Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 6
Date d'inscription : 01/02/2017

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Visite sur rendez-vous [PV Hyûga Yume]    Dim 5 Fév - 16:32
Travail en chaîne

La toute nouvellement promue offrait des soins rentables, à bas prix et accessibles aux moins fortunés de son village. Ce n’était pas tant l’argent que lui rapportait son métier que le bonheur qu’elle trouvait à aider ces gens qui l’intéressait, dans son métier. C’était une âme charitable, qui, si elle croulait sous le travail, ne pouvait pas s’arrêter d’accepter les rendez-vous. Yoko n’était certainement pas le meilleur médecin de Konoha, d’autres devait être meilleurs qu’elle, et de loin. Mais c’était une travailleuse ardue et sérieuse, qui faisait toujours de son mieux pour ses patients. Bien que médecin de métier, son jeune âge ne lui avait pas permis d’acquérir toutes les connaissances pour être un assez bon médecin. Ainsi, lorsqu’une pause le lui permettait, elle se penchait sur des documents pour s’informer toujours plus. Yoko ne prenait pas le temps de respirer, car elle n’en avait pas besoin, ni même envie. Elle s’épuisait à la tâche, et adorait ça. La médecine était sa raison de vivre. Sans compter que, tant qu’elle travaillait, tant que son esprit s’occupait d’autres personnes, il ne s’occupait pas de lui-même. Elle refusait de voir ce qu’il s’y tramait, car elle avait peur que les cauchemars réapparaissent. Que son frère existe à nouveau, mais seulement dans son esprit.

D’ailleurs, alors que ses pensées se perdaient à nouveau sur l’image de Shoyo, la jeune femme balaya ce souvenir d’un mouvement de tête. Elle devait arrêter, avec ces histoires. Plus personne ne croyait à ses extravagances, ni même ne parlait de Shoyo. Il était bien loin du présent, et n’importait plus le moins du monde dans leurs vies. Seule Yoko se souvenait, et combattait chaque jour son propre cœur pour oublier l’espoir de le revoir. Et pour ce faire, elle s’occupait le corps et l’âme jusqu’à tomber de fatigue.

Le travail était son seul moyen d’y parvenir. La jeune femme, du haut de ses dix-huit ans, vivait chez ses parents. Mais rester trop longtemps chez eux, c’était avoir une trop grande tentation de se retrouver face à elle-même et ses hantises. Elle avait donc, depuis cinq ans, toujours préféré rester le plus possible à l’extérieur, à l’hôpital ou chez ses patients, attendant que le sommeil vienne pour enfin rentrer chez elle. Quand elle dormait, au moins, elle ne pensait plus à lui. Sauf dans ses plus malheureux songes. Lorsque le travail manquait, Yoko trouvait d’autres occupations, toujours loin de la maison où avait habité, autrefois, son aîné. Notamment les hommes. Elle n’avait pas d’époux, ni même d’amant. En réalité, elle en avait déjà eu, et il lui arrivait encore d’en avoir, mais ils n’étaient même pas des amourettes. Il s’agissait là seulement d’histoires d’un soir, pour se détendre, et fracturer de temps à autres la routine. Yoko ne cherchait pas à être aimée, ni à donner son amour. Tout ce qu’elle faisait, c’était pour oublier. Mais toutes ses entreprises étaient sincères.

En ces temps, s’éloigner de sa bête noire était simple. La jeune médecin n’avait pas une minute à elle, si bien qu’elle ne voyait le Soleil qu’à l’aube et au coucher. Elle s’assujettissait, se rendait esclave des malades, des blessés, de ses patients. Elle donnait corps et âme pour eux, car lorsqu’elle leur offrait le réconfort qu’ils attendaient, lorsqu’elle les rendait en paix avec eux-mêmes, Yoko se sentait bien plus calme. Finalement, soigner les autres était une cure pour elle-même. C’était là sa manière de se guérir.

Ainsi, alors que la nuit approchait, que le ciel perdait sa couleur orangée pour laisser place à un bleu profond, Yoko alluma une petite lampe de bureau comme toute lueur de son cabinet. Encore une fois, les dossiers s’étaient empilés car elle n’avait pas pris le temps de les ranger, elle avait bien une ou deux heures de retard sur ses rendez-vous, mais elle arrivait à la fin de sa journée. Yoko détestait voir la petite pièce dans cet état. Elle n’attendait plus qu’une chose : en finir pour pouvoir enfin mettre en place toute cette paperasse. Malgré ce que disait, à ce moment, son bureau sur le caractère de Yoko, c’était une personne extrêmement pointilleuse et organisée. Voire maniaque.

Sur un papier abîmé, elle avait inscrit la liste des patients de la journée. On pouvait voir les noms rayés les uns après les autres, certains encerclés et marqués d’un point d’interrogation lorsqu'un patient ne s'était pas présenté. Yoko était sa propre secrétaire, mais cela lui permettait de suivre l’avancement de ses rendez-vous comme elle l’entendait. Pour cette dernière convocation, elle avait marqué le nom Hyûga Yume. D'ordinaire, Yoko ne voyait sur ces listes que des noms d'habitués. En général, sa patientèle était fixe. Après avoir tapoté son crayon contre le nom, la jeune femme se releva en soupirant. La fatigue commençait à se faire sentir. Heureusement, elle savait combien de patients elle pouvait prendre en une journée, avant d’être achevée. La Hyûga était la dernière de la journée, et c’était parfait. Une fois la discussion terminée, elle serait assez épuisée pour s’endormir sans problème une fois à la maison. Yoko se dirigea vers la porte du cabinet, la fit grincer doucement, fit dépasser son nez de l’entrebâillée et enfin éleva la voix :

- Hyûga Yume ? Désolée pour le retard. Hum... excusez-moi, mais j'ai dû oublier de marquer la raison de votre venue.

La doctoresse retourna directement dans le bureau, invitant d'un signe de main la jeune Hyûga à la suivre.



Dernière édition par Tokugawa Yōko le Dim 5 Fév - 21:10, édité 2 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Visite médicale
Je regardais longuement, le regard complètement vide l'agenda où je notais tout. Pas de rendez-vous pour ma petite sœur ni pour mon père … Je clignais des yeux … Ah ! J'avais un rendez vous ! Médicale ! Je me massais le front … Pourquoi avais-je pris rendez-vous déjà ? … J'eus un moment de réflexion avant de me rappeler, ah oui … La visite annuel des ninjas … Pourquoi n'étais-je pas aller à l'hôpital ? … Trop de mauvais souvenirs il me semble. Je me massais la nuque en baillant longuement … Pas trop de blessure mais surtout de la fatigue mentale et physique. J'avais aussi des bleus sur le corps, résultats d'entraînement avec Kohi mais aussi d'entraînements avec l'équipe.

Ah … Je fixai mon reflet dans la glace, j'avais une tête épouvantable, de grands cernes étaient tatoués sous mes yeux. Je me passais de l'eau sur le visage en essayant de me réveiller. Je venais de finir de ranger le petit déjeuner et de m'habiller. Un haut à manches longues et larges bleus pâles avec un pantalon assortit. Je crois que les couleurs pâles étaient très bien, au moins je paraissais avoir un peu plus de couleur comme ça. Je nouais une ceinture en toile autour de ma taille avant de nouer mon bandeau frontal autour de mon front. J'hésitais puis relever ma lourde crinière en une queue de cheval haute. Mouais … Au moins j'avais l'air plus ou moins de rentrer de mission. C'était pas mal. Je notais également que j'avais perdu un peu de poids.

Je vérifiais ce que faisait mon père, il lisait, enfin s’entraîner à lire du braille, visiblement un texte scientifique. Il tourna légèrement la tête vers moi et haussa un sourcils. J'inclinais la tête face à lui. C'était sa manière de me demander si tout allait bien. Comment lui dire que rien n'allait ? Pas depuis qu'il m'avait fiancé. Mais rien ne le ferait changer d'avis. … Et c'était pour le bien du clan … Je devais, je me devais, réussir à tenir. Si par mon sacrifice je pouvais rendre la vie de la branche secondaire de mon clan plus agréable … Ce n'était rien. Mais je connaissais mes limites … Un jour je craquerais … Pour l'instant le clan ne voyait rien, mais tous savaient le caractère … Explosif de Kohi … Heureusement j'avais ma correspondance avec Sera-san pour me détendre. J'indiquais à mon père qu'il avait son repas dans le frigo dans la boite habituelle. Il haussa de nouveau un sourcil. Je sortais passer la journée avec Itachi-sama qui avait trouvé un peu de temps pour m'entraîner avant mon rendez-vous médical. Il hocha la tête. Je m'inclinais de nouveau et sortis.

Je sortis à toute vitesse des bains publiques où j'avais passé une vingtaine de minutes pour rapidement me laver avant d'aller à mon rendez-vous. J'avais bien dégusté à l'entraînement, mais rien de douloureux comparé aux entraînement avec Kohi. Il avait frappé bien sûr, mais rien de grave comparé aux coups de Jûken. Il y avait du monde dans la salle d'attente. Je m'installais dans un coin et sortis un livre pour attendre. Lentement, une à une les patients passèrent mais visiblement le médecin avait du retard. Lentement je sentis la fatigue s’emparait de moi et malgré mes efforts. Je sursautais quand la porte du cabinet s'ouvrit et qu'on appela mon nom. Je me levais et m'inclinais face à la jeune femme. Quelque part elle ressemblait un peu à Megumi-sempai … Oh ? Elle avait oubli de noté le motif de ma visite ? Je n'avais même pas dû lui dire … Je m'assis face à elle et posai mon sac.
« C'est la visite médicale des ninja, comme tout les ans … J'ai du oublier de vous le dire lors de la prise de rendez-vous … Sumimasen »
Ma voix était un murmure mais c'était totalement habituel. J'avais toujours du mal à parler avec une voix assurée mais au moins mes phrases n'étaient plus hachées … C'était dur … mais je le faisais parce que Megumi-sempai m'avait dit que sinon jamais je ne serais prise au sérieux. Je crispai mes mains sur mes genoux. J'étais quelques prude … Et si elle me posait … la question sur enfin … Le fait … De … Ah … Si elle pouvait se concentrer sur mes yeux c’était ce qu'il y avait de mieux

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 6
Date d'inscription : 01/02/2017

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 0
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Rapide et efficace... ou pas

Yoko n’avait pas pris le temps d’accorder un regard à la Hyûga, lors de son entrée. Cette première avait bafouillé quelque chose comme « Bonjour, je suis Yoko Tokugawa, je crois que c’est la première fois que vous venez, enchantée. », en guise de toute présensation. Le nez plongé dans sa liste, elle s’était contenté de lire le nom et de faire demi-tour vers le cabinet, suivie de la seconde. Elle prêta une attention distraite à la jeune femme lorsqu’elle lui répondit, ne tirant de la réponse que l’essentiel : « visite médicale ». A cette heure-là, et après avoir fait attendre la Hyûga horriblement longtemps, la médecin se montrait efficace et rapide, fidèle à elle-même. Yoko ne put s’empêcher de remarquer la faible voix qui émanait des lèvres de sa patiente. Le son était doux, et réussir à l’écouter était un effort si conséquent que l’on aurait pu croire que la Hyûga protégeait sa parole comme un bijou. Sûrement une fille timide ; ce n’était pas la première à laquelle Yoko avait affaire. Pourtant, la curiosité la démangea à l’entente du timbre réservé. La brune aux yeux de jais remonta le menton vers Yume, et la dévisagea sans discrétion.

Yoko ne put échapper au détail de ses iris, communes à tous les Hyûga. Son visage était mignon, et lui faisait étrangement penser à celui d’une poupée. C’était une belle jeune femme, qui certainement devait faire chavirer plus d’un cœur. Tout en elle était accordé à sa voix, tendre. Yoko s’étonna même de penser qu’il y avait quelque chose de mélancolique en elle. C’était une sensation inhabituelle. Oui, Yume dégageait d’elle, de sa douceur, de son regard et de son petit sourire, quelque chose qui se rapprochait d’un souvenir lointain. Elle aurait pu être une silhouette ombrée, une personne un peu oubliée, et dont le nom, soudainement, surgissait dans l’esprit pour vous rappeler qui elle est, et à quel point vous l’aimiez. Yoko ne connaissait pas la belle Yume, mais il lui semblait l’avoir vue dans de magnifiques rêves.

Elle scruta un instant son corps, ne pouvant qu’imaginer les courbes de la demoiselle, sous son ample tunique. Cependant, les perles noires de Yoko s’étaient noyées dans le regard de sa patiente. Un instant, elle s’était imaginée se penchant vers Yume, les paupières mi-closes, les lèvres tendues. Haletante. Penchée sur le bureau, elle aurait…

- AHEM ! Euuuh… oh, désolée ! Quel bordel sur cette table, je devrais ranger tout ça. Vouuuus… Euh. Vous pouvez vous dévêtir !

Par la faute de Yoko, ce ne fut qu’un long silence qui s’adressa à la Hyûga. Les joues de la médecin virèrent au rouge, et ses bras, comme des machines, s’animèrent pour débarrasser le bureau de toute la paperasse qui l’envahissait. Elle passa un doigt derrière son oreille droite, pour y glisser une mèche gênante, le regard fixé, obsédé par les documents. Elle les empila en quelques secondes par ordre alphabétique, manqua de renverser la tour de papier qu’elle venait de construire, la rattrapa, et décida sagement de ranger les dossiers les uns après les autres, sans vérifier si Yume s’exécutait ou non. Une fois tout ce bazar en place, elle tira un papier d’entre les dossiers rangés, afin de prendre des notes pour Yume.

POUM ! PAF ! BADABOUM !

Les dossiers venaient de tomber, s’ouvrant pour laisser la centaine de feuilles glisser vers la liberté. Yoko sentit sa lèvre se relever plusieurs fois d’affilé, à la manière d’un tic, les yeux plantés dans le vide. Elle ne fit aucune remarque, attrapa un crayon, sourit anxieusement à Yume, et nota son nom, ainsi que la date, sur feuille, d’une main tremblante. Sa voix, toute aussi chevrotante, s’éleva jusqu’aux oreilles de sa patiente :

- Alors… commençons l’examen, si vous le voulez bien.

Yoko se leva, soupira la tête haute pour éviter d’avoir la catastrophe dans son champ de vision, et se dirigea de l’autre côté du bureau. Collant son postérieur à la table, les mains posées dessus, de chacun de ses côtés, elle conclut :

- C’est parti ?


avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 19

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Étrange médecin …
Le bureau de la ninja-nin était en … bordel. Il n'y avait pas d'autre termes … Mais étrangement c'était rassurant de la voir avec beaucoup de clients. Elle avait l'air compétente. Mais … Je n'avais qu'une envie : remonter les genoux contre ma poitrine et les entourer de mes bras. Juste pour me sentir protéger. Je sursautais en sentant les doigts fins de Yoko-san sous mon menton et elle plongea son regard dans le mien. Je restais immobile même si j'étais vraiment très à l'aise. Je n'étais pas du tout à l'aise même sous son regard scrutateur. Je rougis violemment quand je vis son regard descendre sur mon torse … Euh … Je retiens un toussotement. Mais visiblement elle fut aussi gênée que moi et recula en me demandant de me déshabillé.

Je hochais la tête et tournais le dos à la jeune femme. J'enlevais lentement mes vêtements et les pliais lentement. Je frissonnais un peu en sentant l'air plus frais du cabinet sur ma peau. Brr … Je sursautai en retenant un cris de surprise quand j'entendis le bruit de chute. Ah … Les dossiers du bureau étaient tour tombé. Je regardais l'océan de papier autour du bureau … Oups … Je restais interdite pendant une bonne minute avant de reprendre un peu pieds sur terre. Yoko-san avait l'air aussi gênée que moi. Euh … Elle voulait de l'aide pour tout ramasser ? Ou … Euh … Non. Visiblement non, elle allait devoir ranger plus tard … C'était partit ? J'eus un petit sourire et murmurais :

« C'est partit … »

Euh … La médecin était assise sur son bureau et avait la tête haute. Je la fixai curieuse. Elle avait l'air un peu perdue et gênée depuis qu'elle m'avait fixé pendant une bonne minute sans rien dire … Est-ce … Est-ce qu'elle aimait les femmes ? Je m'en fichais, c'était aussi mon cas. Je hochai donc la tête et regarda un peu autour de moi. Euh … On commençait par quoi ? La pesé non ? Et la taille ? Enfin … Ma taille … Il n'y avait pas vraiment besoin : un mètre soixante trois et demi. Oui, j'avais retenu ce chiffre. Parce que je faisais trois centimètres de plus que ma mère. Mais vingt de moins que mon père. Je m'approchais de la balance lentement en roulant d'une main ma longue queue de cheval avant de la lâcher pour qu'elle retombe dans mon dos. Je montais sur le plateau froid de la balance en crispant les orteils. Quelle idée de faire des plateaux en métal sans moquette par dessus.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un rendez-vous sanglant. [Faith]
» [Terminé] Premier rendez vous avec Samus
» rendez-vous a 2 setaka et elbastino
» Rendez-vous commercial
» rendez-vous mystérieux

Sauter vers: