Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Lun 1 Aoû - 11:44


Senpai et Kôhai
À l'académie des apprentis Shinobi, une jeune fille aux cheveux rouges observait les enfants s'amuser, nostalgique, se rappelant tous ses bons souvenirs qu'elle c'était forgée dans cette académie, comme les mauvais. Elle vit l'un d'eux à l'écart des enfants, assis à l'ombre sous un arbre, Bento en main. C'était une petite fille qui semblait très timide et persécutée pour cela. La rousse l'observa, soucieuse. Cette petite fille lui rappela un épisode de sa vie, à l'époque ou elle était encore à l'académie. En effet, cette petite fille lui rappelait la petite Yume. Yume était sa Kôhai et appartenait au noble clan Hyûga. C'était une fille très timide qui n'avait aucune confiance en elle. Ainsi, à l'époque où elles étaient encore à l'académie, de sa nature bienveillante Eirin ne put s'empêcher d'aller parler à cette petite fille afin de l'aider à s'affranchir. Elle était comme ça notre chanteuse, toujours à la rescousse du pauvre et de l'orphelin. Elle voyait que rarement la petite Hyûga aujourd'hui à cause de ses priorités, mais par le passé, elle passait du temps avec cette dernière quand elle le pouvait et grâce à sa popularité, les autres enfants finirent par accepter la petite Hyûga plus facilement, ou au contraire la jalousèrent. Pourtant, elle savait exactement où sa Kôhai s'entraîner souvent, le jour ainsi que l'heure. Et ce jour, ainsi que l'heure, c'était exactement maintenant. Elle n'avait pas pour programme d'aller à sa rencontre et de la déranger durant son entraînement, mais la nostalgie de cette scène lui donna l'idée contraire. Lançant un bonbon à la petite fille de là où elle se tenait, c'est-à-dire derrière la grille, elle fit un clin d’œil à cette dernière avant de tourner le pas et de se mettre en route.

Après quelques minutes, elle fut arrivée au terrain d'entraînement numéro cinq et sans étonnant elle vit la jeune Yume s'échauffer pour son entraînement. Elle observa de loin pendant quelques minutes avant de se manifester. Cela faisait pas mal de temps qu'elle n'avait pas vu sa jeune amie. Elle trouvait qu'elle avait grandi et mûri. Elle semblait également avoir gagnée confiance en elle. Toutefois, elle était certaine qu'elle n'avait pas perdu ses bégaiements qui la rendaient tellement mignonne et ce souvenir la fit sourire.


▬ Je vois que tu t'entraînes dur, dit-elle en s'avançant. Bonjour Yume, ça faisait longtemps.  


Cette dernière se retourna, surprise. Eirin appréciait beaucoup la brune. Elle était douce et gentille et n'aimait pas la violence tout comme la rousse. Cette dernière sortie des dangos qu'elle avait achetée sur la route de son sac et les tendit vers Yume.


Je savais que tu te trouverais ici alors j'ai acheté des dangos sur la route pour les manger avec toi, lui sourit-elle avant de reprendre, nous pourrons discuter comme au bon vieux temps, tu ne penses pas ?



© Naely


avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Lun 1 Aoû - 12:59
Lorsque mon père était là, je m’entraînais tous les jours sauf un à la maison. Et lorsqu'il n'était pas là, je changeais d'emplacement tout les jours sauf un. Ce jours là, un jeudi, qu'il pleuve, qu'il vente, qu'il neige, gel, ait du brouillard ou une canicule je me trouvais toujours sur le terrain d’entraînement numéro cinq. Pourquoi celui là plutôt qu'un autre ? Parce que celui là était bordé d'un bosquet d'arbres, il était à l’abri des regards, et, pour finir, il y avait une petite rivière bien pratique pour se rafraîchir après un long entraînement.

Ce jeudi matin, il faisait par chance pas trop chaud malgré un brillant soleil dans un ciel azuré. Après un petit déjeuner en compagnie de ma sœur qui passa son temps à chantonner des chansons de sa nouvelle idole. C'est à dire Nagahide Eirin. Je la connaissais un peu, elle était ma senpai et était plusieurs fois venu m'aider lors de mes moments de doute à l'académie. C'était une personne adorable que j'aurais aimé voir plus souvent si nos obligations mutuelles ne nous avaient pas retenues. Comme elle je voulais que la paix règne dans le monde et, même si j'aimais me battre et que cela faisait partit de notre métier de ninja, je répugnais à ôter la vie aux gens. Nombreux vivants mérités la morts et nombreux morts mérités la vie. Ma mère en était la preuve. Mais ce n'était pas à moi de juger si quelqu'un mérité ou non la mort. Tuer était tellement plus facile qu'épargner quelqu'un. Embrassant ma sœur, je lui souhaitais une bonne journée à l'académie avant de moi même prendre mes affaires pour aller à mon terrain d’entraînement.

En passant dans les rues, j'entendais plusieurs fois des brides de chanson d'Eirin-senpai. Elle était vraiment populaire ! Le fait qu'elle soit capable de gérer et sa carrière d’idole et sa carrière de ninja m’impressionnait vraiment. Déjà qu'elle soit capable de chanter en publique relevait d'une prouesse incroyable pour moi qui n'était même pas capable de me présenter devant des inconnus de mon âge ou plus vieux sans bafouiller. Curieusement devant les enfants je n'avais pas cette gène. Au moins un jours je pourrais devenir sensei sans problème. Cela tombait bien j'adorais apprendre aux plus jeunes et les aider à progresser. Enfin, si je voulais devenir professeur je devais progresser ! Et vite !

Je posai mes affaires aux racines d'un arbre et ôtai ma veste pour la poser avec le reste. Retournant au centre de la clairière je commençais à m'étirer et à m'échauffer avec soin. Même si mes muscles étaient déjà chaud avec ma « gymnastique » de ce matin je ne voulais pas courir le risque de se blesser. Je donnais quelques coups de pieds dans le vide avant de refaire une ou deux fois le mouvement d'esquive que j'avais utiliser durant mon combat d’entraînement contre Kaneki. Alors que j'allais voir si je ne pouvais pas trouer de nouveaux coups de pieds une voix derrière moi me fit sursauter. Je me retournai et eus la surprise de voir Eirin-Senpai devant moi. Je sentis un large sourire étirer mes lèvres. Elle était toujours aussi jolie et elle respirait la gentillesse et la bonté. Elle continua de me surprendre en sortant des dangos. Elle me connaissait bien ainsi que ma gourmandise, je me sentis rougir quelque peu. J'étais heureuse de pouvoir passer un peu de temps avec elle. Je m'approchai donc avant d'ouvrir la bouche. Et au lieu de parler normalement je bafouillai lamentablement :

« Je suis heureuse de vous voir Eirin-senpai !
Je pris une petite goulée d'air avant de repartir d'un meilleur pied
- Comme vous pouvez le voir je ne me suis pas débarrasser de mon bafouillement ! Je vous remercie pour les dangos, allons nous asseoir à l'ombre nous serons plus à l'aise pour les manger. »

Je pris les dangos qu'elle me tendait avant d'aller prendre ma veste et de l'étaler sur le sol pour qu'on puisse s'y installer toutes les deux. Même si cela faisait quelques années que je fréquentais la chanteuse je n'arrivais pas à ne pas la vouvoyer. On m'avait trop inculpé les bonnes manières. J'attendis que la jolie rouge s'installe près de moi pour commencer mon Dango. Il faisait bon sous les arbres. Il eut un petit silence qui n'était absolument pas gêné ou autre juste un silence normal entre deux amies. J'en profitais pour écouter pendant quelques instants les chants des oiseaux avant de reprendre la parole

« Grâce à Minato-sama le village est en paix. Si seulement tous les Hommes pouvez être comme lui ! La paix ne serait pas alors uniquement dans le pays du Feu. Mais, vous savez Eirin-senpai je crois que vos chansons ont beaucoup d’impacts sur les gens. En allant ici, j'ai plusieurs fois entendu des gens les chanter. D'ailleurs ma petite sœur vous adore » Je finis la dernière phrase en étant rouge jusqu'aux oreilles.

J'essayai de retrouver un peu de contenance en reprenant un peu de Dango.




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Lun 1 Aoû - 23:08


Paix illusoire
La rousse suivit son amie qui la guida sous un arbre pour se mettre à l'ombre. Avant qu'elles ne s'installent, l'Hyûga étala sa veste sur le sol afin de ne pas salir leurs vêtements en posant leurs postérieurs sur l'herbe encore humide. Leur vêtement sauf, bien entendu, la pauvre veste de la brune qui dut être sacrifié. Comme pouvait s'y attendre la chuunin, sa Kohai n'avait pas changé d'un pouce si ce n'est qu'elle avait bien grandi. Toujours cette petite voix faible et tremblante qui la rendait si innocente. La rousse était certaine que les garçons de son équipe devaient se sentir obligé de la protéger tellement elle semblait frêle. Pourtant, au fond notre chanteuse savait parfaitement que son amie était loin d'être faible. Elle était même persuadée que pour sauver ses amis et son village elle serait prête à sacrifier sa vie sans hésiter.

Un silence s'était installé entre les deux jeunes filles. Eirin mangeait tranquillement ses dangos en regardant un couple d'oiseaux picotant dans l'herbe à la recherche de nourriture. Elle aurait bien désiré aider sa protégée à son entraînement, malheureusement elle portait une tenue inapte pour celui-ci. De ce fait elle songea à ce qu'elle pourrait faire avec la jeune Hyuga quand cette dernière prit soudainement la parole. Elle complimenta les actions du Yondaime puis celle d'Eirin. Cette dernière soupira. Non pas que cela ne lui fasse pas plaisir, mais elle désirait réellement que son amie arrête de la vouvoyez ainsi, même si elle savait que c'était dans ses principes et surtout dans son éducation. Puis elle songea au Yondaime. Eirin respectait et admirait énormément ce dernier. Son expression faciale si douce, amicale et bienveillante suffit à savoir qu'il est un homme bon et ses actions ne font que le confirmer. Il était un réel modèle pour elle. Courageux, fort, diplomate et pacifiste à la fois. La chanteuse espérait profondément pouvoir se rendre utile avec sa musique et que tout le monde réfléchit à son message engagé dans ses paroles. Malheureusement, elle était encore trop jeune pour se faire ainsi respecté et être prise au sérieux. Elle savait que la plupart des villageois l'écoutaient simplement comme pour un passe-temps ou pour un modèle de mode et non de conduite. D'ailleurs son public était composé majoritairement d'enfant et d'adolescent de son âge, mais cela ne la décourageait pas. Au contraire. Cela signifiait qu'elle arrivait à influencer la future génération. Cette génération qui dans quelques années sera l'acteur principal de ce village. Évidemment, la rousse n'avait nullement pour but de manipuler cette génération. Elle ne souhaitait pas que ses fans la suivent bêtement dans sa philosophie. Cette philosophie n'est après tout qu'une proposition de vie, un test à essayer, non une obligation.


▬ Le Yondaime est un grand homme, le sandaime était bon aussi, malheureusement il devait gérer une période de guerre et de tension difficile. J'espère réellement que la paix durera encore longtemps et pourtant, même moi je pense que cela restera difficile. Chaque village, y compris le nôtre, garde toujours une armée en son sein, chaque jour nous nous entraînons pour devenir plus fort. Mais pourquoi faisons-nous ça, si nous désirons la paix ? C'est là que le paradoxe s'installe. Nous avons besoin de garder une armée en cas d'attaque, afin de pouvoir riposter. Mais pourquoi parler de paix si nous attendons un nouveau conflit ? Parce que nous savons que la paix est très fragile... Je suis né au village de Kiri, et là-bas les conflits font encore rage. Peut-être serais-je même morte à l'heure qu'il est si j'étais resté là-bas pour être porteuse de Kekkai Genkai. Avec des pays encore en conflit autour de nous, la paix à Konoha est fortement menacée.  


La rousse posa un regard triste en fixant ses doigts. Elle savait que tout le monde ne pouvait être tout beau et tout rose. Certains sont d'un naturel mauvais. Pourtant, elle voulait y croire. Elle ne voulait pas croire à un monde tout beau, tout rose, mais un monde ou la guerre peut être résolue autrement que par le prix de plusieurs milliers de vies. L'homme n'est pas une monnaie.


Malheureusement, j'ai encore d'énorme effort à fournir. Je veux être plus qu'une simple chanteuse, j'aimerais servir d'ambassadrice pour Konoha. Envoyer mon message aux autres pays. Parler avec chacun d'eux afin de trouver un compromis, elle avala un dango et reprit, comment va ta petite sœur ? Je pourrais lui donner un disque dédicacé, si elle le souhaite.



© Naely


avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Mar 2 Aoû - 12:12
Je savais que cela énervait un peu Eirin-senpai que je la vouvoyer mais je n'arrivais pas à m'en empêcher, c'était vraiment plus fort que moi. J'avais oublié que mon amie venait de Kiri, mais son projet de devenir ambassadrice de son pays lui convenait tout à fait ! Elle était belle, gracieuse et joviale de lus sa popularité lui offrait une certaine protection. Le l'écoutais avec attention avant de moi même me mettre à réfléchir sur le sens profond de la paix.

La paix, qu'est ce que c'était ?La paix est techniquement l'absence de conflit, mais on parle aussi de paix lorsque c'est calme. Ne disons nous pas « la paix des cimetière » ? Dans ce cas la paix a un double sens puisqu'il s'agit du calme ainsi que de l'absence de conflit. Si on prend le premier sens, l'absence de conflit donc, on peut être parfois être en paix mais en étant opprimé. Dans ce cas nous sommes en paix puisqu'il n'y a pas de conflit. De plus la mort est une forme de paix, puisque le calme règne et qu'il n'y a plus de conflit. Dans ces cas de figure la paix n'est donc pas la meilleure chose. Qu'est ce qui supplante la paix dans ce cas puisqu'elle n'est point une valeur absolue ? Pour moi les deux choses plus importantes que la paix sont le bonheur et la liberté. Il n'y a pas une véritable paix possible sans liberté de choix. Puisque la liberté c'est de pouvoir faire des choix physique et moraux. Si je suis obligé de suivre un mouvement sans jamais donner mon avis mai qu'il n'y a pas de conflit, je ne suis pas libre et donc je ne suis pas dans une bonne paix. Ensuite le bonheur. Pour avoir accès au bonheur on se bat, on fait des choix, cela ne nous tombe pas tout crus dans le bec. En étant sous une tyrannie je pourrais donc être libre d'une certaine manière puisque je fais des choix de mon plein grès pour lutter contre cette tyrannie. Ne pas faire de choix c'est acceptés de ne pas être libre mais d'être en paix. Mais se rebeller contre cette fausse paix c'était donc un acte de liberté fort qui même s'il cause des malheurs à cause de la violence ou autre crée par la suite un immense bonheur. La question était difficile à résoudre. Devais-je tout sacrifié pour la paix ou la liberté ? Pour moi une véritable paix durable devrait plutôt être qualifié d'une harmonie profonde. Dans ce cas nous les ninjas étions les gardiens de cette harmonie ? C'était à nous que revenait le droit de faire en sorte que toutes les liberté se valent et que certains en viennent pas empiéter sur la liberté des autres. Pour ma part c'était ainsi que je nous voyais, tel des gardien d'une harmonie fragile entre les Hommes. Tout en réfléchissant j'avais finis mon Dango. Mmmh pas grave, j devais faire attention à ne pas prendre de poids ou autre.Je devais rester mince, souple, agile et rapide pour que mon Jûken soit le plus efficace possible. Je restais encore quelques secondes le temps de trouver mes mots puis j'expliquai à Eirin-senpai mes idées aussi clairement que je le pouvais et sans bafouiller.

Puis je pensais à sa proposition de CD pour Nyuuwa. Si je lui ramener un CD de son idole elle allait l'écouter en boucle pendant des heures et si mon père le trouvait, cela allait barder pour moi comme pour Nyuu. Il m'accusait de gâter outrageusement Nyuuwa. Ce qui entre nous n'est pas vraiment faux. Mais il fallait bien quelqu'un pour le faire ! Tout ce qu'il ramenait à la maison c'était une ambiance plus que tendue, des disputes, et des entraînement plus que rigoureux pour moi et ma sœur. Je me devais de ramener un peu de douceur et d'amour pour que ma petite sœur grandisse bien, soit libre, heureuse et épanouie. Sans cela elle et moi nous ne serions que de jolies petits automates entre les mains des puissants de notre clan. Rien de bien joyeux en vérité. J'aimais ma Nyuu telle qu'elle était : joyeuse, impulsive, tourbillonnante, farceuse, attachante. Je repoussais derrière une oreille une odieuse mèche qui osa me tomber dans la figure avant de répondre à Eirin-senpai au sujet de ma sœur

« Oh ! Vous savez Nyuuwa va toujours bien du moment qu'elle a son estomac remplit et qu'elle peut passer du temps avec moi. Je suis contente d'elle, elle travaille bien à l'académie et s'est tout mon contraire, elle a beaucoup d'amies et elle n'hésite pas à aller vers les autres, mêmes les plus timide même s son énergie fait parfois un peu peur. Elle est plus indépendante que moi. Pour le CD je crois qu'elle serait plus que ravie, vous devriez voir la tête de sa chambre. Elle a tout vos posters qui existent. »

Le lui cachais un peu que ma sœur avait développé son côté agressif lors de la maladie et de la mort de ma mère. Chacun avait sa propre façon de réagir, je me noyais dans mes tâches de sœur aînée et de ninja, elle devenait agressive sur certains sujet, et mon père … Il était de plus en plus absent simplement. Ce n'était pas quelque chose qui me simplifier la vie. J'étirais longuement mes bras en regardant les reflets du soleil sur l'eau.

Spoiler:
 




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Jeu 4 Aoû - 12:38


Doute


▬ Votre père doit me détester, ironisa-t-elle en référence aux nombreux posters d'elle dans la chambre de Nyuuwa.  


En effet la rousse savait par leur réputation que les Hyuuga étaient élevés avec une éducation noble et très stricte. Alors imaginer que la jeune génération suivait les traces de la rousse et tapissait leur chambre de poster à son effigie devait pas beaucoup plaire aux doyens de ce noble clan. Les Hyuuga bien qu'étant un clan ancien et très influent au village, ne se mêlaient que rarement de la politique de celui-ci. Ils avaient leurs propres politiques et leurs propres affaires que même l'Hokage n'avait que rarement l'autorisation de se mêler. La seule fois où celui-ci était intervenu était lors des tensions avec Kumo. Malgré ça, la jeune chanteuse n'était pas gênée de l'influence qu'elle apportait aux jeunes Hyuuga. Influence jugée peut-être mauvaise pour les plus vieux, certes, mais ce n'était pas plus mal. Ce clan ancien semblait être le seul clan stagnant dans le temps, refusant d'évoluer, de s'adapter aux nouvelles générations du village. Que ce soit leur éducation ou cette histoire des deux branches. Même les Uchiha offraient une plus grande liberté que ce dernier. Eirin savait que sa jeune amie venait de la branche secondaire, elle savait les souffrances que lui procurer cette position. Elle savait également pour la mort de sa mère et pour sa relation difficile avec son père. Et pourtant, malgré son lourd fardeau, la jeune porteuse du Byakugan restait forte et souriante. Ses convictions étaient solides parce qu'elle devait porter en plus de ce fardeau son rôle de grande sœur. Dans sa famille, la rousse était la cadette. De ce fait, elle ignorait ce que pouvait être la responsabilité d'une grande sœur. Pourtant, au travers la sienne, elle pouvait imaginer les difficultés. Elle y arrivait puisqu'elle savait tout ce que sa sœur, Akasha, avait dû sacrifier pour le bien de sa petite sœur bien-aimée. Eirin comptait un jour lui rendre la pareil, mais elle ignorait comment. Peut-être en continuant de se battre afin que les sacrifices de sa sœur ne soit pas vain ? En abandonnant jamais ? C'est la seule chose qu'elle pouvait faire pour le moment.


▬ Et toi Yume, comment vas-tu ? Je suis au courant de ce qui est arrivé à ta mère. Je regrette de ne pas avoir pu assister à l'enterrement, mais les Hyuuga autorisaient que peu de personnes à y participer. Mais j'ai tout de même déposé des fleurs sur sa tombe le lendemain. C'était une femme si douce, comme toi. C'est tellement regrettable. Mais si le ciel la voulait auprès de lui si tôt, cela prouve qu'elle était réellement une magnifique personne.


Elle posa sa main sur celle de Yume puis se leva, emportant le papier et les broches en bois où se trouvaient les dangos précédemment. Il était inutile de prolonger cette conversation qui ne ferait que rappeler de mauvais souvenirs à son amie, mais elle se sentait obligée, par respect, de s'excuser auprès d'elle et de lui apporter ses sincères condoléances. Elle se dirigea vers une poubelle non loin afin de jeter ses détritus puis revint vers la brune. Elle lui présenta sa main pour l'aider à se relever que cette dernière accepta, puis elles marchèrent côte à côte le long d'un chemin de terre.
Eirin s'arrêta  devant une barrière qui offrait une vue de l'ensemble du village. Le village semblait couper du monde, en paix, et pourtant enfui sous terre, des tensions régnaient. Du haut de la plaine, le village à ses pieds, elle observa ce bout de terre comme-ci elle en était le gardien. Puis elle sans regarder Yume elle lui confia ses doutes.


▬ Tu penses que ce que je fais aide le village ? Tu penses qu'il est possible de prendre une gamine comme moi superficiel qui chante au sérieux ? Je sais que je suis encore jeune pour être respecté et que je dois être patiente, pourtant..., elle prit une pause soupirant, pourtant, j'ai parfois l'impression que ce que je fais est inutile. Penses-tu que je devrais arrêter la musique et me concentrer sur mon métier de shinobi ? Reproduire les actions du Yondaime ?



© Naely


avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Jeu 4 Aoû - 17:52
Je suivis Eirin sans parler en réfléchissant à ses paroles. Il était vrai qu'à l’enterrement de ma mère mis à part ses coéquipier seuls étaient présents les membres du clan Hyûga. Moins de gens voyait les pertes du clar mieux cela valait. Nous étions presque une sorte de mini village. J'étais sensible du gestes et des commentaires d'Eirin sur ma mère. A part moi et ma sœur ainsi que ses anciens coéquipiers et parfois mon père personne n'allait déposer des fleurs sur sa tombe. De plus qu'elle me compare à ma mère qui était une ninja plus que talentueuse me remplissait d'aise. J'étais heureuse de lui ressembler lus qu'à mon père. Eirin-senpai était une des rares, hors du clan, à savoir que mes relations avec mon géniteur était plus que tendues. Ce n'était pas qu'elle que mon père n'aimait pas, mais plutôt toutes les sortes possibles et imaginables de divertissement qui faisait perdre du temps sur l’entraînement. Et il ne supportait pas que je m'occupe du jardin de ma mère en particulier. Allez savoir pourquoi. L'avait-il seulement aimé un jour ?Il n'avait pas verser une larme pendant l'enterrement et il était repartit en mission dés qu'il l'avait put. Je venais souvent à me demander si son mariage avec ma mère n'était par arrangé. Chose fort possible dans mon clan.

Appuyé contre la barrière près d'Eirin, je regardais le village vivre à mes pieds, sentais avec plaisir certains arômes qui montaient jusqu'à nous, écoutais les bruissements d'une vie sereine, goûtais à la saveur d'un pays en harmonie, touchais du bout des doigts la force de cette harmonie. J'écoutai sans rien dire les inquiétudes de mon amie et me mis à réfléchir pour l'aider. Elle chantait divinement bien et beaucoup de jeunes se trouvaient dans ses chansons, mais oui, dans le regard des adultes, elle n'était qu'une gamine naïve qui rêvait. Si elle voulait avoir de l'impacte sur tous, il fallait qu'elle soit reconnue en tant que ninja, mais en même temps comme une chanteuse. Le dilemme était complexe. Elle voulait aider son village d'adoption, elle en avait les capacités mais les autres ? Étaient-ils capables de l'entendre elle ? Je me mordis la lèvre inférieur en cherchant mes mots.

« Eirin-senpai, vous faites beaucoup de chose pour le village. Je le pense sincèrement. Peu sont capables d'avoir le courage de faire ce que vous faites. Vous chantez et comme vous êtes une ninja, les jeunes peuvent avoir foi en vos paroles et vouloir suivre votre chemin. Quand aux adultes, je crains que en effet ils ne voient en vous qu'une gamine. Pour les convaincre eux il faut que votre reconnaissance de ninja soit considérable. Mais c'est à vous de décider qui vous souhaitez toucher. Pourquoi vous privez de quelque chose qui vous fait plaisir ? Vous êtes deux fois plus utile que moi.

Je comprenais son sentiment. Lentement je détachai mon bandeau frontal, dévoilant la marque de l'oiseau en cage. Bien que je la cache pour des soucis pratiques, je n'en avait plus honte comme avant. Je grimpais debout sur le garde fou et regardai le village s'étendre sous mes pieds. Une brise légère faisait voltiger mes cheveux. J'étendis les bras quelques instant avant de les lâcher et de déclarer en fixant le vide sans peur

- Votre situation me fait penser un peu à la mienne. Voyez je suis un oiseau à qui on a arraché les ailes avant de cautériser la plaie et de l'enfermer dans une cage pour être sûr qu'il ne vole plus. Pourtant tout à l'heure je vous ai dit que sans liberté il n'y a pas de bonheur. Alors, certes oui j'ai certaines limites que mon clan m'a imposer. Je n'ai pas accès à certaines techniques ? Que cela ne tienne ! J'invente les miennes ! On veut m'obliger n'être que des bras au services d'une cause ? Se je la comprends, je serais prête à mourir pour elle. On m'a coupé mes ailes ? Je m'en fabrique. C'est parce que j'ai compris mes devoirs et mes obligations que je les accepte et parce que je les accepte je peux m'en libérer. On veut que je meurs pour mon clan ? Dans ce cas, je choisirais ma mort.J'ai trouvé ma liberté et avec mon bonheur. Mais il y a des choses que je ne peux faire : je peux rugir à la face du mode que j'aime ma sœur, je peux hurler que j'aime mon village, je peux crier que j'aime mon clan malgré ses défauts. Mais, je ne peux même pas chuchoter que j'aime mon père. Chacun à ses limites Eirin-senpai. Mais chacun fait de son mieux pour les repousser et voles plus haut que le ciel lui-même. Eirin-senpai, je ne peux que vous conseiller de simplement faire votre choix pour vous même et de vous envoler. »

Après cette longue tirade je repris tranquillement mon souffle en regardant le village avant de descendre de la barrière et de m'y accouder de nouveau, après avoir remis mon bandeau, comme-ci de rien n'était.




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 613
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 23

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 649
PE:
46/200  (46/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Sam 6 Aoû - 21:12


Doute
Eirin écoutait Yume, surprise du ton de sa voix confiante dans lequel elle s'exprimait. C'était rare de la voir ainsi et cela faisait plaisir à notre rousse. La paix c'est la liberté, disait-elle. Elle n'avait pas tellement tort. Pour se sentir heureux, nous devons avant tout nous sentir libre. Pourtant, l'homme est obligé de poser certaines limites à cette liberté. D'autres hommes choisissent les limites de ses semblables et les imposent. Souvent les plus intelligents, les plus fortunés ou les plus sages. On empêche cette liberté totale afin d'arrêter les actes malfaisants et les débordements. L'homme a commis le mal parce qu'il était libre. Sans la liberté, il n'y a pas de mal. Sans liberté, le mal n'est qu'une contrainte, une violence extérieure, une possession étrangère. Mais, si le mal n'est pas possible sans liberté, le bien ne l'est pas non plus. Au commencement, les hommes suivirent les règles de celui qu'ils appelaient Dieu. Puis ce Dieu fut leurs parents, puis leurs empereurs, leurs patrons, etc. Jusqu'à créer ce que nous appelons la hiérarchie sociale. Chacun possède des règles nommées « loi » afin de canaliser ce « mal », jusqu'à ce que le mal devienne ses lois. Le concept de paix et de bonheur est une chose bien difficile à cerner. Chacun possède sa vision de la paix et du bonheur. Le bonheur serait de pouvoir exploiter son jardin à sa guise en prenant en compte ses lois ou en les contestant jusqu'à trouver un juste milieu qui conviendrait à tout le monde. Il ne serait pas parfait, il ne permettrait pas tout, mais il serait suffisant pour tous. C'est ainsi que la rousse perçoit la conception de la paix et du bonheur. Proposer des idées, les exploiter, en retirer les avis positifs et négatifs, les améliorer, les changer, écouter le peuple, et ainsi de suite, jusqu'à trouver ce juste milieu. Chacun aurait son utilité dans cette société, chacun vivrait convenablement et chacun serait libre de donner son avis, mais en contrepartie il faudra que tout le monde accepte de patienter pour voir ce monde naître, car il ne peut arriver du jour au lendemain.

▬ Merci Yume, mais ne dis plus jamais que je suis plus utile que toi. Tu as ton utilité à ta propre façon et tu as encore le temps de réfléchir à l'avenir. Tu es comme tout le monde ici, un pilier de ce village.

Yume retira son bandeau afin de montrer son sceau maudit. Eirin le fixa le regard triste. Elle n'aimait pas beaucoup ses pratiques qu'avaient les Hyuuga pour protéger leurs Byakugan. Elle savait que cela était important pour eux, mais elle se disait qu'ils devaient faire d'avantage confiance au village pour les protéger. Si une poignée de Hyuuga de la branche secondaire étaient capable de protéger ceux de la branche principale, les Shinobi de Konoha seraient eux aussi capables de les protéger sans se sentir enchaîné. Par patriotisme et non par obligation. Il est normal de s'entraider sans se sentir obligé de le faire. Cela devait même venir naturellement, sans qu'on ait le besoin de demander. Nous devons nous sentir, à Konoha, comme une grande famille et non comme des milliers d'étranger cohabitant simplement sur le même sol.

▬ Je suis sur qu'un jour, la soke et la bunke n'existeront plus. Le monde évolue, les générations changent, certaines autorités disparaissent, un jour viendra ou un Hyûga se rebellera contre ses coutumes et réussira à les changer. Peut-être ça sera toi. Je ne suis pas d'accord avec les pratiques de ton clan bien que j'aie un profond respect pour vous. Mais je pense que vous devriez faire plus confiance au village pour vous aider à garder ce secret. Accepter cette main qui vous est tendue. Une personne peut accepter d'aider et d'en protéger une autre sans que l'on ait besoin de la forcer à le faire. Mais je ne suis pas en droit de penser à ce qui serait bon pour ton clan.

Elle sourit à Yume avant de prendre ses distances avec ce vide si attirant. Dangereusement attirant. Puis elle fit dos à l'Hyûga levant le visage vers le ciel. Elle songea aux paroles de son amie. Devait-elle tout abandonner ? Retourner auprès de sa sœur ou même auprès de ses parents? Aider à mettre fin à la révolution de Kiri, de sa patrie natale ? Elle n'en savait rien. C'était une réflexion qui allait lui prendre du temps.

▬ Tu as raison, je devrais peut-être encore y réfléchir. Merci de m'avoir écouté Yume. Quand j'aurai pris ma décision, tu seras la première à qui j'en parlerai. Sur ses belles paroles, je vais te laisser te concentrer sur ton entraînement matinal et retourner à mes occupations. Je passerai demain pour te donner le cd pour Nyuuwa. C'était un plaisir de te revoir Yume, à bientôt certainement.

Elle sourit à son amie avant de la quitter. Un sourire qui cachait une grande inquiétude. Puis elle quitta le terrain d'entrainement.

(HS: Tu peux répondre ou clôturer le rp et le mettre dans les corrections ^^)


© Naely


avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Dim 7 Aoû - 19:23
Il me semblait que mes paroles avaient touché Eirin-Senpai et j'en étais heureuse. Bien sûr qu'il lui faudrait du temps pour choisir, ce n'était pas quelque chose de facile à savoir, et il fallait avoir mûrement regarder en profondeur et sous tous les angles le problème. Mais pas que. Il fallait regarder aussi les conséquences. Il n'y a pas de mal sans bien et inversement. Chaque action entraîne une réaction. De plus chaque acte à une part de bon et une part de mauvais.

Ses réflexions sur mon clan ne me choquèrent pas outre mesure. Très peu de personnes étaient d'accord avec le système de mon clan. Voir même personnes mis à part les membres de la soke. Et encore ! Ce n'était pas même sûr. J'avais l'impression que les choses commençaient doucement à bouger dans les Hyûgas. Je ne savais pas si cela était vrai ou simplement dû à un sentiment personnel. Mais je comptais bien continuer à faire changer les choses. Pour le bien de ma sœur et des futurs enfants Hyûga, et peut-être un jour le futur de mes propres enfants. Enfin, futurs enfants dans longtemps !

Je remerciai Eirin-senpai pour cette discutions, le CD, les Dangos et son amitié. Je la saluai et la regardai partir sans rien dire pendant un long moment. Je me frottai les yeux avec la paume des main avant de rejoindre mon terrain d'entraînement et de reprendre mes exercices avec soin. Si je voulais changer les choses en bien, si je voulais protéger cette harmonie, si je voulais protéger ma sœur, si je voulais protéger le village, si je voulais protéger ceux que j'aimais, je devais devenir plus forte. Un millier de fois plus. Je me mis en position face à un poteau et activai les flux de chakra de mes yeux

« Byakugan ! »




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
MJ/PNJ
MJ/PNJ
Messages : 109
Date d'inscription : 24/07/2016


Voir le profil de l'utilisateur
Re: Senpai et Kôhai [Ft. Yume]    Sam 1 Oct - 14:02

Correction

Positif - Eirin


Beau petit rp de discussion entre nos deux belles princesses, texte fluide et simple à lire, tu as une plume agréable, j'aime beaucoup te lire. Tu t'identifies bien au personnage et décrit bien ce qu'elle ressent et ce qu'elle pense, je n'ai rien à redire ! Puis, quel beau codage !


Négatif - Eirin


Sur toute la longueur du rp (les 4 posts quoi), j'ai vu des petites coquilles passer au travers (attention au sens des phrases et j'ai vu un ou deux mots oubliés), mais globalement rien d'alarment, il faut seulement passer un coup de correcteur, surtout pour les terminaisons/accords, je te donne des petits exemples :
Spoiler:
 


Gains - Eirin


14 PE



_____________________________________

Positif - Yume


Une magnifique discussion entre les deux kunoichis. Je n'ai pas encore lu beaucoup de post à la première personne, mais je trouve que cela va très bien à Yume, c'est une personne chaleureuse et brillante, et tu respectes vraiment bien tous les traits de caractère de celle-ci, tes textes sont simples et fluides (même avec les erreurs). En effet, tu fais en sorte que tes mots nous touchent et j'apprécie beaucoup cela ! En tout cas, je vois tes efforts et je salue vraiment tout ça !


Yume


Attention à la syntaxe des phrases, relis toi oralement par exemple et tu verras qu'il manque des virgules ! J'admire ta fougue d'écrire, mais attention, tu te trompes de lettres parfois ou oublie un mot, c'est juste de l’inattention, il faut juste être plus attentif ! Attention aussi aux répétition. Niveau fautes, j'en vois passer à travers ton clavier, surtout avec les s/accords/terminaisons, je te donne des exemples, sinon, si tu passes ton texte à travers un correcteur, ça sauvera pas mal de choses ! (tout ça pour que les gens prennent encore plus de plaisir pour te lire).
Spoiler:
 


Yume


12 PE


Aimi ♥

Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Yume No Pandora ~
» Yu-Yume... *se cache*
» Yume Namida - Underground - [Dollars]
» Yume Kucabara
» Prédéfini N°1 Sakuya Yume, une nouvelle vie, un changement.

Sauter vers: