Partagez | 
Invité
Invité


Famille. Ft Papa et Maman    Lun 8 Aoû - 19:17

" Famille "

Namikaze Naruto est dans la place ! Oui mais là ce n’est pas le moment de le crier sur tous les toits ! Il existe une espèce encore plus dangereuse que tous les bijuus. Pourquoi vous me regarder comme ça l’air ahuri ? Vous sortez d’où ?  Comment ça de qui je parle ?  Parce qu’il existe plusieurs types de monstre qui m’effraie ? Franchement le Kyûbi est une promenade de santé à côté de ma mère. Parfois je me mettrais presque à le plaindre. Je vous le confie, mais si on me le dit en public je le nierai en bloc ! Même lorsque ma mère s’énerve contre moi, et qu’elle pousse le bouchon un peu trop loin, je ne ressens que de l’affection envers elle.

Auprès d’elle, je sais que je n’ai à faire aucun effort pour avoir son attention : je le suis déjà. Je peux déjà sentir votre jalousie alors je vais arrêter et vous parler de mon vrai problème. J’en ai trois. Premièrement il est tard, je dépasse de loin mon couvre-feu. Ensuite je suis couvert de blessures, que des égratignures. Et finalement je n’arrive pas à sentir la présence de papa, autrement dit, une fois dans l’arène il n’y aura pas d’arbitre pour calmer le jeu.  Je ne sais même pas quoi penser, je suis un ninja, j’ai l’habitude de risque mais il me fallait un plan. Bien sûr que j’en ai un, il est simple. Ma mère est actuellement au rez de chaussée, et ma fenêtre est ouverte. Vous me suivez ? La salle de bain ne serait alors qu’à un sprint. Je me ferais grondé pour le retard, mais ce n’est rien comparé au savon que je vais prendre si elle me voit rentré dans cette état.

En effet le Namikaze était en piteux états, sa veste était entièrement froissé, il y avait de légère déchirures, discrète à l’avant, cependant l’arrière ne tenait plus que par un fil. Le Tshirt noir qu’il portait en dessous était entièrement tâché, de sang et de poussière. Son visage et ses mains étaient totalement éraflés, ses jambes n’avaient que quelques égratignures dues au frottement contre le sol. Cependant le pantalon lui avait totalement cédé : il n’avait plus que la moitié de sa jambe droite.  Seul son bandeau sur le front semblait intact, seulement tâché par du sang. Il respira fort et regarda autour de lui. La rue était encore pleine, certains  enfants jouaient encore dans la rue, les plus vieux habitants se promenaient lentement, profitant de leur précieux temps.

Le Chuunin orange fixait depuis quelques minutes son objectif, sa propre maison. C’était une demeure agréable, elle respirait le foyer agréable, le jardin était impeccable, la maison était propre et décoré avec goût. Mais la majeure partie du brouhaha était causé par les mères aux foyers qui s’afféraient au choix à la cuisine ou aux commérages.  Naruto n’entendait pourtant pas sa propre mère, un frisson le parcourut, il se retourna précipitamment, s’assurant qu’il n’y avait personne derrière lui. Il joignit ses deux mains, malaxa rapidement son Chakra pour rapidement changé d’apparence.

Ouai, c’est de ma mère dont on parle…  Elle a probablement placé des espions autour, tenez regarder moi ce gamin, je suis sûr qu’il n’est pas net. Pareil, les voisines sont probablement mes pires ennemies. Si on voit à travers mon Henge, je suis un homme mort. Il n’y avait aucun risque. Vous ne le savez peut-être pas je suis un ninja hors pairs. Yosh ! J’ai réussi à rentrer dans le jardin. On ne peut pas le ressentir si on n’a pas vécu quinze ans avec elle, mais je peux déjà sentir l’aura agacé de maman autour de la maison.  

Le plan était simple, il l’avait d’ailleurs exécuté plusieurs fois. Il devait prendre son élan du fond du jardin, puis créer un clone au moment où il sautait, ce dernier le recevrait comme un ballon de volley, et le propulserait vers le haut, Naruto n’aurait plus qu’à s’agripper la fenêtre, et entrer dans la chambre. De là, il n’aurait plus qu’une étape. Aller de sa chambre à la salle de bain sans se faire repérer. Il ne regretta jamais autant le fait d’être le fils d’une ninja hors pair. Mais il se rendait compte dans sa malchance que le tout pouvait être pire. Sa mère aurait pu avoir le Byakugan. Il se promit intérieurement de ne jamais faire un tel coup à ses enfants et d’éviter les femmes du clan Hyûga.  Une fois dans la chambre il resta silencieux un moment retenant sa respiration, la maison était silencieuse, beaucoup trop silencieuse d’ailleurs. Il était repéré c’était sûr ! Son corps ne fit qu’un geste, utilisant tout son savoir de ninja il rejoignit la porte de sa chambre et la ferma d’un geste sec. Il cria alors à l’intention de sa mère, tout en commençant à enlever ses vêtements.

Naruto__ :Mom’s ? N’entre pas ! Je suis … huh… tout nu ! Ne rentre surtout pas !

Bon sang, c’est vraiment pas bon, je peux me changer, mais je n’arriverais jamais à cacher mes blessures ici. Si maman  n’ouvre pas la porte de force, peut-être que j’aurais suffisamment de temps pour trouver un truc. Peu probable.  Et Papa qui est trop occupé à faire le Hokage pour me venir en aide… Bon sang, tout ça s’annonce vraiment mal.


avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 115
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Famille. Ft Papa et Maman    Mar 9 Aoû - 22:11
« Akaï Chishio no Habanero...»
Deux heures.
Deux heures.
Cela faisait maintenant deux heures que j'attendais le retour de mon fils à la maison.
Un silence perturbant avait envahi l'ensemble du logis, le seul bruit que je  pouvais entendre était celui de ma respiration. J'avais préparé la table depuis longtemps et le repas était froid.
S'il avait eu le malheur d'avoir passé la soirée à s'amuser avec ses amis sans me prévenir...bon sang, il n'imaginait pas le savon que je lui passerais ! Ce gamin...il avait seulement quinze ans et il osait dépasser son couvre-feu de plusieurs heures ? J'étais agacée oui, mais plus les minutes passaient et plus la colère laissait place à la nervosité.
Ce n'était pas normal, il ne rentrait jamais aussi tard. Le soleil s'était déjà couché et un voile noir avait recouvert l'immense azur.
Et s'il lui était arrivé quelque chose de grave ? Je ne pouvais rester calme dans cette situation. Angoissée, je me levai de ma chaise et commençai à faire les cent pas dans le salon tout en me rongeant les ongles jusqu'au sang. Même si Minato se trouvait dans son bureau et effectuait ses tâches de Hokage, je souhaitais par-dessus tout qu'il soit là, auprès de moi.
J'ouvris la porte pour la vingtième fois avec l'espoir de voir Naruto rentrer, je posai alors mon regard au bout de la rue, mais je ne pus apercevoir que de simples enfants qui jouaient en compagnie de leurs parents.
Mon cœur battait à une telle vitesse que j'avais l'impression qu'il ne tarderait pas à sortir de ma poitrine. Où était mon fils ? C'était la question qui ne cessait de me perturber l'esprit.

Je refermai lentement la porte et me dirigeai vers la cuisine.
Il fallait que je me calme.
Oui, il le fallait mais c'était plus fort que moi, le simple fait de savoir que mon enfant se trouvait dehors à vingt-trois heures, ça me faisait complètement perdre la tête.
Je me relevai de ma chaise une fois de plus, mais alors que je m'apprêtais à jeter un coup d'œil par la fenêtre, un bruit à l'étage attira mon attention.
Même si je désirais plus que tout que ce soit mon fils, il fallait que je reste prudente. Et s'il s'agissait d'un ennemi ? Je m'armai du premier objet qui me tomba sous la main, à savoir, ma fameuse poêle, puis je grimpai les escaliers en prenant garde à ne pas faire de bruit.
Je sursautai lorsque la porte de la chambre de Naruto se ferma.

« Mom’s ? N’entre pas ! Je suis … huh… tout nu ! Ne rentre surtout pas ! »

Entendre sa voix me procura un immense soulagement et les inquiétudes que j'éprouvais disparurent totalement. Cependant, même si l'apaisement l'emporta sur l'angoisse, je ne pus réprimer la colère qui m'avait soudainement envahie. S'il était rentré en douce, alors cela signifiait qu'il avait encore fait une bêtise. Je bouillais intérieurement, mes membres tremblants le prouvaient clairement.
Ignorant totalement son avertissement, je donnai un violent coup de pied sur la porte qui explosa dans un fracas assourdissant.
Je n'eus pas besoin de chercher mon fils, il était juste en face de moi, à moitié habillé. Il reculait à petits pas jusqu'à ce que son dos se cogne contre le mur.

« Toi...tu disparais pendant plusieurs heures et tu oses faire comme si de rien n'était ? TU TE FICHES DE MOI ? »

Hors de moi, je balançai la poêle contre la fenêtre qui éclata en débris également.
Les voisins avaient tellement l'habitude d'entendre des cris dans la maison Uzumaki qu'ils ne s'en plaignaient même plus. Pour eux, c'était maintenant tout à fait normal de voir un ustensile de cuisine passer par la fenêtre.
Mais il fallait quand même que quelqu'un me calme car j'étais bien à deux doigts de tout démolir.


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia

avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 260
Date d'inscription : 07/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 263
PE:
36/500  (36/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Famille. Ft Papa et Maman    Mer 10 Aoû - 2:04


Un Namikaze pour en sauver un autre





Dehors, on pouvait voir les arbres bouger sous la force mystérieuse du vent, les feuilles en tombant par moment. Dans les rues, des enfants jouaient à cache-cache, ou à d'autres jeux, empêchant les commerçants de travailler à leur guise, causant du tumulte de-ci de-là. Dans le ciel, les quelques nuages présents suivaient leur cours, et les oiseaux volaient dans diverses directions. Un grand bruit tira immédiatement le Yondaime de sa rêverie, et le regard accusateur de son assistant lui donna instantanément un air penaud. Il se mit alors à son travail de paperasse, laissant une nouvelle journée avancer et se terminer. Le Soleil finit par se coucher, cachant ainsi les nuages, les oiseaux, rendant impossible à déceler la plupart des arbres, et poussant les enfants dans les rues à rentrer chez eux, et les commerçants à fermer boutique. Cela signifiait également que lui pourrait bientôt retourner chez lui, retrouver sa très chère épouse, et son adorable enfant. La quantité de travail ne lui permettait pas de rentrer à cet instant, mais il savait qu'il ne tarderait pas, de peur que Kushina ne soit encore d'une humeur massacrante parce qu'il avait veillé trop tard au travail.

Il était vingt-deux heures à l'horloge du grand bureau, une heure bien tardive, ainsi se décida-t-il à mettre fin à sa journée. Pour le chemin jusqu'à sa demeure, Minato décida d'arborer son chapeau de Hokage, en plus de la tenue qu'il portait toute la journée, car, bizarrement, cela semblait donner de la joie aux habitants du village. Habituellement, le chemin pour rentrer ne prenait pas plus de dix minutes au blondinet, mais quelque chose attira son attention, et il s'en détourna rapidement. En effet, une fumée, difficilement perceptible sous couvert de la nuit, le mit en alarme. De ce fait, il se mit en direction de l'entrée du village, pensant qu'une attaque était en cours. Les chances que cela soit vrai étaient faibles, mais même un simple incendie pourrait être une catastrophe, pour peu que personne d'autre ne l'aie vu. Sans penser à utiliser son Hiraishin, le Yondaime parcourut le long chemin à pied, et c'est au bout de quinze minutes qu'il y parvînt. Là, il se sentit totalement idiot, car lui, le chef du village, avait, semble-t-il, oublié le grand feu de joie organisé par le syndicat des commerçants une fois par an. Qui plus est, une voix l'interpella:

-Hokage-sama ! Vous êtes venu faire un discours pour nous ? Vous nous en voyez extrêmement honorés !

Cet homme était clairement éméché, mais ses hurlements avaient eu l'effet escompté: tout le monde l'avait remarqué. Il salua donc une partie des commerçants présents, sur le chemin pour se rendre à l'estrade, et improvisa un court discours:

-Chers marchands du village de Konoha, je suis venu ici ce soir afin de vous témoigner la gratitude de tous les habitants, à qui vous fournissez absolument tout ce dont ils ont besoin, et à chaque fois qu'ils en ont besoin ! Sans vous, ce village sombrerait !

Des hurlements et des acclamations accompagnèrent la fin du discours, et la joie des fêtards n'en fût que plus grande. Forcé à parler avec certaines personnes présentes qui tenaient à entendre ses paroles, Minato se rendît compte qu'il était bientôt vingt-trois heures, et se dépêcha de rentrer chez lui. Une fois dans sa rue, le Namikaze entendit un grand fracas, comme si on avait détruit un morceau de bois. La direction menait directement à sa maison, et même si il connaissait bien sa femme, le Yondaime ne pouvait s'empêcher de penser qu'un intrus était peut être entré chez lui. Il se dépêcha alors d'arriver à la porte, un Kunaï à la main, et une fois la main sur la poignée, un bruit de faire cassé lui donna froid dans le dos. De peur qu'il ne soit arrivé quelque chose aux personnes qu'il aime, il ouvrit la porte à la volée, et gravit les escaliers en un instant. La scène était alors pire que tout: Naruto était couvert de blessure, et Kushina dans un état d'énervement proche du plus haut qu'avait pu voir son mari. Minato saisit alors sa femme par les épaules, et essaya d'utiliser les mots qu'il fallait. Dans le pire des cas, il prendrait la colère de sa femme contre lui, mais son fils pourrait s'en sortir:

-Ne t'énerve pas ... s'il te plaît, notre fils est ... dans un état lamentable, il faudrait peut-être... soigner ses blessures avant de le réprimander .. ?

Ces paroles pourraient la mettre encore plus hors d'elle, ou la calmer, mais sur ce coup, le Hokage avait joué gros, "quitte ou double" comme ont dit. Lui qui avait battu le grand Aa, le Raikage, allait éventuellement se faire ratatiner par sa chère et tendre ...

Crédit: Neko-chan in Never Utopia
Invité
Invité


Re: Famille. Ft Papa et Maman    Jeu 11 Aoû - 3:33

" Famille "


J'ai vécu plein de situation dangereuse, encore plus de situation délicate. Mais cette fois, c'était à la fois, dangereux et délicat. Si je devais être honnête, je ne déteste pas totalement ces situations. Pas que ça me plaise de me mettre dans le pétrin, mais c'est le genre d'anecdotes qui renforçaient les liens, qui devenaient d'agréables anecdotes plus tard. Qu'est-ce que je raconte ? Il y a un temps pour tout, et là ce n'est vraiment pas le moment pour étudier mes émotions ! C'est peut-être ça qu'on ressent, juste avant de mourir ! Mais je me sentais énergique, vivant, maladroit. Mes pensées s'embrouillaient, des milliers d'excuses me venaient en tête ! Oui car après tout, je n'allais pas lui expliquer pourquoi j'étais là aussi tard. Comme je vous l'ai dis plutôt, ce qui me gênait le plus, n'était pas encore le savon qu'elle me passerait parce que j'ai loupé le dîner. Mais plutôt sa réaction lorsqu'elle saurait pourquoi je me suis battu. Je ne sais même pas si elle s'énerverait, ce serait probablement la chose la plus facile à gérer.

Pourquoi cet air étonné ? Le pire n'est pas de se faire crier dessus pour une bêtise. Le pire c'est de la voir avec ses yeux triste, ou les yeux déçus. C'est du pareil au même, à la fin je me sens totalement incapable de lui apporter mon soutien. Je la vois avec ses yeux et là je ne peux rien faire. C'est une chose face à laquelle même le Yondaime Hokage ne pouvait rien faire. Mais l'époux Minato Namikaze, lui semblait tout arranger. Je vous l'ai déjà dis, la plus grande force de mon père n'est pas sa vitesse, mais ce qu'il dégage. Pops était cool, le meilleur. Il nous comprenait tous les deux, et n'avait même pas besoin de nous parler parfois. Mais cette fois il n'était pas là, et je commence sérieusement à penser à mon enterrement. Je me demande si Chôji s'empêchera de manger aussi dessus de mon cercueil, ce serait probablement cool si il pleut aussi ! Je commençais à me dire que j'allais trop loin, quand ma mère me rassura. Un bruit sourd explosa la porte en face de moi.

Seul un instinct sur développé, l'empêcha de se faire assommer par la porte propulsé, qui finit par tomber en fracas. La première chose qu'il vit fut les cheveux rouges de sa mère qui retombaient furieusement sur son dos. Comme il enfilait encore son pantalon, il se tenait sur une jambe. Tel un animal menacé, il posa lentement son pied et commença à reculer en levant les mains en signe de paix. Un sourire gêné masquait maladroitement sa gêne. Sa mère prit la parole quand le bruit de la porte en fracas cessa. Elle ne comptait visiblement pas laissé de répit au jeune ninja. Il ferma les yeux lorsqu'elle se mit à crier !

Kushina__ :« Toi...tu disparais pendant plusieurs heures et tu oses faire comme si de rien n'était ? TU TE FICHES DE MOI ? »

Il avala difficilement sa salive, puis écarta les bras en signe de protestation et fit même un petit pas en avant pour répondre.


Naruto__ :Mais bien sûr que non ! C'est ju...

Hors d'elle, elle balança la poêle qu'elle tenait en main - que Naruto n'avait d'ailleurs pas remarqué juste là- violemment. Entraîné et disposant de réflexe prodigieux , le ninja sauta et se finit à plat ventre près de son lit, alors que la fenêtre derrière lui explosait, incapable de freiner la course de l'instrument de cuisine. Le Namikaze se tenait la tête entre ses deux mains le temps de vérifier qu'il n'avait rien eu de plus. C'est à ce moment que des bruits de pas rapides mais discret se firent sentir. C'est ainsi que Minato arriva. Naruto sur le lit, son pantalon à moitié mit, se tenant la tête entre les mains. Le garçon releva timidement les yeux voyant son père arrivé, avec un timing parfait !


Minato__ :-Ne t'énerve pas ... s'il te plaît, notre fils est ... dans un état lamentable, il faudrait peut-être... soigner ses blessures avant de le réprimander .. ?

Cette fois les gas, j'ai vraiment cru que j'allais y passer !  Je ne dis pas que je suis entièrement sauvé, mais juste que pour la première fois depuis longtemps, l'espoir est enfin permis. Papa est arrivé  au bon moment, c'est la première bonne nouvelle, la seconde est que ma mère n'a plus rien dans les mains. Cependant, un autre problème de taille apparait maintenant. Il va bien falloir que je m'explique sur ses blessures maintenant. Même si peut-être qu'avec un peu de chance, on décidera d'oublier tout ça et d'aller dîner ensemble ? Mais bon là, plus je reste comme ça devant elle et plus elle risque de s'énerver ! Il était temps pour moi de me  faire discret, et de laisser la place à Papa.

Ainsi, pendant que son père parlait, il se glissa sur le sol en enfilant son pantalon, et marchant d'abord doucement jusqu'à la porte il se glissa ensuite rapidement sur le côté profitant de l'ouverture que son père avait crée. Il se cacha derrière son père, tout en échangeant avec lui un regard montrant qu'il regrettait sincèrement ce qu'il passait. Le garçon montra la direction de la salle de bain tout en y allant, il glissa une phrase avant de laisser sa mère répondre.

Naruto__ :Pas de soucis, c'est juste des égratignures héhé. Je vais nettoyer ça rapidement.  

Faut surtout pas qu'ils s'inquiètent ! Ouai, le miroir n'était pas d'accord avec moi, mais cela ne me prendrait pas plus d'une minute pour rendre tout ça propre.  Je n'avais probablement pas beaucoup de temps pour trouver les mots. Il fallait faire vite !
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 115
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Famille. Ft Papa et Maman    Mer 17 Aoû - 15:49
« Right beside you...»
Cette inquiétude que Kushina avait ressentie durant les deux heures ou son fils se trouvait dehors s'était transformée en une colère si terrifiante que même Kyûubi aurait pu en trembler. La chambre de Naruto était comparable à un champ de bataille, tant les objets qui se cassaient contre le mur étaient nombreux. Alors qu'il tentait de se protéger d'éventuels coups que Kushina pourrait lui donner, des mains vinrent se poser sur ses épaules et une voix apaisante parvint à la sortir de son état de furie.
Minato.
Sa respiration commença alors à reprendre un rythme régulier et les pointes de ses cheveux roux s'abaissaient peu à peu jusqu'à ce qu'ils retombent complètement le long de son dos. Son mari restait toujours calme dans n'importe quelle situation, contrairement à elle qui agissait toujours sous l'impulsion. Il essayait toujours d'atténuer les bêtises de Naruto et Kushina trouvait d'ailleurs qu'il faisait preuve de beaucoup trop d'indulgence à son égard.
Laissant échapper un long soupir, Habanero se retourna brusquement vers lui, se dégageant ainsi de son emprise. Ses prunelles bleutées se braquèrent de manière presque agressive sur son visage qui arborait une expression bien trop détendue à son goût.

« Naruto rentre à vingt-trois heures et toi tout ce que tu trouves à dire, c-... »

Quelque chose lui frappa soudainement l'esprit. Bien trop énervée, elle n'avait pas prit le temps d'analyser pleinement ses paroles. Son regard se posa immédiatement sur le parquet, ses yeux s'écarquillèrent telles des soucoupes à la vue des vêtements délabrés, jetés au sol. Bon sang, mais que s'était-il passé ? Sans réfléchir davantage, Kushina sortit de la chambre pour se diriger vers la salle de bain où se trouvait son fils.
Lorsqu'elle vit les nombreuses blessures qui parcouraient son torse, elle porta immédiatement une main à sa bouche afin de réprimer un cri.
Ne perdant pas une seule seconde, elle se rua vers son fils et prit doucement son bras couvert d'éraflures qu'elle observa d'un regard affolé.

« Minato, viens vite ! Il faut le soigner ! » cria-t-elle à l'intention de son mari, tout en faisant asseoir le blondinet sur une chaise.

C'était ce qu'il appelait des "égratignures" ? Comment aurait-elle pu rester tranquille dans cette situation ? Elle aimait son enfant, plus que tout au monde. Elle avait agi avec autant de violence car la simple idée qu'il puisse lui arriver quelque chose la rendait totalement hors d'elle. Pourtant, elle savait pertinemment qu'il était assez grand pour se débrouiller seul, mais cela lui importait peu. Il resterait toujours son petit garçon à elle et si une seule personne osait toucher à un seul de ses cheveux, il le regretterait amèrement.
Désormais, elle pouvait être sûre d'une chose : les peurs qu'éprouve une mère envers son enfant peuvent surpasser toutes les craintes du monde.


« Tu as mal ? Dis-moi ce qu'il s'est passé, Naruto. » dit-elle en s'emparant de sa main blessée.

Il y avait maintenant une question qui ne cessait de perturber l'esprit de la Jinchûriki : Pourquoi avait-il cherché à lui cacher la raison de ces blessures ? Même si Habanero pouvait faire montre de sang chaud, elle n'en restait pas moins une mère douce, attentive et à l'écoute. Le moindre souci que son fils pouvait avoir, il savait qu'il pouvait lui en parler. Alors pourquoi avait-il essayé d'éviter une discussion avec elle ?
Elle plongea alors son regard attristé dans le sien, dans cet océan infini et d'un léger signe de tête, elle l'encouragea à lui parler.

Tu peux tout me dire, mon petit Naruto...


Fiche par Sánsa ; sur Never-Utopia



Dernière édition par Uzumaki Kushina le Jeu 18 Aoû - 21:39, édité 2 fois
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 260
Date d'inscription : 07/08/2016

Fiche Shinobi
Rang: S
Ryos: 263
PE:
36/500  (36/500)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Famille. Ft Papa et Maman    Mer 17 Aoû - 17:49


Trouvons le coupable
 





Il ne fallut pas longtemps à Kushina pour se calmer, lorsque Minato arriva. Naruto en profita pour s’éclipser dans la salle de bain, en inventant que ses blessures n'étaient que des "égratignures". Certes, le Hokage avait pu voir des blessures terribles dans sa vie, mais lorsque cela touchait à son fils, même les quelques écorchures qu'il avait semblaient être de sévères plaies. Néanmoins, et comme souvent, l'Uzumaki s'énervait pour deux, s'inquiétait pour deux, et de ce fait, le Namikaze pouvait se permettre d'être le parent plus calme et qui voit les choses sous un angle différent. Beaucoup pensaient qu'il ne s'inquiétait en aucune circonstance, sans doute parce que personne ne l'avait jamais vu s'énerver ou avoir les nerfs qui lâchent, mais il en restait un père, un mari mais aussi un chef de village, qui avait des sentiments pour son enfant, son épouse, et tous les habitants de Konoha.

Après s'être calmée, la femme de sa vie tenta tout de même de plaider sa cause, mais se rendit rapidement compte de ce qui n'allait pas, et se dépêcha d'aller rejoindre le jeune homme qui se trouvait dans la salle d'eau. Elle ne mit pas dix secondes à appeler l'éclair jaune, et fidèle à son surnom, celui-ci rappliqua en instant. Il aida tant bien que mal son épouse à soigner le fruit de leur amour, et en y regardant de plus près, il était bien amoché... Du moins, autant que pouvait l'être une personne qui ne revenait pas de mission et qui n'était évidemment pas sorti du village. On pourrait penser qu'il avait affronté un autre shinobi, et si tel était réellement le cas, alors il devrait y avoir sanction, pour l'un comme pour l'autre, car Naruto n'était pas du genre à se laisser frapper sans riposter. Kushina l'interrogea sur son état, et le Namikaze posa à son tour une question, avec son sourire habituel, pour détendre l'atmosphère, mais il était rare que cela fasse sourire sa femme:

-Je suppose que l'autre est dans un état bien pire !

Il s'attendait à recevoir un coup, mais il voulait encourager son fils à se confier en faisant un peu d'humour, car en tant que père et Hokage, il ne pouvait laisser passer se genre d'actes. Savoir était important, même si sa magnifique épouse allait vouloir tuer la personne ... On pourrait dire que c'est le plus beau des démons, lorsqu'elle s'énerve ... Une nouvelle crise de colère devrait être contrôlée d'ici peu.


Crédit: Neko-chan in Never Utopia


Invité
Invité


Re: Famille. Ft Papa et Maman    Dim 21 Aoû - 12:45

" Famille "



Kushina__ :« Naruto rentre à vingt-trois heures et toi tout ce que tu trouves à dire, c-... »


Je ne vous l’aie pas encore dit, mais il y a une chose dans la quelle ma mère excelle : c’est lire en moi. Capacité qu’elle n’a pas toujours quand elle est énervée, mais me concernant elle a toujours eu un excellent instinct. On pourrait croire que c’est ce n’est pas une bénédiction, mais je le prends simplement comme une preuve d’amour.  Ainsi, pour moi cacher des informations à mes parents était bien plus compliqué que n’importe quelle mission. Le silence que j’entendais, ne pouvait signifier qu’une chose : il allait falloir s’expliquer. Je n’ai rien fait de grave, et si je l’avais fait, je serais prêt à l’assumer parfaitement ! Le truc c’est que… dire toute la vérité allait crée un malaise, et je n’avais pas envie de voir le regard de ma mère quand je révèlerai le tout. J’aurais peut-être dû aller voir Papa avant de rentrer, quoi qu’il en soit il était un peu trop tard pour y réfléchir.

Kushina__ :« Minato, viens vite ! Il faut le soigner ! »


Surpris, le jeune Namikaze, se regarda plus attentivement dans la glace avant de se concentrer sur les bruits de pas de ses parents. Il pouvait presque sentir la respiration angoissée de sa mère. Précipitamment, il entreprit de nettoyer les blessures les plus voyantes. Tout cela n’était que superficielle, mais Naruto lui-même était le premier à savoir ce que l’on ressentait quand l’on voyait l’un de ses proches blessés, ayant au cours des dernières années suivis les prouesses de ses deux parents. Il avait plongé totalement la tête dans le lavabo lorsque sa mère arriva sur le pas de la porte. Il releva précipitamment la tête mouillant par la même la moitié de la pièce et vit sa mère se précipiter sur lui, examinant minutieusement son jeune garçon.

Je pouvais sentir qu’elle commençait à s’inquiéter, alors pourquoi je ne trouvais pas les mots  pour la rassurer ?

Kushina__ :« Tu as mal ? Dis-moi ce qu'il s'est passé, Naruto. »

Minato__ :« Je suppose que l'autre est dans un état bien pire !»


J’esquissais un sourire honnête à la remarque de mon père, j’avais de lui répondre que c’était évident ! Qu’il ne rentrerait pas à la maison s’il en était autrement, après tout, j’étais son fils ! Mais je sentais encore les yeux pleins d’amour de ma mère sur moi, alors timidement, je finis par tout leur dire.


Naruto__ :«  Il y a un groupe de jeune, près du fleuve. Je vous en ai déjà parlé et j’ai fait de mon mieux pour les éviter. Mais cette fois ils étaient beaucoup trop bruyant pour que ce ne soit pas de la provocation. »

Je m’arrêtais un peu, gêné. Comment continuer ?

Naruto__ :« Vous savez… ils… Ils ont l’habitude de se moquer, de… Ils se moquent de toi Mom’s. »


Il finit sa phrase tel un aveu douloureux, et baissa le regard légèrement honteux. Il n’éprouvait néanmoins aucun regret, il se rappelait de la joie qu’il avait eu lorsque son premier coup de poing décrocha la mâchoire de l’un d’eux.




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Papa prend maman ou son pote Eric ! [PV. Emmy]
» Famille. Ft Papa et Maman
» Décès de la maman de papa Brixhe
» Lettre à papa et maman !
» Lavande, gâteau, papa et maman [PV] [T]

Sauter vers: