Les flammes de la rébellion - Mission rang A
Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 29
Date d'inscription : 04/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur


   
♬ Petite musique à activer avant le début de la lecture ♪ ♫


   

   


   




Le Daimyo de Yama no Kuni avait mandé de l'aide à tous les villages ninjas. Suna semblait tout indiqué par sa position géographique pour répondre aux attentes du seigneur. De plus, Gaara s'était récemment calmé (bien que quelques personnes disparaissaient tout de même encore de temps à autre, mais moins que par certaines périodes passées...), et donc, pour ne pas disparaître de la scène internationale, le village caché du sable avait sauté sur l'occasion pour envoyer ses shinobis dont leur jinchuriki, la meilleure preuve de leur stabilité.

C'est à la suite d'une longue réunion que le conseil trancha comme à leur habitude, tard dans la nuit. Ces hommes pensent que c'est une tarre, mais Gaara les envie. Il les envie de pouvoir aller se coucher et tomber de sommeil dans les bras de leur aimé(e). Lui, il ne peut pas dormir sinon ichibi prendra le dessus et détruira tout le village. Détruire... C'est ce que Gaara faisait de mieux et pourtant ce qu'il ne voulait plus faire. A moins que ce ne soit sa troisième voix ? Il ne sait plus trop qui il était. Il l'a jamais vraiment su à vrai dire.

"Ce Kageshi... Il dit que l'esprit de ma mère me protège..."
"Foutaise que cela... Tu sais très bien qu'il n'y a que moi et que nous sommes moi !"
"Rah ferme là !" [Il se cramponnait le front comme si il voulait s'arracher l'os frontal pour l'extirper de là.]

Comme chaque soir, le jinchuriki était assis sur un toit d'une maison de Suna. De préférence assez haute, il les choisissait par rapport aux courants d'air et par rapport à la vue qu'il pourrait avoir sur les rues, profitant de chaque passant pour le suivre discrètement de toit en toit. La nuit il ne se passe pas grand chose, alors l'adolescent saute littéralement ou pas sur tout ce qui bouge pour se divertir. Quant aux courants d'air, il aimait juste sentir le vent le rafraîchir : cela calmait ses ardeurs et l'empêchait également de somnoler.

*Fiush -> Pat*


_Sabaku no Gaara... Une mission pour vous. [Il tendit un parchemin cacheté à l'adolescent qui l'attrapa avec le sable de sa jarre. Bien qu'habitué et conscient de ses capacités, le missionnaire avait l'air stupéfait - il avait sûrement craint pour sa vie au moment où le sable sortait de sa jarre.] B-bonne nuit !

_Mhmm...

Il le déroula aussitôt, intrigué. Il s'agissait d'un ordre de mission. Dessus figuraient les détails de la mission ainsi que ceux qui allaient l'accompagner.







Les frères Mamoru et Yataro Sumida deviennent des figures de plus en plus proéminentes du mouvement révolutionnaire qui se forme au sein de la population de Yama No Kuni. Est demandé que que ces deux hommes soient assassinés. Leur mort doit être publique pour qu'il y ait de nombreux témoins et elle doit être attribuable aux troupes du Daimyo. Vous devez faire en sorte que le commandant Tatsuo Rokuda soit tenu responsable d'au moins une des deux morts.
J'insiste sur ce point : la mission ne sera considérée un succès que si la mort de Mamoru Sumida et Yataro Sumida est attribuable aux troupes du Daimyo. Il est aussi important de ne pas tuer les deux autres chefs de la révolution.


Commanditaire
Angô Namae

Equipe composée de
Ekitai Yasei
Takara Asahi




"Tiens... Ce ne sera pas Temari ni Kankûro cette fois-ci ? ... Humpf..."

Gaara avait lutté le reste de la nuit avec son démon intérieur. Il essayait de communiquer avec lui, essayait de passer un accord avec lui ; c'est ce qu'il tentait de faire ces derniers temps, et cela avait l'air de marcher, il était sur la bonne piste. Ichibi allait sûrement pouvoir tuer quelques personnes lors de la mission et en échange, il lui été demandé du répit, "au moins pour quelques nuits". Le Bijû était dur en négociation, mais peu à peu, l'hôte avait l'impression de faire des progrès dans le domptage de son mal-être. Il ne faut pas se leurrer : parfois Ichibi se fichait totalement de son jinchuriki et ne tenait pas sa promesse, mais concrètement, Suna avait connu pire.

Le fils du Kage avait reçu une maison pour lui toute seule. Tout était intégré, il avait même la télé', mais surtout des gardes. "Pour ma sécurité... Ou plutôt la leur..." - Comment aller bien si personne ne vous fait confiance ? Chaque jour, des servantes lui apportaient à manger. Jamais elles ne restaient discuter même si Gaara mourrait d'envie d'entretenir une discussion avec l'une d'entre elle particulièrement. Elles n'avaient pas envie de toute façon, et encore moins les gardes qui les flanquaient, qui étaient là pour assurer leur protection. L'adolescent s'était imaginé quelque chose alors que celle qui convoitait l'avait regardé étrangement -Alors par étrangement, il faut comprendre qu'ici, c'était positif, pas comme la plupart des gens quand ils le regardent "étrangement". Malheureusement, elle n'avait pas essayé d'établir de contact avec lui une fois débauchée, et ses parents lui avaient interdit d'ouvrir la porte au démon du désert le soir même.

Dans son appartement, il était donc juste passé en coup de vent pour emporter de la nourriture avec lui. Il se présenta physiquement, sans dire un mot, au point de rendez-vous qui était inscrit plus loin dans le parchemin. Depuis, il n'avait pas prononcé un seul mot et ses coéquipiers n'avaient pas suscité de quelconque manière son attention. Il était perdu dans ses pensées. Il pensait à la servante. Il pensait à Shishiro. Il pensait à ce Kageshi qui avait l'air de comprendre son pouvoir pendant qu'Ichibi s'agitait au creux de son ventre, sentant les prochains sacrifices approcher.

La situation était tout aussi étrange que l'ambiance dérangeante : Tout d'abord Les rangs des shinobis composant l'équipe n'étaient pas du tout homogène et bien que Gaara ne leur ait pas adressé une seule parole, il les "portait" avec son sable. Le jinchuriki avait provoqué une vague dans le désert, qui laissait un sillon accompagné de quelques remous, qui donnait au désert l'apparence d'un océan. Cette manifestation de son chakra particulier l'aidait à oublier les agitations d'Ichibi.

Cela faisait presque un jour et une autre moitié que les shinobis chevauchaient le désert. Bientôt, il allait devoir continuer à pied : avant tout, ils allaient devoir faire preuve de discrétion si ils voulaient retrouver les rebelles, qui par définition sont souvent bien tapis au fond de leur repaires.

       


avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 74
Date d'inscription : 11/11/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 6
PE:
0/50  (0/50)

Voir le profil de l'utilisateur
Comme à mon habitude, je rentrais au crépuscule ; après un entraînement plutôt intensif, j'avais passé toute la journée à taper contre un arbre pour me fortifier mentalement et augmenter ma force physique. J’étais donc exténué, je n'avais qu'une envie retrouver le confort familial. Sur le seuil de ma porte, un ninja attendait. Je m’approchais de lui pour lui demandais ce qu'il me voulait. Il me tendu un parchemin que je pris puis il s'en alla. Le parchemin portait le sceau du Kazekage, je pouvais donc en déduire que je tenais entre mes mains mon prochain ordre de mission, je dépliai le parchemin et lus la requête. Je fus, dans un premier temps, étonné de la difficulté de la mission, une mission de rang A alors que je n’étais que rang D, puis après m’être attardé sur mes coéquipiers, je sus que cette mission ne serait pas joyeuse. Le fils du Kage  était le chef de cette équipe, Gaara le démon du sable comme il était surnommé. Il était fort aucun doute n’était permis sur ce fait, mais était-il enclin à servir les intérêts du village avant les siens ? Mon deuxième coéquipier m’était inconnu. Après une bonne nuit de sommeil, je me rendis au point de rendez-vous indiqué, j’étais le premier arrivé, après quelque minute mes deux compagnons me rejoignirent. Les mains dans les poches, ma capuche remontée, je sortis une main de ma poche et d'un mouvement nonchalant, mais non sans grâce, je découvris mon visage et dans un bâillement, je dis :


"Yasei, mon nom est Yasei. Prêt à accomplir la mission"


Comme je m'y attendais, Gaara ne répondit pas, il resta muet. L'autre ninja était différent de ce à quoi je m'attendais, il était plutôt petit, avez la peau pale et les cheveux d'un blanc moins prononcé que le mien, il portait une tenue de nomade, et portait un instrument. Il m'avait l'air fragile, mais à en témoigner par son aura, il pouvait très bien cacher son jeu. Gaara sans dire un mot nous fit traverser le désert sur une vague de sable. Mais le paysage commençait à changer, le sable devenait de plus en plus humide au fur et à mesure et de plus en plus rare, des arbres se dessinaient à l'horizon, si mes hypothèses étaient bonnes, nous devrons continuer à pieds. En sachant cela, je m’étirai, et en posant mon regard sur l'horizon, je dis d'une voix claire mais assez peu prononcée comme si je ne voulais pas que l'on m'entende :


"Si je puis me permettre ça serait bien de savoir qu'elle sont les lacune et les facultés de chacun, si cela ne vous dérange pas de partager vos capacités pour la réussite de cette mission"


Il ne me restait plus qu'à attendre leur réponse, ainsi que de savoir si oui ou non, nous continuerons à pied.


Le paysage d'un blanc immaculé
Les fumés s’échappant de cheminé
Les arbres sans feuillage
L'odeur de bon fromage

Les décoration illuminées 
 Les enfant joyeux plein de liberté
Les branche de gui doux 
Les gens s'embrassant dessous 

Mais que ce passe-t-il ?
Ces détails si peu subtil
Annonce la période magique de l'année
Ou tout le monde est charmé
avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 19
Date d'inscription : 03/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 202
PE:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur


♣ Les flammes de la rébellion

Feat. Gaara, Yasei

♣ Je me réveillais toujours aux aurores pour profiter du lever de Soleil sur Suna, de ses dernières bises fraîches et de ses derniers silences apaisants. C'était comme un automatisme, mon horloge biologique était planifiée pour que je n'en rate pas une seconde. Mais c'était surtout une habitude que j'ai pris depuis que j'ai appris que le monstre ayant tué Maman ne se déchaînait que la nuit, notamment les soirs de pleine lune. Je me définissais par conséquent comme un enfant du Soleil, comme une plante désertique qui se nourrit pleinement de ses rayons le jour et qui met tout son être au repos après le crépuscule. Lorsque je me préparai pour sortir discrètement flâner sur les toits, je pris soin d'emporter Sairen, avec laquelle je permettais au voisinage de se réveiller en douceur. Je n'étais même pas encore un grand expert du sitar, mais les notes que je jouais transportaient les maux ailleurs, et c'était grâce à elles que je souhaitais purifier l'ensemble du monde. Je jouai encore quelques mélodies quand un bruit attira mon attention derrière moi, c'était sans nul doute un bruit de pas. Je me retournai alors en sursaut, ne m'attendant pas à ce qu'on se glisse comme ça dans mon dos à une heure pareille. Mes doigts se crispaient sur les cordes de Sairen mais ils se détendirent aussitôt lorsque je reconnus l'uniforme et le bandeau de Suna. L'homme me portait un parchemin, un ordre de mission, qui ne put qu'apporter à ma journée la première lueur d'espoir pour ma grande mission; selon les écrits officiels, j'étais supposé accompagner le fils du Kazekage, rien que ça ! Nous étions également suivis d'un troisième membre dont je connaissais pas l'identité. Me tenant en profonde réflexion pendant une minute, je songeai :

* Une mission de rang A... ? Je ne suis qu'un Genin, qu'est-ce qu'ils trament ? J'espère qu'ils n'espèrent pas se débarrasser de "l'étranger" en l'envoyant en mission aux côtés du même monstre qui a tué sa mère ! .... Non, ne pense pas comme ça, Takara. C'est Gaara. C'est avec Gaara que je pars. Ca peut même être un coup de pouce des dieux pour me permettre de l'approcher de plus près. Aller ! Ne soit pas aussi peureux, je suis sûr que ton aide lui serait même utile ! ... Mais il est extrêmement fort, et s'il venait à s'exciter plus qu'il n'en faut alors il ..... Tais-toi ! Et vas-y !*

♣ Je me sentais intérieurement partagé, comme si une partie de moi craignait encore de devoir se tenir dans sa proximité. Mais je n'en avais pas le droit, je m'étais déjà engagé à l'extirper des Ténèbres, je ne reculerai pas maintenant, non. De toute façon il n'y a pas moyen de faire demi-tour, Kazekage-sama compte sur nous, et donc sur moi aussi. Je me demandais tout de même s'il ne jouait pas simplement la carte du minimaliste en n'envoyant que trois ninjas, dont au moins un débutant, en se basant sur le fait que son fils est tout à fait capable de gérer la situation lui-même ? Vainquant les doutes qui surplombaient mon sens du devoir, je me levai enfin, rangeai Sairen sur mon dos et me mis en route vers le point de rendez-vous prévu.

♣ Gaara & le fameux Yasei étaient déjà arrivés, mais puisque le village semblait à peine se réveiller, j'en déduis qu'ils n'y étaient pas depuis très longtemps et que j'étais donc dans les temps. Lorsque nous étions enfin tous réunis, je pus mettre un visage sur le nom inconnu, qui se présenta d'ailleurs verbalement sans aucunes réponses du fils du Kage. Cette froideur n'avait jamais changé depuis la dernière fois, il y a des années de cela, quand j'ai rencontré ce garçon distant pour la première fois. Je pouvais revoir ce souvenir défiler dans ma tête comme un film tant il était intense, je plongeai mon regard dans ses yeux pour voir s'il parvenait à reconnaître les miens rien ne semblait y faire, pas un son ne sortait de cet individu. Alors je répondis pour briser le malaise :

"Et je suis Takara. Nous pouvons partir."

♣ Je préférai ne pas aborder directement Gaara, d'abord parce que j'étais heureux de me faire un nouvel ami, puis surtout parce que je n'avais aucune idée de comment il le prendrait s'il venait à se rappeler que c'était moi, ce petit imbécile qui lui tenait tête cette nuit lointaine. Peut-être trop lointaine pour qu'il s'en souvienne ? J'espérais quand même qu'il n'avait pas oublié qu'un garçon de son village lui avait promis de vaincre le noir dans son coeur, car je ne comptais pas renoncer bien que je m'y prenais assez... indirectement. Je ne voulais vraiment pas avoir d'interactions directes avec lui en dehors du cadre de la mission, pour le moment. Je devais encore attendre de voir s'il ne nous tuait pas avant ! A ma grande surprise, derrière son visage impassible Gaara cachait un côté pratique, soulevant une belle vague granuleuse et chaude sous nos pieds pour que l'on puisse fuser vers le pays de destination en toute tranquillité et en économisant nos forces. Enfin, je me demandais si tout cela lui puisait beaucoup d'énergie, mais je n'osai toujours pas lui adresser la parole. Alors que nous traversions le désert "à dos de dune", je me disais :

* Il n'y a aucuns doutes là dessus, je vais devoir faire le premier pas car il ne semble pas être prédisposé à le faire... Pas maintenant, pas maintenant... La mission avant tout ! *

♣ Le décor quittait bien vite les étendues désertiques dont on avait l'habitude chez nous pour laisser place à de la verdure et une humidité agaçante pour ma part, sous mes vêtements amples je me sentais comme une éponge imbibée, tant mes habits subissaient le changement de climat. Yasei fit preuve d'un grand sérieux dès lors que nous posions le pied au sol, nous demandant de décrire nos caractéristiques personnelles pour que l'on puisse coopérer plus ou moins bien. Lorsque je regardai ce garçon là, un mot me venait à l'esprit : Combattant. Pourquoi ? Son apparence me semblait plus mature que celle des autres Genins, il devait certainement être plus âgé qu'eux, et que moi-même. Sa capuche, ses cheveux blancs & son étrange tatouage rouge le rendaient tellement mystérieux qu'il était difficile de le cerner complètement. Je ne pouvais qu'espérer qu'il soit compétent au corps-à-corps, au contraire de ma propre personne, totalement déstabilisé au combat rapproché. Je supposais qu'il s'adressait particulièrement à moi, car Gaara était suffisamment connu et les rumeurs suffisamment détaillées pour que tout le village sache que sa force résidait dans son contrôle du sable. Quoi de mieux pour un fils du Désert que de maîtriser ce noble élément qu'est le sable ? Je m'approchai de mes équipiers, les bras joints, et dit d'une voix clairement audible :

"Je suis d'accord avec toi ! Pour ma part je me spécialise dans le Genjutsu et vous serais donc davantage utile pour vous assister que pour combattre directement. Cependant j'ai quelques notions en Ninjutsu Doton. Définitivement nul au corps-à-corps si je puis dire."

♣ Il me semblait n'avoir rien oublié, après tout il n'y en avait pas masses à dire non plus. A coté de mes illusions et de mon Doton, le reste de mes capacités laissaient à désirer mais je me complaisais à savoir que, de toutes façons, tout le monde se spécialisant dans un domaine se condamne à accumuler les failles dans les autres. Mais rien n'était encore joué, car je prévoyais de mieux développer mes défenses, pour que je puisse enfin m'occuper seul d'une mission entière moi aussi. J'attendais avec impatience de connaître la réponse de Yasei, curieux de voir quel était le niveau des natifs ici, déjà largement bien représentés par Gaara lui-même.


Code by Joy
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 29
Date d'inscription : 04/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur


   
♬ Petite musique à activer avant le début de la lecture ♪ ♫


   

   


   




L'horizon changea soudainement. Le sable se heurtait au flanc de montagnes, comme emprisonné dans un bac à sable. Les frontières naturelles... Bien plus pratique pour se repérer que sur de vastes plaines.

Gaara avait récemment communiqué pour la première fois avec Shukaku, aidé et soutenu par Shishiro Sera, jônin avec laquelle il avait une relation ambiguë : c'était une femme qu'il connaissait ni d'Adam ni d'Eve mais qui semblait avoir déjà tellement d'expérience et tout autant de connaissances que d'empathie à son égard, même si elle n'avait bien évidemment jamais vécu exactement le même calvaire. Contrairement à elle, lui ne savait que se battre et venait tout récemment de passer jônin, suite aux examens organisés à Konoha. Alors que Shukaku aidait celui qui n'aime que lui à maintenir et faire avancer la dune de sable, le shinobi encapuchonné décida de rompre le silence et ainsi les songes du jinchuriki.

_Si je puis me permettre ça serait bien de savoir qu'elle sont les lacune et les facultés de chacun, si cela ne vous dérange pas de partager vos capacités pour la réussite de cette mission.

Gaara ferma les yeux d'exaspération. Le shinobi qui semblait atteint d'albinisme affichait un certain style avec sa capuche qui ne résonnait malheureusement pas dans sa voix. Il avait parlé très doucement, comme si il ne voulait pas le déranger. "Il a peur... Comme tous les autres... J'ai promis à Shishiro et Shukaku de briller désormais... J'espère pouvoir tenir mes promesses... J'espère que Shukaku tiendra la sienne"

_Je suis d'accord avec toi ! Pour ma part je me spécialise dans le Genjutsu et vous serais donc davantage utile pour vous assister que pour combattre directement. Cependant j'ai quelques notions en Ninjutsu Doton. Définitivement nul au corps-à-corps si je puis dire.

_Je ne suis pas non plus un professionnel du taijutsu. Je ne possède vraiment que les bases. Vous connaissez déjà mes capacités. Mais je vous prie de ne pas vous inquiéter. Normalement, je ne devrais pas perdre le contrôle...

Les premiers mots qu'ils prononçaient de la journée étaient sensés rassurer ses deux compagnons. Il avait promis à Sera de réessayer d'établir des liens avec les gens du village : celle-ci avait souligné qu'il ne pourrait se faire accepter si il restait dans son coin. Il avait finalement accepté après une longue hésitation, mais sa conversation avec Shukaku et le recul lui avait fait décider qu'elle avait raison. Petit, il était encore trop jeune pour se contenir : si personne ne voulait jouer avec lui, il les forçait. Désormais, il était sensé avoir le contrôle et il ne lui restait plus qu'à "se faire des amis", bien que l'une de ses motivations étaient d'en avoir pour l'aider dans sa vengeance contre son père. Il ne comprenait toujours pas ses actes, pourquoi il avait tué sa mère.

Les paroles froides de Gaara avait alors était entendu par ses deux coéquipiers. Il ne laissa pas le temps de répondre à aucun des deux et enchaîna.

_Avec l'amplitude de mon pouvoir, je compense cette faiblesse. Je compte beaucoup sur Shukaku également... Ou Tanuki, comme les sunajins ignorant son prénom l'appelle... Je vais voir si il pourra tenir sa promesse.
[Il regarda en direction de son ventre, source du chakra où il s'imaginait Shukaku enfermé. Gaara attendait une réponse de ce dernier, mais tout ce qu'il eut, c'est un gargouillis énigmatique provoqué par le chakra du bijû .] Et toi, Yasei, quelles sont tes capacités ?

Tout en attendant sa réponse, il se mit à tendre les bras vers l'avant. La dune se stoppa et se transforma en pilier. Les trois sunajins se mirent à s'élever jusqu'au moment où la moitié du pilier se mit à s'affaler dans le désert. A présent, ils volaient sur une plate-forme sableuse et passèrent au dessus des montagnes à allures régulières. Une fois passées, Gaara descendit de la plate-forme et lorsqu'il mit un pied à terre, il fit signe à ses deux compagnons de descendre eux-aussi. Ensuite, il renvoya une partie du sable d'où il venait.

_Faîtes-moi confiance... [Il pointait ses paumes vers le ciel avant de tendre les bras de nouveau vers l'avant. Une rotation du poignet s'en suivit et il resserra ses doigts. Le sable venait à présent se coller à la peau de ses coéquipiers et venait renforcer son armure de sable en le revêtant d'une grande vaste à capuche.]

Les coéquipiers de Gaara pouvaient admirer son pouvoir. Il était si grand que le sable venait se faufiler entre les ceintures qui tiennent sa jarre pour former, par dessous celles-ci un manteau qui avait l'air aussi vrai que nature. Peu à peu, le sable de son manteau devînt rouge.

_Pour votre armure de sable... Celle-ci est moins résistante que la mienne et il faudra un peu de temps pour que celle-ci s'adapte à vos couleurs. C'est en la malaxant de chakra que j'arrive à faire ceci... En attendant, dirigeons-nous vers le village. [Il se mit en marche.]

Les efforts qu'il venait d'accomplir l'avait exténué mais il ne voulait pas le montrer. D'habitude, il ne peut transporter qu'une seule personne dans les airs. "M-merci Shukaku..." Malgré cela, il s'attendait à être plus épuisé que ça encore. Il savait que la mission allait être fatiguante, mais d'une toute autre manière : il n'était pas bon en pistage et espérait que ses coéquipiers l'étaient, ou que le Daimyo ait des pistes pour eux.

       


avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 74
Date d'inscription : 11/11/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 6
PE:
0/50  (0/50)

Voir le profil de l'utilisateur


 
Les flammes de la rébellion-Mission rang A

 


Le premier à me répondre fut le deuxième genin de cette mission, Takara, il dit maîtriser le genjutsu et un peu de doton. J'avais donc vu juste sous ses airs fragiles, il était capable de soumettre ses adversaires par des genjutsu, d'où l'instrument qu'il portait dans son dos. Quant à Gaara, il n'avait pas tord, j'avais déjà entendu parler de ses capacités. Il enchaîna en nous disant de ne pas nous inquiéter qu'il se maîtriserait. C’était une bonne choses, je ne voulais en aucun cas me retrouver face à un monstre capable de rayer Suna de la carte, il fallait donc faire en sorte qu'il ne perde pas le contrôle car sinon ça en serait finit de nous. 



Alors que je m’apprêtais à annoncer moi aussi mes capacités, Gaara nous fit nous élever sur un pilier de sable par dessus le montagnes, en me penchant un peu je pus apercevoir la moitié du pilier s’effondrer. Il ne plaisantait pas c’était impressionnant. Je répondis donc à sa questions au moment ou nous étions assez haut : "Je maîtrise le Suiton et je me débrouille en taijutsu." Après cela Gaara descendit le premier, et nous fit signe de descendre aussi. Je sautai donc de ce sable enfin je voyais un autre paysage que mon pays natal, autre chose que du sable a perte de vue c’était assez déconcertant à vrai dire. Je m’étirais alors que Gaara nous recouvrait d'une armure faite de sable. Il nous expliqua qu'elle changerais de couleur dans quelque instant et il se mit en route.


   
Je mis une tape sur l’épaule de Takara et lui dit :    "Pas commode, mais ne t'en fais pas à première vu on peut lui faire confiance, il est fort, même très fort. Alors tant qu'il se contrôle on ne craint rien" 
Il commençait à prendre de l'avance, je le rejoignis bien assez vite et je me postai à sa droite en me frictionnent les poignées. J'avais hâte d'accomplir ma mission.  




Le paysage d'un blanc immaculé
Les fumés s’échappant de cheminé
Les arbres sans feuillage
L'odeur de bon fromage

Les décoration illuminées 
 Les enfant joyeux plein de liberté
Les branche de gui doux 
Les gens s'embrassant dessous 

Mais que ce passe-t-il ?
Ces détails si peu subtil
Annonce la période magique de l'année
Ou tout le monde est charmé
avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 19
Date d'inscription : 03/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 202
PE:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur


♣ Les flammes de la rébellion

Feat. Gaara, Yasei

♣ Tout semblait concorder avec ce que je pensais au départ; Gaara se trouvait bel et bien au coeur même de toute la mission. Il était d'abord celui qui nous transportait avec son sable, rapide quoiqu'un peu excessif si je puis dire. La vague sableuse que nous chevauchions à travers le désert aurait pu être repérée mais fort heureusement le voyage s'était passé sans encombres. Il nous faisait maintenant léviter dans les airs sur de grands piliers minéraux pour passer outre les grandes montagnes de Yama no Kuni. Le paysage me semblait merveilleux, moi qui n'avait pu apprécier que les plaines aréiques de Suna, je me réjouissais de pouvoir enfin voir un peu de nouvelles peintures naturelles. Même si la région me paraissait tout aussi désolée que le désert, sentir le bon air frais des montagnes me faisait apprécier davantage ma présence ici. Yasei nous avait informé qu'il était doué avec le Suiton et qu'il se débrouillait au Taijutsu, comme je l'imaginais, il serait parfait pour nous compléter Gaara & moi, qui étions des combattants à distance. Le fils du Kazekage nous amena à destination, et une fois au sol commença à prendre des initiatives qui me déplurent vite aux premiers abords. En effet, alors qu'il nous sommait de lui prêter notre confiance, à lui qui terrorisait l'ensemble du village, il étendit ses bras et leva un voile de sable qui vint s'agglutiner à nous. Même si Yasei semblait tout à fait détendu, s'étirant pendant le processus, moi je dois avouer que je me sentais mal à l'aise. Je regardais mes mains s'envelopper de cette matière granuleuse et sèche, avec lequel le Jônin aurait très bien pu nous éliminer sans délais. Un air de panique pouvait se lire dans mes yeux, mais je ne pouvais pas l'en empêcher, car au fur et à mesure que son élément se propageait sur mon corps je pouvais sentir mon coeur s'accélérer, accompagnant mes pensées macabres. Je pouvais déjà le voir exercer un simple geste pour que tout le sable dont nous étions désormais entièrement recouverts ne se resserre sur nos os, ou ne pénètre nos pores, ou pire, les deux à la fois. Mais Gaara semblait serein pendant toute son action, s'il avait réellement de mauvaises intentions, les yeux vides qu'il avait se seraient certainement remplis de maléfice. Il s'expliqua tout de suite après, indiquant qu'il nous affublait d'une armure. Mon angoisse se dissipait peu à peu pendant que mes pensées meurtries devenaient une gêne et une humiliation intérieure. En effet, je me sentais coupable. Il ne nous voulait rien de mal et au contraire, son geste était tout à fait bienveillant. Et moi, comme un imbécile, j'ai réellement pensé qu'il pouvait nous faire du mal, alors que j'étais le mieux placé pour savoir que lui n'était pas un meurtrier. Peut-être le Tanuki, mais pas lui.

*Imbécile... Tu voudrais sauver son coeur, et tu n'es même pas capable de lui accorder ta confiance le temps d'une mission... Tss... Je suis pitoyable* me disai-je, la tête légèrement penchée vers le sol et le visage attristé par mon incompétence.

♣ L'armure dont il nous équipait changeait progressivement ses couleurs pour se fondre avec nos peaux, et je ne pouvais qu'admirer le potentiel de cet individu. J'étais impressionné de pouvoir être témoin de celui qui abritait le tueur de Maman. Et même si je ne me sentais toujours pas à l'aise à ses côtés, je ne pouvais qu'admettre que, de toutes façons, si j'étais contre lui, alors je serais mort. Je jetai un oeil vers le troisième membre de l'équipe qui lui, ne me paraissait pas du tout concerné par l'identité de notre chef d'équipe. Je pouvais pour sûr affirmer qu'ils ne se connaissaient pas auparavant, auquel cas ils n'auraient pas eu besoin et de se présenter et de s'informer de leurs compétences. Alors comment cet autre garçon aux cheveux blancs faisait pour baisser sa garde aussi facilement, près du danger. Il était même très amical malgré son apparence stoïque, je m'étais d'abord imaginé qu'avec des équipiers aussi peu sociaux, la mission risquerait d'être d'une rigidité absolue mais Yasei était tout sauf un rabat-joie. Je pouvais le dire, car il s'approcha de moi et me mit une tape sur l'épaule tout en me rassurant, il avait sûrement pu constater que je n'étais pas du tout tranquille. De ce fait, il grimpa tout de suite dans mon estime, s'il était capable de maintenir la coalition du groupe, surtout entre moi, le musicien tourmenté, et Gaara, l'origine de tous mes malheurs, alors il serait un atout primordial non seulement au combat mais également dans nos interactions. Je me devais de noter ça dans un coin de mon esprit. Je lui souriais sincèrement car ses mots chaleureux vinrent apaiser mes doutes exactement comme Maman le faisait avant, quand elle me jouait des berceuses pour que je m'endorme après un mauvais rêve. Il s'était avancé aux côtés de Gaara, et moi, encore derrière à les regarder marcher, je voyais enfin une des images que je rêvais de voir dans ma vie, celle de mes amis.

*C'est étrange ... je ne le connais pas, et pourtant, il arrive déjà à soutenir ma quiétude.. comme Maman, comme Papa, comme Sairen... Il a totalement raison, on ne craint rien !* pensai-je avant de les rattraper à petites foulées. Mon visage était passé de son expression anxieuse à une expression radieuse et optimiste. Je me plaçai à la droite de Gaara, du côté opposé à Yasei qui s'échauffait encore, et dit d'une voix beaucoup plus sereine que précédemment. "On te suit Gaara, en avant la musique mes amis !"

♣ Si je me souvenais bien de l'ordre de mission, nous devions orchestrer l'assassinat de deux rebelles tout en faisant en sorte que les troupes du Daimyô puissent en être redevables. Je n'étais pas le chef du groupe mais je ne pouvais m'empêcher de penser à comment nous pourrions procéder selon les capacités que nous avions chacun énoncées. Le problème que je rencontrai tournait autour de Gaara : son sable serait la façon la plus simple d'éliminer les cibles, mais aussi la façon la plus simple de nous faire repérer et d'échouer à faire porter le chapeau aux soldats. Mes mélodies, par contre, étaient méconnues du monde shinobi, invisibles à l'oeil nu, et non-létales. Je me sentais en veine à ce moment précis, car je me disais que pour une fois, je pouvais y mettre ma pierre à l'édifice au lieu de tranquillement s'asseoir et regarder les autres faire. Mais il nous fallait d'abord mettre la main sur les deux rebelles... Mamoru & Yataro si je ne disais pas de bêtises. Aucun de nous n'avait mentionné des compétences de senseur, alors il nous faudra sûrement passer par la manière traditionnelle, et les rechercher via moult interrogations, jeux de pistes et enquêtes.

♣ Le village était enfin à portée de vue, et si les gardes de la grande porte ne nous faisaient pas déjà obstacles, alors la mission pouvait officiellement débuter. Mon coeur avait décéléré depuis, je ne me sentais plus vraiment en danger bien qu'une légère prudence me forçait à être prêt à empoigner Sairen pour me défendre, que ce soit contre un éventuel excès de Gaara ou une éventuelle agression imprévue. Tournant la tête vers le Jônin, je lui dis doucement à environ une trentaine de mètres de l'entrée et des gardes

"Comment est-ce que nous allons procéder ? Je tiens à rappeler que nous devrions agir dans la discrétion selon la description de la mission, j'ose espérer que tu as déjà un plan d'abord pour dénicher nos cibles, capitaine ? "

♣ Je l'avais prénommé "capitaine" car je connaissais la valeur des mots. Derrière cette appellation se cachaient beaucoup de sentiments. D'abord le profond respect qu'un ninja doit à son supérieur hiérarchique, ensuite l'éminente obéissance que je me pliais à lui montrer en tant que membre de son équipe, mais également et surtout la nouvelle sympathie que j'éprouvais à son égard bien entendu accompagnée de la confiance que je luis accordais maintenant. J'attendais beaucoup de lui, le fameux Gaara du Désert dont le nom suffisait à déstabiliser les adultes, et je ne pouvais même pas imaginer la mission se solder par un échec car après tout, nous étions tous les trois promis à des performances qui feraient honneur à notre cher village.





Code by Joy
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 29
Date d'inscription : 04/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Sabaku no Gaara a écrit:


   
♬ Petite musique à activer avant le début de la lecture ♪ ♫


   

   


   




_On te suit Gaara, en avant la musique mes amis !

Gaara faillit presque s'arrêter à l'instant où il entendit le mot "amis". Aucune forme de crainte ou de peur ne fut décelée dans la voix du shinobi, mais un grand étonnement prenait place sur le visage du jinchuriki. "Amis ? Qu-Comment peut-il nous considérer comme tel ?" Même si il s'agissait d'une expression idiomatique, les circonstances n'étaient pas adéquates. Les shinobis étaient en mission et Gaara avait tué tant de villageois sous l'emprise de Shukaku et de sa propre soif de vengeance que le mot amis n'était pas du tout celui qu'on attendait dans la bouche du shinobi.

Ils continuèrent la marche donc, dans le silence. Quelques heures plus tard, ils arrivèrent aux portes du village des montagnes. Alors qu'il allait commencer à expliquer la tactique, Takara le devança.

_Comment est-ce que nous allons procéder ? Je tiens à rappeler que nous devrions agir dans la discrétion selon la description de la mission, j'ose espérer que tu as déjà un plan d'abord pour dénicher nos cibles, capitaine ?

_Yasei, tu vas t'occuper du marché. Ne sois pas trop curieux. Ecoute surtout, le village est en proie à la rébellion car le peuple n'est pas content du Daimyo. Ce dernier gère son village tout aussi mal que mon père. Va, nous nous retrouvons ici dans 6 heures.

Il détourna le regard vers son second camarade.

_Takara, quant à toi, je souhaiterais que tu fasses tout l'inverse. Tes habits m'inspirent une certaine richesse, fais les magasins et échoppes et fais genre de t'intéresser au commanditaire. En ce qui concerne ta guitare. Viens avec moi la camoufler aux abords du village. Je vais déposer ma jarre avec.

Il marqua un temps d'arrêt.

_Par ailleurs, pourquoi nous as-tu définis comme tes amis ?


       




avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 74
Date d'inscription : 11/11/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 6
PE:
0/50  (0/50)

Voir le profil de l'utilisateur


 
Les flammes de la rébellion-Mission rang A

 



          Alors que nous approchions des portes du village, Takara nous demanda comment nous allions procéder. je m'apprêtais à prendre l'initiative de parler pour lui répondre, mais Gaara fut plus rapide que moi, en un instant il nous dicta notre conduite, je devais allez à la pêche aux infos dans le marché du village, je me devais de trouver notre commanditaire, étant celui qui passerais le plus inaperçus, je trouvais cette idée comme étant la meilleur solution. Quand à Gaara et à Takara, ils devaient commencer par cacher ce qui été distinctif chez eux, c'est a dire la jarre assez imposante de l'un et l'instrument de l'autre. Je ne savais pas ce que comptais faire Gaara mais Takara devait aller aux faire les magasin. Alors qu'ils s’apprêtaient à cacher ce qui les rendaient reconnaissable entre 1000 homme, Gaara demanda à Takara pourquoi il l'avait appelé ainsi, il est vrai que Takara avait utilisé le mot amis en parlant de Gaara et de moi, un large sourire ce dessina sur mon visage et je dus retenir mon rire, d'un signe de main les saluais en me retournant en directions du village :

     "Je sais ce que je doit faire, je vous dit donc à dans 6h aux point de rendez vous, ne vous perdez pas et si l'un de vous a des problème faites en sorte d'avertir le reste du groupe d'une façons ou d'une autre, et si par malheur dans 6h l'un de vous deux n'est pas la je ferais en sorte de comprendre ce qui lui est arrivé mais si les risques sont trop grand et compromettent la mission je l'abandonnerais, je veux que vous fassiez la même chose si celui qui n'est pas la c'est moi, compris ? Sur ce à plus tard camarades, que les tempête de sable vous gardent mes amis ."

     Et c'est sur ces quelques mots que je me dirigeai vers le village. J'avais dit tout cela dans le but de les booster je ne voulais en rien les abandonnais ici.


Me voila dans le village, les mains dans les poches, ma capuche sur mes épaules, le regard allant d'homme en homme sans pour autant si attarder, le vent soufflait dans mes cheveux et ne m'apportait que des brides des conversations aux alentours. Si seulement je pouvais prendre de la hauteur, mais c’était beaucoup trop risqué. Je marchais laissant la chances me guider, je restais le plus naturel possible je ne devais en rien m'attarder à tel ou tel endroit je devait simplement continuer de marcher, en récoltant le plus d'information possible, par moment des conversations plus importante que les autres retenaient mon intention, mais elle ne duraient que quelques instant, des rumeurs, des dires, des on dit que, plus j’avançais plus j'avais l'impression que les gens d'ici ne savais rien de concrets et qu'ils n’étaient que des simplets ne sachant faire la différence entre rumeur, vérité et mensonge.


          Cela faisait maintenant 4h que je marchais sans directions, laissant mon corps vaquait au gré du vent, quand je remarquai une attitude différente des autres gens de cette ville, il avait l'ai tendu et craintif comme si il cachait quelque chose. Il se mit à marcher d'une démarche peu habile et d'un pas lourd comme si ses épaules retenaient un poids, je le suivais à une distance raisonnable d'environs 10 mètres, je ne devais pas l'aborder avant d'être sur que c’était l'homme que je cherchais. Après une heure de marche, il tourna au détour d'une ruelle, je le suivais toujours mais je ne devais surtout pas faire un seul bruit la rue était déserte, le moindre bruit l'aurait alerté d'une présence, j'allais abandonné ma traque quand soudain, l'homme irrité cogna une poubelle de son pieds en beuglant a voix basse : 

     "Mais que font ils ces maudits Sunajins, je vais finir par être suspect a les attendre moi."

J'avais donc visé juste, je tenais notre homme, il me fallait donc l'aborder pour lui demander la cachette des rebelles.                         




Le paysage d'un blanc immaculé
Les fumés s’échappant de cheminé
Les arbres sans feuillage
L'odeur de bon fromage

Les décoration illuminées 
 Les enfant joyeux plein de liberté
Les branche de gui doux 
Les gens s'embrassant dessous 

Mais que ce passe-t-il ?
Ces détails si peu subtil
Annonce la période magique de l'année
Ou tout le monde est charmé
avatar
風 | Suna no Genin
風 | Suna no Genin
Messages : 19
Date d'inscription : 03/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 202
PE:
0/100  (0/100)

Voir le profil de l'utilisateur


♣ Les flammes de la rébellion

Feat. Gaara, Yasei

♣ Tel le capitaine résolu que j'attendais de lui qu'il soit, Gaara du Désert distribua les rôles quasiment directement après que je lui ai demandé le plan d'action. Il avait décidé que nous nous séparerions, tactique la plus logique et judicieuse lorsque l'objectif est de localiser une cible parmi tant d'autres. Si cette partie du plan semble évidente, la suite l'est tout de même moins. L'ordre de mission nous imposait une discrétion quelque peu gênante, puisque nous devions alors nous déplacer sans nos outils de prédilection. J'étais chargé de m'occuper des magasins et des échoppes, selon Gaara mon style vestimentaire lui évoquait la richesse. Ces paroles précises percutaient dans mon crâne comme des balles en caoutchouc; est-ce que le célèbre mais taciturne Sabaku no Gaara venait de me faire un compliment, à moi, un individu encore inconnu avant cette mission, et qui plus est qui avait eu le cran - ou le toupet - de lui tenir tête une fois pendant nos jeunes années ? Je cogitai longuement sur ce sujet avant de retourner mon attention sur notre vrai raison d'être ici. Cependant, bien que mon apparence semblait indiquer le contraire, je n'avais rien d'une personne aisée, et je ne pouvais qu'imiter les mimiques et le parler des vrais riches qui se pavanaient ici, curieusement drapés dans des habits similaires aux miens si l'on regardait surtout le joyau rouge sang qui ornait mon front, et les ornements dorés de mon chapeau. Mais avant de me lancer dans cette enquête, je devais répondre à une question qui, dès que je l'ai entendue, m'a tout de suite embarrassé.

"Par ailleurs, pourquoi nous as-tu définis comme tes amis ? questionna Gaara
- Je sais ce que je dois faire, je vous dis donc à dans 6h au point de rendez-vous, ne vous perdez pas et si l'un de vous a des problèmes, faites en sorte d'avertir le reste du groupe d'une façon ou d'une autre, et si par malheur dans 6h l'un de vous deux n'est pas là je ferais en sorte de comprendre ce qui lui est arrivé mais si les risques sont trop grands et compromettent la mission je l'abandonnerai, je veux que vous fassiez la même chose si celui qui n'est pas là c'est moi, compris ? Sur ce à plus tard camarades, que les tempêtes de sable vous gardent mes amis. surenchérit Yasei tout en nous faisant signe de la main et en s'éloignant
- Tu vois... Lui aussi nous considère comme ses amis. répondis-je satisfait par les adieux sérieux mais toujours sympathiques de notre équipier capuché. Pour te répondre simplement, eh bien, parce que c'est ce que nous devons être pour... disons, coopérer."

♣ Nous marchions vers les bordures du village pour dissimuler notre équipement comme convenu, à savoir sa jarre de sable et Sairen, et je pouvais enfin sentir un changement dans l'atmosphère autour de lui. Il était légèrement moins froid, peut-être avions nous réussi à percer l'étonnante armure qui protégeait le coeur de Gaara de toute émotion ? Ou alors est-ce que je m'habituais simplement à l'aura du meurtrier ... Non. Je ne devais pas penser comme ça, c'était indigne d'un vrai ami. Il s'ouvrait peut-être davantage, puisque c'était les premiers mots qu'il m'adressait et qui n'avaient aucun rapport avec notre devoir. En vérité, j'en étais fier. Je pensais que je faisais des progrès et assez rapidement en plus de ça ! Nous avions déposé nos affaires dans un coin peu fréquenté puis je me suis dirigé vers le secteur qu'il m'avait attribué.

♣ Ici, les rues marchandes étaient similaires à celles de Suna : peuplées et bruyantes. Je pouvais néanmoins percevoir des hommes et des femmes plus ternes que chez nous, comme s'ils étaient tous et toutes épris par un même mal qui les empêchait de sourire ou d'exprimer une quelconque chaleur humaine. A l'image des Montagnes symbolisant ce village isolé, les visages y étaient rigides et immuables. Je constatai grâce à ma perspicacité innée que, contrairement aux rues moins bourgeoises, celles où j'enquêtais étaient régulièrement parsemées de gardes. Je dirais... un garde tous les cent-cinquante mètres, avec une patrouille mobile de quatre qui sillonnait les rues pour veiller à la paix. Je pouvais aussi déduire qu'ils n'étaient pas là pour oppresser mais pour protéger, leur posture militaire montrait une certaine discipline que je n'avais que rarement vu, surtout qu'à Suna je n'avais encore jamais rencontré de shinobi aussi droit dans l'âme... Puisque nous étions ici pour prévenir une éventuelle tumulte civile, je supposais également qu'ils veillaient à ce qu'aucun rebelle ne fasse des siennes. J'admirai les produits exposés comme un véritable sultan, prenant un air au moins aussi abattu que celui des autres clients, je passais un regard snobinard sur les bijoux hors de prix et les parures excessivement chères. Je misais sur mon ouïe pour capter des informations mais rien n'y faisait, il y avait beaucoup trop de voix pour que je puisse distinguer ce qui se disait. De toutes façons, ils ne semblaient même pas se préoccuper des problèmes du peuple, tous ici semblaient littéralement happés par tout ce qui brillait. Des billets et des pièces s'échangeaient frénétiquement pour des articles que je remarquais de plus en plus inutiles. Un homme s'achetait un couvre-chef décoré et coloré alors qu'il en portait déjà un sur la tête, tandis que des femmes s'amourachaient de robes en soie dont les prix exorbitants feraient frémir plus d'un porte-feuilles. Elles ne semblaient même pas avoir les moyens de se les payer, certaines étaient accompagnées d'un pauvre homme, à qui elles tiraient les manches à droite, à gauche, toujours vers des babioles encore plus coûteuses.

*Comme quoi tout se paie, même l'amour...* pensai-je avec mépris.

♣ En voyant ce spectacle capitaliste je ne pouvais que prier pour que jamais mon village ne s'y mette ! Fils d'artisan j'étais beaucoup plus conscient de la valeur des choses parce que nous n'en avions pas beaucoup. Le salaire de Papa nous maintenait en vie, mais je devais risquer ma vie en tant que shinobi pour que l'on puisse envisager un peu plus de confort, nous. C'est pourquoi je n'approuvais pas ce gaspillage économique, même s'il impliquait nécessairement une économie qui marche très bien, ce dont Suna manquait peut-être. Je m'étais toujours beaucoup plus attaché à l'artisanal et au traditionnel plutôt qu'au dernier cri. Avec un peu de chance, un jour mes convictions changeraient et se moderniseraient un peu, je pourrais certainement enfin éprouver du plaisir comme eux à dépenser le butin durement gagné. Mais pour chercher notre commanditaire, le milieu semblait tout à fait inapproprié. Je me dirigeai alors vers une échoppe : là où les rumeurs fusent à toute heure. Je m'assis à une table et attendis quelques instants jusqu'à ce qu'une serveuse ne daigne se montrer. Plutôt jeune, à la chevelure argentée, elle me salua d'une voix claire :

"Bonjour, bienvenue au Sommet, qu'est-ce que je vous sers, monsieur ?
- Je ... Je prendrai deux choppes de... limonade ?" répondis-je en élaborant au même moment tout une trame dans ma tête. J'avais réussi à entrer en contact avec un autochtone susceptible d'en savoir un peu sur les environs, il ne me restait qu'à la cuisiner jusqu'à obtenir les renseignements que je voulais. Elle revint peu après avoir fait un tour des autres tables, avec les deux bières que je lui avais commandée.
"Tenez, monsieur, et merci à vous !
- Attendez, je crois que j'en ai commandé une de trop ! Seriez-vous disposée à me tenir compagnie, mademoiselle ?
- Eh bien je suis en service... mais il est bientôt l'heure de ma pause, si vous pouvez attendre jusqu'ici ? déclara t-elle avec un sourire presque gêné avant de s'éloigner à nouveau vers son travail

♣ Je sentais mon coeur s'affoler dans ma poitrine tandis que mon visage restait de marbre pour ne pas faire sauter la supercherie. J'étais maintenant en train d'appâter une demoiselle pour mon intérêt personnel, quel horreur. Je m'improvisais goujat, et je n'en avais pas l'habitude, surtout que même si elle me paraissait jeune, elle devait très certainement être plus âgée que moi ! Je ne pouvais pas me laisser déborder par mes émotions mais je ne pouvais pas m'empêcher d'imaginer les pires scénarios à chaque fois que mon regard plongeait dans la chope que j'avais demandée tout à fait au hasard, et avec un peu d'hésitation étant donné que commander de la limonade dans une échoppe telle que celle-là paraissait inhabituel. Après une nouvelle attente, et revint, cette fois sans son tablier de serveuse, révélant des habits coquets et très féminins. Elle était vêtue d'un chemisier rose, sans manches et d'une petite jupe noire. Son visage légèrement rosé était adorable et innocent, je me demandais vraiment si je ne m'embarquais pas dans une situation épineuse ! Mais il était trop tard pour faire demi-tour, elle s'assit et je levai ma chope

"Ah ! Je vous remercie, je n'aurais pas été capable de finir tout ça sans en avoir le ventre gonflé ! Je m'appelle.. Yasai.. Yasaimaru ! déclarai-je en lisant la carte de menu, "Yasai" signifiant "légume"
- Je suis Tokiiro, enchanté Yasaimaru ! rétorquai t-elle en gloussant comme si elle avait compris le ridicule du nom
Enchanté Tokiiro ! A notre nouvelle rencontre ! nous entrechoquions nos chopes comme pour sceller cette nouvelle connaissance. Je suis ici en escale, mon groupe touristique s'est naturellement rué sur les accessoires inestimables là-dehors, je mourrais d'envie de me désaltérer ! Qu'est-ce qu'il y a de passionnant à faire ici ?
- Eh bien pour être honnête... Nos activités se concentrent déjà dans cette rue, les magasins, les bars, et les tavernes sont les principales attractions de Yamagakure ! Parfois, des gens viennent ici pour rencontrer le Seigneur, mais ce ne sont pas toujours des touristes ... D'où venez-vous donc ? questionnait-elle, à ma grande surprise
- Oh ! Je comprends ! J'ai pu constater les gardes en patrouille, c'est rassurant hein ? Je n'ai jamais vu de sécurité aussi présente là d'où je viens à... à ... Yugakure !
- Un habitant de Yu ? On dit que les sources chaudes là bas y sont divines ! Ici on serait sûrement matées à notre insu par les gardes eux-mêmes, tellement il y en a...
- Vous n'êtes pas du tout réjouie par cette sécurité, je me trompe ...?
- En vérité, non. Depuis que des hooligans s'autoproclament révolutionnaires et se mettent à faire du grabuge dans le village, les autorités sont plus strictes, même avec nous, les citoyens. Ah.... qu'est-ce que ça me manque de travailler dans la paix et l'harmonie, comme avant.
- Une rébellion, ici ? Alors que tout le monde semble si serein ?
- Tout le monde semble serein, oui... Mais il ne se passe plus un soir sans que je sois inquiète en rentrant, je suis obligée de marcher avec la crainte de me faire suivre ... par un psychopathe, ou par un pervers ! se confiait-elle
- Mais qui a chamboulé le calme légendaire des Montagnes ?! Quel homme a été assez menaçant pour accomplir une telle prouesse !
- L'ombre semble être ses yeux et ses oreilles... Jamais loin... Je ... Je vais devoir vous laisser monsieur Yasaimaru, je dois... retourner au travail ! Au plaisir de vous avoir rencontré !

♣ Elle se leva, précipitée comme si notre conversation la dérangeait, alors qu'elle semblait l'apprécier au départ. Le sujet des rebelles ne faisait alors pas l'actualité ici non pas parce que personne ne s'y intéresse, mais parce que personne n'est autorisé à en parler ? Cela expliquerait le visage morne des gens. Je suis sûr qu'avant que ces rebelles ne viennent tout déranger, les visages étaient radieux ! Ce petit interview improvisé n'avait pas été fructueux, je n'avais pas trouvé notre commanditaire mais j'avançais : puisque personne ici n'est autorisé à parler de ça, et que les gardes se voulaient aux aguets dans les rues aisées, il était alors impossible que notre homme ne se cache dans cette partie du village. A moins qu'il ne soit suicidaire. Je poursuivais tout de même l'enquête, mais avec cette information je pouvais d'ores et déjà affirmer que je ne trouverai pas notre cible ici. Les six heures de recherches que nous nous étions accordés touchaient à leur fin, je me redirigeai alors vers le lieu de rendez-vous, en espérant de tout coeur que mes équipiers reviendraient avec de meilleures nouvelles.


Code by Joy


Dernière édition par Asahi Takara le Lun 5 Déc - 8:02, édité 3 fois
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur

L'arrivée des Sunajins au Pays des Montagnes ne passe pas inaperçue. Les gardes du Daimyo ne sont pas les seuls à remarquer le trio alors qu'il se glisse à l'intérieur des frontières de la région, à cheval sur cette espèce de dune mobile.

Banno Mokichi est occupé à faire paître son troupeau lorsqu'il aperçoit le petit groupe de ninjas qui entre dans le pays.  

[Mokichi] ~ Mais que peuvent-ils bien venir faire dans les parages, ceux-là?

Le berger à l'apparence quelconque est en fait un sympathisant des rebelles. À plus d'une reprise, il les a informés de la présence de mouvements armés ou autres événements pertinents desquels il a pu être témoin. Mokichi s'interroge sur la raison de la présence d'une troupe de shinobis de Suna sur le territoire de Yama No Kuni. Certes, ils peuvent être ici simplement pour répondre à une requête d'un marchand ou d'un noble, mais quelque chose à propos de ces trois-là le tracasse.

[Mokichi] ~ Ce n'est peut-être qu'une coïncidence, mais il est assez bizarre qu'ils se dirigent vers Bahnu justement maintenant.

Il décide donc d'aller informer l’un de ses contacts de la présence des Sunajins.




De son côté, perchée sur un plateau rocheux, Nakeshi, une séduisante kunoichi aux longs cheveux noirs, sourit en reconnaissant le jeune homme au regard sombre que le Kazekage a choisi pour diriger l'équipe qui doit accomplir cette mission. L'espionne a été dépêchée par le commanditaire pour s'assurer de l'accomplissement de la tâche de ses propres yeux. Considérant l'équipe en charge de la mener à bien, la jeune femme n'a aucun doute qu'ils atteindront l'objectif. Elle ne reconnait pas les deux autres shinobis qui accompagnent Gaara du Désert, mais assume que son entourage ne peut être composé que de jônins qualifiés.

Lorsque Nakeshi s'aperçoit que la bande se dirige vers Bahnu, un village se trouvant à proximité de la capitale, elle s'interroge sur leurs motifs.

[Nakeshi] ~ Que font-ils, ces imbéciles? La présence des révolutionnaires est beaucoup plus forte dans le sud du pays. Ils ne trouveront aucune information là-bas.

Ayant une idée claire de leur destination et préférant ne pas prendre le risque d'être repérée, elle interrompt sa filature, choisissant plutôt de se rendre au village pour attendre l'arrivée des trois shinobis. Il ne faut d'ailleurs pas bien longtemps avant qu'ils ne paraissent dans les rues de la ville. Voyant qu'ils ont pris la décision de se séparer, la sournoise kunoichi arrête son choix sur Takara qui semble, de par son jeune âge, le plus naïf des deux ninjas qui accompagnent Gaara, qu'elle n'a pas considéré suivre une seule seconde connaissant la réputation de celui-ci.

Elle suit le jeune homme à travers les rue plus commerciales de la ville sans trop comprendre son objectif.

[Nakeshi] ~ Mais il est venu refaire sa garde-robe ou quoi? D'ailleurs il me paraît un peu jeune pour un jônin d'élite. Se pourrait-il que Gaara soit le seul chargé de compléter la mission?

Elle pénètre dans le bar à la suite du Sunajin et s'assied à une table en gardant l'œil sur lui. Une idée lui vient lorsqu'elle le voit draguer la serveuse. Nakeshi va rejoindre cette dernière lorsqu'elle gagne les cuisines, l'interroge sur l'échange qu'elle a eu avec le blondinet, l'assomme et prend son apparence.

[Nakeshi] ~ Espérons qu'il ne verra pas à travers ma technique de transformation.

En discutant avec Takara, elle comprend qu'il cherche à en apprendre plus sur la situation locale. Elle choisit donc de lui en peindre un tableau assez sombre, jugeant que cela aidera peut-être le jeune homme à se justifier la mission, au cas où il serait du genre sensible.




Ailleurs dans la ville, Futoshi, un homme dans la trentaine avancée, se hâte de compléter ses transactions. Il a été prévenu il y a peu qu'une équipe de shinobis de Suna se dirige vers ce village. Le membre des forces rebelles ne peut être certain qu'ils sont ici pour lui, mais tout porte à le croire.

[Futoshi] ~ Je dois vite prendre les cargaisons d'armes et déguerpir avant qu'ils ne me trouvent. Ils sont sans doute déjà en ville à l'heure qu'il est.

Il ne manque plus à Futoshi que deux arrivages et il sera prêt à quitter. C'est alors qu'un jeune homme aux cheveux rouges dégageant une présence déconcertante croise sa route. Instinctivement il retient son souffle, pris d'une sorte de crainte irrationnelle, mais Gaara passe son chemin sans lui porter d'attention particulière. L'homme ne remarque aucun signe sur le sunajin qui l'identifie comme un shinobi, mais son apparence générale est suffisante à Futoshi pour qu'il sache qu'il s'agit d'un étranger et qu'il est de la nation du vent. Il quitte ce quartier promptement pour aller patienter ailleurs le temps que ses chargements soient prêts. Depuis qu'il a croisé Gaara, Futoshi est sur le qui-vive, il regarde constamment de gauche à droite de peur d'être repéré. Se sentant trop exposé dans les rues du village, il se glisse dans une ruelle. La nervosité qui l'habite se transforme en colère, qu'il dirige vers la poubelle se trouvant sur son passage, lui assénant un solide coup de pied.

[Futoshi] - "Mais que font-ils ces maudits Sunajins. Je vais finir par être suspect à les attendre moi!"

La panique le gagne finalement et il décide de partir avec les armes qu'il a réussi à rassembler jusqu'à maintenant.

[Futoshi] - "Si je reste ici, ils vont m'attraper. C'est sûr. Les chargements n'avaient qu'à être à l'heure."

Futoshi se dirige à pas rapides à l'autre extrémité du village. Il remarque que la lueur du jour commence à faire place à la noirceur de la nuit, ce qui l'arrange. Il se faufile par un passage secret à l'intérieur de ce qui semble être une sorte d'entrepôt. Dès qu'il fait assez sombre, il quitte Bahnu aux commandes d'un char tiré par deux bœufs massifs et se dirige vers le sud.

Quiconque le voit partir pourra facilement identifier la route sur laquelle il voyage et déduire qu'avec un attelage pareil, il ne peut faire autrement que la suivre.

HRP:
 


MJ: Asugi / Kaede


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission Rang B: Forgeron dans la merde ! [Yoru; Karas; Manzo]
» [Mission Rang C]A la recherche du lapin sacré [Pv : Solo]
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...
» [ Mission de rang C ] La disparition des enfants (Pv Samui Natsumi)
» Un vol au colisée [Mission rang C]

Sauter vers: