L'élève et le maître [ Mission de rang B ] Feat Eirin Nagahide
Partagez | 
Invité
Invité




Élève et maître
Il était encore tôt ce matin-là, le soleil berce lentement le quartier du clan Uchiha de ses rayons réconfortants. Apportant à cette journée encore et toujours un nouveau commencement. Une page blanche que l'on pose sur la table pour débuter un nouveau chapitre qu'on appelle la vie. C'est ainsi que j'ouvre mes yeux sombres, confortablement emmitouflée sous mes draps. Les cheveux en bataille et ne portant qu'un débardeur long qui arrivait à la naissance de mes cuisses, je pousse un large bâillement disgracieux. Décidément je ne suis pas du matin, le plaisir de profiter de sa couche pendant des heures est un plaisir que je savoure avec délicatesse. Ma foi, il faut bien sauter sur ses pieds et entamer une nouvelle journée. Me levant d'un bon, le poing en l'air et déterminé à commencer cette matinée sous les meilleurs auspices, je ne perds pas de temps. Une douche revigorante termine de m'extirper d'un sommeil bien trop regretté. Passant mon traditionnel attirail sur les épaules en termes vestimentaires. Je ferme consciencieusement les jointures de mon gilet gris. Lassant le bandeau du village autour de mon front. Me satisfaisant d'un repas préparé à la hâte, je sors de chez moi et prendre une grande bouffée d'air en fermant les yeux. Quel plaisir de se satisfaire de cette paix qui enivre le pays de sa douce caresse. Je devais me rendre au bureau de l'hokage pour une mission. Prévoyante j'avais encore un peu de temps devant moi avant de devoir m'exécuter. Profitant pour flâner dans le quartier je me dis qu'aller saluer mes parents qui sont bien plus matinaux que moi serait une bonne chose.

Traversant le domaine pour me rendre dans l'ancienne demeure où j'ai vu le jour et grandie. J’enlace ma mère qui se trouve sur le pas de la porte mon père étant déjà absent. Me proposant de m'offrir un thé rapide pour ne pas me mettre en retard je ne peux décemment pas refuser, surtout qu'avec mes obligations j'ai peu de temps à leur accorder. Parlant de tout et de rien en savourant ce breuvage finement concocté. Je souris bêtement, la mine réjouit. Un moment simple dans une vie bien remplie, rien de plus appréciable. Posant la tasse sur la table après l'avoir terminée. Il est grand temps pour moi de me mettre en chemin. Saluant d'un geste de la main ma génitrice je me mis en route pour le bureau de Minato-sama. Filant de toit en toit rapidement et avec grâce il ne me faut que peu de temps pour rejoindre ce centre névralgique du village. Frappant avec respect à cette porte j'attends de pouvoir accéder à ce haut lieu de décision toujours avec une certaine pointe d'admiration pour cet homme. Rien ne peut mieux le prédisposer que ce rôle qu'il occupe actuellement. Celui de dirigeant, un ninja intelligent et réfléchit qui prône bien souvent plus le dialogue que les actions féroces. Le troisième Hokage était lui aussi de cette nature.

C'est si rare à notre époque de trouver des personnes si dévouées à leurs causes. Enfin, il m'invitait à attendre une personne que je n'ai pas vue depuis un certain temps. Patientant à ses côtés il ne fallut pas énormément de temps pour qu'elle arrive. C'était mon ancienne genin, Eirin Nagahide. Une jeune fille agréable et pleine de talents, s'il ne m'a pas encore dépassée cela ne saura tarder. Malgré son discours pour la paix elle est une excellente jeune kunoichi. Elle passe simplement son message d'une autre manière. Quelque chose de bien à elle qui semble lui tenir à cœur depuis sa plus tendre enfance. Nous étions relativement proches lors de sa formation. J'étais heureuse de la revoir et pouvoir travailler à nouveau avec elle,même si je n'avais plus rien à lui apprendre. Affichant un sourire discret, l'Hokager nous fit part de la mission qui nous concerne. Un nukenin de Konoha sème le trouble dans un village côtier du pays du feu. Il était grand temps de mettre un terme à ses agissements. Saluant avec un profond respect le chef du village et m’inclinant je saisis le parchemin avant de sortir de la pièce en compagnie de ma jeune élève.
.


▬ Et bien Eirin, j'espère que tu es prête, comme au bon vieux temps n'est-ce pas?  Disais-je d'une voix relativement calme et douce





© Naely
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur


Nostalgie
Dans les profondeurs de la forêt du feu, les deux kunoichi de Konoha marchaient côte à côte, sans empressement, en direction du village voisin. Un nukenin semblait jouer les troubles fêtes dans ce petit village et les deux jeunes femmes avaient pour mission de l'arrêter ou de le tuer. Inutile de se demander ce que souhaitait faire la plus jeune aux cheveux rouges. Elle voulait bien évidemment l'arrêter afin qu'il soit jugé et non le tuer. D'après elle, les hommes n'étaient pas en droit de juger de la valeur d'une vie d'une personne, aussi misérable soit-elle. Il fallait savoir pardonner et donner une nouvelle chance après un bon suivi de la personne. Elle ne pourrait jamais pardonner une personne qui prend du plaisir à tuer et torturer, mais au fond, elle pense que c'est peut-être le résultat d'un terrible passé. De ce fait, dans chaque situation elle essayera toujours de garder son calme en primant la communication. Évidemment, elle est prête à tuer s'il le faut. Jamais elle mettrait ses coéquipiers en danger pour ses convictions. Fort heureusement, la personne qui l'accompagnait n'était rien d'autre que celle qui l'avait formé depuis sa promotion de genin. Cette dernière connaissait très bien les idéaux de la rousse et les respecter, parfois même, elle les approuvait, ce qui était plutôt rare venant d'une Uchiha. En effet, ses derniers étant responsables de la police de Konoha, ne s'attardaient que rarement sur la communication.

Durant le voyage, Eirin se mit à rire en se remémorant les jours passés avec son ancienne équipe. Ils étaient tellement différents qu'il était difficile de trouver une bonne harmonisation. Surtout avec un garçon qui n'avait que la baston dans le sang et une fille qui n'aimait pas se battre. Les premiers jours étaient catastrophiques. Au début, le troisième de l'équipe se moquait très souvent de la rousse à cause de sa deuxième carrière, mais au fil des jours, il avait fini par la respecter après qu'elle lui est montrée de quoi elle était capable à l'examen chuunin. Sayuri, curieuse de l'entendre rire, c'était tourné vers elle, un visage interrogateur.


▬ Désolé, je me remémorais les premiers jours passés en équipe. C'était tellement catastrophique à l'époque ! Vous vous souvenez le jour où Shin avait détruit tout le champ de notre client ? Nous étions tellement paniqués que j'étais obligé de distraire le client en chantant et en le massant chez lui le temps que vous tous répariez la gaffe de Shin ! Ahah ~


Pourtant à l'époque, Eirin n'était pas aussi douce qu'aujourd'hui. Elle était beaucoup plus solitaire et parfois même hautaine. À cette époque elle en voulait un peu à sa sœur de l'avoir laissé ainsi, seule à Konoha et ne pouvait recevoir que peu de visite d'elle. Ainsi, elle exprimait cette colère sur ses camarades. C'est Sayuri, sa sensei, qui vint l'encourager à poursuivre ses rêves, ainsi, c'est dans la musique que la rousse exprima sa colère et elle put par la suite s'adoucir avec les autres. Aujourd'hui son maître est pour elle comme sa deuxième grande sœur.

Elles finirent par arriver au village, qui semblait faussement calme. En effet pas un seul habitant n'était dehors, en revanche, du bruit se faisait entendre devant une épicerie. Sans attendre, elles accoururent vers ce qui semblait être une dispute. Trois hommes étaient en train de menacer une vieille dame pour des raisons inconnues. L'un d'eux était sur le point de frapper cette pauvre femme mais la rousse se mit entre les deux, interceptant le poing de sa propre main.


▬ Vous n'avez pas honte de vous en prendre à plus faible que vous ?! Non seulement une femme, mais âgée en plus !



▬ T'es qui toi ?! T'en mêle pas ! Dit celui dont elle tenait le poing.



▬ Eh, mais c'est qu'elle est plutôt mignonne ! Regarde moi cette peau ! Il semblerait que les shinobi de Konoha se la coulent douce pour prendre autant soin de leurs corps ahah !


La jeune fille ne préférait ne pas lui répondre et se contentait d'observer ses gestes pour riposter à tout moment et ainsi lui prouver ses torts sans se justifier.

© Naely


Invité
Invité




Élève et maître
C'était dans un silence amical que mon ancienne disciple m'accompagne. Chacune perdues dans nos pensées alors que nous bondions allègrement d'arbre en arbre. Caressant la douce crinière de la flore à chaque saut. Le temps est agréable, le soleil au zénith darde ses rayons en nous berçant dans une douce chaleur estivale. Un vent léger souffle dans l’épaisse forêt du pays du feu. Ma chevelure noirâtre gesticulant sous l'aplomb de la bise présente. Je ne peux m'empêcher de jeter quelques coups d’œil par-dessus mon épaule pour observer Eirin. Une myriade de souvenirs remonte en moi, passablement d'agréable à n'en pas douter. Également des moments plus difficiles, plus alambiqués. Tout n'était pas toujours rose à l'époque. Prendre des jeunes pousses sous son aile n'est pas chose aisée. Une lourde responsabilité qui nous incombe, l'enseignement, les valeurs de vie, aussi bien Shinobi que la vie de tous les jours. Nous Sensei, sommes une sorte de parents de substituions. Partageant le plus clair de notre temps avec notre proclamée progéniture. Nous nous inquiétons, nous sommes joyeux et parfois tristes et en colère ou désappointé. Émotionnellement c'est un lourd fardeau même pour le plus aguerri d'entre nous. J'imagine parfaitement Kakashi-senpai, derrière son attitude toujours aussi désinvolte, se faire un sang d'encre pour son équipe. Le fils du yondaime, Naruto ainsi que mon cousin et petit frère d'Itachi Sasuke et sans oublier la jeune Sakura. Je me doute qu'il se souciait simplement car l'Uzumaki était le fils du Hokage. Non pas Kakashi, cette équipe est devenu une partie de lui comme pour nous autres. Soupirante, je portais mes perles sombres devant moi, fixant la route qui nous séparent encore de notre destination. Il me reste du chemin à faire pour devenir une grande Uchiha. Je dois et je peux encore largement progresser même si je suis tout de même estimée parmi mes paires.

Je représente l'un des clans emblématiques du village, je me dois de flirter avec l'excellence pour devenir une grande Kunoichi. C'est un souhait auquel j'aspire profondément. Pas pour ma petite personne, je ne suis pas à ce point égoïste. Pour ceux qui me soutiennent depuis longtemps et qui ont donné de leur temps si précieux pour m'enseigner. Le trajet a été effectué en quelques heures, à course soutenue. Nous sortions des bois après un large saut pour atterrir devant le village qui semble calme au premier abord. Un calme poignant et un silence prenant se dégagent de ce lieu vide. Pourtant un son de discorde se fait entendre non loin, et il ne faut pas attendre très longtemps pour que nous nous rendions sur place. Trois énergumènes semblent se donner à cœur joie de maltraiter une vieille femme sans défense. Je sais très bien qu'Eirin ne pourra pas s’empêcher d'intervenir et cela ne manqua pas. S'interposant face à l'attaquant à la morale peu développée. Ma jeune disciple fit volte-face, en invectivant vivement les jeunes hommes. Pour ma part je me rapproche lentement des deux autres qui semble me fixer l'air fortement agacé avec une envie d'en découdre facile à deviner. Je laisse ma partenaire s'occuper de son fière à bras. Laissant mon pied légèrement s'évincer vers l'arrière, traçant un léger sillon dans la poussière. Je reste très taciturne face à la situation, fixant mes opposants d'un regard sombre. Je n'ai pas les facultés d'Eirin à être douce et cherchant forcément le dialogue. Si un adversaire se dresse sur ma route, je le combats c'est ainsi. Je n'attaque pas pour le plaisir de me battre. Je ne suis pas faite de ce bois-là, mais j'agis comme une Kunoichi tout simplement. Un moment de flottement qui semble bien long se met en place.

Des mouvements à peine perceptibles de déglutition ou de clignement de paupière de la part des perturbateurs. Je peux lire en eux comme un livre ouvert. Leurs actions n'ont aucun secret pour moi. Même si je dois encore travailler ma perception grâce à mes pupilles si particulières. Naturellement, quand je pressens un affrontement, mes yeux se rougissent et se murent d'une teinte sanguine affichant mes deux Tomoe. Cette vision se suffit à elle-même. Un Uchiha reste un Uchiha, craint et respecté de la plupart des personnes.


▬ Euh les gas, on devrait peut-être partir non ?



▬ La ferme espèce de froussard, on ne va pas laisser des ninjas faire la loi chez nous écoutes ce que dit Kotei, depuis qu'il est arrivé nous ne devons plus nous sentir enchaîner par le joug de Konoha.


Kotei ? Est-ce le Nukenin que nous recherchons ? C'est fort probable d'après les informations du jeune homme qui semble plus confient que son compares qui semble fortement douter. Il a dû rallier quelques partisans dans cette petite bourgade pour mener son action à bien. Le plus chevronné d'entre les deux bondis dans ma direction et tenta de me porter un coup de poing en direction du visage. Il est affreusement lent dans son geste, à tel point que ma perception poussée ne m'est même pas utile bien que je ne sache encore parfaitement l'utiliser. Me décalent légèrement sur le flanc. J'arme mon coude pour frapper en direction de son plexus. Avec vélocité je porte mon coup. Net et précis sans même faire usage d'énormément de force pour le neutraliser. Je ne vais pas tout de même massacrer de pauvres bougres qui se sont fait laver le cerveau. Voyant s'écrouler l'assaillant dans un léger nuage de poussière en touchant le sol. Il suffit d'un mouvement simulé de ma part pour faire fuir l'hésitant qui ne demande pas son reste. Je replonge mon sharingan sur Eirin voyant comment elle s'en sort avec le premier des trois larrons alors que la vieille femme s'éloigne un peu éberluée par ce qui se passe sous ses yeux.




© Naely
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur


Droit au but
« Alors c'était donc ça », pensa l'adolescente. L'un de leurs opposants venait de parler d'un certain Kotei qui les aurait motivés à « ne plus être enchaîné par les jougs de Konoha ». Ses hommes n'étaient que de pauvres gars à la recherche d'eux-mêmes. Le genre de personne complètement paumé dans une société où il faut se battre pour exister et donc le genre de mouton parfaitement manipulable. La rousse n'aimait pas penser ainsi. Elle n'aimait pas utiliser le mot mouton. Pourtant, ici, elle ne pouvait pas en employer d'autre, seulement elle pouvait justifier le pourquoi du comment. Pourquoi ? Parce qu'il n'est jamais facile de trouver sa place en ce bas monde, particulièrement lorsque nous n'avons pas cette chance de vivre avec un don, comme ce fut le cas pour l'Uchiha et elle. Comment ? Le triste résultat du destin qui ne leur à pas donner la chance de rencontrer la bonne personne, mais plutôt la plus nuisible pour eux. Toutefois, cet homme, Kotei, ce manipulateur, lui aussi était une victime du destin, certainement. Personne ne naît mauvais, sauf si maladie mentale il y a, c'est les épreuves de la vie qui rend l'homme mauvais. Cependant, Eirin n'est pas assez dupe pour pardonner le pire des pêchers avec cette simple conclusion. Non, elle ne pardonne jamais les gens mauvais, néanmoins, elle cherche à les comprendre et leur donner une chance de se racheter en leur montrant la voie à suivre. Elle n'est pas le messie, elle le sait. Elle ne prétend pas non plus avoir raison sur tout. En fait, elle le fait parce qu'elle pense faire juste, parce qu'elle sait pouvoir sauver des âmes meurtries ainsi, pas toute, mais certaine suffît pour lui donner un sens à sa vie. Bien sûr, pour que les choses tournent en son sens, il faut que l'autre s'en donne également les moyens. C'est facile après tout d'accuser le mauvais sort si nous laissons notre peur du changement nous envahir. Oui, il faut être fort pour changer, il faut être fort pour oser mettre tout sur le dos du destin. Tout cela dépend de notre force spirituelle. C'est pour cette raison que même pour la rousse il est difficile de juger une personne, alors elle ne juge pas, elle se contente d'écouter et d'aider. C'est dans cette pensée philosophique qu'elle se contenta d'esquiver les coups de son assaillant. Son maître semblait elle aussi se débrouiller plus que facilement. L'un avait déjà déguerpi abandonnant ses alliées. Eirin aurait voulu l'aider lui aussi, mais tant pis. Il fallait en finir au plus vite alors d'une clé de bras elle immobilisa son adversaire puis tapa sur les articulations de ses genoux afin de lui faire perdre l'équilibre, ainsi elle se mit à califourchon sur son dos, lui prit les mains et les ligota, puis ses pieds.


▬ Désolé pour le désagrément, mais il va falloir m'écouter maintenant. Cet homme, Kotei, en a rien à faire de vous, il vous a manipulé parce qu'il avait besoin de votre aide, et vous, vous avez accepté parce que vous avez le besoin de vous sentir utile. Au fond, vous savez que ce n'est pas Konoha la cause de votre situation, pas vrai ? Je ne suis pas là pour vous juger, personne n'est là pour le faire, je suis là pour vous aider. Arrêtez-vous ici, réfléchissez à mes paroles et battez-vous pour une vie honnête... Ce n'est pas en faisant subir aux autres votre frustration que les choses changent, vous devez le faire intelligemment, si vous acceptez de le faire je vous laisserai partir, ici même, si vous continuez je serai obligé de vous arrêter et de vous emmener à Konoha pour que vous soyez jugé, mais je sais que ce jugement n'amènera à rien, alors réfléchissez bien à ce qui serait le mieux pour vous....



▬ … que savez-vous de nous au juste pour nous sortir ce joli discours ! Vous vous prenez pour un ange gardien ou quoi ?!



▬ Je ne sais rien de vous et je ne suis pas non plus un ange... Je vous offre juste une possibilité de ne pas finir en prison et d'assurer un meilleur avenir, si cela vous plaît de vivre ainsi, alors soit, mais au fond, nous savons tous les deux que ce n'est pas le cas, pas vrai ?



▬ Tsh... d'accord ! Nous quitterons ce village..., dit-il simplement trop fier pour admettre que la jeune fille avait raison. Il se leva et Eirin le détacha sur le regard las de sa sensei qui était habituée au baston bref avec son élève, il se retourna, accompagné de ses coéquipiers et lui dit, Kotei se trouve au port, tout dans le fond, bonne chance petite, puis il partit.



▬ Bien nous savons où aller maintenant, sourit-elle à Sayuri, je préfère quand les choses finissent ainsi, pas vous ?


Elle fixa son aîné puis rejoignit la vieille dame pour lui assurer qu'elle n'aurait maintenant plus d'ennui et qu'elle pouvait ouvrir son magasin sans aucune crainte. Puis elles partirent toutes les deux en direction du port pour rencontrer la fameux Kotei.

© Naely


avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 297
Date d'inscription : 18/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
18/500  (18/500)

Voir le profil de l'utilisateur

Correction - Feu Eirin

Positif


J’aimais vraiment ton personnage, dommage que le tout n’est pas fonctionné, tu le jouais bien!


Négatif


De mini fautes que je ne prendrai pas le temps de relever, dans l’ensemble c’est bien. Certes le rp est inachvé d’où le sentiment du truc incomplet, mais bon.


Gains


6 PE





Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mission de rang D: La tombe d'une mère
» [Mission de rang D] Conteur de merveilleux
» Mission de rang D: Examen Chuunin
» [Mission de rang B] Un mariage sanglant. Duexième partie. (PV: Jisetsu Sei)
» [Mission rang C] Livraison express ! Enfin... Pas tout à fait...

Sauter vers: