Partagez | 
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 327
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Premiers contacts    Mar 24 Jan - 17:29
« Et bien, mon p’tit pote, c’est pas comme ça que tu vas y arriver. »

Le Shirasagi était allongé dans l’herbe humide de Kiri, risquant peut-être bien une pneumonie, mais le fait était qu’il n’en pouvait plus. Sa nouvelle technique ne voulait pas prendre forme, ou plutôt, il n’avait pas la moindre idée de comment appliquer ce qu’il avait envisagé. Ce n’était pourtant pas bien compliqué sur le papier : une série de mantras, un chakra manipulé avec dextérité, un soupçon d’affinités mélangées, et paf, ça faisait un projectile incandescent.

Sauf que ce n’était pas si simple en pratique. Il avait prévu d’appliquer sa touche secrète à ses kunai pendant qu’il les envoyait. Enfin … eux ou un autre projectile, quel qu’il soit, mais cette technique avait un inconvénient, il ne pouvait évidemment pas réaliser ses signes les armes à la main. Du moins pas encore. Il avait entendu parler d’un ou deux shinobi qui en étaient capables, mais ce n’était pas son cas. De ce fait, s’il voulait « personnaliser » ses projectiles pour en faire des fusées – ou pas loin en tout cas – il fallait les sortir par la suite… ce qui impliquait sans aucun doute de les avoir stocké quelque part avant. Dans la bouche ? Il était flexible, mais de là à pouvoir cacher un Kunai dans ses joues, il ne fallait pas exagérer. De plus, cela risquait de l’handicaper quand il aurait envie de casser la croute. Non. Ce n’était pas la solution… Peut-être pouvait-il simplement le tenir entre les dents et le cracher en même temps que …

« Aaaah, quelle misère, cela devrait être on ne peut plus simple ! » Commença-t-il avant d’imiter sans vergogne la voix de son ancien maître Jirono « Petit scolopendre ! Tu es un bon à rien, tu es pourtant un Shirasagi, tu devrais être capable de dominer cette technique les doigts dans le nez ! Bon à rien ! et blablablabla... Crétin de vioque. »

Il soupira en se remettant sur pied, et sortit un kunai de sa poche. Peut-être bien que cette idée n’était pas si mauvaise au final. Il le positionna entre ses dents, la pointe vers l’avant, et leva les yeux pour poser le regard sur les nombreux arbres qui se trouvaient autour de lui. Car oui, il n’était pas exactement à l’intérieur du village. Bravant une règle ou deux, il s’était aventuré au-delà de la palissade géante qui entourait le village de Kiri, et s’était dégotté une petite clairière pour mener à bien sa petite expérience. Les arbres, ou plutôt ce qu’il en restait, étaient couverts d’une couche de roche désormais. C’était pour ça qu’il s’était éloigné des habitants de la bourgade. Pendant son entraînement, il risquait de mettre le feu à toute bâtisse un tant soit peu sèche. Au moins, perdu entre les arbres mousseux et humides, il ne risquait pas de transformer Kiri en brasier.

Anji s’étira un peu, et malaxa son chakra, puisant dans chacune de ses affinités une part égale d’énergie spirituelle. Son nouveau plan était désormais de recouvrir son kunai de chakra, et de le rendre incandescent une fois lancé, mais ce n’était pas aussi simple. Une certaine dextérité était tout de même demandée pour pouvoir projeter son arme avec précision, et il n’était pas convaincu d’y parvenir en la canalisant avec les dents … mais le genin était prêt à s’atteler à la tâche !

« Yoton, la flèche écarlate !»

Bon. Il y avait du bon et du mauvais à prendre de cet essai. La lave avait bien recouvert le projectile, et ce, presque instantanément. Le mauvais, c’est qu’alourdi par une telle masse, il avait raté sa cible, se plantant dans le sol a un mètre de l’arbre qu’il avait choisi comme victime. Le ninja soupira, et se laissa choir de nouveau dans l’herbe. Il commençait à douter de l’idée. Après tout, il possédait déjà plusieurs types de projectiles. Était-ce bien nécessaire de réaliser un doublon avec ces derniers ? Peut-être aurait-il du continuer à explorer la voie du mur rouge ? C’était bien plus simple de créer une structure qui ne bougeait pas… mais d’un autre côté … encore une technique défensive …

Alors qu’il comptait se relever, pour la énième fois, le jeune homme esquissa une moue. Derrière lui, une branche venait de craquer. Oh, il n’avait aucun doute sur le fait qu’il était observé depuis qu’il avait franchi les limites de la ville, mais par la même occasion, il savait qu’il s’agissait d’ANBUs. La personne qui venait de s’annoncer – sans le vouloir – ne pouvait pas être un membre des forces spéciales… Il aurait été plus discret !

« Dites, vous allez sortir de l’ombre ? Parce qu’honnêtement je n’aime pas trop qu’on m’espionne … Et accessoirement c’est super flippant ! » lança-t-il tout en réajustant son bandeau. Quitte à se faire attaquer, autant que ce ne fusse pas par un ninja de son propre village qui l’aurait pris pour un ennemi !
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 203
Date d'inscription : 15/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 700
PE:
29/50  (29/50)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Mar 24 Jan - 18:14


Je ne suis pas d'humeur … Alors ne me provoque pas.
Rah ! Je venais une nouvelle fois de me faire punir par mon père ! Vous parliez d'une veine. Je n'étais pas de bonne humeur. Mais pas du tout, je venais de rentrer de l'hôpital où mon « Médecin favori », sentez l'ironie dégoulinant de ce que je viens de dire s'il vous plaît, avait dit que mess résultats n'étaient pas bon. Comment te dire enfoiré, que mes résultats n'ont JAMAIS été bons ? J'ai rien dis j'ai juste continué à regarder par la fenêtre sans le regarder. Je le hais … Dès que je suis dans les vapes … Je frissonnai rien que d'y penser. Et j'avais répondu à mon père qui m'avait collé une paire de claque avant de m'envoyer dans ma chambre … Rah ! Pourquoi Kuro-nee-chan n'était pas là ?

J'étais sortie par ma fenêtre et j'avais filé dans les bois tout proche de chez moi. J'avais sortis Chi no Ame de son parchemin et je me défoulais sur de pauvres plantes innocentes tout en avançant. J'avais marché sur une branche et quelqu'un m'avait interpellé. Un garçon dans une clairière avec de drôle destruction d'arbre. … Mmmh ? Étrange … Un utilisateur de Kekkai Gekai ? Est ce que je devrais prévenir Yagura-sama ? Je ne dis rien et sortis lentement des fourrés. Je regardais l'arme au sol, couverte de pierre. Avant de fixer le garçon. Un kirijin. S'il était encore en vieux si près du village … Mon oncle devait avoir ses raisons. Je penchais lentement la tête sur le côté et fis disparaître mon arme dans un nuage de fumé.

Flippant … C'était étrange d'être décrite comme ça. Alors que j'avais l'apparence d'une gamine, dont les vêtements plus ou moins trempé collé à son corps. Mais je ne tremblais pas le moins du monde. Le chaud ou le froid … Pour moi cela ne voulait rien dire. Sauf si on me parlait du froid le Mort, là oui. Je m'avançai encore un peu. Je portai mon bandeau frontal à la taille comme une ceinture. Je pris lentement le kunai qui était planté au sol. Il devait être encore chaud mais … Je ne sentis rien. Je le portais à hauteur de mes yeux. Recouvert d'une épaisse couche de pierre. Peut-être oui encore chaude, il y avait des filets de fumé qui flottaient autour de l'arme. Je la lâchai au sol et examina attentivement les cloques qui se formaient sur ma peau e les marques rouges sanglantes … Une … Brûlure ? Étrange … Il m'avait semblé que c'était très douloureux. Ah … M'avait-on mentit ? Ou … C’était vraiment moi qui avais un soucis ? Généralement … On ne mentait pas sur la douleur. Je serrais lentement le poings avant d'ouvrir la main au maximum. Non … Pas encore de douleur de ce côté là. Je finis par revenir à l'homme face à moi. Grand, il avait les cheveux bleus. Il devait avoir … Dix set, dix huit ans. Combien de temps tiendrait-il face à moi si je le torturais ? Mmh … À vu de nez … Une heure au maximum. Mais on avait toujours des surprises dans ce métiers. Je toussai un peu, brisant le lourd silence qui c’était installé

« Je suis Ootori Natsumi. Genin de Kiri. Qui es-tu ? Es-tu un chunin ? Ou un grade supérieur ? Sinon nous n’avons pas le droit de sortir du village. »

Ma voix était d'une neutralité absolu et mon regard absent. S'il s'approchait trop de moi ou qu'il essayait de me toucher … Je le tuais immédiatement. Un violeur dans ma vie suffisait bien. Ma main se crispa autour du rouleau où se reposait mon arme. Je restai bien droite face à lui. Masi un geste trop brusque et je craignais de devoir le dénoncer à Yagura-sama. Aucune idée s'il connaissait mon clan et ma réputation de crevette, et à dire vrai, je m'en fichai. Je repris :

« Je ne t’espionnais pas. Je me promenais »

Feat.




Merci Naely !!!!
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 327
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Jeu 26 Jan - 15:19
Une jeune fille s’était extirpée de derrière les arbres, avec un détachement proche du surnaturel. Elle semblait si détachée, comme si elle regardait la scène de l’extérieur de son propre corps. Il était évidemment impossible pour le Shirasagi de se douter de l’âge de la gamine, et encore moins de faire le rapprochement avec le Mizukage. Natsumi avait beau partager la couleur des yeux du dirigeant du village, ce n’était clairement pas suffisant pour faire le lien. Elle portait à la taille un bandeau qui l’identifiait en tant que ninja de Kiri. Anji leva un sourcil. Une fille aussi jeune était déjà genin ? Elle devait être proche du génie ! Lui-même avait ce rang là, et presque dix ans de plus ! Bon, d’accord, il n’avait jamais passé l’examen Chuunin pour des raisons claires – on ne voulait pas d’un Shirasagi gradé, cela aurait fait étrange sous les ordres du Mizukage – mais quand même, ce n’était pas rien ! Alors qu’il levait le bras pour la saluer, il la vit, avec horreur, s’arrêter devant son arme, encore fumante. Le projectile qu’il avait utilisé avait beau ne pas avoir touché sa cible, il n’en restait pas moins qu’il avait été en contacte avec de la lave.

Alarmé, le genin ouvrit les yeux autant que possible, sous le joug d’une peur bleue : la jeune fille allait se retrouver avec une main en moins ! « Holala ! Holala ! » Anji s’était jeté les mains à la tête tout en se levant d’un bond. La petite venait de prendre tranquillement le kunai qu’il avait manipulé, comme si de rien n’était. Sauf que le kunai était probablement proche de la température du fer chauffé à blanc. Le Yoton avait beau permettre à la roche de refroidir rapidement – notamment pour permettre des immobilisations – lorsqu’il n’était plus chauffé par le chakra de l’utilisateur, il restait terriblement dangereux, car brulant comme peu de matières. Il fixa la nouvelle arrivée, attendant de la voir se tordre de douleur… Et rien. Il en resta la bouche bée.

« Plaît-il ? » Réussit-il à articuler, la bouche à moitié grande ouverte. Elle venait tranquillement de se présenter, comme si de rien n’était. Le garçon se prit le menton dans la main droite et plissa les yeux, comme pour observer Natsumi. Quelque chose clochait. Soit il s’agissait d’une sur-femme, soit … soit il avait raté sa technique ! Evidemment, cela ne pouvait être que cela ! Le genin soupira, avant d’arborer un sourire franc. « Moi un Chuunin ? Ahaha la bonne blague ! Non, les Chuunin sont super forts, à ce qui parait. Moi je suis juste un simple Genin. Et je m’appelle Shirasagi Anji, enchanté, mademoiselle Natsumi ! » se présenta-t-il. Il tendit la main vers la jeune fille avant de se rendre compte qu’elle était tout de même à presque dix mètres de lui, et que de ce fait, à moins de posséder un don pour allonger ses bras, elle n’en ferait rien. Il laissa tomber son bras droit le long de son corps, ballant.

Le jeune homme aurait pu s’approcher de la jeune fille pour faire plus ample connaissance, mais quelque chose l’arrêtait là. Ce regard qui le fixait ne trahissait aucun sentiment, elle semblait aussi froide que la glace. Il sentit immédiatement que s’approcher aurait été une grande erreur. Cependant … il devait récupérer son Kunai, quand même ! Il lui avait couté la bagatelle de dix ryos, ce n’était pas rien !

« Je te crois, pas de problème. Et heu … oui, nous n’avons pas le droit de sortir du village, cependant j’ai demandé à l’académie un laisser passer. » Précisa-t-il. Il avait du en arriver là pour s’éviter de partager les terrains d’entrainement du commun des mortels. Plus exactement, il s’agissait des membres de son clan qui s’en étaient chargé, protégeant par la même occasion les autres genins de son niveau bien supérieur à la moyenne. Sauf que de ça il n’en savait rien.

Faisant tout de même un pas vers Natsumi, il remarqua … que sa technique n’avait pas du tout raté ! La main de la jeune fille était en sang, et fumait même un peu dans la fraicheur de la clairière ! Oh non ! Il n’avait aucune envie de se faire rouspéter, voir pire ! Après tout c’était de sa faute si elle avait fini estropiée ! « Ayayay ! Mais non ! T’es blessée bon sang ! Faut allez voir un médecin tout de suite ! J’ai fait bruler ce kunai et maintenant c’est tu es toute cramée ! Misère de misère ! » lança-il. Il avait beau avoir quelques bandes dans la poche arrière de son pantalon, cela ne servirait sans doute à rien dans le cas actuel.

Et pendant ce temps là, la jeune fille ne semblait pas ressentir la moindre douleur. S’agissait-elle d’un zombie ninja ? On lui en avait parlé lors d’une mission. Certaines techniques de genjutsu permettaient ce genre de folies : des adversaires devenaient, l’espace d’un moment, des alliés qui ne ressentaient pas la souffrance … Jusqu’à se réveiller de l’illusion, déchirés par la douleur aigüe de leurs plaies. « Tu ne sens rien du tout ? »
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 203
Date d'inscription : 15/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 700
PE:
29/50  (29/50)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Jeu 26 Jan - 16:20


Je ne suis pas d'humeur … Alors ne me provoque pas.
Je fixais toujours l'homme face à moi. Il semblait … comme s'il s'était prit un violent coup dans la figure, complètement sonné. Depuis quand je faisais cet effet sur les gens ? Aucune idée … Mais c'était toujours drôle à observer. Et puis … C'était quoi cette réaction de se jeter au sol comme si je brandissais un parchemin explosif ? … Les gens de nos jours. J'en aurais ris si j'en avais eus l'humeur propice. Pour l'instant j'étais plus d'humeur à découper des gens pour leur faire avouer tout leur passé et leur moindre faute. Oui, voir mon médecin violeur ne me mettait pas de bonne humeur. Surtout qu'à part ma sœur personne ne me croyait … Comme quoi … Être un médecin renommé aidait à ne pas mourir. Je n'en avais même pas parlé à Yagura-ojisan … Je n'en avais jamais eus l'occasion et il fallait bien que je me débrouille toute seule non ?

Il resta bouché bée à me fixer une bonne dizaine de secondes avant de répondre.Un peu plus et je partais. Un genin ? Oh … Voilà l'explication ! Un Shirasagi. Il y avait une fille de douze ans dans les cachots du village. Je lui avais parlé plusieurs fois. Elle était bien traitée , pas de torture ou autre. C'était pas mal dans les cachots de Yagura-ojisan. Alors … Il était de sa famille ? Un cousin ? Au vus de ce qu'il y avait autour, je penchais plus pour quelque chose de plus proche. Mais de là à en être sûre. Je n'avais dans ce cas là, rien besoin de rapporter à mon oncle. Il devait connaître et tolérer l'existence de ce genin. Je ne fis même pas attention à la main qu'il me tendait. Ce n'était pas le jour à vouloir me serrer la main. Ou même à un homme de vouloir me toucher même l'épaule.  Je hochai lentement la tête pour dire que j'avais entendu son nom et que j'étais « enchantée » de le rencontrer.

Il s'avança d'un pas. Je ne bougeais pas d'un millimètre. Ce n'était pas moi qu'il semblait regarder. Mais son arme. Ah ? Il la voulait ? Elle fumait toujours. Elle était donc encore chaude ? Est ce que si je lui donnait il n'allait pas vouloir la prendre ? Et est-ce que je devais la prendre avec ma main non brûlée ou l'autre ? Mmh ? Il s'inquiétait pour ma main. Je la portait de nouveau à mes yeux. Oui … Il y avait du sang. Un médecin ? Pourquoi faire ? Oh ! Elle fumait même. Je demanderais à ma mère de me soigner. Elle ne posai jamais de question quand elle devait me soigner. Je me penchais et pris l'arme dans la main déjà blessée et l'examinai encore un peu avant de m'approcher du garçon et de la lâcher à ses pieds. Je remontais une nouvelle fois la main à mes yeux. Nouvelles cloques et nouveaux saignements … J'étais vraiment profondément anormale pour ne rien sentir. Pas la moindre douleur. J'ouvris en grand ma main et la tournais paume ouverte vers le jeune Anji.

« Pour ça ? Non. Je devrais sentir quelque chose ? … Il paraît que les brûlures sont très douloureuses … C'est vrai ? Pour moi … Ton arme … Est simplement en pierre. Chaud ou froid ça ne veut rien dire. »

Je relâchai mon bras qui tomba lentement le long de mon corps et ma main détendue se referma lentement sur elle même. Ah … Heureusement que Yagura-ojisan n’était pas là …  Enfin … Lui ou de ses hommes avec qui je travaillais. Je m'étais pris bon nombre de claque sur les mains ou derrière la tête quand je leur tendais des choses brûlante sans avoir couvert mes mains ou quand je servais parfois le thé avec la bouilloire brûlante sans me protéger. Le pire était parfois lors des entraînement quand je n'esquivais pas à fond les techniques de Katon. Ce n'était pas ma faute ! Je ne comprenais  pas pourquoi je devais faire attention. D'accord je blessé plus ou moins mon corps. Mais si c’était vraiment grave, j'aurais des signaux de douleurs non ? Je n'en avais pas, donc c'était que je ne me blessé pas tant que ça ! Pour moi c'était logique. Mais … Pour les autres j'étais un monstre étrange avec une peau glaciale proche de celle d'un cadavre … Ah … Les autres était d'un incompréhensible !

Feat.




Merci Naely !!!!
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 327
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Ven 27 Jan - 14:36
« Et bien ma foi oui. Normalement les brûlures sont plutôt désagréables, mais peut-être … » Répondit-il au tac au tac. Probablement trop vite. Il devait apprendre à contrôler sa langue, n’ayant pas l’habitude de la présence d’autant de nouvelles présences à ses côtés. Rencontrer des gens, c’était fort intéressant, mais s’habituer à tant de nouveaux visages le désarçonnait quelque peu. Trop tard, de toute façon. Pour s’arrêter en pleine phrase. Pour s’arrêter tout court en fait.

« Peut-être que tu es une élue ? Une sorte de ninja supérieur qui ne ressent pas la douleur. Ca doit être, … Non. J’allais dire que ça devait être bizarre, mais non, puisque pour toi c’est probablement la normalité et que donc c’est la douleur qui t’es étrange. » Le jeune homme avançait cette théorie, peu convaincu de cette dernière avant de dévier vers une réflexion plus cohérente, et probablement plus profonde. Qu’était la normalité pour une anomalie comme Natsumi ? A ses yeux, tous autant qu’ils étaient devaient ressembler à des monstres. « Peut être que tu ne ressens pas la douleur parce qu’elle n’existe pas pour toi ? Ou quelque chose comme ça. »

Anji se grattait la tête, avant de sourire, béatement. C’était bien trop compliqué pour le Shirasagi, de toute manière. Ce n’était pas réellement dans sa nature de se poser tant de questions. Il était de ceux qui s’accordaient à dire que suivre était plus simple et par la même occasion plus à sa portée. Après tout, il n’était qu’un vulgaire genin ! Un plan était un plan, et il fallait le suivre – du moins tant qu’il était bon. Ou improviser, selon son instinct, le cas échéant.

« Oh la la, j’ai mal à la tête du coup, c’est compliqué tout ça. » Ajouta-t-il en écartant les mains comme pour signaler qu’il laissait tomber. Dans tous les cas, il s’agissait de la douleur – ou son absence – de la jeune fille. Il n’avait pas à s’en meler. Déjà parce que ce n’était pas très poli, n’est-ce pas ? Sa nourrice l’avait plus d’une fois repris à ce sujet. "Il ne faut pas se mêler des affaires des autres" était une sorte de nindo pour cette femme, ou du moins c’est ce qu’elle avait toujours prétendu. De ce fait, le jeune garçon avait été élevé de la sorte.

« Mais c’est pas mes affaires, Mademoiselle Natsumi. Ce qui t’arrive est ce qui t’ arrive, point. Je n’ai pas à m’en mêler, n’est-ce pas ? Ce serait malvenu. »

« Tu m’as dit que tu te promenais dans ce coin là ? Il y a quelque chose de spécial à voir ? J’ai beau avoir être un membre de la ville de Kiri, je n’ai pas trop eu le droit de sortir du domaine du clan, et j’ai bien peur de ne pas connaître les environs de la ville. » Demanda-t-il innocemment. Il savait que les villageois, pour des raisons qui le dépassaient, ressentaient une certaine fierté d’appartenir au village de la brume, voire au pays tout entier. La plupart connaissaient les moindres rivières – même glacées - , la courbe brisant l’horizon que formaient les cimes des arbres torturés, ou même certains lieux insolites comme les archipels éloignés du pays de la l’eau.

Ce n’était pas la même chose pour Anji, qui avait élevé dans une autarcie et un isolement tout relatif. Il n’avait au final eu que peu de contacts jusqu’à quelques semaines auparavant, et n’était sorti du village depuis son arrivée dans ce dernier en provenance du domaine familial qu’une poignée de fois. Il se savait Kirijin, et pourtant … pourtant ce village n’occupait aucune place dans son cœur. Peut-être était-ce lui l’être le plus étrange des deux qui discutaient dans cette clairière ?
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 203
Date d'inscription : 15/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 700
PE:
29/50  (29/50)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Ven 27 Jan - 15:11


Je ne suis pas d'humeur … Alors ne me provoque pas.
J'essayai d'écouter le garçon en face de foi qui parlait. Mais il allait beaucoup trop vite à mon goût. Moi qui n'était pas trop enclin à la patience … Une élue moi ? Il m'avait bien regardé ? Avec ma petite taille, mon apparence d'enfant et mon corps qui ne suivait jamais le mouvement. Si j'étais une élue … Ah ! j'en rirais ! Pour toute réaction face à sa tirade sur la douleur et le fait que pour lui j'étais une élue, je haussai lentement un sourcil. Le droit. Le fixant toujours, une pensée traversa mon esprit. Et si je le poignardai … Là, maintenant ? Un coup de kunaie dans le ventre … Avec son visage expressif, quelle tête allait-il faire ? C’était vrai ça ! Pour moi la douleur existait, mais … C’était tellement une information que j'avais l'habitude d'avoir que je n'y faisais plus vraiment attention. Et les informations relevant de l'extérieur … Étaient inutiles visiblement chez moi …

Mmh … Me promener dans le coin ? Une nouvelle fois j'en aurais ris. L'excuse du clan. Je m'en fichais. Je ne connaissais pas très bien non plus Mizu no Kuni. Du moins … En vrai. Ma sœur m'avait apporté des dizaines de livres et de photographie sur le pays où je vivais. Mais j'avais plus passé de temps à le voir au travers des lignes d'un livre, au travers de photo ou au travers de la fenêtre des blanches chambres d'hôpital que … Y mettre les pieds vraiment relevait pour moi quelque chose d'incroyable. Même si le tour du village ne voulait rien dire. Mon clan vivait quelque peu à l'extérieur du village. Je tripotais pensivement le parchemin de stockage dans son étui sans répondre pour l'instant. J'avais envie encore de frapper sur quelque chose. De pousser mon corps à ses extrêmes limites. Mais … Je regardais une nouvelle la paume de ma main. Mmh … Je crois que je commençais à avoir mal. Je passais les doigts sur la brûlure. Ils se teintèrent de rouge.

« Il n'y a rien aux abords du village. Sauf si tu vas par là. Là bas il y a le quartier de mon clan. Il y a toujours de la fumée qui s'en échappe. On est isolé parce qu'il y a beaucoup de forge et qu'on ne veut pas provoquer d'incendie. Pour tout te dire … Je ne connais rien à Mizu no Kuni. Je ne sors presque jamais du village … »

Je le regardais toujours droit dans les yeux même si je devais me tordre la nuque pour le regarder. Du haut de mon mètre vingt sept et de mes vingt six kilos, il me dominait complètement. Comme environs cent pour cent de mon entourage. Et je ne parlais pas de ma sœur et de son deux mètres cinq de haut qui quand elle était à genoux me dépassais presque toujours. L'avantage était que je pouvais passer au travers des gardes sans trop de soucis. Si seulement j'avais le talent pour me battre comme ma sœur …

Est ce que Anji connaissez les Ootoris ? Ceci était une bonne question. Mon clan, si on oubliait sa taille, était du genre très discret et enclin à se faire oublier. Nous étions des manipulateurs d'armes ce qui expliquait notre survie. Même … Même si partager nos techniques ne faisait pas partie de nos objectifs. Le plus incongru dans notre clan en plus de la taille des membres, qui les plus petits faisaient quand même un mètre quatre-vingt, était notre manière de prendre les décisions : nous avions un conseils de cinq membres qui s'occupaient de gérer le clan. Je résistais à envie de reprendre le kunai encore au sol et l'appliquer sur mon pras. Je devais bien pouvoir à un moment sentir la douleur non ?!

Feat.




Merci Naely !!!!
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 30
Date d'inscription : 15/11/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 327
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Ven 27 Jan - 16:35
Comme il s’y était attendu, il parlait trop, et cela semblait gêner la jeune fille. Elle le signala, à sa façon. Il aurait pu identifier ce léger mouvement de sourcil de bien des façons, mais pour le Shirasagi, il s’agissait très probablement d’un "Tu causes trop, mon vieux", ou de quelque chose de proche.

Aux dernières paroles Natsumi, le genin essaya de faire plus direct, s’évitant à tous les deux un dialogue qu’ils voulaient probablement tout deux éviter. « Je connais ça. » Marmonna-t-il calmement, alors qu’il rangeait son - faux - kunai en pierre dans la sacoche accrochée à la ceinture. Il garda le silence et recula de quelques pas, quelque chose en lui insistant sur le fait que mettre un peu d’espace entre lui et son interlocutrice pouvait être une bonne idée. Après tout, cette dernière semblait d’avoir envie de tout, sauf de discuter avec le jeune homme.

« Je suppose que les gradés doivent connaître un peu mieux le pays que nous autres piétaille. » Ajouta-t-il au bout d’un moment, rompant un silence oppressant, et se sentant quelque peu obligé de faire la conversation. Il avait si longtemps gardé le silence, que partager avec ceux qu’il croisait, même des futilités, semblait tout à fait ordinaire pour l’adolescent. Après tout, il ne connaissait pas encore très bien les us et coutumes du village. Devait-il continuer à parler à cette jeune fille, qui semblait aussi contente d’être là que de s’être planté un clou dans le pied ? A défaut d’en être sur, il essaya de se plier à ce qui semblait être logique. Elle s’était présentée, un peu malgré elle, mais n’était pas encore partie, prétextant une excuse quelconque. Cela ne tarderait peut-être plus trop, après tout, il était difficile de supporter les babillages incessants du Shirasagi lorsqu’il était lancé. Et encore là, il n’abordait pas des sujets aussi inintéressants que le temps, ou la forme des nuages.

Car il était capable de disserter une heure sur ces sujets, aussi effrayant cela pouvait bien paraître.

« Tu as parlé de ton clan. Les Ootori c’est ça ? Je suis désolé, je ne les connais pas. A vrai dire, je ne connais pas grand chose du village, juste ce que mon percepteur a bien voulu m’enseigner. Et il n’était pas très bavard. » Demanda-t-il, plus par curiosité qu’autre chose, tout en s’évitant un malpoli Un peu comme toi qui aurait été fort déplacé. Les Ootori, effectivement, étaient l’un des clans qui comptaient dans le village, cependant, Anji n’en avait pas la moindre idée. Le seul clan qu’il connaissait était le sien, et cela lui suffisait bien. Selon son ancien instructeur, le Mizukage avait réprimé certains d’entre eux, ceux qui, comme les Shirasagi, possédaient des jutsus héréditaires. Toute cette situation avait déjà fort dégénéré, et la situation de sa jeune sœur n’y était pas pour rien.

Le garçon se tenait éloigné de ce jeu de trônes et d’influences, déjà parce qu’en tant qu’homme, il n’était pas un décideur au sein même de son clan, mais aussi parce qu’il n’avait pas été formé pour de telles responsabilités. Il était une arme, un garde du corps tout au plus. Le sens de son existence était intimement lié à l’existence de sa sœur. Et pour l’instant, il était plutôt inutile, pour être honnête…

« Il préférait l’entrainement à l’enseignement, disons. » Conclut-il avec un frisson, se souvenant des méthodes d’enseignement peu catholiques de Jirono. Il l’avait bien formé, certes, mais à quel prix ?
avatar
水 | Kiri no Genin
水 | Kiri no Genin
Messages : 203
Date d'inscription : 15/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: D
Ryos: 700
PE:
29/50  (29/50)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Premiers contacts    Sam 28 Jan - 10:28


Je ne suis pas d'humeur … Alors ne me provoque pas.
J’eus un petit sourire un tout petit. Personne ne connaissait véritablement les Ootoris nous étions très replié sur nous mêmes. Et même, nous n'étions pas un clan très intéressant. Sauf pour nos manière de fonctionner et de forger. Là oui. Nous étions parmi les meilleurs forgerons de tout le sekai. Bon j’exagérais sûrement, mais c'était une fierté pour moi de savoir que nous étions parmi les meilleurs. Nos armes étaient parfaites. Mmh … Les hauts gradés bougeant beaucoup ? Mmmh … Ça je n'en étais pas sûre. Dans mon cas du moins, je savais que j'allais être cantonné à l'arrière. Mon corps ne supportant pas les efforts physique très longtemps. J'étais faîtes pour la collecte d'informations sur ennemies capturés. Ou la paperasse. Mais jamais je ne serais Mizukage ou un ANBU de terrain. Un ANBU de derrière sûrement.

Il avait reculé. Bon point. Ne jamais être trop proche de moi quand je suis de mauvaise humeur ça vaut mieux. Pour sa vie du moins. Je reculais encore un peu et ma main tira le rouleau où Chi no Ame dormait. Je le déroulais et attrapais au vol mon arme qui jaillit pour venir embrassait ma main. Je fis tournoyer autour de moi mon arme histoire de lui faire une démonstration avant de la faire revenir dans le rouleau qui retourna à sa place d'origine. Je m'autorisais un nouveau tout petit sourire. J'attendis quelques secondes avant d'expliquer

« Les Ootoris sont des manieurs d'armes. J'utilise une Guandao. Ils sont généralement des colosses de deux mètres de haut. Nous préférons la discrétions malgré les tailles. Si un jour tu as besoin d'un entraînement poussé dans une arme, viens nous voir. Je te garantis que tu seras surpris. Les fumés qui s'échappent de notre quartier viennent de nos forges. Si tu veux une lame sur-mesure, c'est là aussi qu'il faut aller. Je ne suis pas censé être dehors. Je vais rentrer. Si tu veux me revoir dans un meilleur jour passe. Je ne mords pas. Ah ! Mon arme se nome Chi no Ame. Demande à trouver la manieuse. »

J'inclinais brièvement le buste devant lui. Je me mis à tourner les talons hésitante puis finalement je lui jetais par dessus mon épaule un « Je dirais à quelqu'un qui te manque que je t'ai vu. Cette personne sera contente d'avoir des nouvelles ». Quoi ? Ce n'était pas parce que j'étais énervée que je n'avais pas apprécié le jeune homme. Qui avait réussit l'exploit de me faire sourire alors que j'avais pensé à lui ouvrir le ventre en deux et jouer avec ses tripes. Simplement pour voir quelqu'un d'autre que moi souffrir. Et ce n'était pas Ojisan qui se serait plains de sa disparition. Je me glissais sans bruit entre les arbres en priant pour que la mienne soit passé inaperçu … J'en doutais. De toute façon, une raclée de plus ou de moins …

Feat.




Merci Naely !!!!

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Les 100 premiers jours du gouvernement vus par...
» Les 100 premiers jours du president Preval vus par les media
» Une clinique medicale pour les premiers soins a St-Ard (Archaie)
» LES 100 PREMIERS JOURS DU GOUVERNEMENT DE MADAME PIERRE LOUIS !
» Premiers pas.. Première mousse...

Sauter vers: