♫ Allons y couper du bois Julie ♫
Partagez | 
avatar
雷 | Kumo no Jônin
雷 | Kumo no Jônin
Messages : 17
Date d'inscription : 12/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 802
PE:
98/200  (98/200)

Voir le profil de l'utilisateur
♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 23 Déc - 11:46
Spoiler:
 

♚♚♚ Une bête ♚♚♚




Cela allait faire une éternité que je ne fus pas assigné à une mission. À vrai dire, je n'y mettais pas du mien et le Boss avait senti cette réticence de ma part. Je pensais avoir vaincu mon fléau, mes cauchemars, mais une fois devant les portes de Kumo cette sensation d'échec me reprit. Que dire de l'histoire. Elle préfère les légendes aux hommes, l'hypocrisie et la traitrise. Je fus accueilli tel un héros par ceux qui connaissent mon histoire, mais pour d'autres, j'étais un lâche qui a fui le combat. Si seulement mes cicatrices pouvaient témoigner, si seulement elles pouvaient me défendre et crier la vérité. Je ne répondais à aucune insulte, je les laissais salir mon nom. J'aurais aimé vous dire qu'on s'y habitue, mais ce serait dissimuler le véritable sentiment qui me traverse, de la souffrance, à chaque fois j'ai toujours plus mal, encore et encore. Certains sont inquiets, combien de temps je pourrais tenir face à cette réputation. J'abordais avec brio le rôle de la bête, vivant seul et d'une humeur sauvage, j'étais celui avec qui personne ne voulait accomplir une mission. Celui sur qui un enfant ne devait pas poser le regard. Il ne me fallait qu'une cage et me différencier d'un fauve enragé n'aurait point été chose aisée. À force de vouloir briller telle une étoile, on ne devient que poussière. Pourtant, au fond de moi, le désir de briller résistait et combattait le déclin, je voulais ardemment retrouver la gloire que l'on m'a volée. Un jour ils verront la vérité et regretteront leur jugement, mais pour cela, je devais étinceler comme à mon âge d'or et cela ne pouvait se faire qu'à travers des missions. Il était hilarant de voir que mon palmarès de mission retomba à zéro, c'était comme si pour les ignorants, je venais tout juste de sortir de l'académie. Tous mes efforts passés furent venus et si je voulais retrouver ma lumière, je devais tout recommencer...

Je fus sorti de mon sommeil de bête par un messager du Raikage. Une mission de rang B allait être ma besogne pour ce mois. Dans l'atmosphère lugubre de ma chambre, je mis mes taguis pour aller effectuer mon devoir. Je traversais le village mains dans les poches et le regard au ciel. Les mères cachaient les yeux de leurs enfants. Kumo le village de l'honneur, déshonoré, vous perdez toute décence et n'êtes plus qu'un virus dont il faut se protéger. Je continuais ma démarche lente et traînante pour atteindre les portes du village. Un long voyage m'attendait pour rejoindre le pays de l'ours, plus précisément un village de bûcherons qui était la cible de voleurs. En somme, cette mission semblait être abordable et d'une facilité déconcertante. Je resserrais mon cordon de pantalon et me mis à courir après quelques étirements. Je devais atteindre le sud du pays de la foudre pour prendre un bateau qui me conduirait au pays de l'ours. D'une course fuselée, j'avalais la distance qui me séparait du port à une vitesse conséquente qui me permit d'atteindre le port en soirée. Il y avait un bateau de marchand prêt à larguer les amarres. Je n'avais pas le choix et le confort n'était pas l'une de mes préoccupations. Je me joignais à eux après avoir payé une petite somme convenable. Je pris un coin du bateau où je m'assis en regardant les étoiles, les marchands eux, s'agiter à préparer leur marché pour demain. Je refusais leur soupé et j'adossais ma tête au bois humide du bateau pour me laisser tanguer par les vagues, les yeux fermés, je laissais l'air frais me bercer et me faire vaciller dans un profond sommeil.

Je fus réveillé par le bruit des caisses qui s'entrechoquent et les insultes des marchands à leurs apprentis. Je me levais lentement en m'appuyant sur mon sabre et descendis du bateau. Je pris quelques fruits que je mis dans mon sac et me mis en route pour atteindre le village de bûcherons. J'étais sidéré par la densité de la forêt, aussi grands que Konoha et le tronc des arbres faisaient l'effet d'une immense tornade. À ma connaissance, le pays de l'ours était un pays mystique longtemps sujet de croyances occultes grâce à la météorite qui s'y était écrasée il y a plusieurs centaines d'années. Il s'agissait d'une nation très arrogante et surtout haineuse de Kiri et Konoha, étant situé aux frontières des deux nations, une méfiance naquit. Kumo était donc la seule aide acceptable. Il y avait bien un village Ninja à Kuma No Kuni, il avait cependant perdu de sa puissance. Il ne s'y formait plus des ninjas des étoiles, ce village qui voulait autrefois être le sixième grand village ninja avait perdu de sa renommée et pour les villages situés aux alentours, il n'était plus une aide à susciter. J'avalais les quelques fruits que j'avais volés de la cargaison des marchands pour continuer ma route. Après deux heures de sautillement, j'arrivais au village. Modeste et très rustique. Telle était la première image que donnaient les maisons du village. Ils gagnaient leur vie à l'aide de la forêt où ils y coupaient du bois pour le revendre, ces attaques et vols nuisaient bigrement à leur commerce qui, à ce que je pouvais voir, ne se basait que sur le bois. Je marchais quelques ruelles pour aller voir le chef du village.
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 23 Déc - 18:46
D'honnêtes travailleurs s'impliquaient corps et âmes pour parvenir aux besoins de leurs femmes et enfants en mettant la main à la pâte pour le pays de l'Ours. C'est en coupant du bois d'une excellente qualité qui est de plus, le meilleur du marché que ses bûcherons permettaient de vivre correctement pour leur situation. Malheureusement, depuis quelques mois ses honnêtes travailleurs rencontraient plusieurs difficultés quant à leurs revenus. La cause ? Un groupe de malfrats. Celui-ci forçait les villageois à travailler dans une peur permanente provoquée par plusieurs assauts et pillages. Les brigands s'occupaient de voler les précieuses ressources de ce pays tout en soudoyant de l'argent en échange de leurs vies qu'ils considéraient comme inutile. Les bûcherons craignaient-ils la mort ? Pas réellement. Tout le monde donnera son dernier souffle dans cette vie et dans les autres qui la suivront. Mais laisser sa famille les mains vides n'était pas dans les projets de ses citoyens. Ils étaient forcés à se soumettre au chantage abusif des pilleurs pour avoir un œil sur leurs proches.

Le village lui, essayait de résoudre tant bien que mal ce malheureux problème. Difficiles contre un groupe invisible et ses membres agissant comme un fantôme. L'Ours avait toujours du retard et l'accumulait de plus en plus, sans pouvoir rien faire. Le manque d'expérience était la seule raison pour que le groupe soit toujours autant actif. Mais le village avait reçu la bénédiction de la Foudre, en envoyant un de leurs shinobi. Il avait le profil parfait pour débusquer les coupables et rétablir l'ordre au sein des terres de Kuma no Kuni. Cet homme était d'ailleurs affilé à la garde personnelle du Raikage.

Lorsque Raijin arriva au sein du village, tous les yeux étaient posés sur lui. Il était facilement identifiable en tant que Kumojin grâce à son bandeau natal. Il donnait une once d'espoir à ses villageois et ses bûcherons au bord du gouffre. Certains le surnommaient même le « sauveur » alors qu'il n'était même pas certain qu'il venait pour cette raison précise. L'espoir fait vivre et nombreux en ressentaient le besoin.

Alors qu'il prit la direction vers le chef du village, le shinobi de la Foudre fut accueilli par son second. Malheureusement le dirigeant était pris par une autre histoire plus urgente. Malgré cette fâcheuse histoire qui commençait à être connu de tout le monde, le village avait encore des affaires à régler. L'accueil fut très amical. Le conseiller le mit dans des circonstances les plus confortables possible en lui proposant même un thé. Il prit la parole par la suite.

« Ravi de vous voir ici shinobi de la Foudre. Je suis Kiroa, le second de notre dirigeant. Il n'est pas présent pour des affaires plus importantes, je m'occuperais de vous durant votre séjour. Asseyez-vous je vous prie et laissez-moi vous expliquer la situation.
Comme vous l'avez vu sur l'ordre de mission, un groupe vient nous piller régulièrement. Nous avons déjà réussi à éliminer certains de leurs hommes, mais ils sont toujours aussi nombreux. J'ai l'impression qu'en faisant couler le sang, ils se multiplient. »


Alors que le second discutait calmement avec Raijin, un autre homme fit son apparition pour l'interrompre. Le second était lui aussi demandé pour une autre affaire. Qui plus est, semblait urgente. Décidément Raijin n'allait pas recevoir beaucoup d'aide pour ce moment. Et de toute manière, les meilleures réponses qu'il pouvait obtenir venaient des victimes même ; les bûcherons.
D'ailleurs suggéré par le second.

« Toutes mes excuses. Vous devriez faire un tour au sein de notre forêt. Peut-être trouverez-vous des réponses. »

Suivit un signe de tête pour adresser son départ.


avatar
雷 | Kumo no Jônin
雷 | Kumo no Jônin
Messages : 17
Date d'inscription : 12/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 802
PE:
98/200  (98/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Mar 27 Déc - 21:11
♚♚♚ Une bête ♚♚♚




Le regard d’un homme est révélateur, soyez attentif et vous verrez au travers. Joie, tristesse, émerveillement. On dit qu’ils sont les miroirs de l’âme, je dis qu’ils sont votre reflet. C’est à travers de ceux-ci que vous verrez votre image telle qu’elle est perçue chez autrui. En traversant les ruelles quelque peu animées du village, je voyais une étincelle brûler dans le regard des villageois. Étaient-ils si désespérés, et malgré mon allure nonchalante, voyaient-ils en moi un sauveur ? Je pénétrais la maisonnette du chef de village en pensant l’y trouver. Son second, amical et bienveillant, vint à moi et m’offrit tout le confort nécessaire. Ils savaient bien que seule la foudre pouvait leur apporter de l’aide, et ils prenaient soin de l’auxiliaire que j’étais. J’observais les lieux avec minutie, je pensais à énormément de choses à la fois, à diverses théories. Et si le vol du bois n’était que la diversion d’un plus grand acte. Pourtant, j’eu beau chercher une autre raison il n'y avait aucune. Un homme frêle pénétra la maison et se mit à susurrer à l'oreille du second qui s’excusa avant de disposer à son tour. Il s’agissait d’un petit village insignifiant, en revanche les dirigeants de celui-ci agissaient comme s’ils avaient un royaume tout entier à gérer. Ma nature de Kumojin me poussait à être brève et efficace, en aucun cas je n’allais passer ici un séjour comme dit le second, j’allais résoudre ce problème et sauf si empêchements, le lendemain, je serais dans un bateau pour Kumo.

J’étais positionné sur la tour du chef. Pensif, j’observais les faits et gestes des villageois. Il n'y avait rien de suspect, le bois était entreposé dans un entrepôt et la maigre activité des villageois ne se résumait qu’au travail. Il était temps pour moi d’explorer la forêt, peut-être allais-je y trouver des indices sur les cambrioleurs, leurs méthodes de travail et de déplacement. Je devais surtout questionner les bûcherons qui étaient en pleine activité à cette heure de la journée. Je descendis de mon point d’observation pour pénétrer la forêt. À mon arrivé, j’étais sidéré par la concentration d’arbre millénaire, les rayons du soleil passent malgré tout l’entrelacement des branches pour éclairer légèrement mon chemin. L’atmosphère était beaucoup plus fraîche à l’intérieur et on entendait que le chant d’oiseaux divers. Je m’attendais à voir certaines espèces rares étant donné que l’environnement lui était ancestral, mais il n'y avait rien, qu’un silence de plomb transformant petit à petit cette forêt en un endroit lugubre. C’est en m’enfonçant encore et encore que je vis un groupe d’homme découper des branches, je sus immédiatement qu’il s’agissait des bûcherons. Ils étaient une dizaine à se donner corps et âme dans un labeur épuisant. J’apparus en plein milieu du groupe qui sursauta en agrippant le premier outil qui était à leur porté pour se défendre. Le plus vieux d’entre eux leur demanda de baisser leurs armes quand il vit mon bandeau ninja.

-J’ai des questions à propos des voleurs. Que voulez-vous dire par des fantômes ? Avez-vous remarqué un signe spécifique ? Un bandeau, une arme ou un uniforme ? Maintenant concernant votre bois. Qui sont vos clients ? Vous avez de la concurrence ? Répondez-moi dans l’ordre !

Après avoir reçu des réponses, je continuais ma route vers le précédent point où ils furent attaqués à la recherche d’indices. J’essayais d’être le plus minutieux possible et cherchait chaque détails qui n’avait pas sa place ici, car tous bons enquêteur sait que quand on délaisse l’improbable, il ne reste que la logique.
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Mar 27 Déc - 22:08

Plusieurs hommes étaient en plein travail lorsque le Kumojin fit son apparition près de la forêt. Nombreux ceux étaient en train de couper de bois, tandis que les autres s'occupaient de le transporter jusqu'à l'entrepôt, surveillé par quelques gardes du village. Aujourd'hui, les bûcherons étaient sereins. Ils avaient été prévenus de l'arrivée d'un missionnaire pour mettre un terme à cette menace qui régnait entre ses arbres de géants.

Il était de temps de commencer les investigations. Raijin prit alors le soin de questionner quelques bûcherons pour recevoir des réponses sur les malfrats. Ils prirent tous un temps avant de lui donner une réponse, contemplant ce héros qui allait sûrement les permettre à s'occuper de leurs familles dans de bonnes conditions. Les questions s’enchaînaient sur un ton très convaincant pour éviter tout mensonge, comme s'il appartenait à la section interrogatoire du village de Kumo. Exécution pour ses jeunes hommes, plus vite ils répondaient, plus vite le problème sera résolu. L'un informa Raijin de la fréquence d'attaque de l'organisation : une fois par semaine, lorsqu'il fait nuit. Le groupe n'était toujours pas passé à l'action cette semaine. Un autre prit la parole en disant qu'il est constamment espionné. Les réponses fusaient à tout va, certaines apportaient d'informations précises, d'autres complètement inutiles. Malheureusement, aucun ne put répondre aux questions du shinobi. Concernant les clients, ils n'étaient que main-d’œuvre et ne s'occupaient pas des affaires commerciales.  

Sur les lieux des précédentes attaques, rien ne semblait être concret pour récupérer de grosses informations sur cette bande. Seuls quelques arbres étaient rapidement marqués par des armes ninjas, pouvant s'affilier à des sabres. Cela pouvait aussi un travail non achevé. Puis quelques minutes après, un autre bûcheron interrompra Raijin durant ses recherches. L'air terrifié, il s'approcha de lui pour parler à voix basse. Il avait peur et se sentait observé.

« Un peu plus au sud d'ici, un homme entreprend des travaux.. Je ne sais pas s'il est fourni par nous, peut-être que si vous allez le voir, vous obtiendrez de meilleures réponses. »


avatar
雷 | Kumo no Jônin
雷 | Kumo no Jônin
Messages : 17
Date d'inscription : 12/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 802
PE:
98/200  (98/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Mer 28 Déc - 19:25
♚♚♚ Une bête ♚♚♚




Le soleil assassin avait saigné le ciel, une lueur rougeâtre apparaissait dans le ciel telle une balafre. Il commençait à se faire tard et j’avais bien avancé, pas jusqu’au point de démasquer les ravisseurs, mais je n’étais plus qu’à quelques heures de leur capture. Après une investigation dans les bois, je n’avais trouvé aucun indice me permettant d’identifier ma proie, quelques coupures de sabres étaient visibles me donnant au moins l’idée qu’ils étaient armés. Je me déplaçais rapidement, dans une course fuselée tout en étant concentré, je repensais à toute l’histoire pour essayer d’établir une théorie. Dès mon arrivée, j’avais en tête la théorie de quelques brigands se faisant de l’argent sur les dos de ces pauvres travailleurs, tout comme je pensais à une société concurrente. Seulement, pendant ma conversation avec les coupeurs de bois, il n'y avait aucune concurrence, ils étaient les seuls à se donner à cette tâche. Même s’ils n’avaient pas répondu à mes questions, ils m’avaient donné la localisation d’un vieillard qui n’étais pas fourni par mes commanditaires, mais qui entreprenait des travaux qui utilisaient du bois comme matériel premier. Je n’avais aucune autre piste à exploiter, et de toutes les informations inutiles qu’ils ont purent me transmettre il s’agissait de la seule utile et recevable.

J’arrivais près d’une maison en plein milieu d’un plateau dégagé. Elle était assez imposante contrairement aux autres habitations du village. À côté de la maison du vieillard se trouvait un chantier, la théorie des bûcherons qui accusait cet homme était pour l’instant fondé. Je scrutais les environs pour voir si nous étions seuls pour m’approcher furtivement de la maison. En regardant par la fenêtre, je vis un homme seul, quelque peu vieillot avec ses cheveux grisâtres et sa canne, il n’en était pas pour autant un infirme totalement vide de vitalité. Vous savez, le ninja est un ninja de l’ombre, il met à son profit l’environnement et ce qui l’entoure pour combattre. Je devais récolter des informations et je n’allais pas jacasser des heures avec ce vieillard. Je me rendis sur le côté droit de la maison près du disjoncteur principal, en saisissant mon kunai je découpais les fils plongeant la maison et le chantier dans le noir total. Je sautais sur le toit pour pénétrer à l’intérieur de la maison par une fenêtre que j’avais repéré plus tôt. Le vieillard prit sa canne et une bougie. Au moment où il allait sortir, je me mis devant lui. Mon visage éclairé par la lumière orangée de sa bougie, il tombât à terre après avoir hurlé de frayeur.

Il ne faut jamais sous-estimer les sentiments, bien au contraire, sachez comment les utiliser et vous aurez entre les mains une arme meurtrière. En ce qui me concerne, j’avais éveillé la peur chez ma cible, tel un démon de la nuit j’avais pénétré sa demeure sans aucun bruit. Dans un silence total, je l’approchais et lui reculais jusqu’à ce qu’il se heurte contre un mur. Un kunai en main, je le lui mis sous la gorge, en le déstabilisant de mon regard meurtrier. Je le plaquais violemment contre le mur de mon autre main. Après avoir établi un silence morbide, je me devais d’amplifier ce sentiment de crainte, je lui enfonçais alors le kunaien pleine jambe. Je devais lui montrer que je n’avais pas de temps à perdre et que sa vie était à mes yeux insignifiante. Il hurlait de douleur, et en retirant mon kunai de sa jambe une giclée de sang avait rendu les rideaux couverts d’un liquide rouge et visqueux.

-La ferme ! C’est toi qui vol le bois où sont tes chiens de garde ? Répond où j’entame l’autre jambe.
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Mer 28 Déc - 20:18

Maintenant depuis plusieurs semaines que ce chantier avait commencé, personne ne savait réellement d'où provenait ses ressources, notamment le bois. Le pays de l'Ours se plaçant en tête sur le marché pour ce produit, il était évident que le propriétaire avait un autre fournisseur. Celui-ci se fournissait anciennement vers ses voisins et du jour au lendemain, il rompit l'accord commercial. Seul le prix pouvait être la raison d'une fin de contrat aussi soudaine, et encore, l'Ours restait toujours en tête sur le rapport qualité-prix. En conséquence, de nombreuses personnes s'interrogeaient sur la provenance de ses ressources. Et le vieillard fidèle à lui-même, grincheux, n'apportait aucune information, même sous les menaces verbales de certains. Il était évident qu'il était suspecté sur l'affaire récente des brigands et qu'il détenait des informations. Mais il ne crachait jamais le morceau.

Le Kumojin, passant à l'action, allait peut-être se montrer plus convaincant pour obtenir de nouvelles informations sur son investigation. Sa manière de faire était propre à celle d'un shinobi sous les ordres du quatrième du nom de la Foudre : violence, violence et.. violence. Il usa d'un stratagème pour pousser à bout le vieillard en le mettant dans une situation périlleuse tout en agissant comme un fantôme. Personne dans le coin était averti d'une autre présence sur les lieux. Et dans le noir le plus total, il porta un coup sur ce vieillard. Une méthode qu'il abordait pour recueillir des indications : la torture. Personne n'était jamais allé aussi loin avec ce soixantenaire. Il voyait déjà sa mort et ses travaux non aboutis. Il pleurait et suppliait la Faucheuse qu'était Raijin de l'épargner. Et sous la pression d'un nouveau coup porté, l'homme était dans l'obligation de parler.

« Ne me tuez pas s'il vous plait, je vous en supplie !! Ce n'est pas moi qui vole le bois, je l'achète à d'autres personnes, je le jure !! Écoutez, je dois les rencontrer ce soir.. Il y a une carte sur la table, il y a le point de rendez-vous. Allez-y si vous voulez mais épargnez-moi !! »

Sous la pression de finir ses jours dans une circonstance pareille, il dut à contre cœur livrer ses fournisseurs. Et si Raijin échouait si près du but, le vieillard se fera certainement assassiner.
La carte que Raijin allait découvrir était celle de la région, avait de nombreux traits pour se retrouver dans la forêt. Chacuns de ses traits étaient reliés à un seul et unique cercle au sud-ouest.

avatar
雷 | Kumo no Jônin
雷 | Kumo no Jônin
Messages : 17
Date d'inscription : 12/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 802
PE:
98/200  (98/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 30 Déc - 18:21
♚♚♚ Une bête ♚♚♚



La pression aussi bien psychologique que physique que j’avais utilisé pour faire parler le soixantenaire avait payé. Je saisis la carte qui était déposée sur la table pour sortir de la maison. Je m'étais limiter à une journée pour effectuer cette mission et j’avais tenu promesse ; il me fallait seulement débusquer les malfrats. Toutes les indications sur la carte menaient à un seul point, le sud-ouest. J’avalais les kilomètres à une vitesse fulgurante, mon envie d’en découdre et faire payer ces chiens animaient en moi une soif insatiable de sang. La nuit était tombée, pour s’éclairer il n'y avait que la lumière de la lune. Le silence qui régnait était de plomb, une atmosphère s’était installé une atmosphère de chasse. Cette atmosphère où vous balayez de votre esprit toute chose futile et ne gardez que l’essentiel. En ce qui me concerne, je déployais tous mes sens, je laissais le tout m’englober afin d’essayer de ne faire qu’un avec l’environnement. À ce stade de ma formation, tuer n’éveillait en moi aucun sentiment en particulier, il ne s’agissait que d’une profession rémunéré. Cette espèce que je chassais, ne méritait aucune pitié, je ne lui devais rien si ce n’est l’annihilation complète.

Je m’arrêtais pour revoir les informations sur ma carte pour aussitôt reprendre ma route. J’avais perdu toute envie de mission en ces temps, mais au fur et à mesure que celle-ci s’avançait, je pouvais ressentir certaines émotions qui étaient enfouies en moi. Ce sentiment de justice, je ne me voyais pas comme un héros qui berce le sommeil des enfants avec ses épopées ; non, je me voyais telle une ombre drapant la ville nudité de sa scélératesse en passant pour saint à l’heure où je faisais le diable. Car ces belles actions ne sont que le fruit d’une action, si j’étais un héros pour les bûcherons, j’étais aussi une menace et un bourreau pour ces malfrats, tout n’est qu’une question de point de vue. Je n’avais pas à choisir mon sillage, dès mon enfance, il était déjà tout tracé et ne se résumait qu’en un seul mot, Kumo. Je n’avais de cœur que pour ma patrie, peu importe ce qu’elle me fasse faire, cela devait être fait. Pourtant je n’étais pas aveugle, je savais que mes agissements étaient l’agonie d’autres pays. Un ninja de Konohaou de Kiri doit sûrement se dire la même chose, finalement, nous ne savons pas qui a tort ou juste, nous laissons notre instinct choisir à notre place. On ne choisit pas de naître, tout comme on ne décide pas de notre lieu de naissance, jusqu’à que ce qu’on s’attache à cet endroit et lutte pour son salut.

J’étais enfin arrivé au point indiqué. À en juger par les nombreux traits sur la carte, je pouvais facilement déduire d’où l’ennemi pouvait m’attaquer car il y avait plusieurs périples pour atteindre cette destination. Je resserrais mon bandeau de ninja, et me tenais en plein milieu d’un terrain dégager les bras croisés. J’étais impatient de les brutaliser, ils me faisaient attendre et ma colère pouvait se ressentir dans l’aura meurtrière qui m’entourait. Mes sens recouvrait le terrain et je pouvais entendre des bruits de déplacement. Il n'y avait plus aucun doute, ils étaient là, ils s’attendront à voir le vieillard, mais tout ce qu’ils apercevront, ce sera un fauve enragé.

-Ramenez-vous ! susurrais-je dans une voix meurtrière.
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 30 Déc - 20:30
C'est en livrant des informations capitales sur ce groupe organisé que le vieillard avait coupé court à cet accord commercial, ce contrat. Et la manière d'y mettre fin à celui-ci lui offrait un sentiment de peur et de crainte. Il avait trahi ses sinistres personnages et tout laissait la possibilité à des représailles. Quoique, tout dépendait de ce missionnaire. Ce soir, se rendait en territoire ennemi sans être sûr à cent-pourcents de la valeur des informations obtenue par ce vieillard. Après-tout, les indications pouvaient être tout bonnement fausses pour pouvoir se tirer d'affaire. Ou alors, conduire directement ce valeureux Kumojin à un piège pour l'effacer une fois pour toutes. Quoi qu'il en soit, ce soixantenaire espérait pouvoir reprendre une vie normale. Plusieurs scénarios étaient possibles pour ce soixantenaire. Mais ceux qu'il craignait le plus étaient ceux-ci : Raijin échoue et les malfrats viennent se venger, ou alors, Raijin réussi sa mission et livre l'homme aux autorités de l'Ours. Son futur était donc entre les mains de ce Jônin de la Foudre.

La nuit était d'ores et déjà tombée et la forêt n'arrangeait pas les choses. On pouvait facilement perdre son chemin dans cette contrée en pleine nuit. Seule une carte permettait de bien s'orienter et encore, on pouvait difficilement distinguer son chemin si on s'enfonçait profondément dans ses bois. Un membre du groupe avait précédemment été envoyé en tant qu'éclaireur, comme d'habitude. Raijin était déjà découvert et elle n'attendait que le regroupement de sa bande pour pouvoir passer à l'action. Dans quelques instants, Raijin allait se retrouver seul contre tous. Et il allait pouvoir se battre seul, sans se soucier de ses coéquipiers comme sa dernière mission qui lui avait retiré deux amis. Ce soir, il avait une opportunité d'exprimer toute sa rage, toute sa haine. De faire sortir ses tripes et montrer qu'il était réellement. Ce soir, c'était soit lui, soit eux.

Dès lors, au moment où Raijin se trouvait sur le point de rencontre, il ne fallait que quelques secondes pour que les malfrats passent à l'action. Ils ne souhaitaient pas savoir ce que ce Kumojin voulait : c'était une menace. Et ils avaient pour intention de l'éliminer. Plusieurs silhouettes se déplaçaient tout autour de lui, ils semblaient nombreux. Raijin était encerclé et s'il souhaitait survivre, il avait intérêt à réagir rapidement. Dans un premier temps, quelques armes ninjas se dirigeaient vers lui, alors qu'une arme lourde s'apprêtait à l'atteindre de plein fouet. Et dans cette même lignée, un adversaire s'approchait rapidement vers lui pour lui porter un coup de sabre.

Spoiler:
 


Dernière édition par PNJ le Ven 30 Déc - 22:29, édité 1 fois
avatar
雷 | Kumo no Jônin
雷 | Kumo no Jônin
Messages : 17
Date d'inscription : 12/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 802
PE:
98/200  (98/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 30 Déc - 21:50
♚♚♚ Une bête ♚♚♚




Je les entendais se disperser tels des loups voulant encercler leur cible. C’était bien trop demandé à des chiens sans honneur d'être loyal, de venir un par un se confronter à moi comme le veulent les anciennes méthodes. Le style de combat des Kumojin est très différent de celui des autres combattants. Fier et honorable, jamais un kumojin ne se battra avec déshonneur, que cela soit un adversaire, désarmé, à terre, désavantagé ; un kumojin cherchera à rendre le combat équitable et sa victoire méritée. Je pense que cela est valable uniquement pour Kumo, d’autres ne lésinent pas sur les moyens, jusqu’à attaquer une personne même en étant en surnombre. J’ai moi-même goûté à la traîtrise, mais peu importe, certains pour se défendre diront qu’il n'y a aucune gloire dans le combat et qu’il n'y a que la victoire qui compte. C’est vrai il n'y a aucune gloire dans le combat, mais la victoire n’a point de sens sans avoir combattu avec honneur. Mes assaillants avaient ouvert les festivités. L’un d’eux encore caché, envoya son arme tournoyante pour essayer de me faucher. Un autre venant à mon dos sabre en avant, il voulait en finir, mais cet assaut en soi était idiot et découlait d’un manque certain de niveau et d’expérience. Je le laissais me charger de son estoc tout en voyant l’arme virevolter à pleine allure en direction de ma tête, je m’abaissais d’un coup pour laisser l’assaillant à mon dos se faire trancher. Il se fit prendre par sa vitesse bien que moyenne, tel était le résultat d’une charge directe avec un katana. Le sabre tournoyant s’était planté dans son buste, désarmant de ce fait son complice. Un était déjà à terre, mais il me fallait mettre hors d’état de nuire ses complices.

Je changeais de position pour me retrouver en plein centre. J’essayai de les compter, il y en avait un désarmé et à en juger par les mouvements que je percevais ils devaient être trois. Je fis une courte série de mudra pour utiliser l’une de mes techniques raiton. Je devais vite en finir et les faire payer, j’avais l’avantage de l’expérience et même si je n’avais aucune expérience sur ces derniers, je savais que plusieurs d’entre eux utilisaient des sabres, les entailles dans la forêt étaient toutes de profondeur différente donc d’armes différentes. Je mis ma main sur mon katana à mon dos prêt à toute éventualité. Ils avaient l’avantage du nombre, mais en aucun je n’allais échouer. Perdre . Jamais je ne ressentirai de nouveau cette profonde douleur de l’échec. Cette boule qui vous traverse le corps telle une balle affutée, plus jamais je ne porterai ce poids sur mes épaules. Je ressentais de nouveau cette effervescence du combat, ce sang chaud qui vous parcoure les vênes, cette crispation qui laisse votre mâchoire contractée. Je ressentais tout ce que j’avais oublié, dans un cri de rage et sourire aux lèvres,, j’envoyais un message à ces crapules

-Approchez bande de bouffons !!!


Technique(s):
 
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 62
Date d'inscription : 31/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: ♫ Allons y couper du bois Julie ♫    Ven 30 Déc - 22:29
Place à l'action et seulement l'action. Les malfrats s'étaient visiblement précipité en sous-estimant leur adversaire. Pour la première fois ils faisaient face à un véritable shinobi en provenance d'une des cinq grandes nations. Ce Raijin n'était pas à prendre à la légère, il provenait du village du célèbre mastodonte : A. Et avec un dirigeant comme celui-ci, il ne pouvait que se perfectionner dans son domaine. Et malgré le désavantage contre lequel il faisait face, il arriva à retourner la situation contre ses adversaires. Un avantage vite pris causé par un manque d'expérience flagrant de la part de ses bandits. En réalité, ils n'avaient jamais fait face à un ninja expérimenté. Cette fois-ci ils ne s'en prenaient pas à un honnête travailleur voulant gagner sa vie. Ils s'en prenaient à un homme qui était payé pour les exécuter. Vu le début de cet affrontement, l’enjeu de base qui était d'éliminer le Kumojin pouvait se transformer en survivre face à lui.

L'arme lourde qui avait été envoyée par le colosse de la bande fut tout bonnement évitée, pour la laisser atteindre une autre cible : son allié. En voulant s'attaquer à un individu, il avait ôté la vie de son camarade. Par la même occasion, les projectiles précédemment lancés avaient eux aussi été laissé à l'abandon. Un simple mouvement avait causé déjà la mort d'un des malfrats. Un simple mouvement avait totalement changé l'expression faciale de ses personnages. Pas spécialement la tristesse, la peine d'avoir perdu un proche qui n'était que peut-être qu'un associé dans un business fâcheux. Non, le sentiment de choc. Jusqu'à l'heure d'aujourd'hui, tous leurs plans avaient fonctionné à merveille. Et pour la première fois, il se passait mal.

Un regard entre les quatre brigands voulait tout dire entre eux. Comme ils le faisaient si bien durant leurs assauts et pillages, ils allaient user d'une offensive coordonnée pour tenter de faire tomber Raijin. Et c'est entre différents arbres que chacun était sorti de sa cachette pour mettre fin à cette mascarade. Tous, épée en main, prêts à porter le dernier coup.. Pas ce soir, apparemment. Ses piètres combattants ne pouvaient qu'agir au corps-à-corps et malheureusement ils n'étaient pas en possibilité de repérer la cible. Celle-ci avait usé d'une technique invisible à l’œil nue pour les priver d'un sens primaire : la vue.

A ce moment-là, personnes ne savaient comment réagir. Privé de la vision, s'ils s'arrêtaient c'était comme signé leurs arrêts de morts. Alors en gardant la direction prise, ils continuaient leurs assauts en espérant atteindre le shinobi de la Foudre.

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» ♫ Allons y couper du bois Julie ♫
» JULIE X caniche teckel de 13 ans (10) ADOPTEE
» Sans FAD'H, nous allons perdre cette guerre contre RD en moins de 24 h
» [RP] Du bois pour le Maistre.
» Une fabrique de jouets en bois

Sauter vers: