Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 27
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 800
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
La Grande Discussion    Mar 17 Jan - 19:47

Le soleil se levait dans le centre de Kiri et Kiyoshi était attardé à préparer le petit déjeuner pour sa sœur encore endormie, exténuée de son retour de mission la veille. Rien de tel qu'un bon chocolat chaud accompagné de croissants pour préparer une bonne discussion. Il avait essayé de roder son discours mais cela semblait tellement nul qu'il commençait à douter du bien fondé de sa préparation. Ne pouvant s'empêcher de se ronger les sangs, il entendit sa sœur remuer dans son sommeil. Elle n'allait pas tarder à se lever. Son sommeil n'était jamais trop long de toute façon. Il se servit un café et transporta le plateau déjeuner sur la table du salon.

Aujourd'hui était un grand jour. Il allait enfin parler à sa sœur de tout ce qu'il avait sur le cœur depuis qu'ils étaient dans ce village. Cela faisait longtemps qu'il attendait ça et cela le rendait très nerveux. Il avait surtout peur de la réaction de sa sœur qui était plutôt du genre à adhérer totalement à l'idéologie du village.
Beaucoup trop même. C'est ce qui l'effrayait en fait. Il avait tellement peur que sa sœur s'en prenne à lui ou s'énerve et ne veuille plus lui parler qu'il avait même hésité à avoir cette discussion... Après avoir réfléchi pendant très longtemps seul, il était parvenu à la conclusion qu'il fallait parler à sa jumelle.

D'ailleurs, là voilà qui se levait. La mine boudeuse, tête symbolique de ce réveil pas cool. Elle avait du faire un mauvais rêve. Il lui sourit et elle lui rendit son sourire en voyant le déjeuner sur la table. L'ambiance était plutôt détendue et Kiyoshi en profita pour se refaire un peu de café et quelques tartines. Quelques rayons de lumière passaient à travers les vitres de leur appartement et la rosée du matin disparaissait peu à peu avec une brume fine, laissant place à un air frais dans le village caché. Un beau moment que choisit le jeune Chuunin de Kiri pour inspirer à fond et se lancer pendant que sa douce soeurette trempait ses biscuits dans le chocolat chaud.

« Dis... Tu penses quoi du village? Fin' de la situation actuelle je veux dire? »

Ses mains se crispèrent sur sa tasse tandis qu'il avalait deux longues goulées de café. Ca allait piquer.

avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Messages : 22
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 800
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Sam 21 Jan - 20:48

« Ah ! » Leiko se réveilla en sursaut ce jour-là, une larme encore logée dans le creux de son œil et un goût amer dans la bouche. Elle sentait son cœur battre dans ses tempes et son corps frissonner. Elle resserra la couverture autour d’elle instinctivement tout en se rassurant sur le fait qu’elle était bien chez elle, dans son lit. Il avait toujours ce malaise, après un cauchemar. Elle savait que ce n’était qu’un rêve et, pourtant, tout avait semblé si réel. Alors elle restait allongée quelques minutes avant de se lever ; elle écoutait les bruits de la maison, elle s’assurait de ce qui était réel et de ce qui ne l’était pas. Ce matin-là elle entendait son frère, déjà réveillé, qui devait certainement déjeuner. Cette idée la résolut à se lever : voir sa bouille mal débarbouillée du matin lui ferait du bien après un tel mauvais rêve.

Finalement, ce fut elle qui eut la mine la plus boudeuse. Il semblait être debout depuis longtemps et avoir tout préparé. Allait-il quelque part ? Une mission ? Il avait même pris la peine de faire son déjeuner à elle. Ah… Peut-être pensait-il qu’elle devait être encore fatiguée de ces derniers temps. Il était vrai qu’elle avait couru pendant plusieurs jours d’un bout à l’autre du pays et qu’elle était rentrée complètement cramée. Mais ça allait mieux après quelques heures de sommeil. « Fallait pas, hein. Je pouvais le faire moi-même… » Ils se sourirent. Il y avait des matins où il était plus mature que d’ordinaire. Leiko se fit la réflexion que peut-être qu’il grandissait, finalement. A ses yeux il restait un enfant, cependant. Elle avait même tendance à le considérer comme un petit frère. Mais, donnant-donnant, il faisait de même en l’appelant sœurette.

Ses cauchemars lui semblaient bien loin à présent qu’elle mangeait avec son frère. La journée s’annonçait bonne ; la brume disparaissait doucement. Ils échangèrent quelques banalités, sur leurs activités notamment. Il n’était pas question qu’elle prenne une journée de repos en dépit de tout ce qu’il lui dirait ; elle irait au QG ce matin, il y avait toujours tellement de choses à faire. Ce fut le moment que choisit Kiyoshi pour se lancer. A vrai dire, Leiko n’avait pas remarqué combien il était tendu ce matin. Elle était toujours à des kilomètres de se douter de quoi que ce soit. Aussi fut-elle légèrement surprise de ses questions. Ce qu’elle en pensait ? C’était une évidence pour elle, alors elle haussa simplement les épaules, l’air de dire « Bah comme d’hab quoi. » avant de s’étirer. Mais elle finit par se poser des questions devant son regard insistant. Quelque chose avait changé dans son attitude. N’était-il pas un peu crispé ? Ah, sérieusement… C’était quoi ces questions dès le matin… Elle soupira. Quelqu’un avait dû lui mettre un truc en tête. Il était tellement sensible à ce que disaient les gens. Ce n’était pas anodin s’il avait tellement souffert des moqueries des autres, étant plus jeune.

« T’en fais pas. Le village va toujours bien. T’as croisé un étranger qui avait une grande gueule et qui se vantait de son pays, c’est ça ? Moi aussi, y’a pas longtemps. Il a cru m’expliquer ce qui se passait dans mon propre village, t’y crois toi ? Ahahaha ! Il s’est beaucoup moins vanté devant ma lame. » Elle lui sourit avec douceur. Finalement, elle était vraiment la grande sœur. « Ne crois pas ce que les étrangers racontent, ils essaient de te faire peur. C’est tellement lâche de faire ça, mais c’est tout ce dont ils sont capables. Heureusement qu’on est pas comme ça à Kiri. Enfin… Pas tous. » Elle fit une pause, porta sa tasse à ses lèvres puis reprit, sur le ton de la conversation. « Evidemment, on a nos lâches aussi. Mizukage-sama a bien raison de faire le ménage chez nous… Mais ne me demande rien de secret sur cette affaire, je ne parlerai pas. T’as qu’à passer Juunin si tu veux savoir des trucs secrets toi aussi. » Et ce disant, elle tira affectueusement la joue de son jumeau. Elle disait cela sur un ton léger, mais elle n’en pensait pas moins. S’il accédait à des fonctions plus importantes il pourrait s’assurer, seul, du bon fonctionnement du pays. Et il en serait certainement plus heureux aussi. Elle-même en avait fait l’expérience : elle se sentait pleinement utile, elle œuvrait vraiment pour son pays et se sentait à sa place.
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 27
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 800
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Ven 27 Jan - 16:24

Sa sœur se faisait des idées sur le village. Kiyoshi était dépité. Il croyait qu'ils étaient tous les deux sur la même longueur d'ondes! Apparemment pas. Son visage s'assombrit peu à peu au fur et à mesure que Leiko continuait son discours. Le Mizukage avait raison de faire le ménage au sein du village? Pfff. Conneries oui. Purger les gens qui maîtrisent des Kekkei Genkai n'avait rien apporté de plus que de la haine au sein du village de la brume. Son discours se basait sur une méfiance totale envers les étrangers et elle termina sa tirade en soulignant de manière nette le fait que Kiyoshi n'avait pas le même rang qu'elle. Il frissonna à ces derniers mots pendant qu'elle lui tirait la joue.

Elle voulait être sympathique mais cela le mettait hors de lui. Il se raidit encore plus et essaya de bien s'imprégner de tout ce qu'elle venait de dire. Ces derniers temps, ils ne s'étaient vraiment pas assez parlés. Mais alors pas assez du tout. Kiyoshi avait l'impression que le lien entre lui et sa sœur s'était tellement distendu qu'ils ne partageaient plus la même vision du monde. Cela le rendait triste de voir cela et il sût qu'il voulait remettre sa sœur sur le droit chemin. Enfin sur son point de vue sur les choses. Toute sa peur et sa crainte disparût en un instant. Il n'était plus le Kiyoshi. Il était un simple point de vue prêt à tout pour s'imposer. Sa main frappa la table un peu trop fort. Il voulait être sûr que Leiko comprenne bien qu'il ne rigolait pas.

« Bordel. T'es sérieuse là? Tout va bien selon toi? »

Il joua un instant sur le silence qui suivait ses paroles pour amplifier ce qu'il allait dire par la suite. Même s'il n'était pas un bon orateur, Kiyoshi savait appuyer ses propos quand il le fallait. Et l'heure était venue de le faire. Il aurait même dû le faire plus tôt.

« Le village est divisé. Le Mizukage laisse la situation aller à vau-l’eau. Les gens ont peur, ils se dénoncent entre eux. Tu trouves ça parfaitement normal? Franchement, tu me déçois. Véhiculer la crainte et la haine ne mènent à rien et tu devrais le savoir. Qu'est-ce qu'il s'est passé pour que tu croies ça? Sérieusement... Je n'irai pas jusqu'à le garantir mais tout le monde vivrait mieux si les choses changeaient. Le plus vite possible. »

Boum. Ses propos devaient avoir fait l'effet d'une bombe dans la tête de Leiko. Si leurs points de vue étaient si opposés, alors ces quelques paroles devaient chambouler le monde de sa sœur. Cela lui faisait mal de s'exposer à sa sœur ainsi mais il ne pouvait plus garder cela pour lui. Il avait changé. Il ne se laisserait plus jamais guider par ce système défaillant. Ses poings se serrèrent un instant tant il était furieux envers la manière dont allait son village.

Kiyoshi n'était pas un leader-né ni même un homme charismatique. Il était lui et cela lui allait très bien. Pour changer le village, il aurait bientôt besoin de plus que cela. Il avait été contacté par la faction dissidente de Kiri et s'était renseigné. Une certaine Meï s'élevait peu à peu dans l'ombre. Devait-il la suivre? Il n'en savait foutrement rien. Pour le moment, il était concentré sur le visage de Lei' qui était passé de l'incompréhension la plus totale à... A quoi exactement? Il fût effrayé quand il comprît. Mais qu'importe, il allait devoir tenir bon où son esprit ne serait plus jamais le même. Il avait ouvert les vannes et il était trop tard pour revenir en arrière.
avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Messages : 22
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 800
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Ven 27 Jan - 22:35

Il y eut un changement d’ambiance brutal. Il frappa du poing contre la table ; le sourire de Leiko se figea tandis qu’elle arrêtait de lui tirer la joue. Avait-elle montré son affection trop vivement ? Ces derniers temps Kiyoshi s’énervait sans raison et semblait mal interpréter ses démonstrations d’affection. Elle se souvenait notamment de son humeur massacrante lorsqu’ils avaient voulu s’entrainer avec Kagame, il y avait quelques jours de cela. Mais ses doutes furent rapidement dissipés. Ce n’était pas son geste qui l’avait énervé mais bien ses paroles. Elle resta interdite. Est-ce que cela nécessitait une telle manifestation d’humeur, alors que la journée avait si bien commencée ? Il reprit la parole.

Les minutes qui suivirent furent extrêmement longues dans l’esprit de Leiko. Que Kiyoshi la pardonne ; elle essaya vraiment de tout son être de le comprendre. Elle passa tout d’abord par une phase d’acceptation. Après tout, la tâche ne semblait pas si ardue. Il n’était pas de son avis. Evidement. Bien sûr. Il ne pouvait pas toujours être de son avis, c’était normal. Elle écouterait ce qu’il avait à dire jusqu’au bout. Il n’y avait aucune raison de s’énerver. Mais ses mots la blessaient. Et plus il avançait dans son discours, plus elle se sentait trahie. Il était déçu d’elle et de sa façon de penser. Il pointait du doigt le Mizukage et le système, et à travers eux elle se sentait pointée du doigt aussi. Kiri était tout pour elle ; sa patrie, son foyer, sa famille. Elle avait tout fait pour y être bien, pour exister dans ce milieu hostile, certes, mais pour lequel elle avait développé un véritable attachement. Pourquoi son frère remettait-il tout cela en question ? Elle avait beau faire beaucoup d’efforts, elle ne comprenait pas. Il aurait dû être animé du même désir qu’elle. Il aurait dû se fondre dans le moule et aimer être reconnu pour ce qu’il était. N’avait-il pas assez souffert d’être différent des autres enfants, d’être ce paysan trop bête pour être shinobi ?

Alors Leiko entra dans une phase de rejet. Un rejet calme et bienveillant, cela dit. Elle souffrait de le voir douter ainsi autant qu’elle souffrait des mots qu’il avait employés à son égard. Il fallait lui faire entendre raison. Elle avait cependant espoir, car il n’avait pas paru entièrement sûr de lui dans son discours. Il proposait le changement sans savoir trop où aller, visiblement. Elle allait lui expliquer. Avec douceur elle posa sa main sur celle de son frère et la pressa doucement. Elle le regarda, et dans ses yeux on pouvait voir une immense tristesse. Elle lui sourit cependant, car ce n’était pas grave s’il était dur avec elle de temps en temps, elle lui pardonnait. Alors elle prit la parole. « Evidemment que le village est partagé. On ne peut jamais mettre tout le monde d’accord. Mais il faut que tu comprennes que ceux qui font le plus de mal à l’unité sont une minorité extrémiste qui se ligue contre le pouvoir. Si ces gens n’essayaient pas de tout saboter, ne penses-tu pas qu’on n’aurait pas besoin de vivre dans un tel climat ? » Elle fit une pause. « Bien sûr que c’est dur. Je te comprends. Je souhaite également que les choses changent. Je souhaite que le village retourne à son état normal et que les gens qui mettent le chaos soient éliminées. Pour cela, je travaille dur pour le village. Toi aussi, si tu as un plan qui pourrait aider le Mizukage, n’hésite pas. Il sera à l’écoute, j’en suis certaine. Mais ne mords pas la main qui te nourrit, Kiyoshi… » Et ce disant, elle se leva pour ranger les restes de leur repas. Elle pensait avoir fait passer le message assez clairement. Intérieurement, elle tenta de se rassurer en se disant que ça irait. Il n’avait fait que remettre certaines choses en question ; il n’était pas un traître.
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 27
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 800
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Lun 30 Jan - 18:49

Kiyoshi prit une longue inspiration. Il savait que sa soeur l'aimait. Très bien. Il en était conscient de tout son être mais comment pouvait-elle si mal comprendre ce qu'il ressentait? Cela le laissa pantois un moment. Ils n'avaient clairement pas la même vision du monde et cela le terrifiait de voir à quel point celle de sa soeur était étriquée. Être incompris à ce point relevait de la détresse pure. Kiri passait-il avant Kiyoshi aux yeux de sa jumelle? L'espace d'un instant, il faillit y croire. Ses efforts étaient-ils vains après tout? Pourquoi ferait-il l'effort de continuer? Il était las de tout cela. Que sa soeur le rejette et soit triste le dégoûtait au plus haut point. Une minorité extrémiste se liguait seule contre le pouvoir? La cécité de celle qui partageait le même sang que lui le fît bouillir une nouvelle fois.

Ce climat était apparemment une nécessité et il fallait éliminer ces gens qui semaient le trouble. Ne pouvaient-ils donc pas tous vivre ensemble? En harmonie? Etait-ce si dur de s'accepter les uns les autres? Sans se soucier de la condition de chaque individu? Juste les accepter... Il se leva brusquement tandis que Leiko terminant ses propos.

« Ne pas mordre la main de ceux qui me nourrissent? Tu te moques de moi? Alors on doit baisser les yeux à chaque fois qu'on croise un ninja au sang plus pur que le nôtre? On doit tuer tous ceux qui ne sont pas d'accord avec le Mizukage? Cette vision du monde est celle d'un dément et le peuple en a marre. Des gens parlent de le renverser tu sais? La haine n'engendre que la haine et il faut que cette période est une fin. Pourquoi pas maintenant? »

Ses propos étaient durs et il ne savait pas du tout comment sa jumelle allait le prendre. Mais il n'en pouvait plus de vivre ainsi. Les larmes avaient failli perler sur son visage et il s'était retourné pour dépoussiérer un peu la table. La gentillesse dont faisait preuve la jolie personne qui lui faisait face n'avait-elle pas de fin? Il faisait exprès de la bousculer pour qu'elle réagisse.
En tant que frère de Leiko, il se devait de la pousser comme cela. Il allait la faire se remuer, il en était certain. Le volcan de caractère enfoui sous l'apparence de Leiko jaillirait-il? Pas la moindre idée. Il se contenta de nettoyer ce qui restait.

avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Messages : 22
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 800
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Mar 31 Jan - 23:02


Cela empirait. Comment la situation avait-elle pu, en si peu de temps, dégénérer à ce point ? Jusqu’alors, Leiko avait certes été démunie et triste devant les doutes de son frère, elle était restée pleine d’espoir. Mais il s’appliquait, une fois de plus, à lui démontrer qu’elle avait tort. Il se dressait contre elle. Désirait-il lui fendre définitivement le cœur ? Il aurait dû laisser tomber, il aurait dû se ranger de son côté, comprendre qu’elle avait raison, qu’elle était la voix de la sagesse. Pourquoi s’obstinait-il… Il porta un nouveau coup. Renverser le Mizukage ? Maintenant ?!
Leiko stoppa net ses gestes et se tourna vers son frère. Son regard ne rencontra que le dos, immense et froid, de celui-ci. Elle se sentit soudainement seule ; terriblement seule. Et elle prit peur. Elle se demanda si cela devait vraiment se terminer ainsi, si son frère avait vraiment décidé de briser 25 ans d’amour fraternel, si elle avait commis un quelconque péché dans sa vie antérieure pour devoir souffrir autant dans celle-ci. Elle se demanda, finalement, s’il y avait véritablement des Dieux sur cette terre.

Mais Leiko ne pouvait pas se laisser aller à l’émotion. Kiyoshi parlait de choses graves. On sentait, au tranchant de ses mots, qu’il avait longtemps réfléchi à ses propos et que son mécontentement avait mûri en lui, lentement. Elle avait senti toute sa sincérité et cela l’effrayait d’autant plus. Finalement, elle n’avait pas seulement peur parce que son frère l’abandonnait, elle avait également peur du choix qu’il lui imposait si brutalement. Lui ou Kiri. Fraternité ou loyauté. Elle avait envie de hurler, de le frapper, de lui dire qu’il n’était qu’un égoïste. Il n’était pas humain de lui infliger ça. Qu’était-elle supposée faire ? Elle ne pouvait pas le vendre à Kiri, jamais. Mais elle était en total désaccord avec lui. Il n’était pas un traitre, s’était-elle dite auparavant. Y croyait-elle encore ? Et puis, n’aurait-elle pas préféré ne rien savoir aussi ? Il la mettait en danger en se confiant à elle. Qu’allait-elle devenir dans cette histoire ?
Elle se sentait submergée, pleine de détresse. Elle paniquait intérieurement. Il lui fallait du temps et elle n’en avait pas. Précipitamment elle alla à la fenêtre, regarda dans la rue – il n’y avait personne – puis baissa à demi le store. Elle fouilla la pièce du regard, ainsi que les pièces environnantes, aidée de ses capacités de senseur, comme pour trouver des choses qui sortaient de l’ordinaire – il n’y avait rien non plus. Finalement, elle se sentit un peu rassurée. On ne les espionnait pas. C’était déjà une bonne chose. Pendant qu’elle s’activait, son cerveau marchait à toute vitesse. Il fallait garder son sang-froid.

Finalement, elle se retourna vers son frère. Cela resterait entre eux. Elle le couvrirait mais s’assurerait qu’il ne fasse rien. En d’autres termes, elle ne ferait pas le choix qu’on lui imposait. Elle n’opterait ni pour lui, ni pour le village. Elle se choisirait elle-même. Juste elle. Sa survie. Elle aussi serait égoïste, il n’y avait pas de raison qu’elle souffre pour les autres.

Elle s’exprima le plus calmement et froidement possible. Elle devait faire abstraction de ses sentiments pour lui, et abstraction de la peur et de la panique. « Tu as besoin de repos. Va chez papa et maman quelques jours. » Il fallait l’éloigner du village. « Je viendrai te voir et nous finirons cette discussion quand tu auras les idées plus claires… Tu me diras ce que tu sais des gens qui veulent renverser le Mizukage. » Il fallait en savoir plus sur ces traîtres. Alors, tout en récupérant ses armes et en finissant de se préparer, elle ajouta. « Je vais à l’entrainement, puis je passerai voir tes supérieurs pour les prévenir de ton absence. Quand je reviendrai, tes affaires seront prêtes et je t’accompagnerai jusque chez les parents. » Il fallait… qu’il s’arrête là. Par pitié. Elle ne voulait pas lui faire de mal.

« Et ne m’oblige pas à faire un choix que nous regretterions tous les deux. »
Elle sortit. Plus seule et plus meurtrie que jamais.
avatar
水 | Kiri no Chûnin
水 | Kiri no Chûnin
Messages : 27
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 800
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Mer 8 Fév - 17:00

Leiko se tourna vers lui et Kiyoshi sût que sa tentative de convaincre sa sœur n'avait pas réussi. Le visage de sa douce frangine avait une mine des plus déçues et semblait souffrir. Comme si Kiyoshi avait porté atteinte à sa soeur. Cet air si triste était comme un coup de poignard dans son coeur. Il n'avait pas été assez brillant pour retourner ses convictions et la faire tomber dans ses filets. Et alors elle avait déraillé. Aller chez leurs parents quelques jours? Ne pas finir maintenant cette discussion? Chacun des mots de sa jumelle était une lame qui s'enfonçait un peu plus profondément dans sa chair et le bouleversait de plus en plus fort. Il n'en pouvait plus et resta apathique un long moment. Son esprit allait à toute vitesse, passant d'émotions violentes à une tristesse et un dégoût infini.

De plus, Leiko ajouta à cela le fait qu'il devait tout dire de ce qu'il connaissait au sujet du potentiel "vent" de changement dans le village et qu'elle allait prévenir ses supérieurs du fait qu'il allait prendre des vacances. Son sang monta d'un coup à son cerveau et sa vue se brouilla. Comment OSAIT-ELLE? Était-elle aveugle à ce point? BORDEL. Une rage sourde montait peu à peu en lui. Sa haine contre le système en place ne faisait que croître à chacun des battements de son coeur et il enfonça ses ongles dans sa paume violemment tandis que sa sœur quittait la pièce pour partir en direction du terrain d'entrainement.

Kiyoshi resta pétrifié de rage quelques minutes et se mît enfin à faire les 100 pas dans la pièce. Il n'avait aucune idée de quoi faire. Ce tourment serait-il sans fin? Fallait-il dire tout ce qu'il savait et abandonner toutes ses convictions. Oui... C'était peut-être mieux. Il devrait se rendre lui-même pour éviter de faire plus de mal à sa soeur. Se recroquevillant petit à petit sur lui-même, il en vint même à se balancer d'avant en arrière comme un fou en clamant qu'il devait s'excuser. Il avait tort. Il n'aurait jamais dû s'en prendre à Leiko ainsi. Il était un monstre.

*CRAC*


Quelque chose se brisa en lui. Inconsciemment, une lueur d'espoir au fond de lui l'empêchait de s'abandonner à dénoncer tout ce qu'il savait. Et cet espoir venait de le saisir aux tripes. Il ne pouvait pas renoncer. Pas maintenant. Abandonner revenait à souiller son âme et renier son identité. Se redressant, il sût ce qu'il devait faire. Ouvrant la fenêtre, il bondît dans la rue en direction du terrain d'entraînement. Les capacités sensorielles de sa soeur la préviendraient de son arrivée mais il s'en foutait. Sa résolution était inébranlable et il était désormais prêt à tout pour défendre ses idéaux. C'est dans cet état d'esprit qu'il courût jusqu'au terrain d'entraînement.

Sa soeur lui tournait le dos et s'exerçait alors avec une rigueur qui aurait fait pâlir le plus grand des ascètes. Le fait qu'elle puisse s'entraîner si sérieusement après ce qui venait de se passer ne lui donna même pas l'envie de sourire. La rosée du matin donnait à l'endroit un aspect figé, hors du temps. Pendant un instant fugace, Kiyoshi eût envie de tout fuir avec Leiko. De laisser le monde derrière eux.

« Je ne ferai rien de ce que tu as dit. Je vais continuer à vivre comme je l'ai toujours fait. En suivant mes idéaux. Que cela te plaise... Ou non. Tu ne peux rien y faire. »

*BANG BANG BANG*

Sa soeur venait d'être avertie et Kiyoshi la regardait maintenant d'un air déterminé. Tout ce qu'elle pouvait faire ne le ferait pas changer d'avis. Jamais.
avatar
水 | Kiri no Jônin
水 | Kiri no Jônin
Messages : 22
Date d'inscription : 11/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 800
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: La Grande Discussion    Sam 11 Fév - 11:15

Elle était sur le terrain, elle s’entrainait, mais le cœur n’y était pas. Elle ne faisait que répéter des gestes qu’elle connaissait par cœur, machinalement, le regard vide. Cela avait été un prétexte pour fuir, surtout. Elle se posait beaucoup de questions encore, malgré sa décision de ne plus se préoccuper des autres mais d’elle-même. Après tout, il restait son frère, son jumeau, sa moitié… Et Kiri était son autre moitié. Elle se demanda combien de temps elle parviendrait à concilier les deux ; combien de temps elle couvrirait son frère sans enfreindre les ordres qu’on lui donnait. Une semaine, un mois ? Un an paraissait très peu probable…

Alors elle détecta son chakra. Il était de ceux qu’elle connaissait le mieux, aussi était-elle certaine de ne pas se tromper. Elle soupira doucement. Etait-il venu pour s’excuser ? Elle ne se retourna pas pour le regarder, continuant son entrainement. Leiko savait ; il ne s’excuserait pas. A ses yeux, c’était elle qui était en tort. Et ils partageaient le défaut d’être bornés. Son intuition fut confirmée dès qu’il prit la parole. Alors elle fit volte-face. Il était plus déterminé que jamais. Mais elle aussi. « Evidemment… Tu vas continuer comme tu l’as toujours fait. A ne te préoccuper que de toi, sans jamais te demander ce que cela me fait à moi. Sans jamais te dire que ton égoïsme pourrait me blesser. Ou pire, me détruire. Sans remords. Comme tu l’as toujours fait. » Elle s’approcha de lui, rangeant son arme. Elle était dure et au fond elle savait que c’était faux, qu’il pensait à elle comme elle pensait à lui. Mais elle ne revenait pas sur une décision. Elle l’avait prévenu et malgré tout il persévérait dans la voie de la traitrise. Elle ne pouvait plus le sauver, elle ne pouvait que se sauver elle-même.

Elle lui prit la main, doucement, et la pressa. Une dernière fois. « Je suis désolée. » Shibari. Elle plongea ses yeux dans ceux de son frère. Des larmes finirent par en sortir ; ces larmes qu’elle avait tant bien que mal contenues. Alors elle lâcha la main de Kiyoshi et recula d’un pas. Celui-ci ne pouvait plus bouger, il était piégé dans son Genjutsu. « Je suis vraiment désolée... » A partir de maintenant, ils allaient le regretter. Il devait certainement la haïr. A cette pensée, un sanglot la secoua. « … Mais c’est ce que tu as voulu. »
Elle dégaina son arme et se mit en position. Elle ferait ça bien et vite. Le coup serait précis et puissant, mais pas mortel. Tout ce qu’elle voulait, c’était qu’il tombe inconscient. Elle ne voulait pas le tuer. Mais s’il trouvait le moyen de s’échapper, et de répliquer alors… Non, non. Elle ne voulait pas le tuer. Le blesser suffirait. Elle attaqua, son arme brandie au-dessus de sa tête.


Spoiler:
 

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un petit détour & une grande discussion. {Achevé}
» Election - Grande Saline: Second tour necessaire!
» La plus grande fraude de l'histoire?
» La Grande Marée Qui Surbmergera Le Monde! (Résultat Des Sondages #1) [Avec de jolies images pour Tar... Car sinon il comprend rien...]
» Le début turbulent d'une grande amitier (PV Pelage Roux)

Sauter vers: