … Et si cela brisait notre amitié . Contre qui m'appuierais-je en cas de besoin ? Si elle disait non … Pourquoi est-ce que je pensais ça ? Parce que jamais on n'avait discuté de nos attirances ! Mais elle pouvait dire oui aussi, non . Pourquoi est-ce que je pensais toujours négatif ? Si elle disait oui … Mais y avait-il une chance qu'elle dise oui ? Comment cela allait-il se passer ? Ma déclaration un silence pesant … Puis le « Je suis désolé mais c'est non ? » ou une autre forme . Et après ? Et après quoi dire . Quoi faire ? Il y avait des situations que je ne pouvais prévoir. Il fallait que je me calme. Et que je lui dise. Sans m'en rendre compte j'avais remonté mes genoux contre ma poitrine et passai mes bras autour. Bon … Au moins j'étais déjà en position fœtale au besoin.

Lorsque j'ouvris la bouche la panique me prit. Mon cœur commença à battre de manière désordonné, je tremblai, et j'avais un peu de mal à trouver mon souffle. Pourvu que Hako-chan ne le remarque pas ! Je sentis même des larmes me montaient aux yeux … Euh … Bobby ?, Bobby était le secteur émotion de mon cerveau, Bobby . On se calme. Respire tout va bien. Non, tout ne va pas bien mais … On arrête l'effet lacrymal s'il te plaît. Bobby ? Est-ce que tu m'écoutes ? Non. Bon … Il n'empêche que j'avais l'impression de mourir sur place. Je respirais profondément avant de parler.
« H-a-hah-ah-Hako-chan … Il … Il … Il faut que je te dise … Quelque chose … De grave … Non ! Pas de grave mais … D'important ! Hako-chan … Tut-t—t-t-tu tu as toujours étais là pour moi … Et Et … Et … Au fil … du temps … Ce n'est plus …de l'amitié … Queqeqe—uqe-euque-que j'éprouve pour toi … Mais-mais-mais … De l'amour … Hako-chan … Hako-chan … Je t'aime ! »
Oui ! Je l'avais dit ! J'enfouis aussitôt mon visage dans mes mains. Là, oui, là je voulais bien pleurer un peu ! Mais il ne fallait pas que Hako-chan ne le voie … Le silence arriva. Long … Immensément long. Pour une fois que Hako se tenait tranquille. Je sentais le non arriver … Mais d'une force … Je n'osai pas sortir la tête de mes mains. Au mieux elle allait me parler, au pire elle allait partir en me laissant seule. Au choix … Pourquoi avais-je parlé ? Je me mordis la lèvre sans rien dire guettant la réaction de Hako-chan.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Jeu 1 Déc - 20:33
Sous la pluie des cerisiers

Yume répondit à ses taquineries par des chatouilles et à sa grandiloquence en virant (une fois de plus, mais c'était toujours aussi adorable et amusant à voir) au pivoine.
Bon, sur ce dernier point, Hako ne faisait guère mieux actuellement, étrangement troublée par ses propres paroles et par la proximité physique avec sa meilleure amie...
Pour masquer son trouble, la jeune Aburame retourna à la contemplation du lac, se contentant d'apprécier le doux contact avec son amie appuyée contre elle, perdue dans ses songes (qui d'ailleurs avait une fâcheuse tendance à tourner autour de la Hyûga).

Cette dernière marmonna ce qui ressemblait à un remerciement, amenant un rictus amusée sur le visage poupin de la kunoichi vert-pomme. Ah, Yume, toujours à remercier pour le moindre petit geste gentil ou à s'excuser pour trois fois rien...
Hako ferma les yeux, se dorant au soleil printanier qui finissait de sécher ses vêtements. C'était agréable... Pour une fois, elle ne courrait pas partout, ne sautillait pas, ne s'entrainait pas ou ne saoulait pas quelqu'un de ses paroles. Être juste là, tranquille, avec Yum-yum... Elle pourrait y prendre goût. Finalement, elle commençait à comprendre la paresse légendaire de Shikamaru...

Un léger mouvement de la part de Yume et un silence qui s'éternisait attira finalement l'attention de la petite Aburame.
Rouvrant les yeux, elle coula un regard intriguée vers sa coéquipière.

Allons-bon...
Hako se retint de soupirer trop bruyamment. Elle reconnaissait cette posture tendue, ce regard fuyant et paniqué. Yume était encore partie dans une introspection auto-dépréciatrice ou un truc du style...
La jeune Hyûga avait tendance à trop réfléchir, à toujours penser négativement, à envisager d'abord et surtout le pire. C'était un travers, avec sa timidité et son manque d'assurance, qu'essayait de combattre Hako par son positivisme et son enthousiasme... Son amie faisait des progrès, mais ce n'était pas encore gagné !

Bon, qu'est-ce qui avait bien pu la mettre (encore) dans cet état ? La voilà qui était quasiment en position fœtale sur son rocher...  Elle s'était même légèrement écartée de la kunoichi vert-pomme (enfin, actuellement en blanc).
Hako hésita à lui passer un bras autour des épaules pour lui demander ce qui n'allait pas, mais l'adolescente aux yeux pâles finie par se décider à parler, ou plutôt à ânonner avant qu'elle ne se décide.

"H-a-hah-ah-Hako-chan … Il … Il … Il faut que je te dise … Quelque chose … De grave …" balbutia la Hyûga, tremblante et balbutiante. On pouvait même desceller les prémisses de quelques larmes dans ses beaux yeux lavandes délavés.
Le cœur de la jeune Aburame fit un bond dans sa petite poitrine, désormais serrée. Elle croyait se bégaiement quasiment disparut entre elles ! Pour qu'il soit de retour et vu l'état de Yume, elle allait lui annoncer une terrible nouvelle !
Son père ? Hi Hyûga avait-il encore fait une connerie ?
Nyuuwa ? Non, elle ne l'aurait pas invité à un joyeux pique-nique si quelque-chose de grave était arrivé à sa petite sœur, voyons !


"Non ! Pas de grave mais … D'important !" continua à bafouiller Yume, visiblement en peine et stressée, mais s'obstinant malgré tout à essayer de s'expliquer.
Quelque-chose d'important ? Le cerveau désormais anxieux d'Hako pensait à toute vitesse, essayant de comprendre, d'anticiper ce qui troublait à ce point son amie.
Son cœur se serra davantage, envisageant de sinistres hypothèses. Et si Hi Hyûga, sous le coup d'une colère idiote et aveugle (ahah, non, c'est pas le moment Hako !) avait décidé d'interdire à sa fille de fréquenter la jeune Aburame ?
Pire encore : et si l'administration sans âme de Konoha avait décidé que l'ajout d'Hako à la Team 2 s'avérait être une erreur ? Elles seraient séparées !
Non, cela ne pouvait pas être possible... La kunoichi aux insectes fouilla frénétiquement dans sa mémoire à la recherche d'un faux-pas, d'une erreur en mission, d'un moment où elle aurait énervée Yume ou Someï-sensei plus que de raison...

Mais Yume n'avait pas finie et poursuivait tant bien que mal son message hésitant et l'Aburame, la bouche sèche, se fit encore plus attentive.
"Hako-chan … Tut-t—t-t-tu tu as toujours étais là pour moi … Et Et … Et … Au fil … du temps … Ce n'est plus …de l'amitié … Queqeqe—uqe-euque-que j'éprouve pour toi … Mais-mais-mais … De l'amour … Hako-chan … Hako-chan … Je t'aime !" termina la kunoichi aux yeux pâles.
Là, le cerveau d'Hako se déconnecta brutalement, alors que Yume se repliait encore plus sur elle-même, tremblante et avec des sanglots dans la voix.


Hako était comme statufiée, elle avait l'impression de s'être fait frapper par un coup violent de Jûken : indemne à l'extérieur, mais avec tout ses organes internes en vrac.
Elle se retrouvait incapable de réfléchir, elle qui crânait sur son intellect Aburame si aiguisé.
Elle était incapable de parler, elle la pipelette amateur de ragots et à la langue d'habitude bien pendue.
Elle semblait incapable de se mouvoir, de réagir, elle la spécialiste en taijutsu à la vivacité frénétique et à l'énergie débordante.
Et le silence devenait de plus en plus pesant, juste entrecoupé des sanglots étouffés de Yume, le visage enfouis entre ses mains, recroquevillée sur elle-même comme si on l'avait battue ou humiliée..

Petit à petit, une voix se fraya un chemin dans l'esprit blanc de l'adolescente Aburame.
STOP !
Fais quelque-chose !
Dis quelque-chose !
Réagis Hako, bon sang !
Yume...Yum-Yum... Elle vient de dire qu'elle t'aimait ! D'amour !
Sa colère contre elle-même et son inaction coupable finirent par réveiller la jeune fille aux yeux vert.
Son cerveau repartit tant bien que mal, son cœur se remit à battre, trop fort, et elle relâcha l'air vicié contenu dans ses poumons jusqu'alors bloqués.
Maintenant, pause et on réfléchit à la situation. Vite.

Yume l'aimait. Et pas qu'en amitié. C'était... inattendu.
La jeune Hyûga avait-elle conscience qu'elle parlait à une fille ? Elle n'avait pu se méprendre sur le sexe d'Hako, pas après tout ce temps, pas après les plaisanteries et discussion échangées.
Donc... Elle n'en avait cure.
C'était... surprenant.

"Et de ton coté, banane ? Et réfléchit plus vite : elle attends une réponse... Ou elle va en imaginer une et tu sais trop bien comment elle est..." lui souffla son esprit, lui administrant une violente claque mentale.
Que ressentait-elle pour Yume ?
Elle ne savait pas !
Pas exactement... Elle l'adorait. C'était sa meilleure amie...
Mais...
Etait-ce tout ?
Bon, il y avait aussi les rêves comme celui de ce matin, mais elle était une adolescente en pleine croissance, qui n'en avait pas ?
Raaaah ! Que c'était compliqué les sentiments !

Elle essaya bien de parler, mais rien ne sortit de sa bouche paralysée à par quelques raclements rauques inaudibles.
Ses pensées tourbillonnaient follement suite à la déclaration de la belle Hyûga... Ses sentiments menaient une guerre contre sa raison (et encore, cette dernière était à moitié traitre).
Hako ne savait que dire... Comment répondre à...à une déclaration d'amour de la part d'une fille, de la part de sa meilleure amie, de sa coéquipière ? Elle n'était même sûr de comprendre ses propres sentiments !

Alors Hako agit. Ne pouvant s'appuyer sur la raison et l'intellect, elle s'abandonna corps et âmes à l'instinct.
Elle se leva d'un bond, s'approcha de Yume et avec sa force de spécialiste de taijutsu, écarta sans ménagement les mains qui enfermaient le beau visage de Yume, à présent défiguré par les larmes et le rouge de la honte.
Et, la prenant dans ses petits bras, Hako, plus rouge qu'une tomate, l'embrassa.

C'était un baiser maladroit, inexpérimenté et forcé mais la petite Aburame y mit toute sa passion.
Elle serra fort Yume dans ses bras petits mais puissants, manquant de broyer la kunoichi aux yeux pâles dans son étreinte.
Au bout d'un long moment, leurs lèvres se séparèrent et Hako s'écarta lentement en rougissant de plus belle.

"Bakabakabaka ! Baka-Hyûga !!" fini-t-elle par s'écrier, se recomposant (sans grand succès) le masque du dynamique et insupportable lutin vert de Konoha. "On n'a pas idée de balancer une déclaration d'amour comme ça, en pleurant et en se roulant en boule !"

Elle soupira longuement pour essayer de retrouver son calme. Peine perdue. Son instinct avait parlé, lui révélant ses envies, chassant les excuses et les pseudo-justification.
Et après son... baiser... mon dieu, elle avait réellement embrassée Yum-yum ? Comme une amante ? Oh Kami... Plus moyen de revenir en arrière.
Hako prit une profonde inspiration, avant de tourner un regard déterminé vers Yume, plongeant ses étincelant yeux émeraudes dans le blanc teinté de lavande de ceux de la Hyûga.

"Je...Je... Merci... Oooh ! Bon sang, on peut dire que... t-tu m'as prise par surprise et... Et... Raaah ! J'ai du mal à organiser mes pensées ou à m'expliquer !" poursuivit la kunoichi vert-pomme (et rouge cerise pour le visage).
"Je... crois que je t'aime aussi... Je ne sais pas, j'ai jamais été amoureuse avant ! Mais... je veux toujours être en ta compagnie... J'aime te voir sourire t'entendre rire. Je veux que tu sois heureuse. Je veux te protéger. Je veux t'écouter parler et discuter avec toi. Te regarder danser. Goûter ta cuisine, tout les jours... Tu étais déjà ma meilleure amie... Mais maintenant, je crois... je ne sais pas... J-Je veux en plus t-te serrer dans mes bras. Te câliner. C-caresser tes jolies cheveux longs... T-t-toucher t-ta peau si blanche et si douce..."

Et plus que ça, même, si elle en croyait les rêves de ce matin... Mais elle se tut avant d'aller trop de ce coté là.
Maintenant que Yume avait eut l'incroyable courage de lui faire cette déclaration et qu'elle l'avait finalement acceptée au plus profond d'elle, Hako, consternée, s'en voulait d'avoir était aussi aveugle.
Sur les sentiments de Yume.
Et sur les siens.
Oui, même si elle se sentait perdue et hésitante, inutile de le nier plus longtemps : elle ressentait davantage que de l'amitié envers la belle Hyûga.

Elle se gratta la tête, affreusement gênée et pivoine, puis s'installa à coté de Yume. Très près. Hésitante, elle passa doucement un bras tremblant autour de la taille de l'adolescente aux yeux pâles.
"Je... Désolé." marmonna-t-elle timidement. "Je... je suis un peu nulle, coté sentiments, hein ? J'aurais du m'en rendre compte plus tôt... J'aurais dû faire le premier pas. Ah, c'est sensé être moi la tête brulée de l'équipe ! Bon sang, quel courage il a dû de falloir... Et puis mon baiser était nul... J'ai paniqué. Désolé... Tu... T-tu veux bien encore de moi ? En... plus qu'une amie ?"
Non... Là encore, trop hésitant. Ne fuis pas, Hako. Toi qui est si courageuse et déterminée d'habitude... Allez, un peu de courage ! Pour Yume !
Elle resserra un peu son étreinte autour de la taille de l'autre jeune fille pour la faire plus possessive, mais cette fois en faisant attention de ne pas brusquer ou faire mal à la douce Hyûga.
L'Aburame, toujours un peu étourdit, mais de plus en plus résolue prit une profonde inspiration. A son tour !

"Yume ! Je t'aime ! Est-ce que tu veux devenir ma petite amie ?" lança-t-elle d'une voix qu'elle réussit à ne pas faire trembler. Ses joues brulaient, carmins.
Mais elle souriait. Fort. Son cœur battait à tout rompre.
Qu'importe qu'elles soient toutes deux des filles. Qu'importe ce que pourraient penser les gens, les membres de leurs clans respectifs.
Elle voulait être avec Yume.




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Ven 2 Déc - 16:49



Je t'aime …
J'attendis le cœur battant. Hako-chan ne bougeait pas. Elle ne parlait pas. Mais, allez ! Dis quelque chose ! Envois moi balader même ! Mais ne me laisse pas dans cette incertitude qui me rend dingue ! Fais quelque chose bon sang … Ne me laisse pas comme ça ! Je restai fortement surprise quand elle écarta mes mains pour venir m'embrasser maladroitement. C'était … Juste … Adorable. Qu'elle me broie les reins l'était beaucoup moins mais j'étais concentrée sur le baiser qui remplissait d'une allégresse nouvelle mon cœur et mon corps.

Je souris lorsque Hako-chan plus rouge que moi, ceci était un exploit, recula en me traitant de Baka. Elle tentait de reprendre son petit jeu de lutin farceur mais c'était peiné perdue. Par contre, elle retrouva son sérieux sans trop de difficulté. Enfin … Si … Avec au contraire beaucoup de difficulté. Mais son regard vert flamboyant au milieu d'un visage rubis me rassura. Elle n'avait pas fait ça pour se moquer de moi. Sa déclaration qui suivit me fit de nouveau pleurer. C'était la première fois qu'on me disait ça … Et c'était Hako-chan qui me le disait ! Quand elle revient vers moi, me faire un câlin en s'excusant je n'hésitai pas et l'enlacer à mon tour. Sa question déclencha comme des petites bulles de champagne dans mon ventre. J'essuyai d'un revers de main les larmes sur mon visage avant de prendre en coupe le visage d'Hako
« Oui, Hako-chan, Je le veux. »
Très délicatement, et en fermant les yeux je posais mes lèvres sur les siennes pour notre premier baiser. Peut-être un peu moins maladroit que le premier. Mais ma déclaration était carrément plus ridicule que la sienne. Mais je restais quelques secondes à embrasser Hako-chan. C'était très agréable et elle avait les lèvres toutes douces. J'aurais pu rester des heures comme ça. Mais je rompis le baiser pour contempler le beau visage de ma petite amie. Elle était jolie, et je ne me privai pas pour lui dire. En rougissant. Juste avant de la serrer avec force contre moi pour nicher mon visage contre son cou. J'inspirai avec plaisir son odeur bien à elle. Personne d'autre n'avait la même ! Et ça c'était génial. Immobile une poignée de secondes, je restai contre elle avant de me redresser lentement pour embrasser le nez de ma petite amie. C'était drôle de penser/dire ça. Connaissant le caractère de Hako-chan, je repris la parole
« Hako-chan, il va falloir être très discrètes et extrêmement prudentes. Je doute que nos clans respectifs acceptent notre nouvelle relation. Il va falloir se cacher »
Je n'aimais pas du tout ça … Mais de mon côté, je n'étais qu'une monnaie d'échange, un point vaguement utile, un bouclier pour mon clan. Je devais rentrer dans le moule demandé. Sinon, Ils avaient un moyen facile de me briser. Je savais qu'il y avait un risque que je sois fiancée, mais c'était tellement improbable que je chassai l'idée d'un mouvement d'épaule. J'étais bien trop basse dans la hiérarchie du clan Hyûga. J'attendis que Hako me jure d'être discrète avant de l'embrasser de nouveau en douceur.

Je ne voulais pas penser aux conséquences. Pas ici. Pas maintenant. Pas avec mon Hako-chan. Je fermai les yeux en serrant de nouveau Hako-chan contre moi. Kami ! Si tu le peux ! Fais que le temps suspende son temps tout autour de nous. Que je puisse passer des heures avec Hako-chan sans que le soleil ne bouge ! Je ne veux pas qu'il soit bientôt l'heure de rendre. Je ne veux pas quitter Hako … S'il te plaît … Stoppe le temps …

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Sous la pluie des cerisiers    Dim 4 Déc - 14:23
Sous la pluie des cerisiers

La première réponse émue et cafouilleuse d'une Aburame surprise et troublée ne réussit qu'à faire pleurer à nouveau Yume. De bonheur ? De surprise ? De confusion ? Autre chose ?
En tout cas, elle n'avait pas repoussée l'embrassade maladroite de la kunoichi vert-pomme.

"Oui, Hako-chan, Je le veux." déclara sentencieusement la nouvelle petite amie de la jeune Aburame.
Cela sonnait presque comme une cérémonie de mariage... La brève vision d'elle-même henge en prince de conte de fée parodique faisant sa demande traversa alors l'esprit de l'espiègle kunoichi.
Qui aurait deviné que cette blague s'avérerait prophétique ? Ou bien était-ce juste un signe de plus qu'elle n'avait pas su interpréter correctement ?

En tout cas, un sourit scintillant de bonheur éclaira alors le visage d'Hako. Visage que Yume enserra dans ses douces mains, avant de s'approcher pour lui donner un véritable baiser, beaucoup plus doux et agréable que la tentative malhabile et précipité de la jeune Aburame. Evidement, on pouvait compter sur une délicate et attentionnée Hyûga pour faire mieux qu'elle... Mais elle apprenait vite !
Hako s'abandonna à cette sensation nouvelle et excitante. Jamais elle n'aurait imaginée que cette tranquille journée de repos se serait déroulée comme ça !
Leurs lèvres finirent par se séparer (au grand regret de la petite adolescente, qui en voulait déjà plus. Comment avait-elle pu être aussi hésitante ?) et Yume plongea son regard pâle désormais énamourée dans les yeux verts de l'Aburame, qui se sentit rougir à nouveau.

Yum-yum la complimenta sur sa beauté, ce qui fit rire gentiment la jeune fille.
Décidément, on disait que l'amour était aveugle et la Hyûga le prouvait, malgré son dojutsu héréditaire. Non, Hako savait qu'elle n'était pas réellement belle. Pas moche non plus, hein ! Mais pas belle. Juste... normale.
Sous le masque des vêtements exotiques et de l'exubérance, elle se savait... quelconque. Petite pour son âge, plate comme une limande et un peu trop musclée, pas spécialement gracieuse... On l'a prenait parfois pour un garçon (génial, voilà qu'elle allait devenir un stéréotype de la lesbienne hommasse, maintenant...), même, malgré sa tenue bouffante et pleine de nœuds mignons. Des cicatrices sur une peau qui n'était pas particulièrement douce. Des cheveux châtains quelconques, en plus pas forcement bien entretenus et donc souvent en bataille (merci le bonnet de cacher ça). Et pas particulièrement doux ou fins. Bref, rien de bien féminin et pas grand chose que l'on aurait pu qualifier de "beau". Et ne parlons pas de ce qu'elle hébergeait en elle...


Mais visiblement elle était belle sous le regard lavande pâle de Yume. Et ça lui suffisait. C'était même immensément flatteur.
En plus la Hyûga était tellement mignonne à rougir en la flattant ! A croquer !
Cette dernière se nicha alors contre elle, immobilisant la jeune Aburame dans une étreinte amoureuse qui tétanisa un instant la jeune fille (il allait falloir qu'elle se fasse à cette nouvelle proximité).
Avec une légère hésitation, n'en revenant toujours pas de cette suite d'événement, Hako câlina à son tour la belle Hyûga, tout en songeant à l'aspect irréel de cette situation.

A part au plus secret de la nuit, jamais elle n'avait imaginée devenir la petite amie de Yume. D'une fille.
Et elle découvrait que cela ne lui posait aucun problème. Elle n'avait pourtant jamais songé à être... de ce bord là. D'ailleurs, jamais elle n'aurait pensée que Yume aimait les filles...
D'autre part, elle ne se sentait pas particulièrement... différente d'avant. Hako s'interrogea un moment en silence, avant d'en venir à une conclusion : elle ne se sentait pas lesbienne ou particulièrement attirée par les filles. C'était juste Yume. Elle était Yumephile.
Etrange.
Improbable.
Délicieux.
Elle était si bien, à sentir le souffle de Yum-yum sur son cou, à presque entendre palpiter le cœur de l'adolescente aux yeux pâle nichée contre elle... A avoir quelqu'un qui la touchait amoureusement, sans peur, elle le nid d'insectes mortels...
Mon dieu, elle venir à peine de découvrir ses sentiments et d'accepter cet amour inattendu qu'elle était déjà accro à la douce Hyûga.

Hako aurait voulu que cet instant dure toujours... Ou qu'elle ramène Yum-yum à la maison, ou à un endroit où elles auraient pu vivre leur nouvelle passion ensemble, pour l'éternité.
Ou au moins, aussi longtemps que possible, Hako avait beau être enivrée par cet inattendu béguin, elle était trop Aburame et réaliste pour espérer qu'il dure toujours. Elle savait qu'elle n'était qu'une adolescente, impulsive en plus.
L'amour durerait-il ou ne serait-il qu'un adorable flirt de jeunesse ? Allez savoir... Pour l'instant en tout cas, elle était au septième ciel et ne voulait pas quitter les bras de Yum-yum.  De sa Yum-Yum. Qu'importe le futur, elle vivrait l'instant présent et cette passion à milles à l'heure.


Sa douce Hyûga fini par s'écarter d'elle à regret, lui embrassant le nez au passage, ce qui amena à nouveau un sourire sur le visage enfantin de l'Aburame. Yume était trop mignonne. Et elle semblait si heureuse !
Elles avaient tant de nouvelles choses à découvrir, pouvaient à présent se permettre une nouvelle proximité...
Mais sa coéquipière et petite amie chassa Hako de son petit nuage rose d'amoureuse.

"Hako-chan, il va falloir être très discrètes et extrêmement prudentes. Je doute que nos clans respectifs acceptent notre nouvelle relation. Il va falloir se cacher." affirma la Hyûga, la plus raisonnable de ce nouveau couple.

La réaction instinctive qu'étouffa bien vite Hako fut de se récrier. Elle n'avait pas honte de leur relation ! Elle voulait afficher leur bonheur, le crier au monde dans un éclat de joie. Et si des médisant il y aurait, elle leur botterais le cul !
Mais dans l'esprit de la kunoichi vert-pomme se trouvait quand même un noyau de raison et de réflexion, ce qu'elle nommait son coté Aburame.
Evidemment, Yume avait raison. Cela ne lui plaisait guère, mais leur passion devrait rester secrète. Hélas. Elle soupira profondément avant d'acquiescer à contrecœur.

"Je vois... Promis, j'essaierais de modérer mes ardeurs et j'éviterais d'aller graver un cœur avec nos deux noms sur la falaises des anciens Hokage. Dommage." maugréa Hako, mais faisant visiblement des efforts pour sa nouvelle petite amie.

En récompense, Yume l'embrassa à nouveau doucement, pour le plus grand plaisir de l'Aburame qui se retrouva à nouveau catapulter sur un petit nuage.
Visiblement, Yum-yum avait trouvé un nouveau moyen de contrôler et calmer la petite excitée vêtue de froufrous !
Enfin, pour un temps.
La belle Hyûga se réinstalla à nouveau contre la jeune Aburame et la serra contre elle, fermant les yeux pour s'abandonner à leur (presque) chaste étreinte amoureuse.

Même si ce n'était pas agréable, l'esprit d'Hako avait poursuivit dans la voie des problèmes futurs que pourrait rencontrer leur couple interdit.
Elle laissa longuement le temps défiler, pour profiter de l'étreinte de Yum-yum avant de poursuivre la conversation déplaisante.
"Honnêtement, je pense que le clan Aburame se ficherait totalement de notre... relation. Pour nous, ce qui est privé est privé. Nous n'avons pas particulièrement de préjudice ou d'a prioris négatifs sur les couples de même sexe. Le clan Aburame n'est pas étroit d'esprit, on se targue plus d'être logique. Et discret. Je suis sûr que ça existe déjà en douce parmi nos membres..."  affirma la kunoichi aux insectes.

Un sourire de requin vint masquer un instant le trouble de l'adolescente aux insectes, qui injecta un peu d'humour (lourd) dans sa déclaration, pour dédramatiser la conversation.
"Pas de bol pour toi, vous autres les nobles et prestigieux Hyûga avaient par contre un vrai balais dans le cul, de la taille de la tour de l'Hokage. Je me demande quelle frustration cela peut bien générer, derrière ces posture rigide et ces visages fermés... J'imagine d'ici les regards outrés de tout ces bien-pensants coincés, si je te prenais par la main et t'embrassait devant eux. ça me donne presque envie d'essayer... Mais non ! Je t'ai promis d'être sage..."


Hako s'éclaircit la gorge et chassa sa blague pas drôle d'un geste de la main et déposa un petit bisou d'excuse dans le cou de la jeune Hyûga, avant de continuer, d'une voix plus hésitante.
"De...mon coté... Il y a juste un petit problème..." souffla-t-elle, gênée.

Bon, autant être honnête avec Yum-yum. En plus, il y avait de grande chance que ça soit pareil de son coté... Voire pire.
Mais pour débuter une relation saine, mieux valait tout de suite qu'elle soit au courant.
Hako soupira derechef, songeant à son destin et un poil gênée de l'expliquer à la belle Hyûga.
"Pas mes parents. Tu les as vu, c'est des crèmes. Ils seraient surpris, mais bon, je suis leur mignonne fille unique, ils finiraient par me passer ce caprice. Le problème c'est... que je suis une expérience. Ma... conception hybride a été autorisée pour amener du sang neuf au clan. Il faudra donc à un moment ou un autre, le plus tard possible j'espère, que je... que j'ai des enfants. Avec un Aburame."

Voilà, elle l'avait dit.
Jusqu'à présent, cette information n'avait été qu'un éventualité lointaine, à laquelle la kunoichi vert-pomme ne songeait quasiment jamais. Cela lui paraissait si loin dans le futur !
Mais maintenant, cela sonnait comme une épée de Damoclès, un couperet qui finirait par essayer de briser leur couple.
Bon... Un peu de réalisme, ne tombons pas dans le mélodrame. Hako savait où était son devoir. Et Yume aussi : elle venait du rigide et aristocratique clan Hyûga. Les histoires de mariage arrangé, de devoir envers le clan, elle connaissait ça. Elle nageait dedans. Ses propres parents étaient issus d'une union de ce genre.
Elle devait déjà avoir songée à subir un destin similaire (c'était tellement Yume d'imaginer le pire) et elle n'en tiendrait pas rigueur à Hako de devoir se plier à ce genre de... tradition passéiste, non ?

"J'imagine que c'est pareil pour toi, avec la nécessité de transmettre le Byakugan à la génération future..." poursuivit la petite Aburame d'une voix rauque. "Je... J'imagine qu'il va falloir que tu choisisse un mari et que tu... fasses ce que tu as à faire. Va falloir que je contrôle ma jalousie et ce sera pas facile... Par tous les kami, on est ensemble que depuis cet après-midi et j'ai l'impression que tu remplis déjà tout mon cœur..."

Bon, assez de toutes ces hypothèses sinistres ! Tout ça n'était que dans un lointain futur, indéterminé. Mieux valait ne pas trop y pensait, ce qu'Hako dit à sa tendre Hyûga, et profiter de l'instant présent. De leur nouvelle et belle relation. De leur amour. Autant nager dans le bonheur le plus longtemps possible ! Autant s'aimer de leur mieux !
Elle promit à nouveau à la douce Yume de faire attention, de cacher au mieux leur liaison interdite. Ce serait à la fois difficile et aisé, Hako pouvant aisément passer pour une excitée à l'amitié un poil trop tactile et irrespectueuse de l'espace privée d'une personne. Mais elle se savait aussi jalouse, possessive et bien sûr d'un délirant enthousiasme. Et surprotectrice envers sa Hyûga. Bah, elles se débrouilleraient...

Hako se perdit dans la contemplation des étranges et magnifiques yeux pâles de sa compagne, de son doux visage sur lequel elle ne voulait plus voir aucune larmes, plus jamais.
Après un instant d'hésitation, elle s'approcha à nouveau de ses lèvres, qu'elle captura dans un profond et passionné baiser. A nouveau. C'était une vraie drogue.

"Qu'importe le futur pour l'instant. On l'affrontera ensemble." termina la jeune Aburame d'une voix douce une fois que leur lèvres se furent séparée. "Tout ce qui compte maintenant, c'est que je t'aime et que je veux ton bonheur. Et si ça implique de rester une amante secrète, de devoir se cacher, je le ferais. Pour toi."





Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Obama fait campagne sous la pluie alors que McCain annule...
» Voir Nice Sous la Pluie
» [Libre] Sous la pluie et le vent.
» Une balade sous la pluie
» Sur le sol, sous la pluie... ♪ [PV Yasushi]

Sauter vers: