Souvenir de Noel sous le sable du désert (Pv Kaede)
Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 216
Date d'inscription : 01/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 812
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Note:
 


Shimo No Kuni - Présent


En plein cœur du Pays du Gel, se déplaçant avec lenteur sur le flanc d'une montagne imposante, se dessine une forme sombre contrastant avec la blancheur monotone du paysage. Enveloppé de la tête aux pieds dans d'épaisses fourrures, s'aidant d'une longue branche qui lui sert de canne improvisée, le jeune homme à la chevelure écarlate avance péniblement, chacun de ses pas s'enfonçant profondément dans le tapis de neige qui recouvre le sol de la région. Tiraillé par des vents d'une rare violence, chaque nouvelle bourrasque menace de l'envoyer dévaler la pente escarpée: une chute qui lui serait assurément mortelle.

Pleinement conscient de la futilité de la chose, le jônin scrute machinalement l'horizon à la recherche d'une caverne ou d'une cavité quelconque qu'il pourrait utiliser comme refuge, mais partout son regard se heurte au voile de poudre blanche tourbillonnante qui ne lui permet d'entrevoir les détails de son environnement que sur une distance de quelques mètres. Bien que son habillement soit adapté au climat de la région, le jeune homme originaire du désert commence à ressentir les effets du froid qui se glisse de façon aussi insidieuse qu'inéluctable sous ses vêtements. Il s'inquiète pour l'intégrité de ses membres depuis que l'engourdissement qui, jusqu'à tout récemment, affligeait ses extrémités disparut pour laisser place à une absence de sensation.

[Asugi] Comment ai-je pu être assez stupide pour me laisser surprendre par un pareil blizzard dans cet endroit inhospitalier. Il faut absolument que je trouve un abri avant la nuit, sinon je ne vais pas y survivre.

C'est alors qu'un détail en périphérie de son regard attire son attention. Il s'approche de l'irrégularité, avec un mélange d'anticipation et d'appréhension.

[Asugi] Si cette trace sombre que j'aperçois n'est pas l'entrée d'une caverne, je suis fichu.

Il laisse échapper un soupir de soulagement lorsque ses espoirs sont confirmés: il s'agit bien d'une caverne. En oubliant temporairement sa fatigue, Asugi se précipite, escaladant la paroi rocheuse malgré ses mains rigides, pour se glisser à l'intérieur de la cavité. Avant même de s'assurer de la sécurité des lieux, il défait son paquetage, puis installe son bruleur qu'il allume prestement. Ce n'est qu'une fois la flamme dansante devant lui qu'il se permet de prendre connaissance de son entourage. La grotte n'est pas très profonde, il peut donc en examiner l'entièreté de son emplacement actuel. Il remarque quelques longs poils rêches éparpillés sur le sol qu'il imagine appartenir à un quelconque animal sauvage, probablement un ours.

[Asugi] J'espère que la bête ne reviendra pas cette nuit, car je n'ai aucune intention de lui rendre son logis.

Enroulé dans une couverture chaude, le jeune homme profite du picotement douloureux qui accompagne le dégel de ses orteils et de ses doigts. La sensation lui confirme qu'aucun d'eux ne parait avoir subi de dommage permanent suite à l'exposition au froid extrême. Soulagé, il se détend quelque peu, jetant un œil par l'ouverture de son abri de fortune. À l'extérieur, la tempête semble vouloir se calmer. Déjà, les vents ont diminué d'intensité, la neige tourbillonnante s'estompe graduellement laissant place à une chute de flocon plus régulière. Maintenant qu'il peut mieux y voir, Asugi remarque l'immense sapin à quelques mètres de distance dont la cime s'élève à la même hauteur où se trouve l'entrée de son gîte.

Le majestueux conifère lui rappelle en quel jour il se retrouve à demi mort de froid, recroquevillé dans une grotte par une nuit glaciale dans cette contrée éloignée. Ce soir est celui du réveillon de Noel, une fête qui est toujours empreinte d'une certaine mélancolie pour celui dont tous les membres de la famille ont disparu sans laisser de traces. À chaque nouvelle année qui s'écoule, Asugi est seule durant cette période pourtant si réjouissante pour les autres habitants de son village. Cette célébration ravive en lui des souvenirs douloureux de par l'inaccessibilité de la joie passée qu'ils lui font ressentir. Il n'oubliera jamais combien lui et son frère, étant enfant, s'émerveillait de ces festivités à l'allure magique.

La fatigue s'empare du jônin qui, bien malgré lui, s'affaisse contre la paroi rocheuse s'efforçant de garder les yeux ouverts pour ne pas sombrer dans un sommeil dont il pourrait bien ne jamais se réveiller. Sifflant cette mélodie si singulière, Asugi maintient son regard contemplatif sur l'arbre. Un mélange d'images nébuleuses et de sons distordus se succède devant lui alors que son esprit dérive. Lorsque finalement la vision se précise, le visage qui lui apparait n'est pas celui auquel il s'attendait. Il s'agit bien là d'un souvenir, mais celui d'un Noel plus récent. Un rare moment qu'il eut la chance de partager, de façon imprévue, avec l'énigmatique maîtresse de l'irou.

L'image se clarifie progressivement jusqu'à ce que le visage de Kaede devienne plus réel aux yeux du jeune homme que la caverne perdue au sein de Shimo No Kuni dans laquelle il se trouve...
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Présent, Kawa no Kuni

Le blizzard qui blanchit le paysage en cette nuit de Noël rappelle à la nukenin à quel point il est bon d’avoir à nouveau un toit sous lequel s’abriter. Sans le secours de ses nouvelles amies, elle n’aurait peut-être même pas survécu à cette saison difficile. Elle n’a pas souvent connu la chaleur d’une soirée de fête passée en bonne compagnie comme celle dont elle vient tout juste de profiter. Même avant sa désertion, la demoiselle n’avait pas pour habitude de fêter, délaissant la compagnie de sa famille au profit de celle de ses patients. Elle a peut-être un peu forcé sur le saké, mais peu importe, elle est en sécurité. Elle ferme les yeux, bercée par la complainte du vent qui secoue les volets et la ramène momentanément vers le passé, lui rappelant une soirée de Noël encore plus inhabituelle.


FB, Kaze no Kuni

Le vent du désert se fait de plus en plus fort, soulevant d’immenses nuages de sables qui rendent la visibilité quasi nulle. Il deviendra bientôt impossible d’avancer à travers tout ce chaos. Sans compter cette foutue jambe cassée et cette fièvre qui l’empêchent de marcher par elle-même. Pour une médic, c’est le comble d’être handicapée par un problème aussi banal, mais la mission s’est avérée bien plus périlleuse que prévu et elle a épuisé presque toute sa réserve de chakra. Elle n’utilisera le peu qui lui reste qu’en cas de situation critique. Les conditions météorologiques qui changent rapidement autour d’eux suggèrent qu’elle en aura peut-être bientôt l’occasion.

« Asugi, on ne peut pas continuer d’avancer à travers cette tempête, ou on va y rester, et cette pauvre bête aussi. Il faut se mettre à l’abri. »

Il est extraordinairement frustrant pour Kaede de laisser son collègue faire tout le travail à sa place, mais elle a du mal à bouger, la tête lui tourne et la douleur que lui occasionne cette fracture déplacée n’arrange les choses en rien. L’attelle de fortune qu’elle a improvisée n’est pas d’une grande aide, et elle se demande comment les médecins qui ne disposent pas de la science de l’Irou réussissent à sauver des vies avec des moyens aussi misérables.

Étendue sur le traîneau qu’a fabriqué son collègue quand elle s’est écroulée un peu plus tôt, incapable de se tenir debout, la médic le regarde partir en avant pour faire un peu de repérage. L’espace de quelques instants, elle craint qu’il se soit trop éloigné et l’ait perdue pour de bon. Mais il revient peu après, affirmant avoir aperçu un surplomb rocheux qui pourra leur servir d’abri temporaire. Le hurlement du vent emporte le reste de ses paroles. Kaede hoche la tête, pressée de s’arrêter un peu. Quelque chose ne va pas avec sa jambe, la douleur est disproportionnée et la fièvre n’est pas normale non plus. Elle craint que la lacération n’ait permis à une quelconque bactérie de s’introduire dans son système.

Un choc septique dans ces conditions, c’est la mort. Il me faut de l’eau, des antibiotiques.

Elle a tout ça dans son sac – un médic digne de ce nom ne part jamais sans son matériel, ni un Sunajin digne de ce nom sans eau – mais ils doivent se mettre à l’abri des éléments. Cette responsabilité appartient à son compagnon.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:45, édité 1 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 216
Date d'inscription : 01/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 812
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Kaze No Kuni - FB


Après avoir dû endurer une marche forcée sous le soleil impitoyable de midi, voilà maintenant que des vents violents s'abattent sur lui et sa compagne. Le cœur de la tempête n'est pas encore sur eux, mais certaines bourrasques sont suffisamment puissantes pour l'immobiliser momentanément. Il jette un coup d'œil derrière lui pour s'assurer que le traineau improvisé sur lequel voyage la blessée n'a pas été renversé. N'étant que trop conscient de la fragilité de l'embarcation qu'il a construite, le shinobi à la chevelure écarlate craint qu'elle ne résiste pas bien longtemps à ce genre d'abus.

Mais où peut bien être cet abri? Nous devrions déjà l'avoir rejoint à l'heure qu'il est.

Cet abri qu'il recherche, est une formation rocheuse qu'il se souvient avoir aperçue au loin, plus tôt, avant que la tempête ne les rattrape. Jugeant que le site serait un endroit idéal où se réfugier le temps que le climat redevienne plus clément, il s'était orienté dans cette direction. Cela fait un bon moment qu'il marche, guidant le duo à travers le nuage de sable et les vents qui gagnent progressivement en intensité, il devrait déjà discerner les silhouettes des rochers devant lui. Gagné par le doute, Asugi considère la possibilité qu'il ait dévié de sa trajectoire. Si c'est le cas, il ne peut se permettre de continuer à avancer aveuglément. Ses chances de découvrir une autre cache par hasard sont minces au mieux, il est donc impératif qu'il ne manque pas celle-ci. Le problème, c'est qu'il ne peut pas explorer les environs rapidement en trainant la médic derrière lui. Toujours incertain de ce qu'il doit faire, il va la trouver pour s'enquérir de son état et lui exposer la situation.

Il lui suffit de poser les yeux sur elle pour constater que son mal empire depuis les dernières heures. Son regard fiévreux et léthargique ainsi que la pâleur de sa peau lui confirment que la fièvre, qui, plus tôt, commençait à se manifester, est maintenant bien installée. Malgré le flegme de la jeune femme, l'espion, qui la côtoie irrégulièrement depuis quelques années, reconnait dans son expression certains signes, aussi subtils que distinctifs, qui trahissent à quel point sa blessure la fait réellement souffrir.

Elle a besoin de soins et d'un endroit où s'abriter. Si rien n'est fait, elle n'y survivra pas.

S'inquiétant pour sa santé, mais ne sachant pas trop comment la réconforter, il ne réussit qu'à lui présenter un sourire compatissant. Pour la rendre plus confortable ainsi que distraire son esprit préoccupé, il s'occupe à dégager le sable qui s'est accumulé dans la modeste embarcation et à y appliquer quelques ajustements.

"Kaede. Je crois bien que je nous ai écartés de notre trajectoire. Je dois aller faire un tour de repérage afin de localiser un abri. Je ne serai pas parti longtemps."

L'idée de l'abandonner seule et sans défense, même si ce n'est que pour une courte période, contrarie fortement l'éclaireur, mais aucune autre alternative ne s'offre à lui.

"Si tu es en danger, siffle ou appelle-moi. Je t'entendrai, ne t'en fais pas."

Il signale au chameau d'attendre ici, puis disparait derrière un écran de sable. Quelques minutes lui suffisent pour trouver l'endroit qu'il recherche. Heureusement, il n'avait dévié que légèrement de son parcours original. Il se hâte donc de retrouver sa camarade pour lui annoncer la bonne nouvelle.

"J'ai trouvé le surplomb rocheux, il n'est pas très loin d'ici. Nous pourrons nous y installer le temps que la tempête se calme. Ce ne sera plus bien long maintenant."

Les vents redoublent d'ardeur pendant qu'il s'adresse à elle. Il ne sait pas si son interlocutrice a pu saisir la totalité de ses paroles, mais son hochement de tête affirmatif le satisfait. Il tire un coup sur la bride pour signaler à l'animal qu'il est temps de se mettre en route.

Ils ont parcouru la moitié du chemin lorsque soudain la bête blatère bruyamment puis s'emballe. La pauvre a été mordue par un serpent venimeux sur lequel elle a malencontreusement posé la patte. Le jônin réussit à bondir sur son dos avant qu'elle ne s'élance prise de panique. Jugeant trop risqué de se laisser emporter dans une direction aléatoire, Asugi décide de couper les sangles qui rattachent les bagages ainsi que la blessée au chameau, puis saute au sol, alors que l'animal s'enfonce à toute vitesse dans la tempête.

Difficiles à dire si la blessure de sa compagne a été aggravée par les mouvements brusques, mais il est évident que ceux-ci ont amplifié la douleur qu'elle ressent. Leur situation est trop dangereuse pour qu'il puisse s'attarder à replacer son attelle, il se voit donc forcer de reprendre la route afin de parvenir à leur destination le plus rapidement possible. Il ajuste le harnais autour de son propre corps, ramasse les sacs, puis se met en marche. Bien que la distance à parcourir ne soit plus très grande, le shinobi déterminé se déplace avec peine, chacun de ses pas semblant prendre une éternité.

Lorsqu'il pose enfin le pied sur la surface rocheuse, Asugi est à bout de force, mais refuse de s'accorder une minute de répit tant qu'ils ne seront pas en sécurité. Il traine la blessée jusqu'à une cavité où elle sera à l'abri des vents et du sable. Il s'empresse ensuite de lui préparer un lit plus confortable, utilisant toutes les couvertures à sa disposition.

"Viens ici. Tu seras plus confortable."

Pouvant difficilement cacher son inquiétude en voyant la jeune femme grimacer de douleur. Asugi lui tend la main, s'apprêtant à la soutenir ou la transporter jusqu'à sa couche.
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Le vent déchaîné rend quasi-impossible toute communication par la parole et elle n’entend qu’à moitié ce qu’il lui dit, mais en déchiffre l’essentiel : il veut la mettre à l’abri. Kaede s’agrippe à la main que lui tend le shinobi à la chevelure écarlate et tente de se redresser en prenant appui sur sa jambe valide. Elle s’efforce de réprimer une grimace lorsque le changement de position avive la douleur provoquée par sa fracture et mobilise ce qui lui reste de forces, mais son corps refuse de la supporter. Elle fait non de la tête, contrariée. Il va devoir la déplacer lui-même jusqu’au refuge improvisé.

La modeste cavité rocheuse leur procure une protection sommaire contre les éléments. Elle pourrait l’améliorer par une technique Doton, mais cela lui coûterait ce qui lui reste de chakra, sans compter qu’il y a plus urgent. Le dos appuyé contre la paroi de leur abri de fortune, la médic fait signe à son camarade d’approcher un peu. D’une voix enrouée par l’inconfort et la fièvre, elle lui explique ce qu’il doit faire pour lui venir en aide.

« Vide le contenu de mon sac au sol... mais attention aux fioles de verre, elles sont fragiles. On aura besoin de plusieurs items. »

Malgré son état, la jeune femme donne ses instructions avec l’assurance d’une professionnelle habituée à ce qu’on lui obéisse sans poser de questions. Le simple fait de parler lui demande un effort de concentration bien plus soutenu qu’à l’habitude. Pendant qu’Asugi sort le matériel, elle évalue ses chances de s’en tirer indemne. Elles sont relativement bonnes s’ils réduisent la fracture ici et maintenant, une étape qui se pratique en général sous sédation. Sauf qu’elle ne peut s’offrir ce luxe puisqu’elle doit être consciente pour superviser l’opération. Tant pis pour elle.

« Le pot de comprimés blancs, là… il m’en faut deux, avec de l’eau. Et aussi, deux de ces gélules rouges. Remplis l’une des seringues vides du liquide qu’il y a dans ce flacon… voilà, attention à l’aiguille… vas-y, injecte tout. »

Elle tend son bras découvert à l’habile shinobi, qui exécute prestement chacune de ses consignes sans qu’elle ait besoin de se répéter. Kaede soupire et ferme les yeux un instant. Les puissants antibiotiques qu’elle vient d’avaler aideront son organisme à lutter contre l’infection et l’analgésique rendra ce qui va suivre un peu plus tolérable, bien que la perspective de l’intervention ne l’emballe pas du tout. Elle laisse au narcotique quelques minutes pour agir, puis communique ses dernières instructions à son compagnon. Inutile de repousser plus longtemps l’inévitable.

« Défais le bandage et enlève l’attelle… il faut réduire la fracture. À mon signal, tu agrippes ma jambe et tu tires vers toi avec un léger mouvement de torsion, comme ça… pour que l’os cassé reprenne sa position et forme une ligne droite. Ensuite… remets l’attelle. »  

La kunoichi fiévreuse s’allonge sur l’épaisse couverture qu’Asugi a installée sur le sol un peu plus tôt et, d’un signe de tête, l’informe qu’elle est prête.

« Oh, une dernière chose… même si je crie, tu continues. Et si je perds conscience, ne t’inquiète pas trop. Je refermerai la plaie avec mon Irou quand j’aurai… récupéré un peu de chakra. »  




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le royaume sous le sable [ Quête: Atlas feat Bambi ]
» Comme un grain de sable [quête]
» L'histoire du Marchand de Sable (conte pour enfants sages)
» [Help] Demande avis pour une team Tempête de Sable
» Joyeux noel à tous!

Sauter vers: