Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Jônin - Bras droit
水 | Kiri no Jônin - Bras droit
Messages : 405
Date d'inscription : 18/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 5977
PE:
210/300  (210/300)

Voir le profil de l'utilisateur
There will be light    Mer 18 Jan - 2:47

There will be light...
RP 06 - Mission
Depuis des années il réfléchissait à comment mettre ça en place. Comment amener les choses, quoi dire, quoi faire. Avec un tel enjeu, tout se devait d'être calculé et millimétré à la perfection. Il était obligé de tant prévoir les choses en amont, tant bien même était-il au courant qu'à la première seconde, tous ses plans voleraient en éclats.

Pourquoi tant attendre pour tout mettre en branle ? Pourquoi maintenant ? La raison principale du délai était simple : cette entreprise avait de très fortes chances de mettre fin aux jours de Maō... Et par extension, de toute sa famille, sa femme et son fils. Il était impossible de prendre une décision à la légère. Pire encore, à de nombreuses reprises il eut l'opportunité d'organiser tel événement mais n'a su trouver le courage en lui. Mais cette fois-ci, nous y sommes !

Le Jonin de Kiri marchait tranquillement à travers le pays aux côtés du Mizukage. Il lui avait dit qu'ils avaient un rendez-vous avec un potentiel mécène du village. Un politique du pays qui ne désirait pas se déplacer au village pour des raisons de secret sur ses projets personnels. En soi, c'était presque monnaie courante dans ce genre de démarche. De plus, ils ne se déplaçaient pas extrêmement loin du village, juste une affaire de quelques heures le temps de l'aller-retour et de la conversation avec le fameux mécène.

Le lieu du rendez-vous était un bâtiment entre deux villages civils du pays. Bâtiment qui avait été évacué pour l'occasion par les soins du bras droit de Kiri. Des victuailles avaient tout de même été laissés sur place le matin afin de s'abreuver et manger si besoin est. Cependant, une autre personne avait reçu la même invitation que Yagura... Terumi Mei. La tête pensante de la rébellion était également en chemin pour rencontrer un éminent membre de la caste politique afin de parler de l'avenir du pays. Là encore, la rencontre était secrète. Maō avait donné rendez-vous à la détentrice du Yoton un peu plus loin. Il avait des préparations annexes à faire et ne pouvait donc rester avec elle en permanence. Ici également, cette procédure était habituelle entre eux. Cependant, à la différence de d'habitude, c'était cette fois-ci un Mizu Bunshin qui allait accueillir Mei aux alentours, sans qu'elle ne s'en rende nécessairement compte bien entendu.

C'est ainsi que Maō usa de son statut auprès des deux leaders de Kiri pour forcer une rencontre entre eux. Il aurait préféré pouvoir faire ça autrement, mais force était de constater que la conversation et la diplomatie n'étaient pas au menu de l'un ni de l'autre récemment. Yagura et son bras droit se trouvaient à l'intérieur du bâtiment et à tout moment, Mei allait passer la porte. Dès cet instant, tout faux pas deviendra fatal. Le moindre mot de travers signera la mort du Jonin. Pire encore, même dans le meilleur scénario possible, jamais plus il ne sera en mesure d'obtenir la totale confiance de l'un, ni de l'autre. Mais cela était un maigre sacrifice qu'il était prêt à faire pour mener à bien la mission qu'il s'était lui-même fixé : sauver Kiri.

Il y avait de très fortes chances que la réaction initiale des deux pontes ninjas du pays serait de croire à un piège ou une embuscade, sans nécessairement remettre immédiatement en cause Maō. Mais ce dernier devait se presser de prendre la parole pour expliquer un minimum la situation. Une entreprise des plus délicates... Si on compare la difficulté de certaines situation à marcher sur des morceaux de verres brisés, ici, on est plutôt dans le cas où le Jonin est un nouveau né qu'on jette d'en haut d'un puit de magma dans lequel nagent des requins affamés.

A l'instant où Mei passa le pas de la porte, tout se mis en marche. Alors que les deux dirigeants commençaient à réagir à ce qu'ils voyaient, Maō se jeta au milieu de la pièce, comme pour les stopper dans leurs éventuelles actions, les bras tendus vers l'un et l'autre.「Arrêtez ! C'est moi qui ai organisé cette réunion ! Laissez-moi vous expliquer je vous en prie !」Le bras droit de Yagura était connu pour être quelqu'un de droit et fier et l'entendre s'exprimer ainsi ferait peut être bien un effet suffisant aux deux éminents ninjas de la brume pour éviter les effusions de sang avant même le début des discussions...

Tout ce qu'il espérait d'eux à présent, c'était l'opportunité de s'expliquer. Mais rien n'était moins sur...
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: There will be light    Mer 18 Jan - 22:12

une vile trahison

∆ Feat. Meï & Mao ∆



« Pardon ? Tu veux rire, j’espère. Je suis fatigué Maô. Je n’ai pas eu le temps de dormir la nuit dernière. Fais donc preuve d’un peu de compassion. »


« Non ce n’est pas une blague. Mizukage-sama, je vous assure qu’il s’agit d’une offre sérieuse. »


« Bien ! Sors d’ici, je te rejoins sous peu. »



Le visage inexpressif, Yagura attentif que son bras droit quitte le bureau pour soupirer. Bordel qu’avait-il donc bien fait au Seigneur pour être puni de la sorte ? Il se le demandait bien. Pourquoi n’avait-il donc pas le droit de respirer un peu de temps en temps ? Le regard perdu vers son aquarium, il regardait les bulles éclater à la surface de l’eau sans vraiment y prêter attention. Il voulait dormir, se reposer toute une nuit durant. Oh oui, il en avait terriblement envie. Malheureusement, la confiance qu’il plaçait en son second n’était selon lui pas mal placée. Maô n’était pas le genre d’homme à se permettre de faire perdre son temps au Mizukage. S’il affirmait que l’affaire était sérieuse et que qui plus est Yagura devait être présent, il lui faisait aveuglément confiance. Tout bien considéré, peut-être pas aveuglément. Quoiqu’il en soit, malgré la fatigue et le manque d’envie, il allait faire son devoir. Après tout, récolter des fonds était aussi son rôle. L’argent trouvait toujours une utilité, le tyran ne le savait que trop bien.


Toujours prêt à partir au combat en cas d’urgence, l’ombre de l’eau portait déjà son uniforme. S’emparant de son bâton qu’il accrocha dans son dos, il laissa son bureau derrière lui avec un léger pincement au cœur. Sans un mot, il suivit Maô. Dehors, le soleil s’était couché depuis bien longtemps et seule la désagréable présence du froid se faisait sentir. Grelotant, le Mizukage se maudit lui-même de ne pas avoir pensé à prendre un vêtement plus chaud. Était-il possible de revenir en arrière pour prendre au moins une cape ? Non, tout bien considéré cela ne ferait que l’éloigner un peu plus de son lit. Oh son lit, il le désirait tellement... Secouant vigoureusement la tête, le balafré se força à penser à autre chose. Par chance, le voyage ne fut pas très long, le lei du rendez-vous ne se situant pas bien loin du village. Il s’agissait d’un bâtiment visiblement abandonné, du moins il en donnait l’impression. L’endroit était sombre et on ne peut plus lugubre.


Personne d’autre n’était présent. Visiblement, les kirijins étaient encore seuls. Grand gourmand qu’il était, Yagura ne put s’empêcher de remarquer que de la nourriture avait été disposée pour la rencontre. Douce attention de Maô à n’en pas douter. Après tout, depuis le temps, il savait comment faire plaisir à son dirigeant. Troquant son sommeil contre sa gourmandise, le Mizukage s’approcha des victuailles. Malheureusement, avant qu’il n’ait eut l’occasion d’avaler quoique ce soit, il entendit des pas. Alerté, il se mit en position. Logiquement, ce devait être le fameux mécène dont lui avait parlé Maô. Ceci étant, il valait toujours mieux être prudent. Faisant un grand travail sur lui-même, le tyran se força à sourire pour accueillir son interlocuteur. Soudain, il put voir la personne dont il entendait le pas. Le silence s’installa avant de laisser place au chaos. Réagissant au quart de tour, le dirigeant de la brume sanglante s’enveloppa instantanément du manteau de chakra de Sanbi. L’aura machiavélique et terrifiante d’Isobu l’enrobant, il porta la main à son arme. Plus rapide, Maô se jeta au milieu de la pièce. Les bras tendus, il stoppa toute action pour s’expliquer.


Le Mizukage d’habitude pourtant impassible bouillonnait de rage. Alors que le chakra d’Isobu faisait naitre quelques écailles sur sa peau et que ses yeux devaient rouges, il sentait la rage monter en lui. Elle était là, elle se tenait face à lui: Terumi Meï. La dirigeante de la rébellion lui faisait face et Maô voulait l’empêcher de mettre un terme à son existence. Sincèrement étonné par le comportement de son bras-droit, Yagura n’attaque pas. Bien que stoppé dans son offensive, le manteau du démon restait en place et il était prêt à en découdre au moindre instant. Face aux paroles de son acolyte, le tyran aux airs d’enfant vit rouge. Son visage déformé par la haine qu’il portait à son ennemie, il ne la quittait pas des yeux. La situation n’était pas claire, mais il était intelligent. Il était simple de comprendre ce qui se passait et il n’était nullement nécessaire de l’expliquer. Immobile, l’ombre de l’eau laissait son chakra démoniaque se répandre dans la pièce pour en affecter tous les occupants. La voix dure et plus grave qu’à l'accoutumer, il s’exprima directement à l’attention de son bras-droit.


« Tu veux t’expliquer ? Il n’y a rien à expliquer, Maô. Si tu veux sauver ta tête et me prouver ta loyauté, tue cette femme. Elle morte, la rébellion ne survivra pas. Apportons la paix à Kiri en éliminant cette vipère. C’est un ordre. »




Résumé:

Spoiler:
 
© ciitroon


avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 6
Date d'inscription : 29/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos:
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: There will be light    Mar 24 Jan - 23:29



Il était plutôt rare que la dirigeante de la rébellion se déplace sans sa garde rapprochée. Elle avait accepté de faire une exception à la demande son second, Jae Jin, en qui elle plaçait une confiance relative mais de plus en plus solide. Dans sa position, elle savait ne pouvoir se fier à personne, mais en plusieurs années de services, jamais son bras droit n’avait commis la moindre faute, posé le moindre geste passible de suspicion. Malgré les nombreuses opportunités de trahison, il s’était jusqu’ici montré intègre et sans son aide, plusieurs opérations de la rébellion se seraient soldées en échec.

C’est pourquoi Mei marchait silencieusement vers le lieu de rendez-vous, au beau milieu de la nuit, en seule compagnie de son bras droit. Les protestations des quelques chefs de clan qui constituaient le noyau de la résistance n’avaient rencontré que de sèches remontrances. De toute façon, ils disposaient d’instructions claires afin que le mouvement ne s’éteigne pas si son périple se soldait en traîtrise et qu’elle ne revenait pas.

Cette situation restait tout de même assez inhabituelle et la kunoichi ne parvenait pas à se débarrasser complètement des doutes et des questions qui lui tourmentaient l’esprit. Mais la rébellion avait subi de lourdes pertes matérielles ces derniers mois et leurs ressources se tarissaient. Si cette mystérieuse figure politique disposait de moyens conséquents, cela rendrait un peu de vie à la résistance, maintenant à bout de souffle. Elle tenta une fois encore d’extorquer à son allié quelques précisions sur l’identité du personnage qu’ils s’apprêtaient à rencontrer, mais ne récolta à nouveau que des réponses vagues.

Mei était donc sur ses gardes lorsqu’elle pénétra dans la modeste construction qui devait constituer le site des pourparlers. Elle comprit immédiatement que sa méfiance était fondée lorsque, survolant la pièce du regard, elle aperçut à quelque mètres à peine l’ennemi juré de la cause qu’elle défendait, flanqué d’une silhouette familière, celle de Jin. Bien que la coiffure et le style vestimentaire habituels de son bras droit diffèrent de ceux de l’individu qui se tenait aux côtés du Jinchuuriki, il s’agissait bien du même homme.

Tous ceux qui connaissaient bien la leader de la résistance pouvaient témoigner que l’image calme et tempérée qu’elle renvoyait cachait en réalité une nature aussi dangereuse et vive que le magma qu’elle déversait sur ses ennemis. Son regard brûlant de fureur lorsqu’il se fixa sur le Mizukage, qu’elle considérait comme le bourreau de toute une nation, ne laissait pas le moindre doute sur son interprétation de la situation - une mise en scène, un piège - ni sur ses intentions meurtrières.

En une fraction de seconde, elle détruisit le clone qui se tenait à ses côtés d’un coup bien placé et entama les mudras d’une puissante technique Yôton qui forcerait l’Ombre de l’Eau à reculer ou à périr. Au même moment, ce dernier activait ses propres pouvoirs, laissant son chakra le recouvrir, visiblement prêt à combattre. À l’expression de surprise d’Himare Yagura, il était évident que celui-ci n’avait pas plus qu’elle-même été informé de la vraie nature de cette rencontre.

Avant qu’ils n’aient l’un ou l’autre eu le temps de lancer l’offensive, l’instigateur de ce face à face s’interposa entre les deux ennemis jurés, les priant de l’écouter. La réponse du despote tandis qu’il laissait son chakra se répandre dans la pièce ne la surprit pas le moins du monde. Il voulait la voir morte. Rien n’était plus réciproque, mais quelque chose dans ses paroles attira l’attention de la kunoichi. Maô? Ce nom ne lui était pas inconnu. Yosei Maô, le bras droit du Mizukage. Comment était-il possible qu’elle n’ait pas relevé plus tôt la supercherie, qu’aucun de ses fidèles ne la lui ait rapportée?

« Hors de mon chemin, Yosei Maô! »

C’est avec une rancœur audible qu’elle prononça le nom de celui qu’elle avait jusqu’ici considéré comme son second. Que ses intentions soient vertueuses ou pas, il s’était joué d’elle, avait abusé de sa confiance d’une manière impardonnable. Mais elle s’occuperait de son cas plus tard. L'occasion était trop belle de faire payer la souffrance du peuple de Kiri à ce monstre de cruauté aux airs faussement angéliques qui se tenait à quelques pas, quitte à y laisser sa propre vie.

avatar
水 | Kiri no Jônin - Bras droit
水 | Kiri no Jônin - Bras droit
Messages : 405
Date d'inscription : 18/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 5977
PE:
210/300  (210/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: There will be light    Mer 25 Jan - 1:08

There will be light...
RP 06 - Mission
Leurs réactions respectives étaient prévisibles. Ils se retrouvaient tout deux face à leur ennemi juré en comprenant par la même occasion que leur bras droit les avait trahis depuis longtemps... Cependant, aucun d'eux ne semblait avoir encore percuté que la trahison était dans les deux sens ici. Un œil observateur pouvait dors et déjà s’apercevoir que des gouttes de sueur perlaient déjà sur le visage de Maō. La tension dans la pièce était inimaginable.

Lorsqu'il préparait cette rencontre, il savait que ses chances d'en revenir en vie étaient minces, mais il avait sous-estimé la pression sous laquelle il allait se retrouver face aux deux figures emblématiques du pays de l'eau. Les deux étaient prêts à passer à l'acte, tenter de s'éliminer l'un l'autre pour remporter une guerre futile et devenue sans intérêt. Ce n'était qu'une guerre d'égos. Elle se poursuivait car personne à Kiri n'osait prendre la parole face à Yagura et la résistance était désireuse de rendre tout coup pour coup.

C'était l'histoire du serpent qui se mordait la queue. Rien ne semblait pouvoir calmer la situation et seule la disparition de Kiri se présageait à l'horizon. La situation était suffisamment alarmante pour que l'éminence grise du village risque sa peau... Pire encore, qu'il risque celles de sa femme et son fils. C'était un coup de poker où il mettait tout sur la ligne, presque une tentative désespérée de stopper un conflit qui s'enlisait depuis des années malgré ses efforts pour limiter au minimum les dégâts.

Il ne fallait pas se leurrer, sans ses interventions des deux côtés de la balance, les dégâts pour Kiri auraient été bien pires que ce qu'ils sont à ce jour. Une guerre ouverte aurait certainement déjà éclaté plutôt que la guérilla qui oppose actuellement les deux camps. Il fallait leur expliquer, leur faire comprendre, espérer toucher leur bon sens... 「SILENCE ! Oui, je vous ai trahis tous les deux. La seule chose que je n'ai pas trahie, depuis toujours, c'est Kiri. Tout ce que j'ai fait depuis des années, c'était dans l'intérêt de notre village, de notre pays.」 Son ton est grave, sévère, il s'emporte contre eux, libère tout ce qu'il gardait pour lui depuis des années. 「J'ai sauvé de nombreuses vies en étant moi-même de chaque côté de l'échiquier. Faisant de mon mieux pour limiter les dégâts de cette guerre devenue inutile. Et je vais devoir vivre le restant de mes jours avec sur la conscience tous ces ninjas que j'ai envoyé à leur mort afin de vous apaiser tous les deux. Je n'ai jamais eut le courage de m'opposer à vous par le passé. J'ai peut-être toujours espéré que vous alliez être rattrapés par votre bon sens, que vous essayerez de corriger le tir, d'arranger les choses. Mais non, tout n'est qu'une escalade depuis le début. Les autres nations majeures se renforcent, se préparent, scellent des alliances avec les pays mineurs déjà dans l'anticipation d'une potentielle nouvelle guerre... Et nous ? Nous on fait leur travail à leur place. On s'entre tue à longueur de journée. Et pourquoi ça ? Pour apaiser l'opinion des civils ? Depuis combien de temps n'ont-ils pas été sondés ? Je ne connais pas un seul civil du pays de l'eau qui n'est pas las de cette gueguerre. Elle est devenue si oppressante qu'ils en ont déjà oublié sa raison initiale. Parce que vous, Yagura-sama, vous vous souciez de votre image auprès de la population. Votre rôle à Mizu no Kuni est de représenter le pouvoir militaire du pays, de l'augmenter, de le faire évoluer. Tout ce que vous avez réussi à faire, c'est le réduire en miettes.」Si son timbre de voix était devenu presque condescendant, il semblait également s'être largement calmé depuis le début de son monologue. Il ne voulait pas tout déballer tout de suite, mais à la fois devait en dire suffisamment pour les marquer, pour leur imposer de l'écouter, de s'ouvrir à la discussion.

Au point où nous en sommes. Qu'est-ce que cela vous coûte de vous asseoir autour d'une table pour converser du problème ? Pour une fois depuis des années, je vous implore. Tous les deux, prenez une décision pour le bien du pays. Donnez à Kiri une chance de redevenir un grand village. Car actuellement, nous ne sommes que des échecs. Nous sommes les déchets du monde ninja. Alors que nous pourrions être au sommet...
avatar
水 | Yondaime Mizukage
水 | Yondaime Mizukage
Messages : 40
Date d'inscription : 19/12/2016
Age : 22

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 42
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: There will be light    Mer 25 Jan - 19:09

une étrange conversation

∆ Feat. Meï & Mao ∆



Sur le qui-vive, Yagura ne lâchait pas des yeux son ennemie jurée. D’un simple geste, elle avait détruit le clone de Maô. Cette femme était puissante et la sous-estimer aurait été une grossière erreur. Toujours entouré par le manteau de son démon, le Mizukage attendait la suite des évènements. Face à lui, Meï semblait tout aussi bien disposée que lui à se battre. Le bras droit du tyran semblait n’être que la cinquième roue du carrosse. Un simple moustique coincé entre deux taureaux en plein affrontement. Contrairement à un moustique en revanche, il était décidé à ne pas se faire oublier. Il voulait maîtriser la situation et calmer le jeu, c’était aisément perceptible. D’une vois forte et le ton autoritaire, il imposa le calme. Ce genre de comportement ne lui était pas propre. D’habitude, il faisait toujours presque de beaucoup de respect envers son supérieur. D’autant plus surpris, Yagura accepta de l’écouter.


Ses premières paroles confirmèrent ses craintes : Maô était un traitre. Serrant les poings à s’en faire presque briser les os des phalanges, le tyran avait bien du mal à rester calme. D’abord, la présence de cette vipère de Terumi et maintenant la trahison de son bras-droit. Ce coup bas qu’il venait de subir était terriblement douloureux. Durant des années, il avait offert sa confiance à cet homme et tout ce qu’il avait fait était de se jouer de lui. Il estimait avoir servi Kiri en se mettant aux ordres de ses deux dirigeants. Foutaises aux yeux de Yagura. Avec l’aide de Mao, il aurait été aisé de terrasser la résistance. Ce conflit aurait pu cesser bien des années auparavant s’il avait décidé à se montrer loyal envers son unique et véritable chef. Une telle désillusion blessait le dictateur au plus haut point. Cette découverte constituait un échec personnel.


Bouillonnant de rage, mais étonnement calme, le quinquagénaire laissa son ancien homme de confiance terminer de parler. Ses mots étaient durs. Certaines phrases, bien qu’emprises de vérité, sonnaient bien trop fort. Maô avait décidément la langue bien pendue ce soir et Yagura n’avait jamais apprécié qu’on lui parle ainsi. C’était la première fois qu’une telle situation se produisait. Face à l’insolence du traitre, le kage resserra plus encore l’étreinte sur son arme. Le tuer serait si simple. Malgré sa puissance, le ninja était d’un niveau infiniment plus bas que le sien. Cependant, que faire de Meï ? S’il se lançait dans un tel affrontement, elle ne se ferait pas prier pour l’attaquer. Affronter les deux n’était pas insurmontable si le choix n’était pas possible, mais il aurait été idiot de le faire sciemment. Sachant qu’il devait marcher sur des œufs, le tyran de la brume sanglante décida de contenir ses élans de rage.


Pour montrer qu’il savait se contrôler, Yagura laissa lentement son chakra démoniaque se dissiper. Qu’importe, revêtir le manteau d’Isobu était aussi simple pour lui que de cligner des yeux. Reprenant des traits plus ordinaires, il couvrit son visage d’un masque de neutralité. Malheureusement, son regard ne pouvait dissimuler le mépris qu’il avait pour ses interlocuteurs. Lâchant son bâton, il reprit une position normale en croisant les bras. Une telle posture en disait long. L’homme aux airs d’adolescent était dans une position de défense. Le ton sec, il s’adressa à Maô sans pour autant quitter son ennemie des yeux.


« Tu as la langue bien pendue ce soir. N’oublie pas à qui tu parles. En aucun cas, je ne t’autorise à émettre le moindre jugement sur ma façon de gouverner le pays. Bien. Nous reviendrons sur ton cas plus tard, sois en sûr. »


Que faire maintenant ? Attaquer la meneuse de l’opposition ? C’était une possibilité. Ceci étant, son traitre d’ancien bras-droit n’avait pas tout à fait tord. Il faisait nuit noire et Yagura avait pris la peine de venir ici. Pourquoi ne pas rendre le voyage utile ? Après tout, il n’était pas si pressé. Meï n’allait pas pouvoir se tirer de cette situation et si elle tentait de fuir, il n’aurait aucune pitié à l’abattre. Fallait-il l’écouter ? Pourquoi pas. Le Mizukage ne cessait de se le demander. Fallait-il écouter le voie de la raison et faire taire sa haine ? Il bouillonnait intérieurement, faire preuve d’une telle maîtrise de soi n’était pas simple. Sans fermer les yeux, il soupira longuement. Les sourcils froncés, il s’adressa pour la première fois à Meï et ce depuis des années.


« Le traitre soulève un point véridique. Je n’aime pas perdre mon temps et venir ici juste pour me battre en serait une. Je suis curieux, parlons. Honnêtement, au vu de la situation, j’ai bien du mal à voir comment une simple discussion pourrait aboutir à la paix. Terumi, toi et tes hommes, vous n’êtes que des erreurs de la nature. Votre puissance est incontrôlable et vous représentez un danger pour la société. Il suffit de voir ce qu’a osé faire le clan Kaguya au village. Nombreux ont étés les morts alors que vous n’étiez pourtant pas encore persécutés. Dis moi ce que mes propres parents avaient fait pour mériter une telle fin ? Vous étiez des nôtres, mais vous avez montré à la population votre véritable nature, celle de monstres et vous continuez à le faire jour après jour. Que peut-il y avoir à dire qui change cette vérité ? En quoi des mots changeront quoique ce soit à cela ?!? »




Résumé:

Spoiler:
 
© ciitroon


avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 6
Date d'inscription : 29/12/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos:
PE:
0/500  (0/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: There will be light    Mar 7 Fév - 21:05



Devant la surprenante volonté de parlementer dont faisait preuve le Mizukage, Mei eut du mal à cacher sa surprise. Après une hésitation de quelques secondes, elle laissa elle aussi se dissiper le chakra qu’elle avait commencé à malaxer pour montrer qu’elle était disposée à faire de même, du moins pour l’instant. Bien évidemment, elle restait sur ses gardes, ne quittant des yeux ni le tyran, ni son ancien bras droit.

Yagura avait beau être un chef politique d’expérience, sa vision des choses paraissait simple et manichéenne en ce qui avait trait aux pouvoirs héréditaires. Il clivait les shinobis en deux camps, l’un dangereux et malfaisant, l’autre pas. Pourtant, les événements des dernières années avaient maintes et maintes fois prouvé que chacune des parties était capable de monstruosités lorsque poussée dans ses derniers retranchements.

« Les Kaguya… Ne pensez-vous pas que c’est la folie sanguinaire propre à leur culture insulaire qui les a rendus dangereux, bien plus que leurs dons? Vous savez comme moi que cette folie n’est pas exclusive aux détenteurs de Kekkei Genkai. Oseriez-vous affirmer qu’aucune violence gratuite ni aucun massacre n’ont jamais été commis par un homme ordinaire? Par un Jinchuuriki? Faut-il pour autant tous les juger au même titre? La vaste majorité des chefs de clans que j’ai rassemblés aspirent à la paix. »

Ces derniers mots étaient on ne peut plus véridiques. Nombre de ses hommes, las de se battre, souhaitaient rentrer chez eux, voir leurs enfants grandir en paix et leur famille prospérer. Des aspirations d’hommes ordinaires, de shinobis qui tenaient pour précieux leurs proches autant que leur pays. Il existait bien des deux côtés quelques extrémistes qui refuseraient catégoriquement la paix après toutes les horreurs commises, mais la plupart s’en accommoderaient. Le prix à payer pour poursuivre ce conflit était chaque jour plus lourd pour chacun.

Une lueur d’espoir inattendue naquit dans l’esprit de la kunoichi. Au fond d’elle-même et en dépit de sa fierté, elle savait partager l’opinion de son ancien second. Personne n’avait rien à gagner à ce que ces affrontements se poursuivent. Ils réduiraient Kiri en cendres, et si ce n’était pas le cas, les contrées rivales s’en chargeraient à leur place.

Elle n’avait jamais considéré proposer la paix auparavant car, à la lumière des persécutions de plus en plus extrêmes commises par l’ombre de l’eau, elle était convaincue que la reddition du camp rebelle se conclurait par un massacre des siens. Elle avait toujours vu le despote comme un être totalement dénué de raison. S’était-elle trompée? Existait-il une possibilité de convaincre les deux camps de cohabiter à nouveau? Elle hésitait à y croire, mais décida de tenter d’utiliser cette opportunité pour en juger. En commençant par exprimer l’évidence. Elle mit en veilleuse son mépris et sa colère, et poursuivit d’un ton posé :

« Que cela vous plaise ou non, Yondaime Mizugake, les dons héréditaires continueront d’exister. Vous pouvez nous exterminer jusqu’au dernier, vous ne parviendrez qu’à rendre notre village exsangue tandis que les autres nations continueront de prospérer. Sur ce point, Jin… Maô a raison. Ces puissants shinobis font partie intégrante du monde ninja et sont considérés comme des atouts par les autres villages, qui n’hésiteront pas à les déchaîner contre vous lorsque vous aurez débarrassé le vôtre de ces clans que vous voyez comme une menace. »

Était-elle en train de commettre la pire erreur de toute son existence? Les prochaines minutes le lui révéleraient. Mei reprit une position neutre, laissant ses mains retomber à ses côtés sans geste brusque, tentant de faire abstraction du souvenir de ses compagnons massacrés le temps de parlementer. Il en allait du futur de sa nation.

« Puisque vous semblez disposé à ce que nous discutions de la situation actuelle et des intérêts de Kiri, je suis prête à faire de même. »


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Editeur light libre
» the light of aerendil
» Lucky Light
» Moon Light [Pouffy]
» Feather Light

Sauter vers: