Partagez | 
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 25
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 0
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur
[FB] Rencontre nocturne    Mar 9 Aoû - 19:48
RENCONTRE NOCTURNE
« Le démon sera supprimé de nos vies.»

C'était un matin comme un autre. Tout le monde était encore dans le dortoir et j'étais le seul debout. Tous dormaient paisiblement alors qu'en dehors de ces murs, une guerre faisait rage. Une guerre qui nous a tant pris. Notre liberté, nos familles, nos frères d'armes, et même nos clans. Notre seule faute était d'être née différent de la population. Naître au sein d'un clan au Kekkai genkai était maintenant considéré comme un crime. Malgré tout cela, ce génocide et le meurtre sans aucun jugement n'avait pas l'air de gêner la population restante. Bien au contraire, beaucoup collaboraient étroitement avec les shinobis du Mizukage en place. Ce Yagura, ce tyran, ce traître au pays. Je ne comprenais pas la mentalité générale qui s'était instaurée peu à peu dans ce village. Les habitants nous trahissaient dès que possible seulement pour avoir des récompenses dérisoires ou des louanges, mais pensaient-ils qu'à cause de dénonciation, leurs mains étaient couvertes de sang.
Heureusement, cette femme, Mei, avait réussi à rassembler les rescapés encore en vie de ce massacre sans nom. Nous avions une petite force militaire parallèle à celle de Yagura, mais il fallait bien avouer que la force de la résistance était loin d'être équivalente. Si nous attaquions ou nous faisions attaquer dans la minute, nous serions tous mis à mort, les shinobis du tyran en surnombre n'auraient presque aucun mal à nous décimer. C'était assez, nous devions agir. La femme régente ne m'avait pas donné d'ordre, mais je devais faire mouvement.

Je décidais d'aller voir ce qui se passait dehors, faire un petit tour de garde même si ce n'était pas à moi de m'en charger. Je passais par les couloirs souterrains, par des décombres de maisons réduites en cendre par des incendies et rejoignais ce qui ressemblait à des murailles. C'était du travail bien accompli, celle-ci était faite pour défendre correctement et rester discrète afin que nous ne nous fassions pas remarquer par l'ennemi. Ennemi... Traité d'autres shinobi kirijin d'ennemi, jamais je n'aurais pensé avoir à dire cela un jour et pourtant, c'était bien le cas

- Hè ! Toi ! Que viens tu faire ici ? Tu as vu l'heure ?

Je me retournais pour voir qui me parlait de la sorte et je m’aperçus que c'était Kahori.

- Oh, Yuki-san ! Que faites vous ici ? Désolé, je ne vous avais pas reconnu dans cette pénombre. La nuit est bien noire.

Un homme assez simple, qui n'avait que très peu de prouesses techniques et sachant à peine créer quelque filets d'eau grâce au Suiton. Mais heureusement, il compensait cette grosse lacune par un maniement presque parfait de sa lance. Je ne savais pas si ce serait utile lors d'une bataille, mais au moins, il pouvait se défendre seul.

- Tu ne m'as pas reconnu. Pourtant ma tunique blanche est reconnaissable, ne suis-pas le seul à être habillé de la sorte ? Bref, Kahori, je prend la garde ici, va donc voir sur le mur Est, si Yoko a besoin de quelque chose. En fait, fait le tour de tous les gardes.


Ce n'était pas une demande, mais un ordre et il le savait. J'observais les environs et rien ne bougeait. De temps à autre, un chat venait chercher de quoi se nourrir, mais pas de quoi s'alarmer. Kahori revint et reprit son poste tandis que je redescendais dans la cours souterraine. Cette vie de rat, se cacher comme tel commençait réellement à m'exaspérer. J'avais pu réfléchir et il nous fallait de l'aide. C'était certain. L'aube n'allait pas se montrer de sitôt, nous étions au début de la nuit ce qui me laissait du temps. Je prenais quelques armes de jet en plus de ceux que je portais déjà et pris le chemin dérobé pour sortir discrètement de ces fortifications. À partir de là, je devais rejoindre le port et embarquer pour partir sur d'autres terres et revenir avant le matin de préférence. Personne ne devait remarquer mon absence. Parcourant les décombres, j'arrivais au port. Je ne devais faire confiance à personne. Je n'avais aucun ordre de mission de Yagura. Comment en aurais-je ? Je faisais partie de ses ennemis. Le seul moyen était de prendre un bateau clandestinement. J'écoutais les marchands, les capitaines de navires afin de connaître leurs destinations, peu importe laquelle.

- Hoshin fait attention, bougre d'imbécile, ces tonneaux vont au pays du feu et ils ont déjà été payé, ne va pas me les casser ou c'est toi que je vais casser. Compris ?

Pays du feu ? Konoha ? C'était une chance. Peut-être que ce village pourrait apporter de l'aide. Il fallait le tenter. J'observais la danse qui se faisait sous mes yeux et il y eut un moment où il n'y avait personne, le moment propice pour m'infiltrer à bord. Le bateau était simple, mais un élément pouvait m’accueillir. La figure de proue. Il y avait un petit recoin permettant de me cacher, enfoncé dans la coque du navire, une planque parfaite. M'écartant de la zone portuaire, je courais rapidement sur l'eau afin de rejoindre l'avant de navire à trois-mâts. En une fraction, je me trouvais dans la cachette repérée au préalable. La traversée pouvait débuter.  

***

Les terres du pays du feu étaient proches. Je devais m’éclipser avant que les marins ne mettent pied à terre. Mon chakra était concentré dans mes pieds et je sortis de ma planque de fortune. Discrètement, mais rapidement, je m'enfuis loin du navire toujours à flot pour rejoindre la terre ferme. De luxuriantes forêts, des fleurs et quelques biches étaient présentes. Ce paysage n'avait rien de semblable à Kiri, Ici la guerre, ils ne la connaissaient pas, ne savaient pas ce qu'était de perdre des proches. Une sensation de colère était montée non pas contre les habitants de cet endroit, mais bien contre ce tyran qui nous servait de kage. Je voulais sa mort. Je me devais d'être rapide dans ma démarche, car la nuit était bien avancée. Si je m'en référais aux étoiles, nous devions en être à moitié approximativement. Partant dans les bois, je suivis le littoral pour trouver une route et des indications pour rejoindre le village caché de la feuille. Je ne savais même pas si ce voyage serait fructueux, ou même si j'allais en revenir vivant. Ce fut à ce moment que quelque chose, ou plutôt quelqu'un, attira mon regard. Que faisait cette personne sur les rivages de l'océan à cette heure-ci ? En m'approchant, je m'apercevais que cette personne était une femme, seule sur le bord de plage. Une chevelure blanche virevoltant à la brise nocturne et de ce que je pouvais voir, fine de corps. C'était la seule personne que j'avais croisé depuis mon arrivée, j'espérais seulement qu'elle puisse m'indiquer le trajet pour Konoha. Plus j'étais proche, plus je me rendais compte que cette dernière avait ses habits complètement humide. S'était elle baignée ? Je n'en avais que faire finalement.

- Bonsoir demoiselle, je ne suis pas là pour vous agresser, mais tentez le moindre geste à mon égard et votre vie se terminera à l'instant même. Je ne viens vers vous que pour recueillir une information. Connaissez-vous le chemin pour rejoindre Konoha, le village caché de la feuille, lieu de vie des ninja du pays du feu.

Dis-je d'une voix calme, mais se voulant néanmoins menaçante.
J'étais sur mes gardes, je ne savais pas qui elle était, ni ses intentions.

- Je ne suis pas de ce pays, je viens quérir de l'aide auprès de votre peuple et ses shinobi. Une fois que vous m'aurez informé, je m'en irais et vous laisserez en paix.
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 783
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 98

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 1167
PE:
135/200  (135/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: [FB] Rencontre nocturne    Sam 13 Aoû - 17:58


Rencontre nocturne
Feat Shira
2

Immobile, la belle resta stoïque durant quelques minutes, elle réfléchissait aux paroles du nukenin qui n'était pas entrée dans les oreilles d'une sourde. Elle regardait l'emplacement où celui-ci se trouvait précédemment, avant de disparaître automatiquement. Aimi regardait la scène de carnage devant elle, les corps sans vie de leur assaillant, des membres arrachés et des organes à foison, le sang avait recouvert les feuilles d'herbe offrant un spectacle véritablement macabre. La jônin s'approcha de son katana planté dans le cerveau d'un de ses agresseurs et l'attrapa afin de le retirer, laissant un son dégouttant atteindre ses oreilles. Bientôt, on se rendrait vite compte que ce lieu venait d'être souillé et la konohajin ne devait pas être dans les parages, bien qu'elle se soit défendue, il était difficile de penser qu'elle avait abattu une quarantaine d'hommes à elle toute seule, elle serait alors interrogée et n'avait en aucun cas envie de divulguer la présence de Shieru dans ce sanguinaire combat.

En parlant de ce vagabond, après avoir écouté ses désirs les plus sombres, il avait répondu qu'il lui laissait le temps de réfléchir et si elle décidait de partir, il serait là. Elle fut rassurée de savoir qu'elle ne serait pas seule. Mais maintenant, elle allait devoir prendre rendez-vous avec ses pensées, sa conscience et vraiment songer à tout ça, parce que, sincèrement, quitter Konoha comme cela alors qu'elle commençait à créer des liens avec les shinobis du village de la feuille, ne serait pas une chose bien aisée. Alors elle devait prendre du recul, analyser toutes les possibilités et faire toutes les recherches possibles sur ses anciens bourreaux, afin de mener à bien sa vengeance.

Aimi n'avait guère envie de retourner au village pour le moment, le cœur n'y était pas, puis dans son état, elle serait la cible de multitudes de questions les plus ennuyantes des unes que les autres. En effet, la douce n'y était pas allée de main morte, elle avait tranché les parties les plus veineuses, transperçant des organes et donc tout son corps était tâché de ces tâches d'hémoglobine, maintenant bien sèches. Elle eut pour idée de se nettoyer dans la cascade, mais des corps gisaient et le sang avait colorié la magnifique eau, ce qui brisait le cœur de l'angélique Utsukushi, elle qui adorait venir dans cet endroit. L'épéiste se décida alors de simplement errer entre les bois, ses pas la guideront peut-être vers un meilleur endroit. Sabre à la main, étant toujours méfiante depuis cette attaque surprise, elle s’enfonça dans les bois. Tel un automate, la manieuse de sabre marchait dans une direction inconnue, le regard vide tout comme son cœur en ce moment même, elle laissait les branches la frôler l'écorchant par la même occasion. À ce moment précis, elle n'avait plus envie de rien.

Durant sa promenade, la belle ne s'était pas rendu compte que le soleil avait disparu pour laisser place à la brillante lune qui surplombait le ciel du monde entier. Aimi aimait beaucoup la nuit. Ses yeux verdoyants contemplèrent quelques secondes les petites étoiles qui commençaient à apparaître, son regard s'était soudainement adouci. Le ciel était quelque chose de libre, de pur et d'apaisant. Tous devaient maintenant s'endormir dans les bras de Morphée alors que la belle venait de commencer sa journée. Ce moment sombre et tranquille lui apportait souvent la paix intérieure dont son âme avait besoin.

Ses pieds couverts de ses bottes la guidèrent hors de la maison des arbres, ses pupilles émeraude se surprirent à tomber sur une petite plage, au bout de cet immense par terre de sable se trouvait un océan d'eau sombre, alors que la lune s'y reflétait offrant un magnifique paysage à la belle. C'était la première fois qu'Aimi découvrait cet endroit, et pourtant, elle y avait passé du temps dans la forêt. Un fin sourire naquit sur ses lèvres, quand elle disait que le pays du feu regorgeait de trésors en tous genre, elle avait bien raison.
Dans un geste habile et rapide, elle retira ses bottines. Ses petits orteils se mêlèrent aux grains de sable tiède, une sensation nouvelle qui lui plaisait beaucoup. Elle s'avança alors vers le rivage, ayant pour idée de plonger dans les abysses aquatiques. Arrivée quasiment sur le bord, elle lâcha son katana et ses chaussures. Instinctivement, elle s'avança vers les eaux troubles, une brise de vent fin caresser sa peau blanchâtre lui provoquant une multitude de frissons : la température avait bien chuté. Cependant, Aimi n'en avait cure, elle devait se nettoyer et l'océan interminable emporterait toutes traces du massacre qu'elle avait commis.

Ses jambes se confrontèrent à une eau glaciale, mais la belle ne s'arrêterait pas à ça, elle avait rencontré bien pire. Elle s'avança alors que le froid s'emparait de tout son corps, ne prenant pas la peine de se déshabiller, sa robe se retrouva vite engloutit, alourdissant le précieux tissu. Une fois l'eau couvrant ses épaules, la belle s'arrêta, elle n'aimait pas mettre sa tête sous l'eau et ses cheveux étaient déjà bien trempés au vu de sa longueur. Ses mains se frottèrent entre elles, faisant disparaître toute tache de sang séché, avec l'eau, elle joint ses doigts sur son visage frictionnant la peau afin de la nettoyer. Une fois lavée de ces saletés, elle se décida à sortir du géant bassin : il commençait à faire très froid. Ce n'était guère le moment de tomber malade et d'être affaiblie, elle avait tout de même un objectif à atteindre. Une fois sortie de l'eau, ses poils se hérissèrent un maximum, les courants d'air la frappant de plein fouet. Une fois ses pieds secs, elle enleva le sable collant et enfila ses bottes châtaigne, elle attrapa son Rengoku et se retourna une nouvelle fois vers l'eau sombrement bleue. La douce se permit de contempler l'horizon durant de longues minutes, séchant le maximum de parcelles de son corps.

C'est alors que ses sens se mirent en éveil, son oreille droite entendit des pas infimes frotter le sol feuilleté de la forêt de Konoha. La douce resta de marbre, niant avoir ouït quelque chose. Les pieds de l'individu atteignirent le sol sablé calmement et lentement, elle savait qu'il venait vers elle et attendait avec impatience qu'il tente quoi que ce soit, la belle n'était pas encore sortie complètement de l'esprit combatif dans lequel elle était tombé des heures auparavant. Serrant son katana un maximum, l'individu derrière elle s'était arrêté. La konohajin ne tiqua pas, le cœur de la personne était calme et aucun aura agressif émanait de lui.
C'est alors qu'il prit parole de sa voix suave et menaçante.

Homme inconnu : ▬ Bonsoir demoiselle, je ne suis pas là pour vous agresser, mais tentez le moindre geste à mon égard et votre vie se terminera à l'instant même. Je ne viens vers vous que pour recueillir une information. Connaissez-vous le chemin pour rejoindre Konoha, le village caché de la feuille, lieu de vie des ninja du pays du feu.


Un petit rire passa entre les lèvres de l'Utsukushi, cet homme avait vraiment du culot. Cependant, il semblait avoir besoin d'aide et espérait sûrement que la douce possède ce qu'il souhaitait. La magnifique femme se retourna lentement vers son interlocuteur, ses yeux rencontrèrent des pupilles marron qui fixaient la douce impassiblement. L'homme devait faire une tête de plus qu'elle et possédait un corps qui prouvait qu'il pratiquait des entraînements et des combats. Chevelure courte coiffée en arrière, celui-ci avait l'air de prendre un minimum soin de lui. Soit, ce n'était pas son imposante carrure qui allait impressionner la douce femme. Une chose attisa l’intérêt de la kunoichi, ce ninja semblait appartenir au village caché de Kiri, ses yeux froncèrent que pouvait-il bien faire ici ? Bien que leurs deux villages soient dans une entente plutôt neutre, Aimi était très curieuse de savoir la raison précise de sa présence. L’épéiste était déjà armée, katana dégainé, elle espérait sincèrement qu'il ne tenterait pas de faire l'idiot dans son périmètre. Le shinobi continua en insistant sur le fait qu'il désirait une quelconque aide de la part de Konoha, la douce était vraiment intriguée. Comme toujours, en face de n'importe qui sauf des personnes qu'elle haït, elle s'inclina pour saluer son vis-à-vis.

Aimi : ▬ Bonjour, shinobi de Kiri. Je suis très surprise de vous trouver dans les contrées proches de Hi No Kuni votre menace sonne d'ailleurs douce à mon oreille, vous n'oseriez pas vous en prendre à une kunoichi du village de la feuille sous peine de possibles tensions entre nos deux pays ? Soit, si vous recherchez une quelconque information, je peux aisément vous aider. Cependant, je ne peux pas vous emmener à Konoha sans savoir quelles sont les véritables raisons de votre présence. D'ailleurs, je vous demanderai de décliner votre identité.


Aimi était restée très courtoise, calme et polie, un brin de menace dans sa douce voix suave. Sincèrement, sa demande l'intriguait beaucoup, son côté altruiste souhaitait pouvoir l'aider, mais elle restait toutefois méfiante. Qu'avait-il derrière la tête pour quérire l'aide de Konoha ?




© Naely


Spoiler:
 


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand la virée nocturne se transforme en cauchemar | Nicolas de Ruzé |
» Escapade nocturne [Galyana]
» Entretien nocturne [Ashenie de Sephren]
» Combat nocturne ou dans des lieux plus que sombres.
» Nuage nocturne premier entrainement

Sauter vers: