Partagez | 
avatar
土 | Iwa no Chûnin
土 | Iwa no Chûnin
Messages : 60
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 423
PE:
14/300  (14/300)

Voir le profil de l'utilisateur
[Solo] Piste Froide    Sam 23 Juil - 16:15


Piste Froide
Feat. Imagawa R. Hitsume



La fête au grenier.

Les planches vieillissantes craquaient sous le poids pourtant non excessif d’Hitsume, la rambarde lui assurait un équilibre en somme toute relatif au vue de la fixation fatiguée. Son pas était pourtant léger mais à chaque marche il avait l’impression que le bâtiment entier allait s’écrouler, remerciant alors sa vétusté. Si encore on lui avait donné rendez-vous au sein même du Village Caché de la Terre, là-bas la pierre dominait, et la dangerosité des escaliers aurait vite été oubliée. Mais non, il fallait qu’on lui propose une grange à l’abandon caché entre deux falaises à l’extérieur du village, dans tous les cas, cela n’avait rien d’un tête-à-tête galant. L’homme finit par atteindre le sommet, plongé dans la pénombre, on pouvait à peine y distinguer la porte en mauvaise état avec ses clous rouillés. Sur le pas, il examina rapidement les alentours, puis se remémora la petite chanson qui lui avait été rappelé dans un pli. Fredonnant son air, il toqua en rythme et au bout de quelques secondes, le loquet de la porte émit un son et s’entrouvrit dans un grincement. Un œil sombre l’observa depuis l’ouverture, on entendait des gémissements inquiétant depuis l’autre côté, Hitsume commença à perdre patience en se manifestant par un soupir agacé. Dans un long couinement des gonds, une silhouette se dessina et lui intima d’entrer rapidement. La porte refermer, l’inconnu exécuta rapidement des signes et scella la porte, le shinobi de noir vêtu se retourna vers l’invité :

- Navrez pour toutes ses cachoteries, mais nous nous le devons, ils nous aient impossible de commettre la moindre erreur.
- Je m’en doute bien, Haki, si les autorités apprennent que des agents de notre clan officient en ville… Je doute que nos relations avec les Byakko, proches du Tsuchikage, s’améliorent dans le bon sens… Et donc, cette affaire ?

Aussitôt, on entendit un cri dans le fond de la pièce, suivi de pleures et de reniflements. Les jurons d’un autre homme ainsi que ses commentaires peu élogieux sur la virilité non confirmé de sa victime, confirmant alors les soupçons d’un interrogatoire musclé.

-  On progresse, doucement mais surement, lui affirma le maitre des lieux. On a mis la main sur ce type dans un bar la nuit dernière, on essaye de le faire cracher depuis mais… il est plutôt coriace…
- C’est celui-là dans le fond ?
- Lui ? Non. Ça c’est le seul nom que le premier a craché, Kazuki ne le travail que depuis une heure. Par contre… Une vraie chochotte…
- Vous lui avez déjà cassé quelque chose ?
- Même pas ! Il suffit d’une clé de bras pour le faire chialer, c’est consternant.
- Je vois… Une insulte envers les arts ancestraux des shinobis Õkudo…
- Une insulte ?, pouffa Kazuki sur son prisonnier. J’en viens même à me demander si le simple supplice de la plume pourrait suffire…

Hitsume s’approcha doucement et vit un jeune homme sanglotant ligoté, Kazuki confortablement installé sur celui-ci, les mains tenant fermement les bras du prisonnier.

- Il s’appelle comment ?
- Bonne question.

Kazuki força très peu sur les bras en pleine torsion, entre deux sanglots, l’homme lâcha :

- Uso ! Ygama Uso ! Par pitié, je ne sais rien ! Je ne vois pas de quoi vous parlez ! Ne me faite plus mal par pitié !

Hitsume soupira et approuva les dires de Haki, une vraie chochotte.

- Et encore, on fait attention. ( Haki l’entraina dans le coin et ouvrit un grand coffre, dedans sommeillait leur première cible ‘légèrement’ abimé. ) Tu vois, il se porte comme un charme, et puis, traitement de faveur, on a remis tous ses os en place.
- Iroujutsu ?, demanda Hitsume avec un rire non dissimulé.
- Pas d’abonnement Premium pour ce client, donc à l’ancienne, pas de bol pas de bol.

Les trois hommes se mirent à rire en cœurs, ce ne fut pas le cas d’Uso qui chialait de plus bel, les traitant de monstre. Le shinobi en chef referma le coffre et fit un geste à Kasuki, qui approuva et assomma sèchement leur prisonnier. Hitsume alla de son commentaire que s’il voulait lui parler sans oreilles indiscrètes, il fallait sortir, ce à quoi lui répondit son interlocuteur.

- J’en pouvais plus de ses plaintes, j’ai craqué. Mais là n’est pas la question, le problème étant que nous avons besoin de traquer ces terroristes dans le Village, mais tu t’en doutes bien, ces connards sont bien cachés. Et comme tu l’avais souligné à notre arrivé, si on découvrait des shinobis Õkudo se baladant sur les toits en sachant qu’ils n’ont jamais accepté de travailler pour Iwa mais seulement avec le Uji Ranzu, auquel nous sommes affiliés… Tu vois le problème j’imagine ?
- Parfaitement.
- Bien, de ce fait, on a besoin de toi pour calmer le jeu, notamment avec les Byakko, si nous venions à…
- Je crois rêver… Õkudo envisagerait l’infime possibilité de se faire repérer suite à une… erreur ?
- Tu sembles omettre que le village grouille de ninjas, sans parler de l’ANBU qui doit patrouiller. Eh bien oui, nous envisageons cette possibilité.
- Logique. Mais me confronter aux Byakko… Je me demande qui aura la tâche la plus difficile…
- Et alors ? Les Õkudo sur le terrain, les Imagawa à l’arrière en diplomate, je ne vois pas où est le problème ?
- A l’arrière à l’arrière… ( Hitsume fit la grimace et se massa le cou machinalement. ) Non je ne pense pas vraiment être à l'abri à l’arrière comme tu le dis…
- Allons, un grand garçon comme toi ! On aurait bien fait appelle à Shoni mais elle est en mission, quant à Naku…
- Elle dort, on le sait.
- Tu sais tout à présent. ( Haki le raccompagnait vers la porte. ) Bien entendu, si jamais lors d’une promenade tu viens à entendre le nom Yen, tu as autorisation d’agir.
- Yen… Je ne connais pas ce clan.
- C’est tout à fait normal, c’est un gang.
- Et donc vous pensez que c’est eux qui ont…
- Oui. Les corps ont parlé, rien n’échappe aux analyses des Matsudaira. Vas à présent, nous devons reprendre l’interrogatoire.
- Reçu. ( Hitsume se tourna la tête en direction de Kazuki et Uso. ) Evitez simplement de le tuer, un mort à Iwa… ça ne serait pas bon pour nous…

Haki se contenta d’approuver de la tête. Evidemment que non il n’allait pas les tuer, les morts parlent peu…
Code by Joy


Dernière édition par Imagawa R. Hitsume le Lun 29 Aoû - 1:17, édité 2 fois
avatar
土 | Iwa no Chûnin
土 | Iwa no Chûnin
Messages : 60
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 423
PE:
14/300  (14/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Solo] Piste Froide    Sam 30 Juil - 17:08


Piste Froide
ft. imagawa r. hitsume



Epée de Damoclès.

- Neeeeeeeeeeeh ?! Commença je n’ai pas été prévenue ?! ( Naku sauta sur un pouf en gonflant les joues, très contrarié par ce que venait de lui annoncer Hitsume. ) Otomo !!!! Pourquoi je n’ai rien n’eut, moi ?!
- Tu le sais toi-même, tu ne serais pas en mesure de tenir sur la longueur, argumenta le vieux Satake. Tu as beau avoir été accepté au rang de Chunnin au même titre qu’Hitsume et Shoni, je ne t’ai pourtant pas vu quitté la demeure pour effectuer ton devoir. Je me demande même si tu viens à rompre le contact plus d’une heure avec tes cousins. Alors te demander d’enquêter… c’est tout bonnement une perte de temps.
- Neeeeeeeeeeh ?! Hitsume, il est méchant avec moi, dis quelque chose ! Défends-moi !!
- La vérité est dure à entendre. ( Le jeune homme leva la main pour dévier un lancer de traversin assassin. ) Ce n’est pas la peine de bouder comme ça, je n’y suis pour rien.
- Vous êtes tous méchants !!! Je pourrais résoudre cette affaire en moins de deux !!!
- Personne n’en doute, fit Otomo avec un large sourire ironique. Mais encore faut-il que tu arrêtes de faire la sieste à longueur de journée.
- Le repos est sacré !, se défendit la gamine pourtant adulte.
- Pour les morts, pour sûr, renchérit Hitsume. Naku, tu dors autant qu’eux, il faut vraiment que tu te bouges.
- Mais je vais bouger ! Croyez-moi !
Otomo et Hitsume échangèrent un regard, puis se mirent à rire aux éclats. Naku épuisa toutes ses munitions d’oreillers, sans jamais parvenir à les toucher…



A l’intention d’Imagawa Hitsume,

Mes salutations fils d’Atayabane, vos récents exploits et acceptations au sein du Village Caché nous a tous rendu fiers, vous représentez à présent l’avenir de notre clan. Satake Otomo nous a dit le plus grand bien de vous, n’hésitez pas à vous confier à lui, il sera un très bon tuteur.

J’aurais préféré continué à traiter de votre nouvelle affiliation avec joie, mais la tournure des événements m’oblige à rediriger le contenu de cette lettre. Je ne doute pas que vous l’ayez apprit d’une tierce façon, mais vous n’êtes pas sans savoir que le Uji a été victime d’un attentat. Fort heureusement, aucun mort n’est à déplorer, hormis les shinobis terroristes, nous ne comptons que quelques blessés légers. Après indentifications des corps par la famille Matsudaira, nous avons remonté la piste jusqu’à Iwa. Õkudo Hari a déjà dû vous contacté, Hitsume, vous devez nous aider à calmer les tensions au sein de la sphère d’influence. Nous sommes toujours fidèle au Tsuchikage, nous ne voudrions pas le fâchez, mais nous ne pouvons le mettre au courant ni le mêler à nos problèmes de clan, ceux-ci ne le concernent aucunement. Votre rôle est aussi important que celui des agents de Hari, peut-être même plus, nous ne pouvons-nous permettre de ruiner nos relations avec le Village, surtout après tout le mal que nous nous sommes donné. Il semble évident que le clan Byakko nous sautera à la gorge au moindre incident, ils ont la rancune tenace et nous ont jamais porté dans leur cœur.

Je vous prie de ne pas m’écrire directement. Faites vos rapport à Satake Otomo, il se chargera du reste. Concentrez-vous sur la mission, nos espoirs reposent grandement sur vous.


Jubei R. Sakura, Dirigeant 3ème du Uji Ranzu.





La rue était peut animée, le mauvais temps y était pour beaucoup, le ciel était gris et menaçant, on craignait l’orage dans la soirée, pas même un mince filet de lumière perçait les nuages. Les commerçants tentaient d’appeler les clients en vantant les mérites de leurs produits, mais au final, les échoppes n’attiraient pas foule. Hitsume dû bien s’arrêter une fois ou deux, soit pour effectivement consulter un produit intéressant, soit par pitié envers une vieille dame au point de pleurer sur ses belles oranges, malheureusement invendues. Au coin de la rue, il n’y avait pas un chat, seulement un couple que marchait tranquillement, la petite voie reliait deux grandes artères, expliquant alors sa faible fréquentation, il n’y avait que deux banc, un arbre, mais aucune boutique le long des murs. L’homme aux mèches mauves avait une soudaine sensation de picotement en fixant la ruelle, un sentiment de malaise comme si une ombre s’y cachait, prête à bondir pour assouvir ses pulsions meurtrières. Hitsume s’avança d’un pas lent jusqu’arbre, près du mur, où il alla s’adosser. Tout était silencieux, le jeune homme annonça alors :

- Tu as quelque chose à me dire, Hari ?

Une voix lui répondit alors, semblant provenir de derrière l’arbre, depuis l’intérieur même du mur pour être exacte.

- Effectivement, nous avons un problème.
- Aussi important que le fait que tu prennes autant de risque pour me contacter en pleine ville ?
- Ne fait pas l’idiot, trois de mes agents surveillent le périmètre, et cela est nécessaire.
- Des complications ?, demanda Hitsume, visiblement très surpris par les indications de son ami.
- Pour le moment c’est gérable, nous n’avons pas été repérés. Cependant, y’a de l’agitation, l’ANBU semble convaincu de la présence d’intrus, et ils n’ont pas tords. Ces gars-là sont bons, nous allons devoir nous faire oublier quelques jours…
- Et l’enquête ?
- Tu prends la relève. Les deux crétins ont finalement parlé. Tu connais La Piqure ?
- Y’a bien un bar qui se nomme ainsi près de chez nous.
- Oui, c’est celui-ci. On dit que de nombreux gangsters s’y rassemblent régulièrement. Emmène Naku avec toi, faites-vous passer pour un couple. Nous, nous ne pouvons entrer.
- Un couple ?
- Ces gens te connaissent, Hitsume, Naku est plus discrète, je doute qu’ils la reconnaissent.
- On cherche une personne en particulier ?
- Non, repère seulement leurs membres, identifie-en le plus possible. Je te recontacterais…

La seconde qui suivi, cette air pesant disparu comme emporté par le vent. Les Õkudo étaient vraiment des espions extraordinaires, leur efficacité n’était plus à démontrer. Hitsume connaissait à présent la marche à suivre, plus qu’à rentrer et prévenir Naku. Elle qui voulait tant aider, elle ne risque pas d’être déçue.
Code by Joy


Dernière édition par Imagawa R. Hitsume le Dim 14 Aoû - 14:57, édité 1 fois
avatar
土 | Iwa no Chûnin
土 | Iwa no Chûnin
Messages : 60
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 423
PE:
14/300  (14/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Solo] Piste Froide    Dim 14 Aoû - 14:22


Piste Froide
FT. Imagawa R. Hitsume



Faux Semblant.

A leur approche de l’établissement, un jeune homme en état d’ébriété sévère se fit jeter par deux grands lascars au dehors du bar, s’étalant de tout son long dans la rue poussiéreuse. Le travail effectué, les videurs s’en retournèrent à l’intérieur en riant du malheur des autres. Quel joie de se trouver là.

- Se faire passer pour un couple… Ici en plus ? ( Hitsume se frappa le front du plat de la main. ) Baka no Hari…
- Ne fais pas cette tête, Hitsume-chan ! ( Naku était très joyeuse et gonflée à bloc. ) Penses à la mission.
- J’y pense et tu devrais faire de même, nous sommes en ‘rendez-vous’, pas en… enfin, comme tu viens de le dire…
- Aye aye ! Fais-moi donc rêver, mon prince charmant !

Une légère grimace, l’Imagawa n’était vraiment pas crédible tellement il était crispé et gêné par le rapprochement trop… trop… trop ! Naku se collait véritablement à lui, se frottait comme un chat et riait de bon cœur. Pour la peine, elle avait au moi eut l’intelligence de se couvrir et enfiler un kimono similaire au sein, bleu aux motifs de lys. On la savait très affectivement, mais elle jouait peut être un peu trop le jeu.

L’endroit n’était pas vraiment chaleureux, l’atmosphère était certes échauffé par l’alcool et les débilités proférés par les consommateurs, mais le bar n’avait rien d’accueillant. Hitsume se demandait encore s’il était possible de faire demi-tour, quelle idée de venir se présenter en tant que couple pseudo parfait ? Il n’y avait que de la racaille ici, et tous les regards se posaient déjà sur eux. Le jeune homme faisait de son mieux pour passer outre cette observation pesante, mais Naku jouait à un tout autre jeu, faisant fi de l’animosité qu’elle pouvait engrangeait. Tout naturellement, la belle femme pétillante manifestait sans retenue son immense gaieté. Il était évident que, sous peu, ils auraient des problèmes…



Le jour de l’attentat contre le Uji Ranzu, à la Citadelle Fuji…

La fumée s’éleva depuis le château principal, les flammes dévoraient l’étage ou l’explosion avait eu lui. Perché à des lieux de là, haut dans les montagnes et camouflé dans la neige, l’ombre usait de son chakra pour regardait avec précision la scène. Il voyait des personnes quitter le bâtiment, des gardes, inconnus, puis des personnalités, il identifia chacun d’entre eux. Treize. Tous présent et bien pourtant. Le chakra injecté dans ses yeux disparu, il n’avait plus besoin d’observer, il avait ce qu’il voulait. L’attentat était un échec, et ses complices sans doute mort lors de l’opération. Mais cela ne l’émouvait point, il ne les connaissait pas, eux non plus, le résultat était attendu. *Il fallait s’y attendre… Ils sont toujours aussi coriaces… Je me demande ce que tu vas en penser, toi tout particulièrement… Que vas-tu faire, Mei…*

Elle sentit quelque chose, une sensation étrange de malaise. Alors que la garde accourrait vers le château sujet à l’explosion, elle remarqua dans la cohue un air de déjà vue, un chakra disparue il y a de cela des années, avait refait surface. Il était infime, presque inexistant, mais elle était certaine. Un homme d’un âge avancé et barbu s’agenouilla devant elle, lui tenant les épaules.

- Hey, Mei, ça va ?

La femme ferma les yeux, respira profondément avant de les rouvrir. Elle hocha positivement la tête et se releva avec son aide. Que venait-il d’arriver au juste ? Ces hommes avaient percés les défenses… Ils ont fait irruption dans la salle de réunion… Aucune revendication, rien… Nous les avons maitrisé mais… Ils avaient piégé leurs vêtements. Tout était parti en fumée. Par chance, personne n’a été tué. Pourquoi avaient-ils fait cela ? Avaient-il agit seul ? Non. Mei en avait la certitude. Quelqu’un les avait engagés. Elle pensait connaitre cette personne. Son regard fixa les montagnes au loin. Ses lèvres brulaient d’envie d’énoncer ce prénom haut et fort. Mais sans certitude il était impossible… C’est par un murmure à elle-même qu’elle énonça sa propre vérité…

- Chigiru…




- Alors cette soirée ?

La demande d’Otomo sur un large sourire ironique piquait fort, agaçant Hitsume qui revenait le kimono tout encrassé. D’un regard plein de haine il lui comprendre que non, tout ne c’était pas bien passé, il comptait passer en silence devant l’ancien et filer se changer, laver sa honte. Mais c’était sans compter sur Naku qui emboitait le pas, toujours aussi belle et propre, sautillant de joie, qui alla vanter et raconter sa soirée.

- Tu aurais dû venir, Otomo, c’était géant ! On a même eut de l’animation à la fin !
- Vraiment ? Otomo accentua de niveau son sourire plein de sarcasme. Et Hitsume qui vient de passer comme un fantôme ? Il ne semble pas si satisfait.
- Ah si il était heureux d’être avec moi ! Je suis la meilleure compagnie qu’il puisse avoir ! Mais…, Naku se mordit les lèvres. Les gens ont été méchants avec lui, ils ont voulu le frapper mais Hitsume ne s’est pas laissé faire !
- Oh ? Et je vois qu’il a bien fait son travail, la princesse n’a rien.
- Effectivement, annonça fièrement la concernée en levant le nez. Qui laisserait des pouilleux mettre la main sur la déesse que je suis ?

Le jeune homme revint dans le salon, le kimono échanger par un propre, mais son expression faciale peu enjoué n’avait pas subit le même sort. Otomo lui fit une place et lui donna une tape sur l’épaule.

- Allons mon grand, ce n’est pas si mal, Naku semble s’être vraiment bien amusée, c’est le principal.
- Si on veut, grommela Hitsume.
- D’ailleurs, Hari est passé en coup de vent tout à l’heure, annonça le maitre des lieux.
- Je croyais qu’ils se cachaient…
- Ils le devaient en effet. Mais la surveillance au village est trop importante, ils vont devoir rentrer en urgence au Uji.
- Un problème après l’autre…
- C’est ainsi on n’y peut rien, qu’avez-vous apprit sur place ?
- Moi je sais, moi je sais !, intervint Naku en levant le bras.
- Oui ?, demanda Otomo avec un sourire.
- Parmi les vilains messieurs que Hitsume a castagné, y’en a un qui a dit un truc bizarre quand on la questionné entre deux droites.
- Un truc bizarre ?
- Oui ! Il a dit : ‘’Fuyū Hina’’ !

Otomo garda le silence, son sourire semblait s’être évanoui. Il baissa les yeux, avec un tic des lèvres qui ne trompait pas, cette information, il en avait déduis quelque chose. Cette expression rapportait à une personne qu’il avait connu par le passé, et qui vraisemblablement, refaisait surface…
Code by Joy

avatar
土 | Iwa no Chûnin
土 | Iwa no Chûnin
Messages : 60
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 423
PE:
14/300  (14/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [Solo] Piste Froide    Lun 29 Aoû - 1:17


Piste Froide
FT. imagawa r. hitsume



Fuyū Hina, le cas Chigiru

La situation est critique. Nous n’avons plus de nouvelle de l’équipe envoyée au village. Il y a fort à parier qu’ils n’ont pas pu se replier, les forces spéciales veillant à la sécurité du village ont certainement mit la main dessus. La dernière fois qu’ils ont été aperçus, c’était à la demeure du clan Satake, de ce fait, le Uji serait directement incriminé. Pour le moment, niez tout en bloc, il ne faut surtout pas que nos relations avec le Tsuchikage se détériorent. Quant à votre supposition sur la personne qui pourrait être derrière tout ça, elle est en ce moment étudiée, mais cela parait trop facile. Pourquoi laisser intentionnellement autant d’indices ? Nous vous recontacterons au plus vite. Ecartez nos jeunes gens de cette affaire, ils ne doivent en aucun cas porter le poids de nos erreurs. Faites tout ce qui est en votre pouvoir pour les tirer de là, Otomo.
Note secrète envoyée à Satake R. Otomo par le Consiel du Uji.



Shoni venait à peine de rentrer de mission. Elle eut vite vent des récents évènements, survenus en son absence, mais Otomo leur interdit d’en parler de nouveau. La situation était trop tendue depuis l’arrestation de Hari et ses hommes. Le connaissant, il n’a pas dû résister et s’est immédiatement rendu, expliquant alors la latence dans la réaction des ANBUs d’Iwa à venir visiter la seule et unique demeure représentant le Uji dans le village. Dans tous les cas, le vieux Satake se préparait à cette éventualité, et avait fait tout son possible pour préparer des arguments lors de son interrogatoire. Le Uji ne voulait pas de problème avec le Kage, mais il allait être difficile de convaincre celui-ci que la présence de shinobi du clan en opération au sein du village n’avait en rien un rapport avec une quelconque traitrise. Autant dire que lors des repas, les quatre personnes attablées n’étaient pas du genre à rigoler…



- Lancement de la communication par flux de chakra. Satake Otomo. Demande liaison avec Fuji.
- Etablissement de la liaison, veuillez patienter… Liaison effectuée.
- Je voudrais être mit en communication avec Fumei Mei.
- En cours…

Otomo souffla doucement, se concentrant sur la maitrise de son chakra. Il détestait cet appareil pour communiquer sur de longues distances. A vrai dire, il n’avait aucune confiance en la technologie de manière générale. Le shinobi avait pris soin de s’enfermer dans son bureau et d’insonoriser la pièce avec un jutsu, il ne voulait absolument pas être entendu. *Bon sang… Mais qu’est-ce qu’elle fait… A moins que ce ne soit cet intermédiaire parti prendre un café… Ils en seraient bien capable là-bas, les bougres…*

- Otomo, je suis là, désolée pour l’attente.
- Mei, ça fait plaisir de t’entendre. Tu es-
- Seule, oui. J’ai pris mes disposition, je sais de quoi tu veux traiter, alors vas-y.
- Bien. Tu as pu lire mon rapport ?
- Dans son intégrité, tu n’avais pas d’autres détails ?
- Non. Mais avec ta lettre, cela ne fait plus aucun doute. Il est de retour.
- Bon sang… Il ne manquait plus que ça…
- Il fallait s’en douter, il devait refaire surface un jour. Mais il choisit mal son moment, comme à l’accoutumé.
- Je me demande à quoi il joue, il ne cherche même pas à se cacher. D’abord l’attentat. Puis ce code laisser volontairement. A ce propos, tu penses qu’il avait prévu le déploiement de l’équipe au village ?
- Très certainement, il n’a jamais accepté notre accord avec le Tsuchikage. Il fera tout pour nous monter l’un contre l’autre. Et sur ce point, il a une longueur d’avance…
- Il va falloir trouver une solution et vite. On ne peut pas se permettre de le laisser agir une seconde fois. S’il a bien réussi à attaquer la Citadelle, il pourrait très bien mener une action contre le Village Caché, et ça serait la fin de notre entente avec le reste du pays.
- Il faudrait lui mettre la main dessus, mais ça ne risque pas d’être facile…
- Je pense que l’on n’aura pas vraiment besoin de le chercher. Tout porte à croire qu’il viendra de lui-même à nous. Il ne se cache pas.
- On ne peut pas se contenter d’attendre, c’est trop dangereux. Tu as fait augmenter la surveillance du tombeau ?
- Dès l’instant où j’ai senti sa présence. Personne ne peut y approcher. Je vais d’ailleurs faire patrouiller plus d’agents aux alentours des temples de la région.
- Tu crois toujours qu’il s’intéresse à ceux-ci ?
- J’en suis certaine. Mais, Otomo, reste sur tes gardes. Il pourrait très bien venir pour toi.
- En effet… Je m’attends autant à sa visite qu’à celle des ANBUs en ce moment…
- Je me doute que ce ne doit pas être facile pour toi… Et concernant-
- ne t’inquiète pas pour eux, je veille. Chigiru ne les approchera pas tant que je serais là.
- J’ose l’espérer. Je vais tenter de persuader le Conseil de privilégier cette piste. On ne pourra pas avancer qu’à nous deux, il faut qu’ils l’acceptent.
- Je compte sur toi.



Tap. Tap. Tap. La petite sculpture en bois frappa de nouveau le bureau, l’individu la manipulant jouant de ses mèches blanches, pensif. Il fixait sa carte étalée devant lui, des punaises pointées un peu partout. La pièce était mal éclairée, on ne voyait que l’espace de travail du bureau, et une très légère partie du corps de l’homme sur sa chaise. Il portait une tenue pourpre, symbolique des shinobi d’Iwa, un sabre était posé contre sa chaise, rangée dans un fourreau sombre et droit, la poignée recouverte de pansages blancs. Il posa sa figurine et prit une missive chiffonnée qui trainait plus loin. En la relisant, il se permit de sourire timidement.

- Bien. Tout se passe comme je l’avais imaginé. Ça en deviendrait presque insultant.

Il poussa sa chaise et se leva en silence. L’homme s’étira lentement et se massa le cou. Son sourire toujours présent, il reprit la petite figurine en bois, qui représentait une tête de cervidé.

- Bientôt, tout redeviendra comme avant.

Il souffla la bougie que officiait comme unique source lumineuse. La dernière chose que l’on pouvait apercevoir dans dernier brin lumineux, c’était un masque de porcelaine représentant un animal, caractéristique d’une certaine unité shinobi…

Code by Joy


Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Une pièce froide, loin sous le palais [Comté=>Important]
» Vive la fusion froide les gars !
» Douche froide - Abandon -
» présentation Bob Solo [Validée]
» Chasse de chasseur de renards (C, solo)

Sauter vers: