Bonhomme de neige à Nekogakure [ feat. Saëko, Eiko et Ohatsu ]
Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



La neige. L’ancienne kunoichi du sable n’avait jamais vraiment eu l’occasion d’en profiter, et elle ne se lassait pas d’admirer ce spectacle étonnant. D’une nature pourtant pragmatique, elle voyait quelque chose de doux et d’insaisissable dans ces minuscules cristaux que la chaleur de sa main transformait presque instantanément en petites gouttes d’eau. Aucun d’entre eux n’était parfaitement identique à l’autre. Y percevait-elle une similitude avec l’existence éphémère de ses patients, des êtres uniques dont la vie pouvait en un rien de temps se voir fauchée par les blessures ou la maladie?

À genoux dans la neige et vêtue un peu légèrement pour la saison, la demoiselle ne sentait pourtant pas particulièrement le froid. Elle achevait de former une énorme boule qui allait servir de base au bonhomme de neige improvisé qu’elle venait de proposer à Eiko. La petite avait mis un temps fou à s’accoutumer à la présence de la médic, et cette dernière ne s’était d’abord pas attendue à ce qu’elle accepte l’offre. Mais malgré sa moue initiale, l’étincelle de joie qui avait illuminé le regard de la gamine ne trompait pas. L’existence rude que lui imposait son statut de fille de nukenin l’avait forcée à murir et à s’endurcir précocement, mais Eiko n’en demeurait pas moins une enfant, et les journées de fête comme celle-ci le rappelaient à tous.

Les occasions de fêter étaient d’ailleurs bien rares pour le petit groupe de femmes traquées, mais elles avaient convenu que priver une enfant de son Noël eut été criminel. Partie quémander une carotte et des accessoires pour orner leur future création, la petite revenait déjà au pas de course, les mains pleines, apparemment très fière de son butin.  

« Dis-donc, t’es sûre qu’on arrivera à caser tout ça sur un seul bonhomme?  Faudrait songer à lui fabriquer un copain. »

Étrange. La nukenin ne s’était pas senti le cœur si léger depuis un bon bout de temps. La chaleur offerte par cette surprenante petite famille n’y était pas étrangère, bien entendu. L’isolement et le rejet comptaient parmi les pires fardeaux qui accompagnaient la désertion, même pour une femme indépendante telle qu’elle-même. Les amis de Kaede étaient si peu nombreux qu’on aurait pu les énumérer sur les doigts d’une main, mais elle réalisait que leur présence changeait tout à ses yeux.

Avec une kunoichi compétente comme Saëko à ses côtés, les affaires avaient bien marché ces derniers mois, et pour le moment, elles ne manquaient de rien. Si Ohatsu tenait sa promesse, les quatre copines se délecteraient d’un repas aussi mémorable que bien arrosé ce soir-là. Kaede eut une pensée pour la Sunajin. Le temps et les risques qu’elle prenait à côtoyer des déserteurs en cachette avaient fini par prouver sa bonne foi et lui valoir pour de bon la confiance de la médic. Elles allaient bien s’amuser.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 22:31, édité 2 fois
avatar
忍 | Nukenin
忍 | Nukenin
Messages : 117
Date d'inscription : 18/07/2016
Age : 24

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 2136
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Mon beau bonhomme de neige ☃


« Ohhh ! Regardez tout est blanc, c’est beau ! » S’écria la jeune enfant en regardant par la fenêtre du bout des pieds.

Ni une, ni deux, elle traversa la maison comme une flèche et s’empara de son manteau, gants et écharpe, ainsi que son bonnet qu’elle enfonça sur sa tête. Emmitouflée sous cette épaisse couche de coton, elle se dirigea à toute allure vers l’extérieur, prête à affronter la neige et le froid avec beaucoup d’enthousiasme.

« Venez ! » S’exclama-t-elle alors qu’elle avait déjà franchi la porte.

Un épais et lisse manteau blanc recouvrait les arbres et jardins qui entouraient la bâtisse au cœur de la forêt, offrant un somptueux tableau à admirer pour nos jeunes héroïnes.  Toute excitée par ce spectacle plutôt rare pour la demoiselle, deux oreilles noires de chat se dévoilèrent sous son bonnet rose. À force de passer sa vie sur les routes du Sekaï, Eiko avait vu bons nombres de saison défilées sous tous les climats, mais exceptionnelle était la météo enneigée.

Effleurant du bout des doigts les flocons, la jeune Kunoïchi admirait d’abord silencieusement le ciel et les étoiles gelée qu’il faisait pleuvoir sur leur tête. Émerveillée et curieuse, elle aimait profiter de ces instants calmes avec sa mère et accessoirement les amies de cette dernière qui accompagnaient le duo depuis plusieurs jours déjà. Eiko appréciait leur compagnie, mais ce qu’elle souhaitait avant tout, comme tout enfant de son âge, était de passer du temps avec sa mère. Néanmoins, sa génitrice était davantage préoccupée par aider les autres, nourrissant ainsi, inconsciemment, la probable jalousie qu’elle éprouvait auprès de ses hôtes qui prenaient peu à peu sa place.

Perdue dans ses pensées, la petite fille revint sur terre lorsque Kaede, une ancienne Kunoïchi du pays du Sable lui proposa un jeu amusant : faire un bonhomme de neige. Premièrement surprise, elle regarda cette dernière d’un air perplexe mais l’envie de s’amuser prit évidemment le dessus. Elle hocha la tête, montrant à présent davantage d’enthousiasme et s’agenouilla enfin devant sa camarade de jeu. Peu importe le froid et l’humidité procurée par la neige fondue, elle n’avait qu’une idée en tête, celle de faire le plus beau bonhomme de neige possible.

Toute exaltée, elle amassa un maximum de neige devant elle, tandis que la jeune femme formait déjà la base de leur création.

« Oh, il manque quelque chose ... » Annonça-t-elle avant de se relever, tout en affichant un regard plein de détermination.  

Eiko se retourna et s’élança en direction de Saëko, le visage sérieux.

« Maman ! Donne-moi vite des vêtements pour notre bonhomme de neige ! Il me faut une carotte aussi, des babioles et euh… Tout ce que tu trouveras ! »

Pressée, elle poussa sa mère en signe d’impatience.

« Dépêche, dépêche ! »

Après quelques minutes, la jeune fille revint auprès de Kaede, les bras chargé de toutes sortes d’accessoires et vieux vêtements. Fière de sa récolte, elle déposa sa prise à côté de la jeune femme qui s’adressa soudainement à elle.

« Dis-donc, t’es sûre qu’on arrivera à caser tout ça sur un seul bonhomme?  Faudrait songer à lui fabriquer un copain. »

Songeuse, elle haussa un sourcil et déposa son menton entre ses doigts.

« Hm… Oui, tu as raison. On va en faire plein d’autres ! » S’exclama-t-elle en levant les bras en l’air, le visage enjoué.

Cela faisait bien longtemps que la petite fille n’avait pas profité de ces instants de jeux, ces moments où elle pouvait être une enfant comme les autres. Instinctivement elle créait un lien avec Kaede, sans avoir besoin de lui parler, sans réfléchir. Elle n’avait rien à penser, juste à profiter de ce temps de paix.  


© Great Thief sur Epicode


avatar
忍 | Nukenin
忍 | Nukenin
Messages : 97
Date d'inscription : 11/09/2016
Age : 26

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2481
PE:
264/300  (264/300)

Voir le profil de l'utilisateur

Bonhomme de neige à Nekogakure


Feat. Eiko, Kaede, Ohatsu




Je déteste la neige. Je me rappelle de ces hivers froids à Kiri, de cette poudreuse amplifiée par l'humidité de la brume pesant sur le village en permanence. Ce manteau froid était synonyme d'ennuis. Je la déteste tout d'abord pour ce froid qui vient avec. Petite, j'ai toujours eu horreur de mettre les pattes là dedans, sous ma forme de chat, préférant de loin la chaleur d'un été ou la douceur d'un automne. J'étais aussi sauvage qu'Eiko, choisissant délibérément de rester le plus possible sous les traits d'un félin et m'enfuir loin de la maison dès que j'en avais l'occasion. La neige et le froid, nous ne la craignons pas sous une épaisse couche de poils. C''est plutôt le retour à la maison qui est compliqué. La neige et l'eau glaciale se colle à nous, si bien que trop jouer dedans finit par être un vrai problème en rentrant. Le retour à notre forme humaine ne se fait pas sans mal, retournant à un corps gelé sans aucune protection. Alors, ne pas pouvoir me transformer pour éviter ces désagréments me rendait dingue. J'aurais également pu aller m'amuser avec les autres gamins, mais là encore c'était compliqué. Ma mère n'appréciait pas beaucoup de me voir revenir trempée de la tête au pieds, salir leur belle demeure, être gelée à en tomber malade. Ce n'était pas digne d'une demoiselle, ce n'était pas de notre rang. Ces quelques moments de bonheur à jouer se transformaient bien vite en source d'ennuis et de sermons pour moi. Et impossible de fuir à l'anglaise avec cette maudite saison pour les Neko. Alors à force, j'ai compris que la neige et moi ne feraient jamais bon ménage. En vieillissant, j'ai perdu l'émerveillement pour les cristaux blancs, ne gardant que cette appréhension pour la saison. C'est pourquoi en me levant aux aurores, je poussais un long soupire en voyant le décor gelé. Il fallait sortir les gros manteaux, quitte à se couvrir de plusieurs couches comme un oignon.

Profitant du calme d'une maison encore endormi, j'en avais profité pour faire chauffer de l'eau et me servir un thé, ravivant au passage le feu dans la cheminée. En se levant, les deux autres auraient de quoi se réchauffer un peu. La réaction de ma petite ne me surprit absolument pas à son réveil. Elle alla comme une fusée, droit dehors, après s'être couverte comme une inuit. Je laissais échapper un sourire, à la fois contente et absolument pas étonnée, n'ayant même pas eu besoin de lui rappeler quoi que ce soit concernant sa tenue. Elle était débrouillarde, sûrement bien plus que sa mère à son âge. En ce moment de repos, je remarquais à quel point elle avait grandit et à quel point le temps passait vite. Je ne l'avais pas ménagé toutes ces années, cherchant à la rendre indépendante et forte le plus vite possible. Alors, elle pouvait bien s'amuser autant qu'elle le souhaitait, ce n’était sûrement pas moi qui irait lui gâcher ce moment. Noël signifiait encore quelque chose à ses yeux, bien que je ne puisse malheureusement pas lui apporter la stabilité d'une famille, d'un foyer. Mais étrangement, en regardant par la fenêtre et la voyant s'amuser avec la jeune Kaede, j'eus l'impression que l'esprit de famille était vraiment là. Sans compter la venue d'une autre amie, sensée nous régaler selon ses propres mots. J'allais peut être faire un effort cette fois et me dérider un peu, essayer de lui montrer que je suis tout de même là pour elle. Mais voilà qu'elle revient, comme une bombe, criant dans tout les sens, me bousculant. Comme … une enfant. Ai-je parlé un peu trop vite ?

« Oh, hé, doucement doucement ! Je vais te trouver ça. Et mouche moi ce nez, il coule ! »

Je soupirais, allant voir ce qu'il me reste dans le frigo, lui donnant quelques carottes, navets et courges. J'ai presque un tiraillement au cœur de me dire que toutes ces courses vont être gâchées. Partant à la recherche de quelques vieilles affaires, piochant bien souvent dans l'ancienne garde-robe de la petite, ne lui allant plus, ou de vieilles affaires à elle. Tout y passe, bonnets, bouton de vestes, chemisiers, pulls, chapeaux, t-shirt, kimono et même des sous-vêtements. Je n'ai même pas le temps de voir ce qu'elle prend, chargeant ses bras avec tout ce qui passe, qu'elle est déjà repartie, me laissant avec une montagne de vêtements en vrac à mes pieds et sur mon lit. Et qui va devoir ranger ? Commençant à profiter des joies d'être mère, j'essaie tant bien que mal de remettre un peu d'ordre dans tout le bazar, manquant les prouesses artistiques d'Eiko et Kaede. Puis, mes doigts se stoppent sur une matière que je reconnais, semblant réveiller en moi un vieux souvenir. Il s'agit d'une vieille écharpe blanche. Et pas n'importe laquelle. Je bloque un instant sur celle-ci. Ce long morceau de tissu est à moi, mais avant de m'appartenir, il était au père d'Eiko. Je ne me souvenais même pas l'avoir prit dans le peu d'affaires que j'avais pu sauver avant de partir. Elle a une odeur particulière, la sienne je crois, me ramenant bien des années en arrière. Bien, je n'ai pas vraiment le temps de jouer les nostalgiques. À mon tour de m’emmitoufler pour les rejoindre, faisant un gros effort pour le coup. Je sors pour voir le chantier, les bonhommes de neige sortant la masse blanche. Elle a vraiment l'air de s'amuser. M'approchant d'elle, je pose une main sur son épaule, lui faisant un petit sourire. Prenant l'écharpe blanche, je l'enroule autour de son cou, lui ajoutant une protection supplémentaire, sans qu'elle ne puisse savoir l'histoire de celle-ci.

« N’attrapes pas froid, surtout. Et n'embêtes pas trop Kaede, à cette allure, vous allez faire une armée de bonhommes ! »

avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 319
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 280
PE:
39/200  (39/200)

Voir le profil de l'utilisateur




Santa claus is real !!
Kaede & Saëko
& Eiko & Ohatsu
Merry Christmas || Bonhomme de neige à NekogakureJ'avais eu toutes les peines du monde pour sortir du village et voilà qu'Asugi me tombait dessus juste après avoir passé les immenses portes du village caché du sable. Mon paquet bien gardé sous le bras, j'avais réussi, non sans difficultés, à m'en défaire et reprendre mon chemin vers le point de rendez-vous que mon amie Kaede m'avait renseigné. Le vent froid de l'hiver balayait le désert, faisant virevolter des milliers de grains de sable qui vinrent me piquer les yeux et rendait ma respiration saccadée. Si le choix m'appartenait, j'aurais préféré la chaleur étouffante du plein été plutôt que la fraîcheur de l'hiver. Alors que le désert s'estompait au profit d'une végétation à l'allure dépareillée, je m'enfonçais doucement vers Kawa no Kuni à la recherche des indices laissés par mon amie aux compétences médicales exceptionnelles afin de guider ma route. Lors de notre précédente rencontre, elle m'avait gentiment invité pour le repas de Noël qu'elle partageait déjà en compagnie d'une jeune femme Saëko ainsi  que sa fille Eiko. Touchée par cette attention, je m'étais empressée de répondre par l'affirmative, peut importait les conséquences de cet acte. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas fêté Noël car faire cela seule, c'était loin d'être le plus agréable. Je retrouvais les joies d'acheter des cadeaux et m'étais même proposée pour apporter le plat principal. C'était donc accompagnée d'une énorme dinde fourrée de mes petits cadeaux que j'avançais gaiement.

La neige tombait drue. Ma vision était amoindrie et le froid mortel s'engouffrait dans mes pauvres vêtements inadaptés à une météo si peu clémente. Je grelottais, claquais des dents et souffler dans mes mains n'améliorait pas mon état. Je pensais à mon prochain achat, des habits chauds, bien chaud et tant pis si je mourrais de chaleur par après. Je continuais mon périple, la neige qui s’amoncelait au sol rendait mon avancée plus complexe mais je n'en démordais pas. Je voulais ce repas, je voulais ce Noël alors je n'abandonnerais pas. Soudain, alors que je me sentais de plus en plus engourdie avec les températures qui chutaient au fur et à mesure, mes sens se faisaient moins alertes. J'espérais de tout cœur que j'arriverai à destination, sans quoi mes amies festoieraient sans moi et sans dinde.

Il m'avait fallu deux journées pour ne serait-ce qu'apercevoir le bout de la forêt. Bien, je m'approchais doucement mais sûrement. Quelques heures de marche et bientôt je fus accueillie par une armée de bonshommes de neige. Il y en avait une petites dizaines, fièrement habillés et affublé d'une belle carotte en guise de nez. J'étais arrivée à destination et malgré mes frissons, un large sourire ornait mes lèvres au travers de mon masque. Je remarquais enfin les deux instigatrices de ce nouvel escadron et lançais bien fort.

♦ La protection de votre camp est assuré mes commandants, nul ne pourra passer entre les lignes de vos troupes.

Je ris doucement et faisant un petit signe de main puis le plus sérieusement du monde fit un salut militaire avant de reprendre.

♦ Ohatsu au rapport chef. J'ai bravé tempête pour vous ramener... Le diner !!

Et j'exposais fièrement le paquet délicatement emballé à mes deux amies. Puis je rajoutais sur un ton plus secret.

♦ Euh, j'espère que vous n'avez pas utilisé toutes les carottes, sinon comment allons nous cuisiner ce délicieux volatile ?

Avant d'avancer plus, je pris la peine de masquer mes empreintes, il serait mal venu de ma part de conduire jusqu'ici, des ennemis. Alors prudente, je lançais un fuuton de quoi combler les tranchées menant droit à Nekogakure, le village officieux de mes nouvelles amies.

© 2981 12289 0



Merci Aimiii ♥️
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/



Kaede recula de quelques pas pour admirer la collection de bonhommes de neige qu’elle venait de terminer avec Eiko. Pourvu que la température ne soit pas trop douce durant les quelques prochains jours! La petite serait si déçue de les voir fondre. Et la médic également, même si elle ne l’aurait admis pour rien au monde. Elle inspecta les créations une à une, se délectant de l’humour et de la créativité de l’enfant.

« Hahaha! Qu’est-ce qu’il fiche avec une culotte sur la tête, celui-là? »

Eiko ne manquait vraiment pas d’imagination. Tandis qu’elles rigolaient ensemble, la mère de la fillette sortit de la maison et jeta un œil aux œuvres de sa petite dont les yeux brillaient de fierté. Faire la connaissance de Saëko avait été une bénédiction pour l’ancienne Sunajin. Non contente de lui sauver la vie alors que Kaede tentait sans succès d’échapper à ses poursuivants, la kunoichi plus expérimentée lui avait enseigné les rudiments de l’existence de nukenin et, plus important que tout, offert une petite place dans son foyer.

Avant que la femme chat ne retourne se réfugier dans la chaleur de la maison – encore plus que la médic, pourtant originaire d’une contrée chaude et désertique, elle semblait détester la neige et le froid – Kaede fit un clin d’œil à la gamine et ramassa prestement un peu de neige avec laquelle elle forma une boule compacte.

« Tu vas voir, » chuchota-t-elle à l’enfant avant d’envoyer en un éclair le projectile voler vers l’autre nukenin. 

Bien sûr, elle savait que l’idée était risquée. Il ne fallait pas prendre Saëko à la légère et en tout ce qui touchait les prouesses physiques, elle surclassait largement la frêle scientifique. Mais l’occasion était trop belle d’entendre à nouveau rire la petite. Au diable les conséquences.

Avant que la cible n’ait le temps de réagir, une voix qu’elle n’avait pas entendue depuis un bon mois retentit à travers la clairière et attira immédiatement l’attention de la nukenin. Sans surprise, Ohatsu était parvenue jusqu’à la petite maison avec aisance et, fidèle à sa parole, elle leur avait apporté la pièce maîtresse d’un dîner de plus en plus prometteur. La gratifiant du sourire chaleureux qu’elle ne réservait qu’à quelques rares privilégiés, Kaede marcha vers elle pour l’accueillir, oubliant l’outrage qu’elle venait de commettre et tournant le dos à sa victime.

« Mais tu as l’air frigorifiée, ma pauvre! Pourquoi es-tu vêtue si légèrement? Entre tout de suite te chauffer près du feu. J’ai sûrement des vêtements secs à ta taille. »



avatar
忍 | Nukenin
忍 | Nukenin
Messages : 117
Date d'inscription : 18/07/2016
Age : 24

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 2136
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur

Mon beau bonhomme de neige ☃


Enveloppée sous cette couche de vêtements et le visage masqué par cette nouvelle écharpe blanche, on ne pouvait distinguer que les iris flamboyants de la jeune fille qui exprimaient par ce simple regard le bonheur d’être auprès de ceux qu’elles aiment. Nul besoin de grandes richesses, de belles maisons, juste un peu de neige et des amis avec qui partager ces moments se révélaient être de plus grandes valeurs.

Tu vas voir. Murmura sa partenaire de jeu tandis qu’elle lançait une boule de neige dans le dos de Saëko.
De grands éclats de rires s’évaporèrent entre les grands conifères, voilà un divertissement des plus amusants. Motivée par cette bataille d’un tout autre genre, Eiko se laissa volontairement tomber à terre, les genoux au sol, amassant le plus possible de neige prêt d’elle par des gestes rapides. Ne laissant aucun répit à sa mère, elle attaqua cette dernière avec une nuée de boules, envoyées les unes après les autres. Cependant, en quelques secondes seulement, ses munitions furent rapidement dilapidées et c’est ainsi qu’elle dût se résigner à battre en retraite. D’un bond rapide elle se retrouva quelques mètres en arrière, cachée derrière le fameux bonhomme de neige qui avait une culotte sur la tête. Essoufflée, ses joues étaient teintées de pourpre par cet air froid mais elle semblait avoir totalement oublié cette sensation. Un grand sourire se dessina sur ses lèvres. Elle n’allait pas abandonner maintenant, pas devant son armée !  

Mais au moment où elle lança une nouvelle offensive contre ces deux femmes, une voix qui lui était étrangère interrompue le combat. La main en l’air, une boule de neige au creux de sa paume, la jeune enfant tourna son visage en direction de cette nouvelle invitée. Cette dernière, très souriante, s’adressa aux Kunoïchi.

Ohatsu au rapport chef. J'ai bravé tempête pour vous ramener... Le dîner !!

Intriguée, Eiko examina la jeune femme de la tête aux pieds. Elle ne semblait pas dangereuse –du moins, pas pour elles- et visiblement, elle était la dernière invitée à ce repas. Vêtue d’une tenue peu commune dans les environs, il n’était pas difficile de deviner qu’elle avait parcouru un long chemin jusque ce village. Silencieusement, la petite fille observa la discussion entre Kaede et la dénommée Ohatsu, sans se présenter. En effet, la politesse n’était pas une qualité reconnue chez elle, au grand damne de sa mère –qui n’était pas un exemple à suivre non plus-.

Euh, j'espère que vous n'avez pas utilisé toutes les carottes, sinon comment allons nous cuisiner ce délicieux volatile ?

Soudainement interpellée, sa petite frimousse se retourna pour regarder un à un ses frères d’armes. Le sourcil relevé, elle faisait la moue tout en réfléchissant.

Eh bien, je pense que certains d’entre eux pourront s’en passer ! Annonça-t-elle avec sérieux.

Elle retira finalement quelque carottes nez à ses compagnons et revint auprès de la jeune inconnue.

Tu n’es pas du pays, pas vrai ? D’où est-ce que tu viens ? Demanda-t-elle d'un air curieux en l’accompagnant jusque l’entrée de leur demeure.

Eiko était honnête et parlait toujours avec franchise et spontanéité que cela soit avec un inconnu ou un proche, elle ne faisait aucune distinction, ce qui pouvait, parfois, lui causer quelques ennuis.

Gorogoro ごろごろ. Exprima son ventre.

Son visage devint rouge.

J’ai faim … Avoua-t-elle timidement.



© Great Thief sur Epicode



Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (F) NAYA RIVERA- Soeur "Je voudrais un bonhomme de neige!"
» Moi je voudrais un bonhomme de neige (pv Johnny)
» {TERMINE} Olaf le bonhomme de neige qui aime l'été
» Aylina Cassandra Hopkins ♣ Je voudrai un bonhomme de neige ♪ | Underco'
» neige et eau

Sauter vers: