Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 297
Date d'inscription : 18/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
18/500  (18/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Blackbird | Ft. Uchiha Miyuki    Mer 3 Aoû - 21:25
Fade into the black
''When you light a candle, you also cast a shadow.''






Perchée sur le Mur, une ombre contemplait l’Horizon. Tel un oiseau au vent, il profitait de sa liberté et de la vue. Il se plaisait à se comparer à ce rempart protégeant la Feuille des déluges et des forces du Mal qui pouvaient oser s’en prendre aux fondations du premier Grand Village. S’érigeant tel une barrière devant ceux-ci, il œuvrait continuellement à veiller à ce que les âmes demeurent en paix dans ces chaumières endormies. Droit, fier et fort il imposait sa volonté à ceux ayant comme dessein de nuire à ceux qui comptaient sur lui en son sein. Tout comme ce monument érigé pour la sécurité de tous, il portait les marques du passé. Les cicatrices des conflits de jadis. N’oubliant jamais que ces scarifications étaient le résultat de ses réussites et que malgré la douleur engendrée par celles-ci, le tout en valait totalement la peine. Tout simplement car prenant ce mal sur lui, il empêchait les autres de le subir. N’est pas un grand homme celui qui tue pour soi-même, mais bien celui s’immolant à petit feu pour éclairer de sa propre flamme autrui.

Se perdant dans la nuit, une simple lueur semblait émaner fort loin parmi la cime des arbres. Un simple éclat dans ce ciel ébène venait attirer l’œil du Prodige. La nitescence de la ville du Jeu et du Plaisir se faisait ressentir jusque dans l’Antre de la Paix et de la Sérénité. Amusant. Pendant qu’ici tous, ou presque, se laissaient bercer dans les bras de Morphée, là-bas, la ville dansait, festoyait et buvait allégrement. Se laissant corrompre l’âme volontairement pour diverses raisons. Oubliant leur quotidien et leurs afflictions respectives, ces êtres profitait du moment comme bon leur semblaient. La Fierté du Feu, pour sa part, s’afférait à profiter de sa nuit à sa façon. La tranquillité qu’apportait la chute de la journée et l’apogée de sa tendre Lune amenait en lui un sentiment d’apaisement dont il avait grand besoin. Négociant avec un quotidien tumultueux, il se devait d’apporter paix à son âme lorsqu’il le pouvait. Le diurne personnage se laissait donc ainsi aller, vagabondant sous les étoiles qui eux dansait à travers ce ciel noir comme l’abysse.

Dans la plus grande élégance et le plus profond silence, l’Ombre, qui siégeait il y a quelques instants sur le sommet du portail menant au village des légendes, s’était laissé glisser sur la terre des hommes. Tombant doucement de sa hauteur, laissant le vent caresser son fin facies et ébouriffer sa coiffe caractéristique de sa personne. Le tout lui rappelant le moment où il avait osé tenter d’apporter la déhiscence entre son âme et ce monde. S’y rattachant au dernier instant, évitant une fatalité qui aurait changé la face de l’Histoire telle que nous la connaissions aujourd’hui. Ce moment de chute libre, de total liberté lui rappelait à quel point que la vie était spécial et unique. Que chacun était le maître de son navire. Évitant l’iceberg, il se posait tel une plume au sol. Amortissant le choc avec grâce.

Prochaine destination du jeune homme aux pupilles vermeilles : le Quartier Uchiha. Berceau de son sang, ce lieu mythique lui apportait un important conflit interne. À la foi historique, ce dédalle de rues et ruelles avait été le bastion d’idéaux et de conflits multiples. Corruption, violence et souffrance avait été élevé entre ces murs. Nonobstant cela, l’amour, la paix et la famille y avait aussi vu le jour. Mitigé quant à son réel ressenti, l’Éphèbe appréciait s’y promener tout simplement. Imaginant les précédentes générations fouler le même sol de leurs pas, autrefois. Le Clan Maudit. Père de légendaires ninjas, capable du meilleur comme du pire. Maître d’un grand pouvoir, il imposait son poids dans la balance de la Justice. Tout comme dans celle de la Vie et de l’Histoire.  Malgré des temps plus tendus, la situation actuelle était relativement saine entre les membres de cette caste ancestrale. Des hommes comme l’Illustre Mirage y veillaient. Cependant, l’Avenir était toujours incertain. Il était cependant certain que ceux portant le poids de ce prestige et de cette force allait continuer de persévérer dans cette irréméable voie pour laquelle il avait choisi de dédier leur vie.

Tranquillement, pas à pas, il se laissait glisser entre les habitations regroupé dans ce lotissement unique en son genre. Cogitant sur tout et rien, il laissait son esprit aller dans la direction désiré, forçant son corps à suivre, telle une vulgaire marionnette qui n’existait pas réellement. Après un bon moment d’erratique déambulation, il remarqua une présence se dessiner à l’horizon. Connaissant le chakra des siens par cœur, le sibyllin shinobi avait rapidement identifié l’oiseau de nuit qui venait, indirectement, lui tenir compagnie : Uchiha Miyuki. Bâtarde du clan à l’Étendard, elle était vu comme une pariât pour plusieurs. Fille d’un père inconnu et d’une traîtresse exécutée par le dynaste patriarche des Uchiha en personne. La vision de l’ainé de Fugaku à son égard différait un brin de celle de ses compatriotes. Non pas qu’il ne reconnaissait pas l’Acte de sa la génitrice de la demoiselle aux chats, mais il savait pertinemment qu’une médaille avait deux côtés et que la version officielle de la condamnation de la défunte n’en présentait qu’un seul.

Curieux, tout simplement, et par bonne manière, il allait donc lui adresser la parole. D’un ton calme, posée et bien à lui, il s’était arrêté à quelques pas de celle-ci, en plein milieu de la rue, afin de se dresser calmement devant elle.


- Miyuki-San, la nuit est belle, n’est-ce pas?





avatar
火 | Konoha no Chûnin
火 | Konoha no Chûnin
Messages : 18
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 0
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Blackbird | Ft. Uchiha Miyuki    Dim 7 Aoû - 18:04
Leave somehow
''Blackbird’s song is over now.''






Les yeux fixes sur l’étendard des Uchiha, elle ne bougeait pas depuis plusieurs minutes.
Statuesque solitude; une éternité à attendre ce qui ne s’attendait pas.
Les mains crispées sur sa robe vermeille, ses jointures blanchissaient sous sa poigne. Autour d’elle, pas un bruit, pas une âme. Ils avaient éteint la ville, éteint le monde. Avec la lune diaphane qui cognait sur les immeubles pour les faire disparaître de moitié, les gens biens dormaient à ces heures-là. Les malheureux, quant à eux, s’installaient quelque part, entre des inconnues et une bouteille pour s’inventer une importance. Les malheureux veillaient pendant que le reste du monde tournait sans eux.
Konoha.
Qu’est-ce que ce village voulait dire pour elle?
Pour son nom? Pour les membres du Clan?
Elle y pensait souvent. Trop souvent. Pourtant, elle se butait au silence. Personne ne pouvait répondre à sa place, tout comme elle ne pouvait pas se répondre elle-même.
Il y avait ce creux grandissant dans son ventre, une impression indétectable, invisible. Les maux de l’homme dépassaient tous les savoirs médicaux… Mal de tête, mal de pays, mal d’être… Où était sa place parmi les siens? Avait-elle seulement connu les « siens »?
Une moitié. Une demie, et pourtant sans demi-mesure.    


Vingt ans plus tôt, son père avait dû mordre à la seule pomme qui allait lui implanter et son titre de bâtarde et sa descendance traîtresse. Elle était le produit de la haine.
Le produit de deux nations qui s’étaient fait l’amour de passage et qui avait jeté des graines sur une terre trop aride pour qu’on y sème quoi que ce soit.
Et pourtant, elle était là.
Née de haine ou d’amour, mais grandi dans le blâme de ses origines.
Certains pays étaient nés de la sorte, mais pour les Uchiha, il fallait conquérir et les mettre à sa main pour éviter une rébellion. L’obéissance. L’obéissance des parias, l’obéissance de ceux qui faisaient grincer des dents ce peuple gorgé de fierté pour un don…. Des yeux pourpres, des yeux rubis, des yeux sanguins… Qui au fond, les faisait voir de moins en moins clair.
Partager un don, c’était aussi partager une malédiction sur laquelle elle crachait depuis trop longtemps.

La Bâtarde desserra les poings, un soupire à ses lèvres carmin.
Konoha n’avait jamais été chez elle, pourtant, elle y affectionnait les gens. Entre les cris matinaux des marchands, les exclamations gaillardes tout près de l’Académie,  les piaffements étouffés des vieilles pies du village, l’étrange, mais réconfortante odeur du ramen et de la terre humide, la chaleur écrasante au soleil un peu trop éclatant, le silence des temples, les murmures incessants sur son passage….Miyuki Uchiha était à la fois un mystère et un désintérêt.
Hors du quartier, elle serait et resterait une Uchiha, tandis qu’à l’intérieur, elle ne serait jamais rien d’autre qu’une étrangère… Si ce n’avait été de Nekobaa…
Nekobaa… Elle avait plaidé son sang, sa cause devant la tête du Clan, cette nuit-là… Celle de sa naissance et celle qui avait mis fin à la vie de sa mère.
Sans elle, sans doute n’aurait-elle pas survécu plus de trois heures... Mais elle était vivante. Cette pensée lui donnait toujours le vertige.
Un rien. Juste un petit rien et elle n’aurait sans doute jamais rien connu de ce monde.
Elle rit pour elle-même, faussement. Follement.

Un bruit.
Quelqu’un venait d’interrompre ses songes. D’un geste un peu plus violent qu’elle ne l’aurait souhaité, elle se retourna. Ses yeux sombres, déjà habitués à l’obscurité dessinèrent l’individu devant elle.
Cette posture, ce chakra, cette présence…
Itachi Uchiha. Prodige. Fils de la tête du Clan.
Déjà trois choses qui les éloignaient à plusieurs centaines de kilomètres l’un de l’autre dans ce tête à tête impromptu.
Elle se mordit la langue d’abord, plus tentée de le voir s’éloigner et disparaître... Mais ce que le Clan souhaitait, le Clan avait.
Il était son supérieur hiérarchique. Il était LE prince Uchiha… Le fils de Fugaku. À ce nom, elle déglutit avec difficulté, apeurée et hargneuse, mais la seconde suivante, elle s’inclina devant le jeune homme qui lui ressemblait un peu trop.
Uchiha. Les traits ne mentaient pas. Ils se ressemblaient trop pour ignorer leur appartenance.
La tête baissée, elle attendit qu’il parle en premier avant de se relever et lui retourner la politesse d’une voix très basse :


« Itachi-Sama. »


Elle attendit encore quelques secondes pour répondre, incertaine si cette convivialité était souhaitable ou non.

« Certes… Les nuits ont toujours été un peu trop belles à Konoha… Certains oiseaux de nuit en profitent un peu trop.» Puis, en esquissant l’ombre d’un sourire, elle porta son attention sur son uniforme d’ANBU : « Mais je doute que c’est ce qui vous tient éveillée aussi tard. »

C’était une observation un peu désintéressée : les ANBUs ne révélaient jamais leur mission… Et comble de tout, elle n’allait certainement pas se montrer curieuse ouvertement.
Elle était prête à bien des choses pour vendre ses informations, mais ça… Non.
Le mieux était de rester complètement illisible, un peu trop commune.
Être normale, ou presque.





avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 297
Date d'inscription : 18/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 0
PE:
18/500  (18/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Blackbird | Ft. Uchiha Miyuki    Mer 10 Aoû - 7:46
Fade into the black
''I like the night. Without the dark, we'd never see the stars.''






D’un grand homme émanait une grande ombre. De sa prestance et de sa réputation nitescence, naissait l’ombre. Plus il était ‘’grand’’ plus il pouvait générer une partie d’ombre conséquente. Ce qui créait ce phénomène? Le soleil. L’astre qui illuminait ce monde de sa puissante lumière. Cette lumière pouvait brûler, voir vous irradier. Imaginer cette étoile géante et ce qu’elle produisait, ces rayons, comme la ‘’vérité’’, comme une force immense qui asseyait les hommes, tentant de les brûler. C’est alors aisé de comprendre les bienfaits de l’ombre précédemment mentionnée. Le créateur de cette noirceur portait donc sur lui la chaleur, la déviant, la supportant, afin de laisser à ceux derrière lui un coin à l’abri, dissimulé de ce mal qui tentait de les ronger.  S’élevant donc toujours plus haut, non pas pour parfaire sa propre légende, mais bien pour augmenter la taille de son ombre, il s’afférait à protéger les siens, à sa façon. Acceptant d’être le porteur de cette noirceur dont avait besoin ce monde. Paradoxal, d’un certain sens. Faire vivre la lumière en s’enfonçant dans les ténèbres. Voilà ce qu’était, en quelque sorte, un vrai shinobi, pour l’éphèbe.

C’est  aussi, en contrepartie, ce qui le poussait à rester éveiller, une fois le soleil tombé et la lune à son apogée. N’ayant plus à subir cette éternelle pression, qu’était celle de veiller au bien-être de son peuple et de le dissimuler sous son aile,  une fois la nuit en place, il pouvait profiter de ce calme éphémère. Être nocturne à la base, son amour de l’obscurité n’avait qu’accru avec les années. Dans ces moments où le temps semblait s’arrêter et où les gens dormaient, il était bien. Il voyait dans tout cela une certaine ‘’paix’’. Paix d’âme et d’esprit. Le silence, l’ordre et la tranquillité étaient maîtres durant ces quelques heures de noirceurs.

C’est ainsi qu’il se retrouvait, généralement, seul, seul avec soi-même. N’ayant aucun autre dérangement que de se laisser se perdre dans son esprit. Il profitait donc pleinement de ce moment de quiétude. Était-ce aussi la raison de sa nouvelle interlocutrice? Peut-être, peut-être pas. Cependant, elle semblait lancer une légère pique à l’égard de la fierté de l’étendard. Intentionnelle ou non, qui sait. Il se devait cependant de répondre, avec aucune hostilité dans la voix, il désirait cependant exposer un fait. Quelque chose de simple, mais parfois oublié des masses,  qui oubliaient que la nuit venue, des hommes restaient éveillé afin de veiller à leur sécurité. Toujours bien droit, n’ayant pas bougé d’un millimètre, l’Uchiha pris de nouveau la parole, s’adressant à sa vis-à-vis d’une voix neutre, mais pleine de son unique façon d’être.

- Certes, n’oublies pas, Miyuki, que ce sont ces oiseaux de nuit qui permettent à ce village d’avoir de si belles nuits. Disait-il, doucement, laissant planer ses mots dans l’air, les portant tranquillement à l’esprit de la Bâtarde albâtre.

L’humain fascinait notre homme. Étrange créature, leurs motivations et ambitions s’avéraient tout autant mystérieuses, par moment. Il y avait autant d’idéologie qu’il y avait d’individu. Plongeant son regard dans celui de la jeune demoiselle, il l’observait, sans intention apparente, tout comme elle le faisait. Un drôle de moment s’installait alors. Chacun étant habitué de tenir un rôle aussi de Clan Maudit, il se retrouvait ainsi par une hasardeuse coïncidence, une fois le spectacle en pause, portant toujours leur masque.  Allait-il le laisser tomber? Cela était plus qu’incertain. Certes, il n’était point un secret que le jeune homme était un véritable rempart pour le village. Cependant, très peu, voir personne, n’avait une véritable idée de l’ampleur de son dévouement et de ses actions. Étant impressionné par ce qu’ils voyaient, ils ne se doutaient pas de la partie de l’iceberg submergée dans l’obscurité.

S’il en était ainsi pour lui, il se devait d’en être de même pour sa consœur Uchiha. Trop souvent, les gens s’arrêtaient aux premiers détails, à ce qu’ils pouvaient voir directement chez les gens. Cependant, en agissant comme tel, ils se privaient d’apprendre à connaître réellement leurs semblables. Ratant ainsi l’opportunité d’en apprendre plus sur la vie et sur eux-mêmes par la même occasion. Parfois, prendre quelques instants afin de s’arrêter et réellement parler à quelqu’un, s’intéresser à elle, changeait tout.
C’est donc pourquoi, le sibyllin personnage avait engagé la conversation, ne se contentant pas d’une simple situation d’usage qui aurait ramené les deux êtres dans leur vie respective. Il créait ainsi, l’espace d’un moment, quelque chose entre les deux shinobi de la Feuille. Sachant pertinemment qu’une femme comme elle, doté d’un passif si mouvement, avait assurément quelque chose à raconter, il allait poursuivre sur la voie qu’il avait lui-même engagé.

- Chacun pour ses propres raisons, reste réveillé par moment. Éveiller son âme pendant que les autres dorment n’est-il pas un moyen de voir les choses autrement, Miyuki-San? Concluait le bellâtre, se taisant ainsi, attendant la réponse de la demoiselle, profitant de ces quelques instants de silence et de paix.







Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Batisse de Sugimoto [Uchiha Hanzo]
» [Quartier Uchiha] Domaine du Cygne
» Visite au Domaine Uchiha
» Hana Uchiha - Genin
» FT - Madara Uchiha

Sauter vers: