Protégez nos intérêts. [Mission Sekai Rang B]
Partagez | 
avatar
忍 | Nukenin
忍 | Nukenin
Messages : 97
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 27

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2481
PE:
264/300  (264/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Protégez nos intérêts.


Mission

Feat. Shimizu Kaede



« Tiens ! Tu es enfin réveillée ? »

M'adressant sourire aux lèvres en regardant la jeune femme, je passais la porte de la maisonnette où Eiko et moi avions élues domicile depuis quelques temps déjà. Le loyer était hors de prix, même pour une région comme celle-ci, des plus mal famées. Toutes mes économies et toutes mes missions passaient là dedans, le reste allait dans les repas et les frais courants. Un gouffre financier. Voilà ce que cela coûtait de vivre en temps que déserteur. Personne de sensé ne vous louait quoi que ce soit à moins d'y mettre le prix. Héberger un traître était tout aussi risqué que de l'être. Mais l'endroit était plutôt sympathique dans le fond, une des maisons les plus agréable à vivre que nous avons eu. Même Eiko pour une fois ne s'en plaignait pas. Alors cela valait bien quelques sacrifices. Très peu d'entre nous ont une demeure fixe. Les Nukenins sont généralement des nomades, sans point d'attache, écumant les auberges et dormant pour certains à la belle étoile. Certains changent carrément d'identité pour vivre une vie civile et se reconvertir. Seules quelques rares réussites possèdent suffisamment de pouvoir et d'influence pour être à l'abri et avoir un peu plus qu'un toit sur la tête. De mon côté, je ne pouvais pas me résigner à élever ma fille sans qu'elle ne sache ce qu'est la chaleur d'un foyer. Bien entendu, nous ne sommes jamais resté très longtemps au même endroit mais à chaque fois je trouve le moyen de lui offrir le minimum de confort. Et en parlant de confort ... 

« C'est comme ça que tu reçois nos invités ? Ne t'ai-je pas demandé de lui préparer quelque chose à manger ? Cette petite a besoin de reprendre des forces ! »

J'étais assez familière et maternelle avec Kaede en disant cela de cette manière et en employant ces mots là. Elle n'avait que quelques années de moins que moi et pourtant je me sentais responsable d'elle en quelque sorte. Ce côté là de ma personnalité était aussi l'un de mes défauts. Je prenais les choses souvent bien trop à cœur, sans me soucier de e que l'on pense de moi. Il n'y avait pas spécialement d'arrière pensée ou de tentative fourbe. Je voulais juste qu'elle reprenne des forces et soit d'attaque. J'aurai aimé qu'on me donne un tel coup de main à l'époque de mes premiers pas en dehors de Kiri. Évidemment, ma petite avait préparé quelque chose pour l'ex Sunajin et soupira avant de l'apporter à table. Une soupe, des nouilles et quelques fruits qu'elle avait gardé de côté. Encore un de ces mauvais coups pour tout garder pour elle sûrement, pas toujours d'accord avec mes élans de générosité ou bien vite jalouse des autres. Je l'engueulais sans vraiment hausser bien haut le ton, me contentant juste d'être ferme, les mains posés sur les hanches. Après ma petite balade du matin, je prenais une pomme que je croquais à pleine dent, venant m’asseoir un instant face à elle à table, regardant le parchemin qu'elle avait déroulé. 

« Cette mission n'a pas l'air bien compliquée. Je te propose de commencer par faire un peu de repérage, histoire de ne courir aucun danger. Une fois que nous en savons assez sur le convoi et la manière dont il progresse, on choisira le moment idéal pour passer à l'action. Dès que tu es prête, on y va. Qu'en penses-tu ? »

Il ne fallait pas trop traîner non plus, arriver jusqu'au convoi nous prendrait pas mal de temps pour être assez proche de celui-ci. Selon mes calculs, on y serait presque à la tombée de la nuit. Parfait pour une attaque surprise.

avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur

Protégez nos intérêts / Saboter le ravitaillement
Le départ fut brusque, presque trop rapide. Une escorte de ninjas avait été dépêchée du pays du feu afin de protéger les convois à destination de Yama no Kuni. L'ébullition et l'excitation mêlée rendait tout ce tableau grotesque. Les marchands criaient l'emplacement et dans quel chariots ranger leurs marchandises, les femmes et les enfants qui nous accompagnaient pliaient le linge et les tentes qui nous serviraient d'abris. L'ambiance était à son comble lorsque tout fut prêt et que les carrioles s'ébranlèrent. Le chemin fut silencieux pour ma part. Je guettais le moment opportun et surtout scrutais les parages discrètement à la recherche de mes collaborateurs. Le sabotage de ce convoi était ma principale mission.

Les Konohajins veillaient sans cesse au grain, posant des questions pertinentes mais surtout très embêtantes. J'avais eu plusieurs fois la petite jeune, vêtue de vert et qui m'agaçait à sautiller partout. J'avais moult fois voulu l'attraper, la ligoter et la bâillonner pour qu'enfin le silence et le calme puisse régner et qu'elle arrête une fois pour toute de me déconcentrer. Je devais repérer les ninjas alliés qui avaient pour mission de m'aider. La plus calme de tous, une jeune fille aux cheveux noir de jais, semblait absorbée dans son monde et je ne m'en formalisa pas plus. Celui qui m'inquiétais, le grand dadais qui les accompagnait. Cependant, si son air désinvolte et son regard vitreux donnaient à penser qu'il était incompétent, je ne me fiais pas à son physique. J'avais eu l'occasion de constater ses réflexes et cela ne me plaisait pas du tout.

Les journées me semblaient longues mais le point de rendez-vous était maintenant à quelques heures de route. Je réfléchissais à tout allure afin de ne pas me tromper et surtout donner le signal au bon moment. La vie qui animait ce voyage avait eu tôt fait de me taper sur le système. Le stress et l'angoisse me pris et un relent acide me brûla la gorge. Mon visage était pâle et je commençais à suer. Il fallait absolument que je me calme si je ne voulais pas me trahir. Prenant des respirations lentes et profondes, je me calmais doucement. Il fallait que je noie le poisson en me mêlant à la foule et ce fut, un sourire forcé plaqué sur le visage que je débutais une conversation banale avec les marchands que j'accompagnais. Les soupçons à mon égard avaient quelques peu diminué et les oeillades discrètes lancées par les deux jeunes kunoichis se portèrent sur un autre convoyeurs, conduisant la première charrette.

Après plusieurs accolades, je me dirigeais vers le ninjas au cheveux gris. Il restait souvent seul mais semblait plongé dans sa lecture. Son désintérêt pour cette mission me mettait mal à l'aise. Était-ce une façade ou bien laissait-il réellement deux jeunes filles surveiller notre camp ? Je me raclais la gorge en m'approchant de lui, un verre à chaque main dont un que je lui offris.

« Mon gars, ça n'doit pas êt' facile pour vous avec toute cett'agitation. Tenez un p'tit verre pour vous r'monter l'moral. J'sais qu'c'est une question bizarre, et vous z'allez p'têtre pas m'répondre mais, comment z'allez faire pour protéger tous les chariots une fois qui s'ront séparé ? »

J'en avais peut-être trop dit mais il fallait que je me renseigne. Après tout, s'ils avaient eu des soupçons sur moi, j'avais réussi à les éloigner une fois, je recommencerai bien une deuxième fois. Mon accent paysans avait eu pour but de me rendre plus jovial et, il ne fallait pas le cacher, j'appuyais aussi en caricaturant mes mimiques faciales. J'excellais dans l'aspect bête.

Lorsque nous avions redémarrer, mon angoisse me reprit et je m'efforçais de garder mon calme. Nous y étions, le point fatidique où mon signal devait être discret mais suffisamment voyant pour que les dissimulés puissent me voir et surtout comprendre. Les montagnes de Yama cachait le soleil couchant qui peinait déjà à percer les nuages. Inconscient que j'étais observé, je me mis debout m'étirais bruyamment. Si l'on ignorait que c'était un signal, cela aurait très bien pu passer pour une simple décontraction. Mais, évidemment, entouré de shinobis, l'affaire était tout autre... La séparation devait se faire sous peu et pour combler ma chance, la nuit commençait à tomber. Le faible éclairage procuré par les lanternes et les lampes de poches donnerait un couvert pour mes alliés, il était donc impératif que tout soit coordonné, tout du moins, le plus possible.

HRP:
 




MJ: Oha'
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 140
Date d'inscription : 29/07/2016
Age : 25

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 529
PE:
14/500  (14/500)

Voir le profil de l'utilisateur



Protectionnisme


Tout s'était déroulé assez vivement à partir de la soirée et de la veille, jusqu'à ce qu'il soit le matin et que les chariots s'ébranlent pour enfin démarrer la mission. Les transporteurs et paysans - ou marchands - s'installaient sur les carrioles, prêts à partir dès l'aube, le soleil fendant l'horizon et illuminant la matinée de quelques lueurs, Kakashi se tenait aux côtés de ses deux élèves, ayant quelques heures plus tôt, envoyé sa meute de chiens pour quadriller toute la zone, que ce soit sur les flancs ouest et est ou tout simplement devant, telle une compagnie de détectives canins. L'élite de Konoha s'occupait d'observer et analyser tout ce qu'il se passait, laissant une note d'être un ninja lambda, ne parlant que très peu. Les consignes à ses élèves furent données plus tôt, avant d'envoyer les chiens. La petite lutine verte jouait son rôle de rapporteuse à la perfection, elle devait faire des miracles étant à l'académie, ses insectes étaient subtiles, intelligents et loyaux, il n'y avait plus qu'à espérer qu'elle jouerait son rôle. Hako était une kunoichi de soutien ou de défense. Quant à Yume, elle possédait la plupart des attributs du clan, quelque soit la branche. Ses attaques pourraient être utiles, mêlant habilement offensive et défensive, pouvant jouer sur le flux de chakra et perturber les liens de cette énergie, ne laissant à ses adversaires que peu de solutions.

L'épouvantail se concentrait, ne laissant rien percevoir, entre son ton calme et sa démarche nonchalante. Il marchait tout en lisant son livre, n'étant guère pudique sur sa lecture, se laissant noyer dans les lignes du bouquin, sans que ses sens sur-développés soient éteints, bien au contraire. Dès la fin de ses quelques pages, il remontait son unique pupille afin de zyeuter assidument le comportement des gens. Une fois assis, un des convoyeurs tantôt aperçus, s'approcha de lui, un verre en bois à la main et un second dans l'autre : Kakashi était assis au bord d'une charrette, faisant fi d'accepter le breuvage sans pour autant le boire. Son iris noire scrutait le visage dudit homme, sans parler, ni même sourire, restant presque de marbre, déposant le verre offert sur le bord de la carriole. La question de l'individu fut étrange, comme s'il connaissait la nature de ce qui allait se produire sous peu, ou du moins, possiblement se produire. Le fils du Croc-Blanc trouvait cette idée absurde : séparer les convois ne serait potentiellement, pas une chose recommandée, pas entre ses flancs de falaises et ses montagnes, un terrain largement utile en cas d'embuscade ou de guet-apens. De plus, le portrait de l'homme pouvait être en rapport avec les informations de Hako. Il pouvait cependant être nerveux à cause du convoi et d'être à découvert, Kakashi resterait simplement à l'observer, gardant un œil fixe sur cet homme, surveillant ses faits et gestes, sans même qu'il puisse s'en rendre compte.

A dire vrai, Hatake Kakashi, ancien ANBU, utilisait toujours ses vieilles méthodes. Depuis le début de la partance du convoi, il faisait exprès de jouer un rôle très effacé et ça avait l'air de bien fonctionner, comme prévu. L'aide des deux jeunes filles y étaient pour quelque chose : Yume avait la beauté naturelle des Hyûga et Hako avait une énergie titanesque à revendre, attirant les yeux vers elle, plutôt que vers Kakashi. Les chiens de l'épouvantail naviguait entre les arbres, Pakkun ayant un odorat plus développé encore était devant, droit vers l'antre des montagnes, il usait de diverses techniques pour passer inaperçu. Usant de subterfuges et de feuillages, les ninkens aimaient se fondre dans la nature et le terrain s'y prêtait très bien : quelques arbres, des feuillages touffus, des rochers, des sentiers et autres petites grottes étaient le paysage de ce coin paisible.

Laissant l'homme s'en allait, il l'observa durant sa phase à s'étirer : un geste anodin pour les convoyeurs et autres marchands, mais pas pour Kakashi. Nul besoin de s'étirer aussi... bruyamment. A moins que l'alcool lui montait à la tête. Kakashi sentit quelque chose, les chiens ou tout du moins un d'eux, Pakkun, détectait des sources d'odeurs : deux odeurs bien distinctes pour être précis. Il agirait au moment venu pour l'emprisonner, rappelant au passage ses bêtes au cas où. Toujours un œil sur le bonhomme, il passa rapidement devant le convoi afin de le stopper net, rameutant les deux filles pour leur parler et notamment à Yume :

« Yume, observe les environs et dis-nous ce que tu vois. Je crains que le geste de notre suspect soit un signal. Ne faites pas de folies. Quant à moi, je dois m'occuper d'un certain homme. »

Se retournant, Kakashi alla simplement interpeller notre homme, lui tapant le cou assez vivement avec le tranchant de la main. Celui-ci s'effondra, le tenant pour aller le mettre dans une des charrettes, Kakashi lui poserait deux ou trois questions lorsque ce sera le moment, afin de peut-être confirmer une traîtrise. Qui pouvait bien être leurs prochains adversaires ? Ils seront vite fixés, mais selon Pakkun, il reconnaissait parfaitement un ninja d'un bandit et savait faire la différence. L'élite de Konoha se mit sur une des carrioles, se propulsant sur la branche d'un arbre qui se tenait aux abords du chemin praticable. Plus qu'à attendre...



« C'est la loi de la nature… Les générations anciennes cèdent la place aux nouvelles… »
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Cette soupe aux nouilles était un met digne d’une reine pour l’ancienne Sunajin, qui n’avait plus rien mangé de décent depuis quelques semaines déjà. Kaede ne s’interposa pas entre Saeko et sa fille lorsque cette dernière se fit rabrouer, mais elle signifia tout de même d’un petit geste de la main qu’il n’y avait pas de mal. Pour l’enfant, elle était une gêneuse, une intruse qui lui enlevait un peu de la précieuse attention de sa mère. La médic termina son plat, le rinça et le rangea. Elle se sentait revigorée et prête à partir.  

-Oui, il faut se mettre en route le plus vite possible. Les dates ne nous laissent pas beaucoup de marge de manœuvre. Si tu veux bien, nous discuterons stratégie en route.

Après avoir fait leurs derniers préparatifs et s’être vêtues à la manière de simples voleuses de grand chemin, les deux femmes prirent la direction du site où elles devaient intercepter leur cible. La distance restait raisonnable, à peu près un jour de marche. Elles auraient à traverser le Pays de la Pluie pour se rendre à Yama no Kuni, ce qui comportait un certain risque, mais moins que de passer par le pays d’origine de Kaede, où nombre de gens la connaissaient.

Prenant garde de se tenir loin des routes les plus fréquentées, les alliées discutèrent stratégie chemin faisant. L’aspect le plus délicat de la mission était de se faire passer pour de simples brigands. Les talents de la médic, qu’elle prit le temps de décrire à Saeko, ne se prêtaient pas particulièrement bien à ce genre d’opération, une bonne partie impliquant l’usage de chakra. Si le convoi était gardé par des shinobis ou même une simple escorte de mercenaires expérimentés, faire appel au ninjutsu avait toutes les chances de les trahir. Venir à bout à elles seules de toute l’escorte d’un convoi éveillerait aussi les suspicions. La jeune femme questionna sa camarade sur ses propres capacités afin de réfléchir à une façon de collaborer au mieux. Sortant une carte du pays des montagnes où étaient tracés les trajets prévus, Kaede fit part de ses idées à la femme chat avec animation.

-Il faudra nous camoufler et ne faire usage de notre chakra qu’en dernier recours. Les convois doivent se séparer en un point précis de la carte afin d’atteindre chacun leur destination. Nous disposons de leur trajet, mais un allié sera sur place pour confirmer. L’énoncé de notre mission exige que nous épargnions celui qui fait route vers la capitale, nous devons donc attendre leur séparation avant d’intervenir. Je te propose d’être sur les lieux avant leur passage et de préparer le terrain. J’ai de quoi leur tendre un ou deux pièges qui les empêcheront d’avancer.  Le premier convoi traverse cette vallée non loin du pays de la pluie, tu vois…

Elle poursuivit ses explications sans vraiment réaliser qu'il n'était pas très poli de monologuer ainsi, surtout en présence d'une kunoichi plus expérimentée qu'elle-même. La terre, la roche et la boue dont étaient constitués les chemins du pays des montagnes faisaient office de matière première parfaite pour qui maîtrisait le Doton, ce qui était une aubaine pour elles. Kaede proposa de créer des pièges en modifiant le terrain, qu’ils s’agisse de générer une marre de boue juste assez profonde pour ralentir un convoi sans que sa nature artificielle en devienne évidente, ou encore de creuser un trou en l’altérant de sorte à donner l’impression qu’il l’avait été avec de simples pelles, une stratégie répandue chez les pillards des montagnes.

-Reste la question du nombre. Personne ne croira que deux femmes ordinaires sont capables de tels exploits sans aide.

Détails sur les pièges:
 



avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur

Protégez nos intérêts / Saboter le ravitaillement
Le signal lancé, je reposais mes fesses sur le chariot. La discrétion n'avait jamais été mon fort, et je savais qu'il ne faudrait pas longtemps aux ninjas de Konoha nous protégeant pour me repérer. Je repris mon calme, faisant comme si rien ne s'était passé mais je savais que cela n'avait pu échapper aux yeux du shinobi aux cheveux gris. Les trois carrioles se stoppèrent et chaque conducteurs descendirent afin de se rejoindre et de discuter du trajet à prendre. Je m'approchais doucement dans le but de récolter l'une ou l'autre information qui passerait pouvant m'aider moi et mes coéquipiers inconnus à réussir notre mission. Les éclats de voix s'élevaient et je pus distinguer quelques bribes. Je faisais partie des dirigeants mais je n'avais pas mon mot à dire lorsqu'il s'agissait de la route à prendre.

Ashiro -.. Une séparation serait plus judicieuse, la rapidité sera notre meilleur atout.

Seishii -Je ne suis pas d'accord, si nous nous séparons, nous nous exposons à plus de dangers.

Le dernier resta muet mais plongé dans une intense réflexion. Il semblait peser le pour et le contre de ce que disais ses comparses. Je priais intérieurement pour que le chef prenne la décision de séparer le convoi. Cette solution nous serait bénéfique, tant pour faciliter le pillage que du point de vue de la protection. Je tendais de plus en plus l'oreille,curieux de savoir si le sort serait avec nous ou contre nous. Puis enfin, il pris la parole.

Chef -Assez, ça suffit vos chamailleries. J'entends ce que vous dites, mais je pense que la séparation est la meilleure des solutions. Nous nous devons de penser à qui va toutes ces ressources. Des centaines de personnes comptent sur nous et surtout, ils nous attendent impatiemment afin de pouvoir manger.

L'un des deux autres voulu protester, mais il fut coupé par le chef qui reprit.

Chef -Pas d'objections, nous sommes uniquement des messagers. Plus vite nous auront rejoins nos villages respectifs, plus vite ce sera fini et tu ne craindras plus rien. Ashiro, tu iras vers le petit bourg de Kagerô et toi, Seishii, tu prendras les commandes jusque Mâmoto. J'irai à la capitale.

Sans plus les espionner, je m'en allais doucement, content de la décision prise. Ainsi, la mission se déroulait doucement mais surement. Je remontais dans le chariot à destination de la capitale. Le convoi s'ébranla de nouveau. Je devais me faire discret, rester dans l'ombre le temps restant. Il faisait chaud et je m'éventais doucement. Non, c'était moi qui avais chaud.

Après plusieurs heures de route et la séparation qui venait de se faire, je soupirais d'aisance. La partie la plus difficile venait d’être passée. Ashiro et Seishii n'était déjà plus en vue. Quelque chose me titilla légèrement. Des trois ninjas qui nous suivaient, lequel d'entre eux m'avait suivi. J'espérais que ce n'était pas le grand dadais pervers, ni la sauterelle sur jambes qui m'exaspérait. Je jetais donc un petit coup d'oeil en dehors de la charrette mais personne ne croisa mon regard. Je rentrais dubitatif mais avec un haussement d'épaules je me dis.

"Bien, maintenant que ma part est faite, je vais pouvoir profiter un peu."

A peine ces quelques paroles prononcées, un douleur fulgurante s'abattit sur ma nuque et je sombrais dans l'inconscient.

HRP:
 




MJ: Oha'

Contenu sponsorisé


Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» Protégez nos intérêts. [Mission Sekai Rang B]
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» [Mission de rang B] Un mariage sanglant. Duexième partie. (PV: Jisetsu Sei)

Sauter vers: