Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Panique Nocturne     Lun 16 Jan - 19:30



Panique Nocturne
J'ouvris lentement les yeux. J'avais très mal au ventre et à la poitrine depuis quelques jours. Il faisait nuit noir dans ma chambre. L’événement du salon de thé datait d'une semaine. Je me frottais les yeux en baillant. Mon réveil indiquait une heure du matin. Pourquoi avais-je si mal au ventre ? Peut-être … Je me levai comme un zombie et me rendis aux toilettes. Je me mordis la main pour ne pas crier de surprise. Là ! Au fond de ma culotte ! Une tache rouge ! Non ! Non ! Non ! Pas ça ! Je sortis en silence des toilettes pour me rendre dans ma chambre. Qui devais-je aller voir ? Qui ? Megumi-sempai ! Megumi-sempai m'aiderait à coup sûr ! J'enfilais en catastrophe un pyjama épais et une veste. Je tirais la couette sur la tâche rouge de mes draps et ouvris ma fenêtre.

Je me lançai dehors mes pieds nus s'enfonçant dans la neige. Je refermai ma fenêtre avant de me mettre à courir. De grosses larmes coulaient sur mes joues. Megumi-sempai ! Je savais où elle habitait ! J'étais aller la voir une ou deux fois pour des misions ! Je devais bien m'en souvenir ! Cela ne devait pas être bien compliqué ! Un sanglot me coupa le souffle et mes pieds se prirent l'un dans l'autre et je chutai lourdement dans la rue. Je sentis mes paumes s'entaillaient mais je me remis debout et poursuivit ma course. Le quartier Uchiha ! Enfin ! Je passai en quatrième vitesse les gardes avant de me cogner contre quelqu'un. Un homme ! Je pris aussitôt la direction opposée. Vite ! Vite Megumi-sempai ! Un nouveau sanglot me prit à la gorge et je dû m'arrêter une minute avant de poursuivre ma route. J'avais le nez qui coulait, je claquai des dents et j'avais mal aux pieds. La maison de ma sempai ! Je me hissais jusqu'à sa chambre, la fenêtre. Et toquai de mes doigts tout rouges. Je n'arrivai plus à aligner deux mots. J'étais terrorisée, j'étais dans un état lamentable et je claquai des dents.
« Megumi-sempai … Je vous en supplie … ouvrez-moi ! »
Le moindre bruit me faisait sursauter et j'avais de plus en plus de mal à garder en moi mes sanglots. Je ne voulais pas pleurer ! Et puis j'avais tellement mal au ventre … Je me blottis contre la fenêtre en attendant la venue de ma sempai, toquant régulièrement. S'il vous plaît !!! Faîte qu'elle soit là !

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 69
Date d'inscription : 14/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 321
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Lun 16 Jan - 21:50

Uchiha Sorata, frère aîné d'Uchiha Megumi.

Je poussai un soupir se répercutant en une buée chaude. J'en avais plus que marre d'entendre les autres se plaindre, désireux comme ils étaient d'aller passer la nuit au chaud. N'étaient-ils donc pas en mesure de comprendre que nous devions justement rester ici pour nous assurer que les autres membres du clan puissent se reposer en paix ? Certes, il ne se passait rien, mais nous étions tout de même là et c'est ce principe qui comptait plus que tout. Laisser savoir aux autres qu'ils pouvaient nous faire confiance, se reposer sur nous, même en temps de paix. Toutes ces plaintes inutiles n'accompliraient strictement rien de bon sinon me faire lever les yeux au ciel, échangeant des regards découragés avec mon homonyme. En ce genre de moments, j'avais envie de tous les renvoyer chez eux avec déshonneur, mais savait que cela ne leur rendrait guère service. Il me fallait tenir jusqu'au matin, ce après quoi je serais libre de leur tourner le dos et de ne plus voir ces têtes d'ahuris avant quelques jours. Cousins ou pas, des incapables dépourvus du sens du devoir n'étaient rien de plus que cela, des incapables. Enfin, cela ne les empêchait pas de réussir à repérer une gamine dans la nuit, encore heureux. Les mains dans les poches, j'adressai un regard cru à l'un de mes camarades, celui-ci m'indiquant une direction que je m'empressai d'emprunter pour mieux interpeller l'intruse. Cette dernière, sans doute aveuglée par ses larmes, ne me vit pas du tout, me fonçant dessus avant de finalement croiser mon regard.

S'il n'avait pas été question de ses iris plus pâles qu'un ciel nuageux, l'enfant aurait pu me rappeler mes soeurs. Je la laissai s'éloigner au pas de course, en pleine panique. Si la gamine était une menace, ce n'était pour personne d'autre qu'elle-même. Personne ne cours dehors pieds nus en hiver, cela ne sert qu'à s'attirer des engelures. Soupirant, je suivis néanmoins sa trace, espérant qu'elle se calme d'elle-même. Avais-je l'air d'être enclin à jouer les bonnes femmes et à réconforter les gens ? Mon regard acéré pouvait répondre à celle-là pour moi. À ma grande surprise, je la retrouvai devant ma propre porte, cognant à de nombreuses reprises, appelant le nom de ma plus jeune soeur. Excédé, je restai en retrait, les bras croisés, relevant la mâchoire vers l'habitation tranquille. Dans quoi s'était-elle encore embarquée ? Enfin, cela lui allait bien mieux que toutes ces missions et ces idées ridicules de devenir une grande kunoichi. Elle ne faisait que courir à sa perte, aveuglée par son ego. Megumi-chan était bien trop douce et faible pour ce genre de travail. J'avais encore du mal à la croire capable de tuer, cet acte me semblant aller profondément à l'encontre de sa nature. Bref, cela devenait énervant et l'un de mes sourcils tiqua, mes dents se faisant plus serrées. À ce rythme elle était bonne pour réveiller tout le quartier. Peut-être devrais-je moi-même la forcer au silence ?

Enfin, ma soeur ouvrit la porte, invitant l'enfant à entrer immédiatement avant de redresser la tête vers moi et de se figer sur place, tendue. Bien sûr. Elle agissait toujours comme ça, incapable de voir que je n'avais pourtant que ses intérêts à coeur. Je m'approchai calmement, le bruit léger de mes pas évoquant vaguement les pattes puissantes d'un tigre s'enfonçant doucement dans la neige alors que mes épaules restaient droites et mon regard inquisiteur. Rien de plus que mon air habituel, en somme.

« Qui est-elle ? »
***

J'étais en proie à des réflexions en tout genre. Yume venait de faire irruption chez moi, au beau milieu de la nuit, en larmes. Ma mère s'était empressée de l'accueillir et de la guider vers ma chambre avant de s'éclipser pour aller nous préparer du thé et des senbei. Pour ma part, je restai sur le pas de la porte, le vent froid de l'hiver mordant ma chair avec autant de détermination que le regard de mon aîné qui sortait tout juste de l'ombre avec prestance. Même si ma position surélevée me permettait de le dépasser de quelques centimètres, j'avais toujours l'impression d'être plus petite, les mains moites et la gorge sèche. Bien sûr, mon frère demanda des explications de manière succincte et j'avais tout intérêt à les lui fournir.

« Une amie en détresse. Il est fort possible que des membres de son clan... tentent de la ramener chez elle de force. Ce ne serait pas la première fois. »

Mon aîné poussa un soupir, se détournant en direction de l'entrée principale du domaine Uchiha. Je savais que je n'avais pas besoin de lui en dire plus pour qu'il comprenne la situation au moins en partie. L'homme en question ne s'embarrassait certes pas de détails ou d'émotions et de ressentis, mais il savait être efficace, décisif et, malgré tout ce que l'on pouvait en dire ou en penser, se montrer protecteur. Il s'agissait sans doute de l'un des rares côtés de sa personne que j'appréciais.

« Aucun Hyûga ne pénétrera ces murs avant le levé du jour, tu as ma parole. Après cela, néanmoins, il te faudra la renvoyer chez elle. Le Clan n'accepte pas les chats errants. »

Je me mordis l'intérieur de la joue, inconfortable de par le mépris dont il avait fait preuve avec ses derniers mots, son ton n'ajoutant rien de bon à ses intonations graves et sérieuses. Je me retrouvais toutefois forcée d'accepter ses termes et le savait trop bien. Personne ne se risquerait à passer outre mon aîné, aux risques de se retrouver obligé d'en découdre avec lui et de subir une défaite écrasante et humiliante. Dès lors qu'il avait promis, l'honneur de mon frère était en jeu et celui-ci valait plus que sa vie. En ces moments de trouble, Yume avait besoin d'un refuge aussi sécuritaire, là où aucun mal ne pourrait l'atteindre. Même si ce n'était que pour quelques heures, je ne pouvais qu'admirer le compromis offert par mon aîné et ce malgré nos différents.

« Merci, Onii-sama. C'est... grandement apprécié. »

Pour toute réponse, j'eu droit à un Hmpf qui sonnait... presque satisfait ? À croire que la seule façon de le rendre heureux était de dépendre de lui d'une façon ou d'une autre. Mais qu'importe, j'avais plus important à faire et mon aîné était déjà reparti. Je refermai donc la porte, me dirigeant rapidement vers ma chambre, croisant au passage ma mère qui me posa un plateau dans les mains sans me poser de questions, ce dernier chargé du thé et des collations promises. Je la remerciai promptement avant de finalement pénétrer la pièce, refermant derrière moi. Déposant mon fardeau sur une table basse, je m'empressai d'aller serrer la pauvre Hyûga dans mes bras, toute inquiète comme je l'étais.

« Est-ce que tu vas bien ? Oh, regarde-moi ces pieds, tu n'aurais pas dû courir pieds nus dehors. Attends, je vais chercher de quoi te réchauffer. Je peux aussi te faire préparer un bain, sauf si tu veux seulement boire le thé pour l'instant ? Dis-moi ce que je peux faire pour toi et je le ferai. Personne ici ne te fera de mal, tu as ma parole. »


the sight of her eyes keeps my dreams alive
The people who call you weak have not yet noticed the wolf hiding behind your eyes, nor the flames inside your soul. Let them think you are weak and do what wolves and fire do best. Surprise them when they least expect it.


Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Mar 17 Jan - 10:24



Panique Nocturne
Comment étais-je arrivée entière chez Megumi-sempai ? Aucune idée. Mais elle n'avait fait rentrée, et une belle femme m'avait ôté ma veste. Je n'avais pas fait attention, c'était une petite veste en coton complètement trempée après mes multiples chutes. Elle me l'ôta donc et me regarda de haut en bas. Je crois qu'elle m’appela Chaton mais je claquai tellement des dents, j'avais si peur, et je tremblais tellement que je ne pouvais être sûre de rien. J'étais dans un état complètement second. Je m'assis par terre contre le lit de Megumi-sempai et commencer à mâchonner nerveusement la manche de mon pyjama. Au moindre bruit je sursautais et regardai partout. Je devenais complètement parano.

Je me retournai vivement quand quelqu'un entra dans la pièce. Megumi-sempai ! Avec un plateau ? Hein ? Que … Je ne comprenais plus rien ! Lorsqu'elle me serra dans ses bras, les sanglots qui s'étaient quelques peu taris reprirent et je m’effondrais complètement dans ses bras. Je m’agrippai à elle comme à une bouée de sauvetage. Depuis combien de temps n'avais-je pas pleuré comme ça ? Aucune idée. Mais là, ça devait sortir. Et j'avais mal au ventre. Il fallait que je lui dise ! Que je lui explique elle ne pouvait pas deviner ! Je hoquetais un peu avant d'essayer de reprendre mon souffle et d'essuyer mes larmes. Mais je retournai vite contre elle dans son étreinte si paisible. J'avais l'impression que c'était ma mère qui me serrait dans ses bras.
« … M-m-m-m-megumi-s-s-s-s-sempai … J-j-j-j … Je suis désolé … M-mamais … Je … j'avais … t-t-t-très mal au … v-v—v-ven-t-t-tre … Cette nuit … Et … J'ai … Je … … Il-il … Il y avait … du-d-ud-du … s-sasass-sang … j'… J'ai … mes … p-p-p-prem-mi-mimim-mière règles »
Bon ! Je l'avais dis ! Je pouvais respirer un peu. En soit, ce n'était pas le fait que j'ai mes règles le plus effrayant pour moi. Bien que saigner sans être blesser une fois par mois … Ce n'était pas ce que j'aimais le plus mais bon. C'était plus pour moi tout ce que cela entraînait derrière. Cela voulait dire que je pouvais commencer à concevoir des enfants. Bien que je savais que j'avais un an avant le mariage à compter du jour où je les avais. Et la tâche sur le drap ! Et Irela qui était ma suivante ! Elle la verrait ! Et … Et si elle était vraiment à la solde de la branche principale ! C'était finit de ce qu'il me restait de paix et d'harmonie chez moi ! Je fermai étroitement les paupières et me mordis un doigts pour essayer de me calmes quelque peu. Il fallait que je me calme ! Mon cœur n'allait jamais tenir le rythme sinon ! Ce que Megumi-sempai pouvais faire ? Est-ce qu'elle pouvait me rendre ma mère ? Ou empêcher un mariage ? Non. Mais elle pouvais me calmer et je crois que c'était ça dont j'avais le plus besoin. Même un coup pourrait suffire.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 69
Date d'inscription : 14/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 321
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Mar 17 Jan - 19:14
Je parvins tout juste à l'envelopper d'une couverture, m'assurant bien que ses pieds soient au chaud, lorsque ses délicates mains s'accrochèrent à moi comme si sa vie en dépendait. La pauvre pleurait, secouée de sanglots sans qu'il n'y ait de fin en vue. Je fis donc la seule chose que je pouvais faire : je la pressai contre moi en lui jouant doucement dans les cheveux. Sa voix étranglée réussi néanmoins à me faire part des événements qui l'avaient poussée à venir à ma recherche au beau milieu de la nuit. Je comprenais mieux maintenant. Doucement, je commençai à la bercer et à chanter pour elle, juste assez fort pour qu'elle l'entende, pour qu'elle puisse ressentir la vibration des notes en se collant contre mon poitrail. Je ne pouvais rien faire de plus que de la rassurer, de la calmer et, surtout, de la laisser pleurer autant qu'elle en avait besoin. Parfois, le simple fait d'avoir la liberté de pleurer suffisait, bien que ça ne m'empêcha pas de réfléchir à toute vitesse. J'avais envie de faire plus. Je désirais la protéger, la sauvegarder de ce destin qui l'attendait. Si je jouais mes cartes comme il faut, peut-être pourrais-je au moins lui gagner un peu de temps. Après tout, quand bien même les premières règles étaient ce à quoi on pensait toujours en premier, toutes sortes de raisons pouvaient expliquer la présence de sang dans les draps d'une kunoichi. Bien sûr.

J'attendis qu'elle se soit calmée pour poser ma main contre sa joue et la forcer à plonger son regard dans le mien pendant que j'essuyais délicatement ses larmes de mon pouce. Mon air était décidé, presque confiant. Presque. Cette idée était en soit très farfelue et j'ignorais à quel point cela pouvait fonctionner. Yume réussirait-elle à mentir aux membres de son clan ? Cela ne dépendrait que d'elle-même, pas de moi. Mais nous n'avions plus rien à perdre maintenant, n'est-ce pas ? Je pris mon mal en patience, il ne me servait à rien de parler tant qu'elle sanglotait encore. Je devais attendre qu'elle comprenne les mots que j'allais prononcer. Nous n'avions pas beaucoup de temps. Certes, mon frère nous avait garantis qu'elle serait intouchable jusqu'au matin, mais nous n'avions pas jusque là. Si son absence avait été remarquée, alors nous devrions justifier tout ça et le faire très, très vite.

« Yume-san, écoute moi. Tu dois te calmer et tu dois m'écouter. Tu n'as pas eu tes premières règles. Tu as eu peur pour rien. C'est une blessure que tu t'es faite, à la cuisse, durant un entraînement aujourd'hui. Tu n'as rien dit aux membres du clan pour ne pas inquiéter ton fiancé, ton père et ta soeur, parce que tu es une jeune femme forte et pleine d'honneur. Tu pensais pouvoir traiter la plaie toi-même, mais cette nuit elle s'est rouverte car tu as trop bougé dans ton sommeil. C'est de là que viens le sang. Tu es venue me voir en panique car ma mère est médecin, parce que tu avais besoin de me voir, peu importe. Ce ne sont pas tes premières règles, tu m'entends ? Je vais aller chercher un kunai, d'accord ? Ça ne fera pas très mal, pas longtemps. Une simple blessure à la cuisse. Mais tu dois me faire confiance, je vais revenir et ensuite tu pourras pleurer dans mes bras encore un peu, mais si tu es absente trop longtemps ils vont soupçonner quelque chose. On doit agir vite, tu comprends ? »


the sight of her eyes keeps my dreams alive
The people who call you weak have not yet noticed the wolf hiding behind your eyes, nor the flames inside your soul. Let them think you are weak and do what wolves and fire do best. Surprise them when they least expect it.


Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Mar 17 Jan - 21:14



Panique Nocturne
Megumi-sempai chantait. Elle chantait bien. C'était agréable. J'aurais pus m'endormir. Si j'avais été en état de vouloir dormir. Mais … Cela m'apaisa. Mes sanglots finirent par se stopper d'eux même. Megumi-sempai me posa une main sur la joue. Elle avait l'air tellement décider ! Tellement forte ! Je voulais lui ressembler ! Comment faisait-elle pour être aussi forte ? Je mis quelques secondes comprendre ce qu'elle proposait. Que je mente ! Elle voulait que je mente ! C'était bien ça ?! Entailler ma cuisse avec un Kunaï ? D'accord pas de problème. Je hochai la tête sans parler.

Je ne voulais pas partir. Je voulais rester jusqu'au matin dans cette maison … Juste … Respirer un peu d'air nouveau. Me sentir un peu plus libre. Mais … pourquoi n'avais-je pas le droit de dormir chez une amie ? Et après comment allais-je faire ? Je pouvais prétendre que c'était ce sang sur les draps … Mais les autres jours ? Et combien de temps ça allait durer ? Combien de temps ça duré la première fois ? Je savais que c'était une semaine en temps normale … Mais là c'était la première fois ! Peut-être que cela allait durer plus ! Qui sait … Et j'avais rien pour me protéger à la maison ! Je me remis à mordiller la manche de mon pyjama.

Une fois l'opération faîte, où je n'avais pas bougé un cils sans la permission de ma sempai, je fixai ma tasse de thé. Pourquoi est-ce que je devais partir ? Je ne voulais pas partir ! J'étais très bien moi ici. Je tendis lentement les mains vers la tasse de thé sans rien dire profondément malheureuse. Je bus une petite gorgée mais javais l'impression de boire de l'eau. Je n'avais pas de goût en bouche et un sacré mal de tête. Je reposai ma tasse à peine une petite gorgée plu tard. Les galettes, rien que de les voir, me levaient les cœur. Je triturais de nouveau la manche qu'il avait déjà bien souffert. Je finis par me réfugier de nouveau dans les bras de Megumi-sempai. J'avouais tout doucement
« … J … Je ne veux … rentrer … Megumi-sempai …… Je suis d … de nouveau en cage … Av… Avant … C'était … j… juste dû au sceau … maintenant … mêm… même ma maison est une cage … Commen… Comment vais-je … Faire … pour les … autres … jours … Ça dure longtemps … ? La première fois … »
Je me tus fermant un instant les yeux. Je commençais à sentir de nouveau le sang circuler dans mes pieds et mes mains. Mais je ne voulais pas partir. Je rouvris les yeux pour fixer la double tâche de sang sur mon pyjama. Il allait falloir nettoyer ça … Demain. Et les autres jours … Cacher ça … Encore … Je préférai juste fermer les yeux et laisser de nouveau les yeux et mes pensées se tournèrent vers ma mère.
« Megumi-sempai … Elle me manque … tellement … »

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 69
Date d'inscription : 14/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 321
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Jeu 19 Jan - 22:59
J'avais agis aussi doucement que possible, m'assurant d'avoir bien désinfecté le tout avant de blesser volontairement ma jeune amie. Cela fait, je m'étais empressée de tout nettoyer et de protéger la blessure d'un pansement avant de finalement la laisser prendre le thé, espérant que l'infusion de camomille de ma mère pourrait l'aider à se calmer. Il ne lui fallut néanmoins pas beaucoup de temps pour retrouver le chemin de mes bras, là où je l'accueillis sans hésiter. La voix basse, toujours aussi hésitante, marquant des pauses dans ses mots plutôt que de présenter un discours fluide. Ça aussi, c'était un problème. Bien sûr qu'on ne la prendrait pas au sérieux si elle parlait toujours de la sortes, comme une enfant effrayée. Je devrais l'aider à mieux parler, mais pas tout de suite. La pauvre Hyûga était dans un état de choc trop sévère pour produire de bons résultats de toute façon, d'autant plus que ses nombreuses questions demandaient réponses.

« C'est différent pour tout le monde, donc c'est difficile de donner une bonne réponse... Mais à ce qu'il parait, les premières fois durent moins longtemps et certaines femmes mettent un certain temps à obtenir un cycle régulier. Avec de la chance, tu pourrais ne pas saigner le mois prochain. »

Et si elle était malchanceuse... Je n'avais pas véritablement besoin d'en parler, étant convaincue que la genin avait déjà fait cette partie du calcul dans sa tête. Elle était peut-être timide et effrayée, mais cela ne la rendait pas complètement stupide pour autant. Yume était capable de tirer ses propres conclusions sans que je les lui dicte. Ceci étant dit, l'incertitude de la chose n'était pas pour l'apaiser, évidemment. J'entrepris donc de lui jouer affectueusement dans les cheveux tout en recommençant à la bercer doucement. Cette fois, les mots qu'elle laissa lui échapper me serrèrent le coeur. Que pouvais-je répondre à ça ? Je ne pourrais jamais remplacer sa mère, je ne pouvais même pas comprendre ce qu'une telle perte devait représenter dans sa vie. La mienne était encore en pleine santé et je n'avais perdu aucun membre de ma famille. Ce n'était pas arrivé pour la simple et bonne raison que je m'étais jetée devant une boule de feu lorsque la vie de mon petit frère avait été menacée. J'avais pu y changer quelque chose ; mais que serais-je devenue si ça n'avait pas été le cas ? Je me mordis la lèvre inférieure avant de me décider à lui offrir la seule réponse qui me venait. À défaut d'une réponse utile, elle serait au moins sincère.

« Je... Je ne sais pas quoi te dire. Mais je ne peux même pas prétendre comprendre, à dire vrai. Je n'ai encore perdu personne... Tout ce que je sais, c'est que personne ne pourra jamais la remplacer, mais que si tu as besoin, tu pourras toujours venir me voir. Je ne peux pas faire grand chose, mais je serai là. Tu as ma parole. »


the sight of her eyes keeps my dreams alive
The people who call you weak have not yet noticed the wolf hiding behind your eyes, nor the flames inside your soul. Let them think you are weak and do what wolves and fire do best. Surprise them when they least expect it.


Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Ven 20 Jan - 17:05



Panique Nocturne
J'étais tellement bien dans les bras de Megumi-sempai. J'avais l'impression d'être à l'abri dans l'étreinte d'une grande sœur. Et c’était ce dont j'avais grandement besoin. Quelqu'un sur qui je pouvais m'appuyer de temps en temps. Pas tout le temps ! Je devais quand même pouvoir me débrouiller toute seule ! Mais … Parfois … Juste enfouir ma tête contre son torse et me laisser aller. J'avais tellement besoin d'aide maintenant, de sa présence et de son parfum. Je sentis au bout d'un moment la panique refluer et mes idées s'éclaircirent un peu. La fatigue  pesa brusquement sur mes épaules … Mais je ne pouvais pas fermer les yeux et laisser le sommeil m’emportait laissant mon corps dans les bras de Megumi-sempai … Sinon la coupure sur ma caisse n'allait servir à rien e tous allait comprendre.

À contre-cœur je finis par me redresser lentement en repoussant en arrière mes cheveux collé à mon visage. Je tendis lentement une tasse, encore chaude, de tisane au bel ange Uchiha près de moi avant de prendre la mienne. Mes mains tremblaient toujours. Mais elles arrivèrent quand même à porter la  tasse à mes lèvres.  Et je bus en boire lentement quelques gorgées avant de reprendre la parole tout doucement
« … Megumi-sempai …  Pour … ce premier cycle, les autres jours … Comment cacher ? … Komiko … a beau sembler être … de mon côté … »
Je ne finis pas ma phrase. Je ne faisais pas entièrement à Komiko. Ce n'était pas sa faute ! Je l'avais vu refouler sans aucune pitié Kohi venant me voir alors que j'étais avec Hako-chan ou Nyuuwa ou des amis, elle n'était jamais sur mon dos … Elle venait que trois jours par semaines à la maison ou seulement quand je lui demandais … Et, le reste du temps elle faisait sa vie, se dérangeant parfois exprès pour empêcher Kohi de venir. Mais je n'arrivais pas ! Ma confiance ne voulait pas aller vers elle … Je serrais les mains autour de la tasse fixant mon reflet trouble au fond de la tasse.

Le bruit d'une porte qu'on ouvre dans la maison me fit sursauter et remonter en flèche ma panique. Non ! Non ! Il ne pouvait quand même pas déjà avoir déjà des Hyûgas ici ! C’était impossible ! Bon … Je n'avais pas été des plus discrète … Mais … Mais quand même ! Non. C'était impossible ! Megumi-sempai m'avait dit que je serait tranquille ! Au moins un peu. Ce n'était pas des Hyûga. Mais probablement sa famille. Je m’aperçus que j'avais posé ma tasse et que je m'étais redressée et tournée comme-ci j'allais courir me cacher à l’abri. Je rougis jusqu'à la racine des cheveux face à ma bêtise. Je repris lentement ma place et bégayai
« … J … Je suis navrée … »

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 69
Date d'inscription : 14/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 321
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Sam 28 Jan - 6:24
« Il te faudra simplement faire preuve de prudence et t'assurer de ne pas les laisser réaliser la supercherie. Il n'y a vraiment rien de plus à dire... »

Et c'était vrai. Quand bien même j'aurais aimé pouvoir lui proposer une solution magique, les choses ne fonctionnaient pas comme ça. Ce serait à elle d'être forte et de se débrouiller pour faire en sorte que ses domestiques ne le remarquent pas. Je lui avais fournis les outils nécessaires, maintenant Yume devrait s'aider elle-même et faire de son mieux. Ce serait probablement difficile, mais il n'y avait pas d'autres solutions j'en avais bien peur. J'étais perdue dans mes pensées lorsque, plus loin dans la maison, le bruit d'une porte coulissante vint déranger le silence nocturne. Si, pour ma part, je savais très bien qui avait quitté sa chambre, ce n'était pas le cas de Yume qui était encore tendue au possible. La Hyûga avait déposé sa tasse en catastrophe, se retournant d'un bloc pour fixer ma propre porte. Je poussai un soupir désespéré. Bien sûr, je savais me montrer compréhensive et les circonstances avaient poussé la genin à cran, mais je ne pouvais m'empêcher de trouver son comportement excessif. Probablement facile à dire, j'en conviens, mais ne lui avais-je pas justement assuré qu'elle était en sécurité ? Yume ne me faisait-elle pas confiance ? Réalisant visiblement tout cela, la demoiselle s'excusa promptement, reprenant timidement sa place. Je me contentai, pour ma part, de replacer une mèche de cheveux derrière mon oreille avant de répondre.

« Ce n'est rien, je comprends. »

Quelques instants plus tard, c'est ma propre porte qui coulissait doucement, laissant apparaître un jeune Uchiha en pyjama, un poing frottant ses yeux pour en chasser la fatigue. Mon petit frère, âgé de seulement 13 ans, se tenait dans le cadre de la porte, son regard confus passant de mon invitée à moi-même à quelques reprises.

« ...Ane-san ? »

« Tout va bien, Shinpachi-kun. Yume-chan est une amie, elle va passer la nuit ici. Tu peux retourner dormir. »

Malgré cela, mon jeune frère semblait perplexe, n'osant pas repartir. On aurait dit que quelque chose le dérangeait, mais qu'il n'osait pas s'exprimer de vive-voix. Perspicace, je voyais bien que son regard curieux retournait se poser sur ma camarade, empli d'inquiétude. Je fini par incliner la tête sur le côté, l'interrogeant en retour, sans même avoir besoin de parler. Lui et moi arrivions à nous comprendre de simples regards depuis le temps. C'est d'ailleurs de cette manière qu'il me répondit, ses iris de charbon retournant à Yume avant de retourner à mon propre regard. Bien sûr. Il avait dû l'entendre pleurer et il était inquiet. Un peu comme moi, même s'il était timide, Shinpachi-kun avait un grand coeur et s'inquiétait rapidement du sort des autres. Attendrie par son attitude, je lui offris un sourire chaleureux, l'un de ceux que je n'offrais à personne d'autre qu'à lui.

« Je m'occupe d'elle, ne t'inquiète pas. »

Sans doute un peu rassuré, mon cadet acquiesça avant de finalement quitter les lieux, retournant probablement à son futon. Je me tournai ensuite vers Yume, plus détendue à présent.

« Tu viens officiellement de rencontrer mon petit frère, Uchiha Shinpachi. »


the sight of her eyes keeps my dreams alive
The people who call you weak have not yet noticed the wolf hiding behind your eyes, nor the flames inside your soul. Let them think you are weak and do what wolves and fire do best. Surprise them when they least expect it.


Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Sam 28 Jan - 10:56



Panique Nocturne

J'avais paniqué pour rien. Et vraiment pour rien. Puisque ce n'était qu'un petit garçon, enfin un jeune homme même, tout endormis qui poussa la porte de la chambre de sa sœur. Je rougis de nouveau jusqu'aux cheveux. J'avais eu peur pour un enfant ?! Qui visiblement n'avait pas l'air très rassuré. Je m'inclinai devant lui. J'étais quand même chez lui. Il avait l'air d'être très spécial pour Megumi-sempai. Je lui souris timidement. Cela devait être son petit frère chéri ! Il était terriblement mignon ! Shinpachi … Cela lui allait bien ! Je souris contente d'avoir pus le rencontrer
« Votre petit frère est terriblement mignon ! Comme vous ! »
Je repris ma teinte tomate en finissant ma phrase. Je plongeai mon nez dans la contemplation du thé. Je trouvais Megumi-sempai très belle et absolument charmante. Mais jamais je n'aurais pensé à le dire tout haut. C'était l'innocence de l'enfant et sa douceurs avec lui … J'avais presque eus la superposition de moi et Nyuuwa. Mon cœur se serra à la pensée de Nyuuwa … Et si elle avait fait un cauchemar ? Elle était seule à la maison ! Ce n'était pas mon père qui allait la consoler ! Et si elle allait le voir … Il avertirait Kohi-san … Pas besoin d'imaginer la suite. Je bus une nouvelle gorgée avant de fixer la fenêtre. J'allais devoir partir. Je ne voulais pas créer des conflits entre clans.
« … M … Megumi-sempai … je crois … Qu'il est temps … Que je parte non ? Je ne veux … pas vous causer d'ennuis … Ni à vous … Ni à votre clan … Je suis votre obligée … »
Je posais la tasse sur le plateau et posais mon front au sol devant Megumi-sempai. Je crois qu'elle pourrait me demander presque tout et je lui obéirais. Jamais je ne lui rendrais assez service. Elle avait fait tant pour moi. Jamais je ne pourrais lui rendre. Je restais une dizaine de secondes immobile devant elle avant de tourner de nouveau le regard vers la fenêtre. Il neigeait à gros flocons. Et j'étais pieds nus. Tant pis, c'était ma faute. Je n'allais plus rien emprunter à Megumi-sempai. Elle méritait de se reposer.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 69
Date d'inscription : 14/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 321
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Panique Nocturne     Dim 29 Jan - 17:26
Le compliment prononcé par ma jeune amie me surpris. Non seulement je ne m'y attendais pas, mais il avait été dis avec une telle sincérité, une innocence toute spontanée à laquelle je ne m'attendais pas. La voyant rougir immédiatement ensuite, je ne pu m'empêcher de retrouver une part de moi en la Hyûga, ce qui me fit esquisser un autre de mes doux sourires. Ne serais-je pas tout aussi gênée après avoir complimenté autrui ? Fort probablement. Je ne voyais donc qu'une seule chose à faire, espérant que cela pourrait l'aider à se détendre.

« Merci beaucoup, Yume-chan. Je t'assure que tu es toi-même très jolie. »

Néanmoins, la demoiselle sembla se plonger en des pensées qui m'échappaient. Je n'étais, après tout, pas capable de lire l'esprit d'autrui, bien que j'enviais parfois les membres du clan Yamanaka de posséder un tel pouvoir. Compréhensive autant que faire se peut, j'attendis patiemment que Yume s'exprime librement, qu'elle me partage ses inquiétudes. Pour la seconde fois, l'adolescente aux cheveux de jais me surpris et ce dans le bon sens. Maintenant calmée, c'est elle qui se prononçait en faveur de son départ, ayant visiblement compris les divers enjeux de la situation en cours. Aussi anodin que soit ce détail, il suffisait à me rassurer. Si Yume trouvait la force d'y retourner de sa propre volonté, c'est qu'elle était déterminée à continuer à se battre. Je n'aurais pu demander mieux. Ou peut-être que si. Le fond y était, mais la forme était toujours aussi incertaine, les mots espacés de pauses peu naturelles qui trahissaient sa timidité. Si je partageais fortement ce trait de caractère, de nombreux efforts m'avaient permis d'apprendre à le dissimuler derrière cette façade contenue et flegmatique, typique des membres de l'Éventail. Si j'avais réussi à le faire, il m'était d'avis que Yume pourrait y parvenir également, à sa façon. Toujours assise en seiza, je m'assurai donc de me tenir plus droite, conformément aux protocoles traditionnels habituels, et décidai de mettre ma jeune amie au défi.

« Avant que tu partes, Yume-chan, j'aimerais faire un exercice avec toi. Tes mots sont justes, mais ta façon de parler laisse entrevoir une faiblesse que d'autres pourraient vouloir mettre à profit. Si tu possède un discours clair et assuré, l'image que tu envoies aux autres change. Répète tes mots avec plus de confiance, ne laisse pas ta timidité affecter ta voix. Lorsque tu y seras parvenue, nous te trouverons des vêtements de rechange et de quoi protéger ces pieds avant ton départ. Une fille de noble famille ne devrait se promener ainsi. »

Et, pour marquer l'exemple, mon ton de voix n'avait pas vacillé une seule fois. Je n'étais peut-être pas toujours assurée et il m'arrivait souvent de douter de mes capacités réelles en tant que shinobi, mais s'il y avait bien une chose que j'avais appris, c'était à travailler mes faiblesses pour les changer en forces. Avec une telle philosophie, j'aimais croire que je pourrais devenir plus forte et que, en temps et en heure, je pourrais atteindre mes objectifs et me prouver une bonne fois pour toutes.


the sight of her eyes keeps my dreams alive
The people who call you weak have not yet noticed the wolf hiding behind your eyes, nor the flames inside your soul. Let them think you are weak and do what wolves and fire do best. Surprise them when they least expect it.


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Vent de panique au Collège St-Paul (koté sa pralé mezanmi)
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.

Sauter vers: