Mauvais endroit, mauvais moment... [Feat Shimizu Kaede]
Partagez | 
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

une rencontre inopinée

∆ Feat. Kaede ∆



Les sourcils froncés, Yagura regarda dans sa gourde par le goulot. Vide. Bon sang, il était temps que ce voyage se termine. Que cela pouvait être agaçant de parcourir le pays ainsi. Tout cela pour quoi ? Rendre visite à cet idiot de Seigneur. S’il pouvait l’éliminer, les choses seraient bien plus simples... Malheureusement non, ce n’était pas la chose à faire. De toute manière, en relativisant, une visite diplomatique de temps en temps ne coûtait pas si cher. Exaspéré, le Mizukage lança au loin le récipient de métal. Dans sa colère, il ne fit pas attention à l’endroit où il l’envoya et la gourde alla se rendre jusqu’au visage d’un jônin. Surpris, Yagura eut du mal à ne pas esquisser un rictus. Visiblement, l’homme n’avait pas apprécié l’acte de son Kage, mais il était assez malin pour garder le silence.


« L’un de vous a-t-il encore de l’eau sur lui ? »


« Tenez Mizukage-sama. »



Comble de l’ironie, c’était l’homme qu’il avait prit pour une poubelle qui venait lui donner de quoi se désaltérer. En son for intérieur, Yagura saluait les manières de ce shinobi. Ce n’était de surcroît pas la première fois qu’il se faisait bien voir par son supérieur.


« Merci, Kagane. »


Malgré ce trait de politesse, le tyran du pays de l’eau gardait son apparence flegmatique habituelle. Après s’être rincé le gosier, il ordonna à son escorte de repartir. Kiri n’était plus qu’à une dizaine d’heures de marche. Autant arriver le plus rapidement possible. Le confort de son palais manquait au Mizukage. Malheureusement, un évènement sembla vouloir troubler le calme apparent. Alors qu’il marchait en maudissant la pluie qui fouettait son visage, Kagane s’agita. Manifestement inquiet, il se rua aux côtés de son dirigeant. Fort de son expérience, ce dernier comprit de suite que quelque chose n’allait pas.


« Parle. »


« Un kilomètre plus au nord, je perçois la présence d’un shinobi. »


« Tiens donc. »



Restant toujours aussi calme et posé, le tyran se retourna vers Muten Roshi, son garde du corps attitré.


« Tout le monde au village a été prévenu de ne pas s’approcher de notre route jusqu’à Kiri. Je me trompe ? »


« Non, c’est exact Mizukage-dono. »


« Hum. Je vois. Allons-y dans ce cas »


« Que ?!? Mais enfin, il est imprudent de... »


« Silence ! »



La voix forte mais le visage toujours aussi angélique, Yagura ne chercha pas à cacher son agacement. Bon sang, pour qui se prenait Kagane ? De quel droit se permettait-il de remettre en cause ses ordres ? Les choses n’allaient vraiment pas en s’arrangeant. Sortant un kunai de sa sacoche, le quinquagénaire aux allures d’adolescent vint le poser sous la gorge du contestataire.


« C’est la première et dernière fois que tu discutes un ordre que je donne. »


« Tout de même, Mizukage-dono, à quoi bon aller au-devant de possibles ennuis ? »



Voilà que le vieillard s’y mettait aussi. Très, bien s’il fallait expliquer ses motivations, il le ferait mais ce serait à reculons. Tout en rangeant son arme, le Mizukage s’élança vers le ninja inconnu.


« Tous les kirijins, hormis vous ici présent, savent qu’il est interdit de venir à mon encontre quand je rentre de la capitale. Soit nous avons là un récalcitrant, qui paiera cher sa désobéissance, soit il s’agit d’un étranger qui n’a RIEN à faire sur MES terres. »


L’explication était simple et claire. Elle n'appelait pas à la moindre réponse. Le tyran de la brume sanglante avait parlé, il n’y avait rien à ajouter. En moins de temps qu’il n’en fallut pour le dire, le petit cortège arriva finalement au niveau du ninja inconnu. Pour être plus précis, il s’avéra que le shinobi était en fait une kunoichi. Conformément à la procédure d’intervention rapide, l’escouade de quatre ANBU encercla la cible. Kagane et Muten Roshi restèrent, quant à eux, proches de leur chef pour protéger ses arrières. L’inconnue était cernée. D’un pas lent et la démarche théâtrale, Yagura s’avança. Après une rapide observation, l’ombre de l’Eau ne trouva pas le moindre signe d’appartenance à Kiri. Cette kunoichi était bien une étrangère. Quel pays était donc assez bête pour envoyer des ninjas sur ses terres ? Une telle impudence avait le don d’irriter notre homme.


« Vous n’êtes pas Kirijin. Ma question est simple et j’attends une réponse claire : Qui êtes-vous et que venez vous faire ici sans ma permission ? »


© ciitroon




Dernière édition par Yagura le Mar 27 Déc - 0:53, édité 1 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



La maîtresse de l’Irou filait silencieusement à travers la brume, pressée de mettre le plus de distance possible entre elle et le village caché du même nom. Elle n’en était plus à sa première visite dans les parages mais ne pouvait se débarrasser du vague sentiment d’appréhension qui s’emparait d’elle chaque fois qu’elle traînait un peu trop longtemps sur ces terres aussi voilées que les intentions de celui à qui elle y rendait visite.  À dire vrai, la demoiselle ne s’aventurait ici que lorsque les exigences de son commanditaire ne lui en laissaient pas le choix. Pour un déserteur, il ne faisait jamais bon traîner si près d’un village caché. Kaede avait tout de même fait une bonne affaire, cette fois-ci, et l’impatience de gagner son repaire pour tenter d’améliorer son philtre avec les ingrédients rares qu’on venait de lui procurer l’emportait un peu plus à chaque pas sur la crainte d’être surprise et capturée. Sans compter que le danger s’était considérablement amenuisé suite à la petite mise en scène organisée par les soins de Maō.

Ça ira. Je ne figure plus dans le bingo book. Il a promis.

Cette fois-ci était la bonne. Il le fallait, la mise au point du traitement de son invalidante maladie héréditaire n’avait que trop tardé. Lui restait-il assez de teinture de cactées pour tenter la synthèse et la purification du mélange qui, elle l’espérait, l’arracherait enfin à la triste perspective qui assombrissait son avenir? Devenir peu à peu une femme sans mémoire, sans passé, cette idée était l’aiguillon qui la poussait à poursuivre ses recherches envers et contre tous, laissant une traînée de cadavres derrière elle. Une bourrasque de vent lui fouetta le visage et l’épais brouillard environnant perdit un peu en densité, la ramenant à des considérations plus pragmatiques.

Stop. Reste concentrée. Tu es en territoire ennemi.

Kaede esquissa un sourire las. Encore et encore la même erreur, la même vision périmée du monde ninja. Cette dualité n’avait à présent plus cours pour elle. Une nukenin était toujours en territoire ennemi.

Pile au moment où cette pensée plutôt amère lui traversait l’esprit, de multiples silhouettes se profilèrent à travers l’atmosphère semi-opaque. Le groupe avançait rapidement et droit vers elle ; elle était de toute évidence repérée. À cette distance de Kirigakure, il s’agissait presque certainement d’une équipe de shinobis. La kunoichi estima ses chances de fuite. Considérant leur vitesse, leur nombre et leur probable familiarité avec le terrain, elles étaient faibles, et une tentative de s’échapper constituait un aveu de culpabilité. La jeune femme prépara plutôt l’une de ses redoutables techniques de poison gazeux, prête à cibler les nouveaux venus au moindre signe d’hostilité.  

Kaede sut qu’elle venait de commettre une erreur à l’instant même où les ombres se précisèrent, révélant un groupe de ninjas d’élite aux masques typiques de l’ANBU. Mais elle ne comprit la portée colossale de cette erreur que quand elle aperçut, tout juste derrière eux, une silhouette plus frêle qu’elle mit un instant à reconnaître. Malgré le calme artificiel qui l’habitait grâce au philtre qu’elle consommait pour atténuer ses symptômes, la nukenin pâlit quand elle comprit à qui elle avait affaire. Les quatre shinobis n’étaient rien, pas plus que les deux gardes du corps postés légèrement en retrait de cet homme, très jeune en apparence, qui ne pouvait être que le Yondaime Mizukage.

Kaede resta prudemment silencieuse et immobile tandis qu’Himare Yagura avançait vers elle, la douceur de son visage d’ange contrastant étrangement avec la dangereuse lueur qu’elle lisait dans son regard et l’impitoyable dureté de sa voix.

« Vous n’êtes pas Kirijin. Ma question est simple et j’attends une réponse claire : Qui êtes-vous et que venez vous faire ici sans ma permission? »

Si sa question était simple, les conséquences d’une réponse mal choisie pouvaient s’avérer désastreuses pour la scientifique, ses alliés, son ancien village. Un mensonge direct était presque certainement voué à l’échec. Un Kage ayant consacré les dernières décades à la persécution et à l’interrogation disposait assurément des moyens nécessaires pour s’assurer de la bonne foi de ses paroles. Il ne lui restait plus qu’à tenter de cacher l'information la plus sensible. Sur un ton égal qu’elle ne devait qu’aux effets secondaires de son traitement, elle répondit sans faire le moindre geste ou mouvement, sans même fixer dans les yeux son interlocuteur à la réputation exécrable :

« Mon nom est Shimizu Kaede. Je suis originaire du Pays du Vent. Je suis médecin, et on ne trouve qu’ici les ingrédients dont j’ai besoin pour confectionner un remède d’importance cruciale pour ma santé. »  

Aucune chance pour que cette courte réponse le satisfasse, mais la jeune femme opta pour le laisser choisir lui-même les questions suivantes. Si la moitié de ce qu'elle avait entendu dire sur ce despote était vraie, elle était presque certainement condamnée de toute façon.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:09, édité 1 fois
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

l'énigme Shimizu

∆ Feat. Kaede ∆



Vigilant, Yagura ne quittait pas l’inconnue des yeux. Qui était-elle ? Que faisait-elle ici ? La kunoichi, visiblement intelligente, comprit qu’il valait mieux être honnête avec le tyran qui se trouvait face à elle. Sans se faire prier, elle donna son nom et la raison de sa venue sur ses terres. L’explication tenait la route. Pour autant, le Mizukage pouvait-il lui faire confiance ? Rien n’était moins sûr. En y pensant bien, ce nom lui disait quelque chose. Shimizu Kaede et le pays du Vent. Une kunoichi médecin ? Persuadé de connaitre l’identité de la jeune femme, l’ombre de l’eau la dévisageait. Il pensait savoir, mais il devait en avoir le coeur net dans l’instant. Tendant le bras, il s’adressa à Kagane.


« Donne moi ton Bingo Book. »


Sans un mot, le jônin s’exécuta. Tandis que la pluie battante continuait de fouetter le visage de Yagura, il ouvrit le petit carnet. Dans ce livre, on retrouvait l’intégralité des déserteurs connus. Qu’ils soient vivants ou morts depuis peu, on pouvait tous les y retrouver. Alors que l’eau commençait à faire couler l’encre des pages, le shinobi aux airs d’adolescent trouva ce qu’il cherchait. Une page était consacrée à une certaine Shimizu Kaede. Jônin de Suna, elle avait déserté son village sans raison apparente. Activement recherchée par ses anciens supérieurs, elle avait visiblement trouvé la mort au pays de l’Eau peu de temps auparavant. Bien sûr, tout lui revenait, c’était bien Mao qui l’avait mis au courant de cette nouvelle, c’était pour cela qu’il la connaissait. Alors pourquoi ? Que faisait cette femme devant lui si son bras droit avait dit la vérité ? Cette histoire n’était décidément pas claire. Pouvait-elle se faire passer pour une nukenin morte ? Pourtant non, la description physique du Bingo Book correspondait parfaitement. Il fallait éclaircir cette histoire au plus vite. Après avoir rendu le livre à Kagane, le dirigeant de Kiri avança de quelques pas vers la kunoichi.


« Shimizu Kaede, nukenin de Suna, mes hommes vont s’emparer de vos effets. Je vous demande de ne pas bouger. Du moins, si vous tenez à la vie... »


Parfaitement consciente de la situation, Kaede ne broncha pas. Immobile, elle se laissa fouiller par les ANBU. En un rien de temps, les hommes eurent récupéré tout ce qui leur sembla intéressant. L’un d’entre eux vint finalement poser le tout devant les pieds du Mizukage. En personne, Yagura fouilla donc dans les affaires de la demoiselle. Il y trouva des ingrédients dont le but lui échappait, mais qui semblaient étayer l’histoire de Kaede. En plus de ceux-ci, il constata la présence de fioles, seringues, scalpels et autres objets du domaine médical. Pas de doute possible, il avait bien affaire à cette criminelle du Pays du Vent. Comment ? Cette énigme commençait à vraiment agacer notre homme. Shimizu Kaede devrait être morte, ce n’était pas logique.


« Je vous trouve bien en forme pour une morte. »


Alors que le temps se gâtait et que la pluie se faisait de plus en plus violente, le Yondaime Mizukage serra le poing. Sa patience commençait à s’amenuiser. Il voulait rentrer chez lui. Bon Dieu, ce n’était pas le jour pour une telle rencontre. Il sentait en lui Isobu s’agiter. Faisant fi des mises en garde de Muten Roshi, Yagura s’avança plus encore vers la nukenin. Elle ne lui faisait pas peur. Qu’elle attaque donc, il se ferait un plaisir de l’exterminer, cela faisait si longtemps qu’il n’en avait plus eut l’occasion. D’un signe de tête, il fit comprendre aux ANBU qu’ils pouvaient reculer d’un pas. Cela ne leur empêcha pas de rester parfaitement sur leurs gardes. Le tyran souhaitait instaurer une ambiance plus tranquille, mais cela ne trompait personne, rien n’avait changé dans le fond. Son regard rose se replongea dans celui de Kaede.


« Je vous en prie, éclairez ma lanterne. Comment se fait-il que vous ayez récemment été déclarée décédée ? Vous êtes de toute évidence en parfaite santé. Je veux savoir, tout de suite. »


© ciitroon


avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Dans l’attente d’une décision de la part de ce personnage dont la cruauté alimentait les rumeurs, Kaede maintint un silence stoïque. Cela n’était qu’apparence : en son for intérieur, elle n’en menait pas large, consciente que les instants à venir scelleraient sans doute son destin. Pourquoi la fixait-il avec tant d’insistance? La pluie se remit de la partie, gagnant rapidement en intensité tandis que le redoutable Kage ordonnait à l’un des membres de sa garde qu’on lui fournisse un bingo book. En principe, elle était couverte de ce côté. D’abord, elle n’était recherchée qu’au Pays du Vent, n’ayant jamais commis ici le moindre crime duquel quiconque puisse encore témoigner. Ensuite, Maō avait fait porter à Sunagakure un cadavre falsifié par les soins de la médic. Là-bas, on la croyait morte.

La jeune femme osa un regard discret vers le Mizukage  qui feuilletait le livret usé. Elle fut frappée par l’épaisseur du document, mais l’attribua à l’obsession du gouvernement de Kirigakure dans sa traque des possesseurs de Kekkei Genkai. Après tout, les rebelles étaient nombreux sur ces terres dévastées par un conflit interne qui n’en finissait plus, et la plupart des membres de ces clans s’étaient vus relégués au rang de criminels.

Kaede eut peine à dissimuler sa surprise et son désarroi quand elle aperçut son portrait dans le lot. Son signalement avait donc été divulgué aux autorités des autres grands villages? Ou peut-être Yagura s’intéressait-il aux criminels étrangers avec davantage de zèle que la moyenne des dirigeants? Si elle avait su que son identité était connue des traqueurs de Kiri, jamais elle ne serait sortie comme une abrutie en plein jour sans modifier son apparence! La scientifique se prit à espérer que le bras droit du Kage se soit fichu d’elle et n’ait pas tenu parole. Le signalement de sa mort susciterait assurément des questions supplémentaires dont elle aurait préféré se passer.

Et merde, Maō, si tu as rempli ta part du marché, je suis dans une panade encore plus ingérable que je le croyais.  

D’où elle était, elle ne parvenait pas à déchiffrer les petits caractères qui accompagnaient son portrait sur la page. Soucieuse de ne pas aggraver une situation déjà par trop désastreuse, la nukenin n’offrit aucune résistance quand deux des hommes masqués lui retirèrent sa veste, la dépouillèrent de son sac et des pochettes sanglées à ses cuisses et vidèrent ses poches. La pluie battante eut tôt fait de détremper ce qu’il lui restait de vêtements, mais c’était le dernier de ses soucis. Par chance, elle ne transportait aucune note ni document compromettants. Son commanditaire, prudent, lui confiait toujours ses missions verbalement. Le reste de son matériel ne révélerait rien de particulier qu’ils ne savaient déjà, et puis cette fouille comportait tout de même un avantage : elle confirmerait ses dires. Le Yondaime examina lui-même le modeste inventaire de la médic, puis prononça les quelques mots qui confirmèrent les appréhensions de celle-ci. Sa mort avait bien été signalée.

Yagura signala à ses subordonnés de leur laisser un peu d’espace et marcha vers la kunoichi trempée. Les signes d’irritation et d’une impatience grandissante manifestés par le tyran avaient beau être subtils, l’œil clinique de la jeune médecin était naturellement attentif au langage corporel d’autrui. Elle aurait donné cher pour être ailleurs en ce moment. Le regard que le sinistre personnage gardait fixé sur elle était passablement déstabilisant, et les qualificatifs dont on usait en cachette pour le décrire se succédaient dans la tête de la kunoichi. Cruel. Indifférent. Intraitable. Inhumain. Le calme trompeur de sa voix lorsqu’il s’adressa à elle ne la rassura pas le moins du monde.

« Je vous en prie, éclairez ma lanterne. Comment se fait-il que vous ayez récemment été déclarée décédée ? Vous êtes de toute évidence en parfaite santé. Je veux savoir, tout de suite. »

Cette fois, Kaede se permit de soutenir le regard du quatrième. Non par défi, mais pour éviter de donner l’impression qu’elle avait quelque chose à cacher. Elle opta à nouveau pour une explication véridique bien qu’incomplète.

« J’ai fait croire à ma propre mort en usant d’un subterfuge médical pour dérouter mes poursuivants. Le corps qu’ils ont récupéré n’était pas le mien. »

Le mieux qu’elle pouvait espérer, c’est d’être ramenée comme prisonnière et interrogée à Kiri, et même cette perspective n'était guère réjouissante. Le bras droit du Mizukage n’intercéderait certainement pas en sa faveur, sous peine d’éveiller les soupçons sur sa propre personne. Il n’était pas impossible qu’il aille jusqu'à la faire assassiner dans sa cellule par crainte qu’elle révèle son rôle dans l'affaire. La jeune femme ne se faisait aucune illusion sur la bonté d’âme des grands de ce monde.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:09, édité 1 fois
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

appréhender le suspect

∆ Feat. Kaede ∆



Voilà maintenant que la kunoichi soutenait le regard du Mizukage. Enfin, ce n’était pas trop tôt. Malgré sa terrifiante réputation, Yagura restait un humain et il aimait qu’on lui fasse preuve d’assez de considération pour le regarder dans les yeux. Certes, il s’agissait souvent plus de peur que d’irrespect, mais cela ne lui plaisait pas pour autant. Attentif aux mots de Kaede, notre homme se retrouva face à une interrogation. Que faire de cette femme à présent ? Elle avait déserté son village pour mener une vie de mercenaire. Les nukenin avaient pour don de dégoûter le tyran de la brume sanglante. Ils n’étaient à ses yeux que de misérables déchets uniquement bons à être pendus haut et court. Ceci étant, ce n’était pas la solution la plus intelligente. Un déserteur étant par définition un ancien ninja, il disposait d'informations cruciales sur son ancien village. Voilà ce que Yagura appréciait plus que tout: le savoir. Connaitre pléthore de petits détails s’avéraient toujours utiles un jour ou un autre. Alors que faire d’elle ? Un petit rictus inhabituel aux creux des lèvres, le Mizukage s’adressa à nouveau à sa proie.


« Malin, très malin. Pourtant, quelque chose me dérange. Malgré vos prétendus dons en terme de médecine, je doute que vous ayez été en mesure de duper les efficaces forces spéciales de Suna. »


Déstabiliser la cible à tout prix. Voilà ce qu'essayait d’accomplir le quinquagénaire. Pourquoi ? En toute honnêteté, pour se divertir. Il avait passé une journée exécrable, selon lui, un peu d’amusement ne pouvait vraiment pas lui faire de mal. Malheureusement, même s’il trouvait ce genre d'interrogatoire enrichissant, ce n’était pas son rôle de faire parler les prisonniers. Car oui, Shimizu Kaede était déjà prisonnière des forces de Kiri. Le savait-elle ? Probable. Seule et désarmée, que pouvait bien faire la kunoichi dans pareille situation ?


« Shimizu Kaede, vous êtes en état d’arrestation. Mes hommes et moi-même allons vous ramener à Kiri, où vous serez interrogée plus sérieusement. »


À peine les mots du Mizukage prononcés, l’escouade des forces spéciales se prépara à procéder à la capture de la fugitive. L’un d’eux sortit de sa sacoche une paire de menottes tandis qu’un autre s’empara d’une seringue anesthésiante. Les deux derniers, quant à eux, se contentèrent de dégainer sabre et kunai. Il était clair qu’ils n’hésiteraient pas une seconde à faire usage de la violence pour s’emparer de la kunoichi si elle montrait le moindre signe de résistance. Tandis que la pluie ne cessait de tomber et que ses hommes se mettaient en place, Yagura ferma les yeux. En son for intérieur, il retrouva son compagnon Isobu. Le démon à trois queues était calme. Rouvrant les yeux dans le monde de son démon, il plongea son regard de corail dans celui de la bête.


* Est-ce bien sérieux Yagura ? *


* Évidemment. Prépare-toi. *


* Six ninjas d’élite et un Kage contre une simple nukenin. Comment cela pourrait-il être sérieux ? *


* Reste à ta place Isobu ! J’ai dis prépare toi. Rien de plus. Compris ? *


* Comme tu voudras... *



Alors qu’il rouvrait les yeux sur sa cible, Yagura laissa le chakra de Sanbi recouvrir son corps. En une fraction de seconde, le manteau du démon était en place. Tout le monde ici présent pouvait ressentir l’oppressante aura d’Isobu à travers son chakra à la fois puissant et malsain. Le plus calme des Bijuus restait après tout un monstre à la puissance colossale. Face à la perspective d’un combat, le visage du tyran s’illuminait lentement. Son regard devint plus cruel qu’à l’accoutumer et ses traits se détendirent. Il semblait prêt à s’amuser plus qu’autre chose. Pourvu que Kaede lui serve d'exutoire, il en avait désespérément besoin. D’une main, Yagura conclut le tout en faisant virevolter son bâton pour finalement le planter droit dans le sol. D’une voix maintenant bien plus faible, il parla, presque pour lui-même.


« Allez, fais-moi ce plaisir... »




Résumé:

Spoiler:
 
© ciitroon


avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Le sourire en coin qu’afficha l’indéchiffrable et terrifiant Kage n’avait rien pour rassurer, pas plus que ses paroles quand il déclara douter de l’explication de Kaede. Pourtant, elle était bien parvenue à duper les forces spéciales de sa nation, au moins pour un temps. La dépouille contrefaite ne résisterait pas éternellement à la science des ninjas pathologistes de Suna, mais le plan constituait surtout à les ralentir, histoire qu’on perde sa trace. La scientifique décida de passer outre cette remise en question de ses compétences. Yagura n’était pas de ceux que l’on contredit, et de toute façon, ses doutes étaient légitimes.

« Ce subterfuge n’avait pas pour but de les berner éternellement. Je cherchais surtout à les ralentir. »

Quelle impression déstabilisante que d’entendre son nom prononcé par cet individu énigmatique et alarmant, sur un ton à la fois posé et lourd de menaces, lorsqu’il la déclara en état d’arrestation. La jeune femme commençait à sentir s’effriter ce qui lui restait de calme. Il y avait une limite à la puissance de son philtre en tant que stabilisateur de l’humeur, surtout que sa dernière dose remontait à près de quatre semaines et que les effets avaient déjà commencé à s’amenuiser ces quelques derniers jours.

L’arrestation demeurait le scénario le plus favorable parmi ceux qu’elle avait anticipés. Kaede préférait de loin être interrogée au village selon la procédure standard qu’ici, au milieu de nulle part, par un Yondaime Mizukage d’humeur rébarbative. L’escouade de l’ombre de l’eau réagit quasi-instantanément aux paroles de ce dernier, préparant le nécessaire pour la neutraliser en cas de résistance. À la vue de la seringue, une pensée désespérante vint s’ajouter à l’angoisse de la demoiselle. Son traitement. Ils n’accepteraient jamais de la laisser le prendre. Les effets prendraient fin dans les jours à venir, et il lui faudrait sa prochaine dose, sans quoi...

L’image de sa mère lui revint, brisée, lamentable, étendue à demi nue sur le lit de cette misérable chambre d’auberge où elle avait souffert durant des mois. Sans son remède, la médic ne vaudrait bientôt guère mieux et les inquisiteurs de Kiri lui feraient dire ce qu’ils voudraient. Elle considéra à nouveau la fuite, son regard passant de l’un à l’autre de ces shinobis d’élite pour revenir se poser sur ce monstre aux airs d’enfant qui avait fait couler des rivières de sang. Elle le vit fermer les yeux, absorbé, fermé au monde l’espace d’un instant.

Non, il ne va tout de même pas…

Lorsque les iris roses de Yagura replongèrent dans ceux de Kaede, il était vêtu d’une aura chakratique si vaste et menaçante que ce qu’il restait de contrôle à la kunoichi habituellement imperturbable lui échappa complètement. La demoiselle serra les poings, enfonçant ses ongles dans sa propre chair, dans une tentative désespérée de masquer le tremblement incontrôlable qui était en train de la gagner tandis que les battements de son cœur prenaient un rythme frénétique. Malgré tout, la curiosité pathologique qui avait toujours caractérisé la maîtresse de l’Irou ne fut pas entièrement annihilée par la panique, et une pointe d’intérêt se mêla à la crainte clairement lisible dans ses yeux, qu’elle gardait fixés sur le Jinchûriki de manière inconsciemment effrontée. Pourquoi cette représentation de puissance puisque le succès de la capture était déjà une certitude?  

« Allez, fais-moi ce plaisir... »

Cherchait-il à s’amuser avec elle, comme un chat le ferait d’une souris? Car le rapport de force était du même ordre. La nukenin murmura d’une voix presque inaudible, que la pluie et le vent emportèrent instantanément.

« Vous êtes… vous vous jouez de moi. »

Mourir ici, maintenant. Ce serait si facile. Elle n’avait qu’à cracher ce nuage de poison, et il la tuerait d’un geste. Plus de maladie, plus de quête cruelle et insensée pour en trouver le remède, plus de course effrénée contre la perte de ses facultés et de sa raison. Kaede fut presque tentée d’exaucer le souhait du despote, de mettre fin à ce cauchemar pour de bon. Mais elle se reprit. D’autres qu’elle-même dépendaient du succès de ses recherches, d’autres qu’elle aimait. Elle respira profondément.

« À quoi bon? C’est couru d’avance, cela reviendrait à une exécution. Et il me reste encore une chose à accomplir avant de mourir, Mizukage-sama. Mais je vous prie d'emporter mes affaires. Je dois prendre le remède que contient ce flacon métallique, il en va de ma... de ma vie. »





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:11, édité 1 fois
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Capture en finesse

∆ Feat. Kaede ∆



Face à la démonstration de puissance du Mizukage, la jeune femme se mit à trembler frénétiquement. Il n’était pas rare que la force d’Isobu fasse cet effet aux gens. Après tout, il s’agissait là de l’aura d’un démon à queue, ce n’était pas rien. La terreur pouvait parfaitement se lire dans son regard et Yagura s’en délectait. Il aimait voir ses proies dans pareil état, c’était pour lui le plus beau des spectacles. Subsistait alors une question: Kaede allait-elle se défendre ? Serait-elle assez vaniteuse pour croire être en mesure de résister au Mizukage et à ses hommes ? Ou au contraire ferait-elle preuve d’intelligence en refusant le combat ? Le tyran au regard corallin n’attendait plus qu’une chose, connaitre la réponse à cette interrogation. Alors qu’il restait immobile, Yagura crut entrevoir les lèvres de la femme s’ouvrir. Elle venait de parler, malheureusement, impossible d’entendre le moindre son. La pluie était trop forte pour permettre d’entendre les murmures d’une personne se trouvant à quelques mètres de distance. S’agissait-il d’une technique ? Non, aucune chance. À en croire l’expression qu’il pouvait lire sur son visage, le Mizukage en conclut qu’elle devait se parler à elle. Restait à savoir ce qu’elle se disait. Voulait-elle se donner du courage pour la suite ? Nul n’aurait été en mesure de le dire, hormis Kaede évidemment.


Finalement, malgré ses tremblements de frayeur, la nukenin sembla se calmer légèrement. Après une profonde inspiration, elle s’adressa à l’Ombre de l’Eau pour expliquer qu’elle ne combattrait pas. Elle reconnaissait parfaitement l’étendue de l’écart de puissance qui la séparait de son futur geôlier. Kaede affirma de plus avoir une chose trop importante à faire pour mourrir ici de cette manière. Un tel optimisme amusait bien Yagura ? Rien ne disait à cette femme qu’il ne la tuerait pas une fois toutes ses informations récoltées. Enfin, la kunoichi termina ses mots par une profonde erreur qu’elle allait certainement amèrement regretter à l’avenir. Elle expliqua que d’un petit flacon en métal dépendait sa vie, il fallait donc emporter ses affaires avec elle.


Sans dire mot, Yagura fit un signe de tête. Aucune réponse ne fut donné à la nukenin concernant sa requête. La dernière chose qu’elle vit fut l’un des ANBU s’approchant d’elle avec une seringue. Elle tenta d’expliquer que tout cela n’était pas nécessaire. Malheureusement pour la femme, on la coupa avant qu’elle ne termine sa phrase en lui plantant l’aiguille dans le cou. En seulement quelques secondes, le sédatif avait fait effet. Sombrant dans l’inconscience, Kaede s’effondra au sol. Nullement pourvu de la moindre empathie, les ANBU la laissèrent chuter sans même tenter de la retenir. Alors qu’elle gisait dans la boue, un autre homme vint lui placer des menottes aux poignets. Ce n’était là qu’une mesure de sécurité, après tout elle allait dormir jusqu’à Kiri, cela ne faisait aucun doute. Sans rien dire, Yagura rangea son arme en faisant disparaitre l’aura de Sanbi. Bien qu’il s’en cache devant ses hommes, il était horriblement frustré de ne pas avoir pu se défouler sur cette femme. D’un autre côté, cela allait lui permettre de rentrer plus vite au village. Tous comptes faits, c’était certainement le plus intéressant. D’un coup d’oeil, il regarda une dernière fois les affaires de Kaede, répandues au sol devant lui.


« Kagane, ramasse ses affaires. Nous les amenons avec nous au village. »


Ne vous y méprenez pas, yagura ne faisait pas cela dans l’intérêt de la jeune femme, bien au contraire. Ces affaires allaient être un précieux atout pour l’interrogatoire de la nukenin, il en était persuadé. Une fois que le jônin eut ramassé les affaires et que l’un des ANBU mit la prisonnière sur son épaule, le Mizukage les fit se rassembler face à lui.


« La capture de cette kunoichi devra rester secrète. Vous êtes tous dans la confidence. Je ne veux pas que la moindre autre personne puisse être en mesure de d’identifier la nukenin. Une fois à Kiri, nous nous chargerons de son interrogatoire nous même. Pour tout le monde, cette prisonnière n'existera pas. Si la moindre fuite se produit, je vous ferai TOUS exécuter. Rentrons. »


Faisant suite à ses mots, le despote reprit alors la route. Dorénavant, il ne marchait plus. Vu le trophée qu’il ramenait avec lui il était hors de question de prendre son temps. De toute manière, la pluie l’agaçait vraiment trop. Plus vite il serait rentré, mieux il se porterait, cela ne faisait aucun doute. En tête du cortège Yagura souriait. Il avait fait une prise aujourd’hui. Les évènements à venir allaient lui plaire il le savait. Une chose était sûre, Kaede allait longtemps regretter d’avoir foulé le sol du pays de l’Eau...


Suite:
 

© ciitroon



Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une envie pressante... Dans les mauvais Toilettes!
» Toujours au mauvais endroit au mauvais moment (f. James)
» Au mauvais endroit, au mauvais moment. [Ft. Keith]
» Au mauvais endroit au mauvais moment [Shin-Il&Dong Sun]
» (flashback) Au mauvais endroit...au bon moment [Pv Lyra]

Sauter vers: