Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Première dispute     Mer 8 Fév - 21:43



Découverte et colère froide.
Je repoussais mes couvertures et sortis lentement de mon lit en me frottant les yeux. Ah … La journée commençait déjà. Je jetais un œil à mon réveil : huit heures. Ah … Heureusement que nous étions samedi ! Je pouvais dormir deux heures de plus. Je descendis préparer le petit déjeuner en silence avant de remonter dans ma chambre lire un peu. Mon père et ma sœur mangeraient quand ils voudront. Moi, je voulais juste prendre un peu de temps pour moi, loin de toute l'agitation … J'avais envie de voir Hako … Mais … Nous n'avions rendez vous que demain au parc. Discrétion discrétion … Je roulais sur le dos en laissant mon livre ouvert.

Ah … J'avais envie de voir ma petite amie … Mais entre nos emplois du temps … Et mes fiançailles … Heureusement … L'autre idiot était en mission depuis quelques jours. Et pour au moins un mois ! Vive les missions diplomatiques ! J'émis un grognement de satisfaction en repoussant en arrière mes cheveux. Nyuuwa frappa à dix heures à ma porte. Je me redressais et lui ouvris. Elle bondit dans mes bras pour me faire un gros câlin avant de demander un entraînement. Je hochais la tête. Je me changeais pour mettre une tenue d'entraînement. Après les échauffements et quelques séries de coup Nyuuwa me fixa. Avec un drôle d'air. Elle tendit la main et donna sur mon torse une petite tape de jûken. Je compris en voyant un des insectes de Hako …

Je gardais le petit cadavre dans une de mes poches et continuais l'entraînement avec Nyuuwa. Je sentis une colère montait en moi. Pourquoi Hako me surveillait-elle ? Ne me faisait-elle pas confiance ? Elle ne m'aimait pas assez ? Elle me croyait capable d’infidélité ? Pourquoi … Pourquoi avais-je un insecte sur moi ? Depuis combien de temps ? J'étais … en colère ! Je restais quand même très longtemps avec ma sœur avant d'aller me laver. Je me levais de bonne heure le lendemain, prenant ma tenue habituelle je pris les boites remplit d'onigiri, mais pas de biscuits cette fois. Je me rendis en avance au parc le visage fermé par la colère. Appuyé contre un arbre près du lac j'attendais Hako. Je me tournais en entendant son pas. Je détournais la tête en refusant de l'embrasser. J'étais un peu … Furieuse. Ne croyait elle pas que j'étais déjà sous surveillance ?!
« Salut Hako … »

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Mer 8 Fév - 23:14
Première dispute

Aujourd'hui elle allait voir Yume !
Hako se leva, à l'aube en exultant de joie. Après un petit déjeuner et un quelques katas (il faut se maintenir en forme), la jeune Aburame s'accorda un long bain pour se pomponner un peu.
Enfin, surtout pour enlever la sueur de son entrainement matinal et démêler ses cheveux en broussaille. La petite kunoichi hésita, avisant dans la salle de bain la trousse à maquillage de sa mère... Non. Ce n'était pas pour elle. Et puis si elle se faisait trop belle (enfin, avec ses compétences nulles en maquillage, c'était pas gagné), les gens pourraient se poser des questions sur le pourquoi...
Aujourd'hui, elle allait retourner avec Yume au parc discret qui avait vu s'affirmer leur amour. Elle voulait que tout soit parfait !

Les moments où les deux amantes secrètes pouvaient ne serait-ce que profiter de la présence l'une de l'autre étaient rares, trop rares pour la petite Aburame. Elle avait envie de câlin,  de doux gestes, de baisers, de rires (faire rire Yume était pour elle un plaisir sans ). Mais elle était consciente qu'elle devait cacher sa relation avec la belle et noble Hyûga... Alors qu'elle aurait été tellement fière de l'afficher ! Lui prendre la main dans la rue, se coller à elle, s'accrocher amoureusement à son bras, l'enlacer par la taille, lui voler un baiser... Toutes ces choses dont elle avait follement envie étaient à proscrire en public.
Le parc où elles avaient rendez-vous pour piqueniquer était parfait pour ce genre de choses... Pendant quelques heures, elles pourraient être elles-mêmes, être libres, oubliant leurs problèmes.
Rien que d'y songer, Hako avait un large sourire aux lèvres.

En chantonnant, elle prépara soigneusement (enfin... Du mieux qu'elle pouvait, ce qui était tout juste correct, grâce aux merveilleuses et patientes leçons de Yume) quelques petits plats dont elle remplit une (grosse, Hako avait de l'appétit) boite à bento décorée d'un motif de scarabées. Des deux kunoichi, c'était généralement l'Aburame qui se chargeait des victuailles "salées" (bon, Yum-Yum ne pouvait s'empêcher de lui en préparer aussi, connaissant la gourmandise de son petit lutin vert), laissant la confection des gâteaux et sucreries à la Hyûga.

L'air guilleret et la cuisine ravagée (même l'enseignement de Yume n'avait pas encore pu gommer ce "petit" défaut chez la brouillonne Aburame) attirèrent vaguement l'attention du père de la kunoichi.
Il se contenta de hausser les épaules devant l'entrain joyeux de sa fille, habituée à ses frasques (et surtout, ne voulant pas s'en mêler plus que de raison). Heureusement, sa mère était absente : elle n'aurait pas manqué de demander ce qui rendait aussi guillerette sa progéniture. Et évidemment, Hako ne souhait pas trop entrer dans les détails...
Hideaki Aburame lui souhaita juste de bien s'amuser avec sa coéquipière (ah, l'aveuglement parternel), d'être prudente (même en plein cœur de Konoha, Hako pouvait provoquer des catastrophes) et de transmettre son bonjour à la Hyûga.

Même si elle répondit d'un geste et d'un rire et sortant de la maison telle une tornade vert-pomme, Hako n'écoutait déjà plus vraiment. Elle allait voir Yume ! Sa Yum-Yum !
Elle sautillait partout sur le chemin (peu digne d'un ninja... Bon, peut être à part Naruto), esquivant joyeusement en dansant et en riant la foule du centre-ville de Konoha.
Elle s'engagea gaiement dans le parc, à la recherche du coin tranquille et discret qui avait vu la naissance officielle de leur idylle. Il n'y avait heureusement personne, comme prévu.

Riant que le fait d'être là, d'approcher du lac et du cerisier (hélas plus en fleur) qui avait tant marqué son âme, faisait palpiter le cœur de la jeune kunoichi et lui ornait les joues d'un rose délicat.
Perdue dans ses pensées d'amoureuse transie, Hako faillit carrément s'écraser contre Yume.
Elle ne s'attendait pas à ce que sa belle Hyûga soit déjà là. D'habitude, c'était toujours l'impatiente Hako qui arrivait la première, la demoiselle aux yeux pâles et aux manières parfaites arrivant pile à l'heure.

"Yum-Yum !!" exulta le lutin vert de Konoha en s'élançant joyeusement pour embrasser sa petite amie... Qui esquiva l'accolade en détournant la tête, le visage fermé.
"Salut Hako …" laissa tomber l'autre jeune fille d'un ton plutôt... dur ? Morne ? Hyûga en fait.
Pas le ton qu'aurait dû avoir son amante à sa vue. Elle se tenait là, rigide, à contempler la petite Aburame de ses yeux blancs mystérieux.

Un frisson parcourut l'échine de la kunoichi vert-pomme. Quelque-chose n'allait pas, c'était évident.
Quel malheur avait encore frappé la famille de sa petite amie ? Un problème avec son rustre de père ? Avec Nyuwaa ? Pire : avec son inquiétant et glacial fiancé ?
Non... Hako connaissait désormais bien les expressions de sa Hyûga. Là, elle n'était pas triste. Pas complètement. Elle avait le visage fermée, un air buté... Presque colérique.
Étrange pour une jeune fille d'habitude si paisible, voire timide... Et absolument hors de propos en présence de sa chère et tendre Aburame qui faisait tout pour la voir sourire !

Bon, il n'y avait qu'un moyen de le savoir.
Hako déglutit nerveusement et se jeta à l'eau.
"... Hum. Salut ? Un... un soucis ?" balbutia anxieusement la petite Aburame, dansant d'un pied sur l'autre. "T-tu ne m'embrasses pas ?"



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Jeu 9 Fév - 9:32



Première dispute
Je vis Hako-chan arrivait. Elle avait l'air si joyeuse que je sentis ma résolution commençait flancher … Je n'avais qu'une envie l'embrasser. Mais … Mais … Non. Je serrais les dent et redressais les épaules en une posture rigide.La même que colle de mon père. Je vis que mon attitude était comme une douche froide pour elle mais, fermant quelques instant les yeux, je lui pris la main, paume vers le ciel et déposai le cadavre de l'insecte que j'avais dans la poche sans rien dire, ni même essayer de croiser son regard.

Je me détournais d'elle pour venir me planter devant les eaux du lac. C'était là que je lui avais fais ma déclaration … Il y a huit mois maintenant. Je serrais les poings en fermant étroitement les yeux. Je finis par croiser les bras derrière mon dos. Attitude noble et froide. Attitude Hyûga père. Oui, tout les Hyûga mâles n'étaient pas comme ça, il suffisait de voir Ichigo. Je respirais lentement pour empêcher les larmes de monter. Je n'aimais pas les disputes. Je détestais ça. Si je pouvais les éviter c'était ce qu'il y avait de mieux. Mais ça … Ça je ne pouvais pas laisser passer. Je m’éclaircis la voix.
« … Oui Hako. Il y a un problème. Nyuuwa a trouvé ça sur moi. Je sais que c'est un de tes insectes … … Nous ne sommes pas en mission, je suis au village, je ne peux pas quitter le village sans un chunin, on se voit tout les jours ou presque aux entraînements … Alors … Que je trouve ton insecte sur moi sans aucune raison … Oui, il y a un problème. Ma question est donc : pourquoi est ce que je l'ai sur moi ? Tu ne crois pas que je suis déjà assez sous surveillance avec Kohi ? »
Je rouvris enfin les yeux. Je n'avais même pas reconnu ma voix tant elle était glaciale et distante. Coupante même. Faîte pour … Pour faire mal. Exposer des faits cruellement. La voix de mon père en bref. Mais … C'était ainsi. Elle … Elle osait me surveiller ! Je me mordis la lèvre. Elle avait intérêt à avoir une très bonne excuse. Et pas juste la jalousie. Sinon … Sinon quoi ? J'allais faire quoi ? Bonne question.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Sam 11 Fév - 22:32
Première dispute


Confirmant qu'il y avait bien un soucis, Yume se détourna froidement du lutin vert de Konoha fort mal à l'aise. Hako déglutit nerveusement. Ce n'était pas du tout comme ça qu'elle s'était imaginée cette après-midi !
La posture de son amante était rigide, ses magnifiques yeux lavandes hésitaient entre une colère dure et des larmes. Un pic de glace s'enfonça dans le coeur paniqué d'Hako.
Sans dire un mot, la belle Hyûga lui prit la main. Mais pas comme une amoureuse, il n'y avait aucune affection dans son geste.
Elle y déposa froidement le cadavre d'un petit insecte. Mort, il n'émettait plus la moindre phéromones qui auraient pu le rattacher à son essaim, mais Hako le reconnut immédiatement.

Et la petite Aburame réalisa qu'elle avait faillit rentrer dans une Yume colérique qui l'attendait parce qu'elle n'avait pas sentit sa présence.
Il n'y avait qu'une seule conclusion possible. La kunoichi vert-pomme vira littéralement au gris, ouvrant la bouche mais aucun son n'en sortit alors qu'elle contemplait le cadavre de Bérénice XVII, une de ses femelles kikaichuu... Et réalisait ce qu'elle avait fait.
Oh merde ! Oh merde, oh merde...

Tétanisée, elle ne put réagir, chercher une excuse, une justification, alors que Yume s'éloignait d'elle sèchement, tournant ses beaux yeux lavandes à présent si sévères vers le lac qui avait vu naître leur relation passionnée.

"… Oui Hako. Il y a un problème. Nyuuwa a trouvé ça sur moi. Je sais que c'est un de tes insectes … … Nous ne sommes pas en mission, je suis au village, je ne peux pas quitter le village sans un chunin, on se voit tout les jours ou presque aux entraînements … Alors … Que je trouve ton insecte sur moi sans aucune raison … Oui, il y a un problème. Ma question est donc : pourquoi est ce que je l'ai sur moi ? Tu ne crois pas que je suis déjà assez sous surveillance avec Kohi ?" déclara sa belle Hyûga, le visage dur et le ton glacial.

Hako leva une main, comme pour se protéger, se justifier. Aucun son ne sortie de sa gorge nouée, une boule dure pesant sur son estomac.
Elle savait qu'elle était complément en tord... Comment avait-elle pu se montrer aussi stupide !?
Sans dire un mot, elle s'approcha de l'arbre sous lequel elle se trouvait. Plus de jolis pétales de cerisier ici, juste des reproches (justifiés, si justifiés) et des larmes.
Empoignant l'écorce à deux mains, la voix enrouée, encore paralysée par le choc, Hako prit une profonde inspiration.
Et frappa l'arbre d'un coup de boule bien sentit, sans utiliser le moindre chakra pour se protéger. Plusieurs fois.

"Comment j'ai pu être aussi conne !?!" s'exclama la petite kunoichi, le front rougit, une fois que la douleur fut venu à bout de sa paralysie vocale.
Les larmes aux yeux, la morve au nez, elle se retourna vers Yume. Elle devait une explication à sa petite amie. Une explication sincère et franche, sans concession.
C'était le seul moyen qu'ell... Non, n'espérons pas le pardon. Peut-être la compréhension.

Elle soupira tristement, avançant légèrement vers Yume, hésitante. La prendre dans ses bras ? S'asseoir à coté d'elle ? Non. Elle n'en était plus digne...
Elle resta donc là, se dandinant maladroitement d'un pied sur l'autre. Ses mains s'agitaient nerveusement, trahissant sa gêne. Elle déglutit à nouveau, cherchant comment commencer. Comment s'excuser. Et comment ne pas fondre en larmes devant sa bêtise, devant la mal qu'elle avait fait si stupidement à celle qu'elle aimait par dessus tout.
Non... Les larmes n'arrangeait rien, jamais. Elle prit une profonde inspiration (l'air semblait à la fois brulant, acide et glacé) et se lança.

"Je... Oui, c'est une de mes femelles kikaichuu..." finit par avouer la petite Aburame, la voix nouée d'émotion. "Je suis impardonnable."
Elle renifla, avant de planter son regard vert (un peu tremblotant) dans les yeux pâles de Yume. Elle lui devait la vérité.

"Je... Cela a commencé juste par un oubli... Une fois, après une mission, j'étais tellement vannée que j'ai laissée mes petites espionnes sur toi et Somei. Je m'en suis rendu compte que le lendemain... Et j'ai rien dit. D'abord parce que ça m'amusait de voir que les yeux des Hyûga n'étaient pas infaillibles... Je me demandais combien de temps il allait falloir pour t'en rendre compte... C-C'était juste un test, un blague..."

Le regard de la jeune kunoichi se fit alors légèrement plus gênée et fuyant alors que le rouge de la honte lui montait aux joues.
"Ensuite, après que le premier insecte soit mort... J'ai dérapé. J'ai commencé à en remettre d'autres. Sciemment." souffla-t-elle d'un ton penaud. "Je... C'était mal, j'en avais conscience... Mais comme ça, je savais en permanence où tu étais. Je te sentais arriver de loin et... Cela m'emplissait de joie. A chaque fois que tu rendrais dans la zone de détection de mon essaim, même quand on ne se voyait pas, ça illuminait ma journée... Je savais que tu étais là. L'anticipation de te voir paraître inondait mon cœur de joie... Alors j'ai rien dit et j'ai continué à violer ton intimité."

Hako soupira, les bras ballant, s'énervant soudain contre elle-même.
"Je suis si désolé ! Je sais pas ce qui m'a pris d'être aussi débile !" s'écria-t-elle, avec un soupçon de sanglot dans la voix. "Alors qu'en plus j'ai fait tout une scène à papa pour qu'il arrête de m'espionner avec ses propres kikaichuu ! Comment j'ai pu être aussi conne ? Comment j'ai pu tomber dans ce piège..."

La petite Aburame s'essuya les yeux et le nez, des larmes perlant alors qu'elle parlait.
"J'ai été qu'une sale petite égoïste ! Je n'ai pensé qu'à mon plaisir et... à me rassurer... Cela me sécurisait de savoir qu'il y avait une... une partie de moi avec toi. En mission, mais aussi dans ton clan parfois si... rigide. Tu connais ma propension à jouer à l'héroïne, à vouloir te protéger... Même si ma tête sait très bien que tu es capables de te débrouiller seule, mon cœur si faible refusait de l'admettre... Et ça, c'est encore pire que de t'avoir espionnée... Même si c'est beaucoup trop demander, je te demande pardon pour ça..."

Hoquetant, Hako faisait tout son possible pour terminer ses explications sans sombrer dans la crise de larmes coupables. Elle le devait à Yume.
Prenant une profonde inspiration, elle s'avança vers son amante (craignant que ce terme ne soit plus d'actualité). Serrant les poings, elle s'approcha de la belle Hyûga, retenant ses pleurs, les yeux brillant de larmes et de détermination mêlées.
"Je... Je ne le referais plus. Je te le promet." affirma-t-elle, la voix presque brisée. "Maintenant... Frappes-moi ! Fort. Mets-moi des claques ! Je le mérite ! Et après ça... j'implore ton pardon. Je t'aimes. J'ai été complètement débile, égoïste, parano,  sans gêne et j'ai fais n'importe quoi. J'implore ton pardon... Mais si... tu ne veux pas me l'accorder... Je comprendrais."

Est-ce que son doux rêve allait finir ainsi ? La confiance de sa petite amie détruite par ses instinct protecteurs maladifs, parce sa propre bêtise ? Hako se faisait violence pour ne pas éclater en sanglots, retenant ses larmes en se mordant la lèvre violemment. Un peu de sang perlait de sa bouche serrée. Elle était plus pâle que d'habitude et tremblait, de peur, de honte, de chagrin mais aussi de rage contre elle-même. Elle avait tout gâché.
Elle avait fait mal à Yume.
Et ça lui faisait encore plus mal.



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Dim 12 Fév - 11:48



Première dispute
Je frémis en voyant Hako se frapper la tête contre un arbre mais je plantais mes ongles dans mes paumes et me retiens d'aller lui dire d'arrêter. Je voulais des explications. Hako était crise. J'avalais ma salive en m'obligeant à rester loin ne pas la toucher l'embrasser, ne pas la prendre dans mes bras. J'aurais juste voulut éviter de découvrir ça, ne pas savoir … Mais là … Non … Je ne pouvais pas me permettre de céder. Je me mordis la lèvre en la regardant gênée comme ça. Je détournais aussitôt le regard en voyant des larmes dans ses yeux. Si elle pleurait … Je céderais. C'était sûr. Mon regard se plongea dans les profondeurs du lac.

Je respirais à fond, les épaules raides, les ongles toujours plantés dans mes paumes, presque jusqu'au sang en l'écoutant. Je ne savais pas quoi penser. Je ne tournais même pas la tête vers Hako lorsqu'elle s'approcha. Je m'obligeais à rester le visage fermé en me concentrant sur ma respiration. D’abord … Un simple oubli par la fatigue, je pouvais le comprendre … Mais ensuite … Qu'elle ose … recommencer … C'était bien sûr par amour … Mais même par amour on ne marque pas ou on n'espionne pas, sauf quand on s'appelle Kohi, celui ou celle qu'on aime ! Elle avait fait ça pour savoir où j'étais, si j'avais besoin d'aide ou autre … Mais non ! Juste non ! J'étais assez grande pour savoir me débrouiller seule ! Je gérai un père aveugle et une petite sœur. Le tout avec un fiancé collant. Je … Quand je partais du village, j'étais toujours contente d'avoir un insecte d'Hako sur moi. Mais là … Là … Là je n'avais pas été au courant et c'était un viol de ma vie privée.

Elle voulait que je la frappe. Je fermais les yeux un long instant essayant de faire le point. J'aurais beaucoup de mal à la pardonner d'un coup. Ce n'était pas aujourd'hui qu'elle aurait l’entièreté de mon pardon. C'était sûr. J'ouvris lentement les yeux avant de très lentement me tourner vers elle. Je devais me mordre l’intérieur des joues pour ne pas me mettre à pleurer. Ma main siffla deux fois dans les airs et la paire de gifle résonna. J'avais mal comme-ci je m'étais frappée moi même. Je pris Hako par les épaules et fermant quelques instant les yeux j'essayai d'avoir une voix parfaitement ferme. Elle ne devait pas trembler. Hako avait les joues toutes rouge à cause des gifles et la lèvre en sang.
« … Hako … Je vais mettre du temps à te pardonner. Tu sais pourtant que je tiens à ma vie privé même si je t'aime comme une dingue. Pour moi, ce que tu as fais, en plus de violer ma vie privé, me donne l'impression que tu ne me fais pas confiance. C'est comme-ci je t'espionnais en permanence avec mon Byakugan. En mission, ou quand je pars du village, je veux bien d'un insecte parce que moi ça me donne l'impression d'être avec toi … Mais pas au village. Pas dans le quartier Hyûga. Ça pourrait être prit pour de l’espionnage en plus. Tu sais que les conséquences seraient désastreuses et on poserait des questions … Et ce n'est pas ce que nous avons besoin. Je ne pense pas être capable de mentir aux Anciens du clan. Ce n'est pas seulement quelque chose de grave pour moi, mais aussi pour nos deux clans … »
Si les Anciens découvraient ma relations avec Hako … Soit j'allais mourir pour cause de trahison au clan, du fait que j'étais quand même un peu fiancé avec un membre de la branche principale, soit bannie du clan, ce qui revenait quelque part à être mort, soit … Quelque chose avec Kohi … Sinon avec très peu de chance … Peut-être une autorisation à continuer ma relation avec Hako. Cela dépendait de l'humeur et des idées des Anciens. Ils voulaient bien un rapprochement entre branches non ? C'était l'essence de mon mariage. Mais … Aucune idée de ce qu'il allait se passer. Je ne voulais même pas savoir. Je me redressais lentement sans trop savoir quoi rajouter.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Sam 18 Fév - 0:05
Première dispute


Le souffle bloqué dans sa gorge qui lui faisait mal, se retenant de pleurer de honte et de rage contre elle-même, Hako attendait la réaction de Yume.
Sa petite amie (l'était-elle encore après pareille trahison ?) était si froide, si rigide ! Ce n'était pas la douce Yum-Yum qu'elle aimait, qu'elle adorait faire sourire. Et tout ce changement par sa faute ! Comment avait-elle pu être si stupide ?!

Yume se tourna finalement vers elle, ses magnifiques yeux pâle à présent si durs. A la demande de la balbutiante et contrite Aburame, elle lui asséna une paire de claques. Fort. Sans hésiter.
Hako le voulait, elle avait besoin de ça ! Elle méritait d'être punie pour son horrible traitrise. Pour avoir, même avec toutes les (fausses excuses) bonnes intentions du monde, violée l'intimité de son amante. Pire même : l'avoir rabaissée en agissant ainsi.

Mais la kunoichi vert-pomme, abattue, savait bien que quelques gifles et des excuses, même sincères, ne répareraient pas sa perfidie, ce que lui confirma sa belle Hyûga d'une voix glaciale et accusatrice.
"… Hako … Je vais mettre du temps à te pardonner. Tu sais pourtant que je tiens à ma vie privé même si je t'aime comme une dingue."
Je sais, je sais, Yum-Yum ! C'est ça le pire, j'en était parfaitement consciente et je l'ai quand même fait ! Quelle conne ! Oh... Attendez. Du temps, ça veut pas dire "jamais" ! Et... Et elle a dit qu'elle m'aimait comme une folle... Elle... Elle m'aimerait encore ?
L'espoir fou, tel un brasier renaissant, se fraya un chemin dans la poitrine comprimée de la jeune Aburame, qui n'osait pas y croire. Des larmes mêlées de joie et de honte perlèrent sur ses joues en feu, malgré sa résolution de ne pas pleurer devant son amante, de ne pas ajouter ce spectacle pitoyable à cette situation déjà dramatique.

"Pour moi, ce que tu as fais, en plus de violer ma vie privé, me donne l'impression que tu ne me fais pas confiance. C'est comme-ci je t'espionnais en permanence avec mon Byakugan. En mission, ou quand je pars du village, je veux bien d'un insecte parce que moi ça me donne l'impression d'être avec toi … Mais pas au village. Pas dans le quartier Hyûga." poursuivit la kunoichi aux yeux pâle. L'accusation (véridique) broya le maigre espoir dans le cœur d'Hako. Un goût de cendre (et de fer rouillé, issus du sang de ses lèvres) lui emplit la bouche et elle ne put répondre ou se défendre devant la vérité.
Sa respiration se bloqua à nouveau et les larmes, silencieuses, humiliantes (en bonne petite brute, Hako avait fait le serment de ne jamais pleurer), se firent plus abondantes, alors qu'elle baissait la tête en signe de honte.

Elle avait confiance en Yume ! Elle lui confierait sa vie sans hésiter ! Elle l'avait déjà fait !
Pourquoi avait-elle agit aussi bêtement... Brisant la franchise entres-elles, tout ça pour se rassurer, pour son propre égoïsme mal motivé !
Mais, il fallait se faire une raison : elle avait peur pour Yume. En mission, elle pouvait toujours s'interposer, même si elle savait que c'était mal et que c'était son complexe du héros qui agissait, sa tendance à jouer au chevalier servant pour sa belle...

Mais à Konoha, là où normalement devrait régner sécurité et confiance... Hako tremblait pour son amante. Comment lui expliquer que les Hyûga la... troublaient (ils pouvaient l'assassiner d'un geste ! La jeter comme un vulgaire accessoire sous prétexte que c'était son devoir, son destin !). Et particulièrement son futur mari. Hako n'aimait pas ses yeux froids et méprisant. Il détaillait impunément le corps de son amante, la considérant déjà comme sa propriété, comme un objet...

Mais... Ce n'était même pas ça qui la troublait le plus. Ce n'était qu'une inquiétude sincère matinée de jalousie mal placée.
Elle pourrait s'en ouvrir à Yume, tentait de s'expliquer. Rejeter la faute sur ce mariage arrangée qui l'outrait et la terrifiait, sur ce mari hautain et inquiétant qui brisait leur rêve d'amour...
Mais ce serait un mensonge, ou plutôt juste une partie de la vérité.

La plus grande peur qui rongeait insidieusement la petite Aburame était autre. Elle était née d'une terrible nuit... D'une nuit où elle avait vue le père de sa meilleure amie, sa future petite-amie, essayer de se planter une lame dans le ventre. Pour l'honneur. Pour le clan.
Hako avait ainsi apprit que même le plus monolithique et dur Hyûga, un adulte responsable et sévère, un ninja expérimenté, avait un point de rupture.
Au cœur des plus sombre nuit, dans les cauchemars qu'elle refoulait, c'était de ça qu'elle avait peur. La vision d'une Yume poussée à bout, allant trop loin pour le clan et prenant sa vie pour une bête question d'honneur.

Idiot. Yume ne ferait jamais ça, elle le savait. Elle le croyait.
Et c'était pas un petit espion qui changerait quoi que ce soit. Pourtant, aussi débile et immature que soit cet acte... ça l'avait rassuré. ça avait chassé le cauchemars. Une partie d'elle, de son essaim était là, veillant sur son aimée...
Mais maintenant, elle devait faire face à la stupidité de la chose et au rappel de son impuissance.

"Ça pourrait être prit pour de l'espionnage en plus. Tu sais que les conséquences seraient désastreuses et on poserait des questions … Et ce n'est pas ce que nous avons besoin. Je ne pense pas être capable de mentir aux Anciens du clan. Ce n'est pas seulement quelque chose de grave pour moi, mais aussi pour nos deux clans …" termina la jeune Hyûga (dieu qu'elle était belle, même en colère), tirant la kunoichi vert-pomme de ses réflexions morbides.

Honnêtement, Hako espérait presque être découverte. Elle n'aimait pas les secrets et adorerait assumer pleinement sa relation avec Yum-Yum. Têtue et implacable, elle se savait capable de faire plier le clan Aburame. Oh, ça lui couterait le respect de tous, la ferait passer pour une ratée immature, ferait honte à ses parents (pas à cause de la relation avec quelqu'un du même sexe, mais juste parce qu'elle ferait ce caprice). Elle devrait sans doute donner un enfants au clan et donc... coucher avec un Aburame. Mais elle ne serait sans doute pas forcée de l'épouser (ou alors, juste pour le principe et les apparences).

Par contre... Restait le clan Hyûga. Les rigides et nobles Hyûga. Qui avait offert sa belle Yume en pâture à un jeune godelureau imbu de son importance, froid et possessif et donc la seule qualité était d'être un pont symbolique entre les deux branches de la vieille famille.
Et là, Hako pouvait tempêtait tout ce qu'elle voulait, elle pourrait supplier Hinata et Hanabi, tout sa volonté n'y pourrait rien. Impuissante. Tant de gâchis...

Mais tout ça n'était qu'un doux rêve de toute manière. Elle avait souillé leur relation.
"Je... Je comprends." balbutia-t-elle, reniflant pour ravaler ses larmes. "J'ai été complètement conne et l'amour et l'inquiétude ne sont pas des excuses pour ce que j'ai fait. Je... Je ne recommencerais plus. Plus jamais ! Je savais que c'était mal en plus, mais... J'ai été faible et égoïste. Je... J'espère qu'un jour je serais digne de ton pardon..."
Aussitôt, Hako s'agenouilla complètement devant Yume. Peu importe si elle tâchait ou mouillait ses vêtements fantaisie.

"Je... Je suis... d-déjà heureuse que...que tu ne te sois p-pas enfuie en courant. Qu-que tu me parles encore... Peut-être... Que tu m'aimes enc-core...un peu. Je...Je t'aime plus que tout ! Je...Je veux pas te perdre à cause de mes conneries... Même si je le mérite... Oh, Yum-Yum ! Je..Je ne sais pas quoi faire...Je crois que je vais...pardon..."
La jeune Aburame à genoux se mit à frissonner et à hoqueter, incapable de retenir ses sanglots.
Non, non ! Pas les larmes ! Elle ne voulait pas pleurer devant Yume ! Elle ne voulait pas lui montrer un spectacle aussi pathétique ! Elle ne voulait pas la troubler davantage !

Et pourtant, malgré toute sa volonté, malgré le fait qu'elle se morde les lèvres jusqu'au sang, Hako pleurait à chaudes larmes.
Comme cela faisait mal ! Cette culpabilité était milles fois pire que les coups de poings qu'elle avait reçue, les kunai qui avaient percé sa chair, les shuriken qui l'avait meurtris... Rien n'était comparable à la douleur d'avoir blessée sa tendre amie, d'avoir perdu sa confiance.
"J-J-J'ai s-souillé n-not-tre amour... Pardon ! pardon ! Pardon !"



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Sam 18 Fév - 12:12



Première dispute
Je me mordis la lèvre inférieur en voyant Hako se mettre à pleurer. Je fermais les poings en essayant de moi même me contenir. Je ne voulais pas qu'elle pleure ! Je sentis tout le reste de ma colère fondre lentement. Je serrais mes mains l'une contre l'autre en respirant à fond. Je craquais en quelques secondes. Je m'agenouillais près de Hako et lui relevais la tête. Je n'avais pas envie de l'embrasser. Si, je n'avais qu'une envie, l'embrasser pour qu'elle arrête de pleurer. Même si je lui en voulais, je ne souhaitais pas qu'elle ait mal.

J'essuyais lentement les grosses larmes qui coulaient sur ses joues en me mordant l’intérieur des miennes. Je restais immobile en face d'elle. Je n'arrivais pas à soutenir son regard. Je finis par trouver la solution. Je la pris simplement dans mes bras pour la bercer. Je la serrais contre mon torse, mon menton posait sur le sommet de son crâne. Je la berçais sans rien dire la laissant pleurer de tout son soul et s'excuser. Oui j'allais mettre du temps à accepter, mais blesser affreusement ma petite amie n'était pas mon objectif. Je voulais qu'elle comprenne bien sûr que cela m'avait blessé mais …

Je soulevais la tête de ma petite amie, l'obligeant à me regarder droit dans les yeux. Il n'y avait pas que tout ce qu'elle m'avait dit. Il y avait autre chose. Quelque chose de plus grave. Mais c'était quoi bon sang ! Pourquoi ne voulait-elle pas me dire ce qui la tourmentait ? Est-ce un problème avec sa famille ? Et elle ne voulait pas m’inquiéter ? J'essuyais encore ses larmes doucement en fronçant un peu les sourcils.
« … Hako ? Tu ne me cache pas quelque chose ? Tout va bien dans ta famille ? Il n'y a pas eut de problème ? Il y a autre chose en plus que tout ce que tu m'as dis pour l'insecte hein ? Dis moi ! On t'a fait jurer de rien dire ? »
Je regardais toujours droit dans les yeux Hako la suppliant de tout me dire. Je pouvais garder un secret, j'étais un tombeau à secrets. Je lui tenais toujours le visage même si elle était contre moi. S'il te plaît Hako ! Dis moi !

© Naely





Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Mar 21 Fév - 0:22
Première dispute


Prostrée devant Yume, secouée de sanglots humiliant qu'elle n'arrivait pas à arrêter, Hako mourrait de honte et de chagrin sur le sol, ne pouvant se pardonner sa propre bêtise, son comportement indigne qui lui avait coûté la confiance de sa belle Hyûga.
Ses pensées affligées tournaient en boucle dans sa tête.

Puis soudain, l'impensable se produit : les douces mains de Yume l'arrachèrent de ses consternantes ténèbres et lui relevèrent la tête.
Elle essuya les larmes abondantes qui sillonnaient les joues de la jeune Aburame. Les lèvres d'Hako tremblèrent devant la douceur et l'intimité du geste.
Son cœur broyé par la honte et la culpabilité s'enflamma à nouveau face au rayon de soleil qu'était le beau visage délicat de Yum-Yum. Se pouvait-il qu'un jour la belle Hyûga la pardonne ? Restait-il donc un peu d'espoir ?

Yume l'attira délicatement contre-elle, la berçant doucement. Ce simple geste suffit à refaire fondre en larme la kunoichi vert-pomme. Mais aux larmes de peur et de honte se mêlaient désormais, indiscernables dans ses sentiments confus, des larmes d'espoir et de joie.
Yume ne l'avait pas repoussée... Peut être qu'un jour elle arriverait à regagner sa confiance, à restaurer la pureté de leur amour !

Hako resta un long moment tout contre sa petite amie, balbutiant des pardons en la serrant (trop) fort dans ses bras, se blottissant contre elle pour profiter de ce contact intime qu'elle croyait perdu à jamais.
Finalement, les hoquets et les sanglots cessèrent et la petite Aburame commença à retrouver un semblant de contenance.
Yum-Yum finit par sécher ses larmes et lui releva la tête. Avant de l'interroger à nouveau.

"… Hako ? Tu ne me cache pas quelque chose ? Tout va bien dans ta famille ? Il n'y a pas eut de problème ? Il y a autre chose en plus que tout ce que tu m'as dis pour l'insecte hein ? Dis moi ! On t'a fait jurer de rien dire ?" l'interrogea son amante, inquisitrice, plongeant ses splendides yeux pâles dans le regard embuée de la jeune Aburame.

Le silence dura un petit moment, les deux kunoichi restant les yeux dans les yeux. Puis Hako lâcha un profond soupir et osa un sourire doux-amer.
"Fichus yeux magiques qui voient tout..." maugréa-t-elle, mais gentiment, preuve qu'elle allait un peu mieux. "Je... Ma famille va bien... Mais... Pardon, j'ai besoin de quelques instants..."
Elle s'écarta doucement de Yume en s'essuyant négligemment le visage avec sa manche, puis se dirigea vers le petit lac.
Sans attendre, elle se plongea profondément la tête dans l'eau glacée. Elle avait besoin de rependre ses esprits, de retrouver le contrôle de ses émotions. Et d'enlever le reste des larmes et de la morve de son visage.

Hako se sentait à la fois honteuse, de part ce qu'elle avait fait, de sa trahison, mais aussi étonnamment soulagée que Yume sache la vérité. Sa bêtise avait portée un sérieux coups à leur tendre relation mais... Ce n'était peut être pas irrémédiable. Contre toute attente, elle pourrait peut être se racheter et retrouver la confiance perdue de sa belle Hyûga...

Mais... Yume avait été observatrice, trop observatrice et voilà qu'elle mettait le lutin vert de Konoha sur la sellette.
Hako avait fait une promesse à Hi, ce qu'elle prenait très au sérieux. Et apprendre à sa petite amie que son père avait tenté de se suicider n'était pas... quelque-chose qu'elle aimerait faire. Et il n'y avait pas que ça qu'elle avait caché à sa tendre demoiselle de la Bunke.

Pourtant un coté de sa personnalité voulait tout raconter à Yume, dans un espoir fou de regagner sa confiance, son amour... De se trouver des excuses à son comportement indigne... Non, c'était lâche ! C'était mal !
Mais, la douce Hyûga avait peut être le droit de savoir... C'était sa famille, après tout. Alors, l'amour ou le devoir ? Raah, c'était si compliqué !

Une pensée froide, venant de son coté Aburame, analytique et sans cœur s'immisça dans l'esprit torturée de la jeune fille toute de vert vêtue.
Yume avait déjà choisit, elle... Elle allait épouser un homme indélicat et glacial, pour son clan. Elle allait renoncer à son amour pour toi, Hako.
Non ! C'était la jalousie qui parlait !
La petite Aburame secoua la tête, refusant cette version.
Mais la voix glaciale continua à geler son cœur et ses tripes... Toi aussi tu as déjà choisit, Hako. Quand tu n'as pas tué Kohi, tu as échangé l'amour et la vengeance contre le devoir et la soumission...

La petite Aburame réfléchit encore quelques instant, le regard perdu face au lac.
Puis elle s'ébroua comme un chiot pour chasser l'eau qui dégoulinait de ses cheveux et revint s'asseoir à coté de Yume.
Elle voulait lui prendre la main... Se blottir contre elle à nouveau. L'embrasser... Mais elle en était encore indigne.
Et elle avait pris sa décision. Elle prit une profonde inspiration et plongea son regard émeraude dans les yeux pâles de son amante.

"Désolé... Oui, il y a autre chose. Je ne t'ai pas tout dit. Je... J'ai des secrets, même pour toi mon cœur... Comme beaucoup de monde, j'imagine. Certains graves, d'autres moins. Certains qui ont pu me pousser à agir comme je l'ai fait, à te trahir ainsi. Mais ce ne sont que... des excuses qui ont alimentées ma peur et mon insécurité... Cela ne justifie en rien mon comportement, ma faiblesse. Pardon."

Elle s'inclina une nouvelle fois, mais redressa bien vite la tête pour poursuivre.
"J'ai... Trois secrets qui te concernent plus ou moins directement." avoua-t-elle avec un effort visible et du rouge aux joues. "Le premier est plutôt une omission, un non-dit. Le second est dangereux et peu glorieux. Quant au troisième... J'ai fait le serment de ne pas en parler et je compte respecter cette promesse...M-m-même c-contre toi..."

Sa voix se brisa à la fin, mais elle était déterminée. Elle déglutit, visiblement tendue et ses yeux verts se mirent à fuir ce de Yume. Comment sa petite amie allait-elle prendre ces aveux et surtout son refus d'en dire plus sur son ultime secret ?
Hako décida d'enchainer en révélant la première de ses dissimulations. Elle voulait être la plus franche possible avec Yume.

"Pour le premier, cela date du temps où nous n'étions simplement que de bonnes amies et coéquipières... Une fois, je me suis introduite dans le domaine Hyûga et au lieu de tomber sur toi, j'ai rencontré Hinata-san... J'ai sauté sur l'occasion pour en apprendre plus sur toi et ton clan qui me fascinait... Je crois que je devais déjà être un peu amoureuse de toi et obsédée... J'ai pu parler de choses que tu évitais de me dire, notamment sur la branche secondaire de ton clan et..."

Hako écarta alors doucement la frange de jais de sa belle, révélant le sceau de l'oiseau en cage. Un doigts timide caressa le front pur de son amante, souillé par l'ignoble tatouage.
"... Et sur ça. Ce qu'il pouvait faire. Ce que les Hyûga de la Sôke pouvaient faire. Autant te dire que j'ai pas franchement aimée ce que j'ai appris et... Avouons-le, j'ai eu peur pour toi. J'ai été outragée. Mais je n'ai rien dit. Je savais que ce sceau maudit te mettait mal à l'aise... Et... Malgré toute ma volonté, j'étais impuissante fasse à ça et j'en avais honte, même si c'est ridicule. Je ne peux pas te l'ôter ou changer les Hyûga... J'espère qu'Hinata et Hanabi le feront, mais cela va prendre du temps. C'est dur pour une... vantarde comme moi de se heurter à un mur, à quelque-chose de vraiment impossible..."

Ses doigts quittèrent à regret le front de son amante et ses splendides cheveux noirs masquèrent à nouveau le sceau infâme.
Hako resta un long moment pensive, puis déglutit à nouveau. Elle avait décidée d'être la plus franche possible avec Yume après tout. Ce n'était pas facile.
Elle jeta un regard nerveux alentour. Personne. Ce coin du parc était fort peu fréquenté et c'est pour ça que les deux amantes l'avaient choisit.

"Mon second secret..." commença la petite kunoichi, nerveuse mais déterminée. "Peut me coûter la vie, l'honneur de mon clan et l'amour de mes parents. Il concerne ton futur mari. Veux-tu l'entendre tout de même ?"




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Mar 21 Fév - 13:19



Première dispute
Je fixais surprise Hako qui allait se tremper la tête dans l'eau froide du lac. Euh … Quand même ! Ne vas pas attraper une pneumonie ! Mais je ne bougeais pas, toujours à genoux dans l'herbe. Je m'installais en tailleur pour plus de confort et attendis qu'elle revienne vers moi après visiblement un moment d'hésitation. Allait-elle bien ? Visiblement non … Mais au vu de notre dispute c'était normal. Je la regardais droit dans les yeux quand elle s'installa près de moi. Elle n'était pas à l'aise. Qu'est ce donc son secret … Bien … Elle en avait trois ! Génial ! Manquait plus que ça … Je prends le paris sur : elle est fiancé aussi … Oui non, ça elle me l'aurait dit … Non, Non elle ne me l'aurait pas dit. À cause de ma situation, elle n'aurait rien dit. Une omission, un dangereux,et un scellé ? Je fronçais les sourcils. Le dernier donc je pouvais l'oublier. Elle devait avoir une bonne raison de ne pas vouloir me le dire. Cela devait concerner son clan et son Hidden. Je fermais donc les yeux pour le dernier inviolable.

J'écoutais avec attention Hako. Je savais pour son entrevu avec Hinata-sama … Mais jusqu'à aujourd'hui j'avais ignoré le contenu de cet entretien. Bon … Visiblement cela avait porté sur le sceau … Je ne lui en voulais pas trop pour ça. C'était logique de poser des questions sur ce qu'on ne connaissait pas. Et je refusais plus ou moins de parler du sceau. Je l'avais accepté après de nombreuses années à essayer de comprendre … Mais en parler était encore difficile … Je ne devais pas être la seule de la branche secondaire comme ça mais bon … Ce n'était pas facile. Je caressais doucement les cheveux de Hako sans rien dire la fixant toujours. Un secret sur trois révéler.

Hako était nerveuse. Elle resta silencieuse et immobile un moment. Je ne bougeais pas. Cela ne devait pas être un secret facile à dire. Et elle me le confirma. Je fronçais d'avantage les sourcils tendue. Malgré moi j'activais mon Byakugan un court instant. Personne autour de nous capable de nous entendre. Qu'avait-elle apprit sur Kohi ? Est-ce quelque chose pour empêcher le mariage ? Non. Si c'était le cas … Si c'était le cas elle me l'aurait dit. Elle l'aurait dit aux Anciens de mon clan. Quelque chose qui mettait en danger son clan, sa vie, son honneur et l'amour de ses parents ? Avait-elle fait quelque chose avec Kohi ? Je voyais très mal Hako faire en sorte de satisfaire Kohi pour essayer de le faire partir. Non c'était autre chose. Je lui touchais la joue du bout des doigts :
« Hako, même sous la torture je ne dirait rien de tes secrets. Tu le sais. Par contre je ne pourrais rien dire sur mon comportement … »
Je ne pouvais pas deviner mes réactions. S'en était-elle prise à Kohi ? Comme Sera-sama ? Qu'avait-elle fait ? Pas de farce, elle ne me l'aurait certainement pas cacher. L'avait-elle menacer ? Frapper ? Je la regardais toujours fixement guettant les révélations.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Première dispute     Mer 22 Fév - 23:29
Première dispute

En réponse à sa question, Yume activa brièvement (un réflexe ?) son Byakugan, s'assurant qu'il n'y avait aucunes oreilles indiscrètes alentour. Hako devint nerveuse (enfin, encore plus qu'elle ne l'était déjà : rien que cela signifiait que Yum-Yum voulait savoir.
Elle commença donc à rassembler ses pensées et son courage pour dévoiler l'un de ses plus grands secret... Si la Hyûga le voulait vraiment...

Yume lui caressa doucement la joue, ce qui fit frissonner la jeune Aburame... Mais pas d'appréhension. Ce geste doux et intime enflamma à nouveau son cœur. Oh, comme elle l'aimait ! Plutôt que de retourner le couteau dans la plaie, comme elle aurait voulut l'embrasser ! La chatouiller, la faire rire ! Se blottir contre elle... Faire qu'elle soit heureuse !
Mais elle devait assumer ses conneries et rebâtir sa relation avec sa petite amie, essayer malgré tout de regagner sa confiance... Quitte à risquer de la perdre complètement.

"Hako, même sous la torture je ne dirait rien de tes secrets. Tu le sais. Par contre je ne pourrais rien dire sur mon comportement …" fini par répondre sa petite amie.
Elle voulait donc savoir... Hako déglutit nerveusement, ne sachant pas elle non plus comme sa belle Hyûga allait réagir à ses révélations.
Est-ce que cela aggraverait encore le mal qu'elle lui avait déjà fait ? Yume serait-elle en colère ? Pire, blessée ?

Mais la petite Aburame avait décidée d'être franche avec son amante. Aussi, elle prit une profonde inspiration et commença son histoire.

"Ce... C'était quand j'ai su pour tes fiançailles. Enfin, un peu après." commença la kunoichi vert-pomme, visiblement mal à l'aise devant l'énormité de ce qu'elle allait avouer. "Je le ai apprises par ma mère. Car devine vers quelle vague figure parentale qui venait juste de l'héberger c'est tournée ta petite sœur en pleurs ? Elle a couru jusqu'au domaine Aburame et s'est jeté en larmes dans les bras de m'man, lui racontant de façon incohérente que tu lui avais crié dessus, que tu n'allais pas bien...  Evidement ma mère s'est renseignée quand elle a ramenée une Nyuwaa endormie chez toi..."

Hako soupira, le regard perdus dans la vague, emplit de tristesse. Sans qu'elle en ai vraiment conscience, sa main effleura celle de son aimée, cherchant un contact pour se donner du courage.
Que c'était dur !

"Heureusement que j'étais sur une mission en solo pour le clan, ce jour là. Je... Je crois que j'aurais piquée une crise. Ma merveilleuse petite amie, forcée de se marier à à peine quinze ans ! Notre bonheurs caché déjà réduit en éclat ! Tes larmes, ta colère qui t'avait même poussée à crier sur ta Nyuwaa adorée... Je serais sans doute aller directement coller un coups de boule à Hi et à Kohi, avant de faire un esclandre et exiger ta main... On aurait pas été dans la merde !"

Hako se tourna vers Yum-Yum, lui dédiant un sourire triste mais énamourée avant de continuer doucement, d'un ton las.

"Mais ce n'est pas là mon secret... Ma mère m'a apprit la chose avec le plus de tact possible, même si elle n'est pas au courant ... pour nous. Elle connait mon impulsivité et mon attachement à ma... coéquipière. Si elle savait ! Cela m'a laissé, un peu le temps de réfléchir au lieu de foncer tête baissée, comme d'habitude... Je n'avais que l'explication d'une enfant. La nouvelle avait été un choc pour toi et pour elle. Mais... Même si c'était beaucoup plus tôt que je ne m'y attendais, on savait qu'un pareil destin nous attendait sans doute toutes les deux..."

Elle soupira derechef, fermant les yeux. Parler de ce mariage, qu'elle désapprouvait au plus au moins et qu'elle ne pouvait hélas apparemment pas empêcher faisait monter une bile amère dans sa gorge. Ne rien pouvoir faire pour Yume l'attristait terriblement et nourrissait sa colère et sa jalousie. Car oui, elle était jalouse de ce parvenue glacial de Kohi, qui lui pouvait se pavaner au bras de la belle Hyûga. Parce qu'il était un homme. Parce qu'il était soit disant un "bon parti", un membre de la Sôke.

Savoir qu'on offrait ainsi sa belle à ce type glacial et inquiétant juste pour des raison politique la mettait en rage. Évoquer ce souvenir ravivait sa haine et son ton ce fit inconsciemment plus dur et venimeux.
Une chance, en un certain sens. Sa colère chassait la peur d'être jugée par Yume. Car elle allait lui avouer qu'elle avait fait bien pire que lui poser un petit espion dessus...

"Malgré toute ma jalousie... Oui, je le reconnais, je suis jalouse et possessive... J'étais... prête à lui laisser une chance. Une petite. J'ai donc attendu et... Désolé pour ça... Enquêtée. Je voulais savoir si la peine et la colère de Nyuwaa était justifiée ou juste un caprice d'une enfant qui se voyait voler sa grande sœur chérie par un inconnu... Et moi ma belle amante, ah, ha, j'crois que je vaux pas mieux que cette adorable p'tite démone... Je lui ai parlé souvent, quand on a joué ensemble et elle détestait le bonhomme. J'ai aussi discuté un peu avec toi, avec ton père quand p'pa m'obligeait à lui faire la lecture... Et même avec Kohi. On s'est d'ailleurs immédiatement pris en grippe, mais je t'apprends rien... Mais je ne me suis pas arrêtée là. J'ai également menée ma propre enquête auprès des Hyûga de la Bunke."

La jeune fille toute de vert vêtue eut un sourire mi-figue, mi-raisin, avant de poursuivre.
Elle savait déjà que Yume n'allait sans doute pas apprécier qu'elle ai fouillée dans sa vie privée, sur son clan, sur son futur époux. Mais elle lui devait la vérité.

"Je sais pas si tu as remarqués, mais nous autres les silencieux Aburame, nous sommes plutôt doués pour nous fondre dans le décor. Impassibles... Et observateurs. Aussi surprenant que ça puisse paraître, je peux aussi le faire. Je suis un kunoichi. Et... J'ai également conscience de mon apparence juvénile, de ma tenue volontairement provocante pour mon clan. Je suis l'histrion Aburame, le lutin vert de Konoha... Et si je le veux, je peux jouer de ça, de cette image. Je sais qu'en étant si dynamique, sympathique et ouverte, je parais... moins dangereuse, voire amusante. Les gens se détendent, rient. Et me parlent."

Elle eut un petit rire sec, cassé, avant de poursuivre. Elle espérait tellement que Yume ne la haïrait pas pour ces révélations, pour son comportement de sale fouineuse. Elle avait toujours été une grande curieuse, mais là, elle avait sérieusement dépassée les bornes... Pour la bonne cause. Elle en était convaincue à l'époque. Elle l'espérait encore aujourd'hui, même si le doute s'immisçait peu à peu dans son esprit...

"Bref, j'ai écouté les rumeurs et appliqué les méthodes d'espionnage et de diplomatie qu'essaye désespérément de m'inculquer Somei-sensei. J'ai parlé aux membres de ton clan, aux commerçants qui connaissaient Kohi... Afin d'en apprendre plus sur lui, de savoir s'il était digne de toi, si derrière le mythique balais dans le cul Hyûga et son air hautain, il y avait une personne qui pourrait... au moins te respecter, si ce n'est te rendre heureuse...à ma place."

Des larmes perlèrent un peu du coin des yeux de la petite Aburame lors de cette confession, qu'elle essuya bien vite. Du courage Hako ! Pour qu'elle te fasse confiance à nouveau, il était impératif de tout lui dire ! Enfin... Le maximum.

"Mais... je n'ai rien apprit dans ce sens. Oh, personne n'a médit sur Kohi, le noble Hyûga de la Sôke. Son père était même unanimement apprécié... Mais je n'ai pas entendu ce genre de chose pour lui seul. Et... Si tout le monde disait que c'était un bon ninja, je n'ai croisé personne qui m'a affirmé qu'il était un bon ami, voire simplement... une bonne personne. Si on encensait son mariage à lui... Personne ne m'a félicité à ton sujet. Personne ne louait ta chance d'épouser cet homme.  Une fois, on a même laissé sous-entendre que ces épousailles lui permettrait peut être de...se poser. De se calmer. Bizarre pour quelqu'un de si froid, non ? Cela m'a troublé et j'ai insisté un peu, auprès de certains commerçants civils, les Hyûga ne pouvant pas médire sur un membre de la Sôke... Les langues ont finis par se délier un peu et j'ai appris que le noble Kohi n'était pas que hautain et méprisant. Il leurs faisait peur. Visiblement, la glace pouvait se rompre et avec brutalité..."

Voilà qui avait fait fort peur à la petite Aburame : sa belle, à la merci d'un butor glacial, qui en plus pouvait avoir des crises de colère et se montrer violent envers ceux qu'il jugeait inférieur (c'est à dire tout le monde ou presque). Quel beau parti, en effet !
Bien évidemment, Hako n'imaginait pas une seconde que le cuistre Hyûga puisse être violent avec Yum-Yum ou sa famille. C'était pour elle inconcevable. Et pourtant, Kohi la mettait mal à l'aise et elle voulait impérativement tirer sa douce de ses griffes.

"Au final... Je n'ai rien trouvé pour apaiser ma peur pour toi, ma colère, ma jalousie..." poursuivit-elle à voix basse, mais déterminée à s'expliquer. "Mes pensées tournaient en boucle, cherchant un moyen de te sauver de ce sinistre personnage, de briser ce mariage idiot et malvenu... Et en dernier lieu, comment les ninja finissent par résoudre les problèmes ?"

Hako ne laissa pas la question longtemps sans réponse, réponse qui était évidente. Ses yeux se durcirent, hésitant entre le feux de la colère et les larmes de la tristesse et de l'impuissance... Et de la honte d'avoir farfouillée dans la vie privée de son aimée par peur et jalousie, et d'avouer aussi faillit trahir le village.
"Un soir...Je...je me suis introduite en douce chez Kohi... Je venais p-pour... le tuer." annonça-t-elle d'une voix brisée à Yume.
Voilà, elle l'avait dit.
Elle avait tenté d'assassiner le futur mari de son amante. Un ninja loyal de Konoha, aussi déplaisant soit-il. Le membre d'un clan allié. D'un autre clan noble.

Elle déglutit, nerveuse et honteuse, avant de poursuivre à nouveau.
"Et j'allais réussir, aucun doute là-dessus. J'avais tout soigneusement planifié. Il était là, à ma merci, endormis... J'ai ordonné l'assaut à mes insectes. Sa vie commença à fuir, mes kikaichuu dévorant lentement mais inexorablement son chakra... Jusqu'au coma et puis, la mort. On aurait retrouvé son corps froid, dans son lit, sans la moindre blessure..."

Hako soupira longuement, fuyant le regard de Yume. Parce qu'elle n'avait pas pu aller jusqu'au bout. Parce qu'elle avait tenté de tuer un membre de son clan, un ninja de Konoha... Elle ne savait pas trop.
"Mais...C'était une trahison envers Konoha, aussi détestable et dangereux que semblait Kohi... Et... J'ai aussi eut peur qu'on te reproche sa mort. Et... Je ne me voyais pas te forcer à fuir avec moi si on découvrait mon implication. J'aime ce village et ses habitants, à quelques exceptions mâles et aux yeux pâle prêt. J'ai choisit de le servir... J'ai donc renoncé et rappelé mes légions. A-Aujourd'hui e-encore, j'ignore si j'ai été... f-faible ou s-si j'ai p-prit la bonne décision."

La voix de la petite Aburame se brisa à nouveau en terminant sa confession. Qu'allait penser d'elle sa petite amie ? Elle s'était mêlée de sa vie privée et familiale, avait remué la boue des secrets du clan Hyûga pour finir par essayer (et presque réussir) à attenter à la vie d'un de ses membres.
Par amour. Par jalousie. Par peur pour son aimée. Par vengeance. Par fierté. Par espoir.

Pour masquer sa gêne et sa honte, elle enchaîna, avouant même à Yume ce qu'elle avait fait au final, son ultime geste de défiance puéril et pitoyable.
"Ce... Ce n'est pas tout... J-Je ne pouvais pas laisser s'en tirer comme ça se rustre qui t'avait fait pleurer, ainsi que Nyuwaa. Si je ne pouvais pas le tuer... Je pouvais le punir, m'attaquer à sa réputation. Nous autres les Aburame.... nous aimons toujours tout prévoir, avoir un atout dans notre manche. C'était le cas pour mon expédition punitive... Je lui ai donc...hum...euh... inoculé des insectes. A un endroit précis et gênant. Des insectes qui démangent et sont porteurs d'une...Hum... maladie sexuellement transmissible. Bénigne, hein ! Chiante et humiliante, mais pas mortelle..."

Et voilà qu'elle était rouge pivoine, esquivant le regard pâle de sa belle au Byakugan. Elle se demandait d'ailleurs si Kohi avait osé consulter un médecin et c'était débarrassé de ses parasites et de sa maladie...




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Cours de Sport [première classe arrivée]

Sauter vers: