Pénétrons dans le nid de la Bête Verte
Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Pénétrons dans le nid de la Bête Verte    Sam 20 Aoû - 22:05



Pénétrons dans le nid de la Bête Verte
Je souris largement en voyant le beau ciel bleu en levant la tête après avoir finis mon repas. La journée était parfaite. J'étais seule aujourd'hui, mon père était en réunion avec le chef du clan et Nyuuwa était chez une amie. J'allais pouvoir aller faire ma petite blague à Hako ! Heureusement que j'avais trouvé un complice pour mon infiltration dans le quartier du clan Aburame. Tsuka. Un chunin qui en avait assez de subir les blagues de Hako. Nous avions échanger quelques mots et on s'était mit d'accord pour qu'il m'introduise dans leur quartier. Je voulais simplement faire une blague à Hako, rien d'autre.

Je pris rapidement un sac type Aburame que je remplis de petits gâteaux pour une après-midi avec mon amie. Je pouvais me métamorphoser mais quand même. Je nouai mes cheveux en une longue queue de cheval et la glissai sous ma veste. Puis, je rejoignis mon complice pour la journée. Silencieux il me salua d'un mouvement de tête qu'il réitéra face à ma transformation puis il me confia une pair de lunette noire  que le chaussai avant de le suivre en faisant semblant de discuter à voix très basse d'insectes.

Leur quartier était très boisé, avec de multiple espèces de fleurs et de plantes qui attiraient les insectes. La seule chose qui me surprit, bien que je le cachai, ce fut une femme à l'air revêche monté sur un énorme chien à trois pattes. La mère à Hako. Pas besoin d'être  un génie pour le savoir. Comme mon coéquipier de quelques minutes je saluai les hauts dignitaires du clan puis il me désigna d'un bosquet où était Hako avant de partir. J'étais sûre qu'il laissait quelques insectes sur moi pour regarder la scène. Sans bruit je sortis un kunaï et m'approchai de la jeune ninja vert pomme qui était de dos, devant moi. D'un geste fluide le lui attrapai le bras et lui bloquai avant de poser le tranchant de mon arme contre sa gorge et de lui souffler d'une voix glaciale et masculine à l’oreille

Hako Aburame, je crains que pour la sécurité de notre groupe de nukenin de rang S, nous ne pouvons vous laisser en vie

Je savais que Hako voulait être connue. Alors je jouai avec ça. Ne voulant pas me faire attaquer par des essaims d'insectes vrombissants dévoreurs de chakra, j'annulai ma transformation dans un nuage de fumé avant de ranger mon arme, un large sourire aux lèvres. Je tirai la langue face à mon amie avant de m’asseoir près d'elle en posant le sac à côté d'elle

Surprise ! Moi aussi je suis capable de m'infiltrer dans les quartiers des autres clans ! Mais, je suis moins douée que toi. Je t'ai ramené des trucs à grignoter. J'ai croisé ta mère. Elle est vachement impressionnante !

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Dans le nid de la Bête


Hako avait commencé par sortir s'entrainer avec ses shurikens, jusqu'à ce que sa mère se lasse de la voir martyriser les arbres alentours en tentant d'abattre au vol des oiseaux (Hako considérait les proies mouvantes comme beaucoup plus rigolotes à abattre que les cibles fixes des terrains d'entrainement).
La jeune Aburame s'était donc retrouvée chargée d'une mission de collecte de certains spécimens d'insectes et de plantes pour aider les recherches de son père.
Rien de bien palpitant, mais sa mère lui avait promis de la payer comme une mission de rang D (ou de la tabasser si elle disait non, maman Hako ayant un idée de l'éducation assez... rigide avec sa surexcité de fille. Et c'était nécessaire).

La gamine vêtue de vert et de froufrou (idéal pour la forêt, n'est-ce pas ?) se trouvait donc dans un bosquet à cueillir quelques fleurs et racines, tout en mettant dans des boites d'échantillons des exemples de la faunes insectoïdes de la forêt du domaine Aburame.
Plongée dans sa tâche, elle ne remarqua pas une silhouette inquiétante qui se glissait subrepticement dans son dos.
Et en un instant, elle se retrouva avec un poinçon de métal avide de sang sous la gorge.

"Hako Aburame, je crains que pour la sécurité de notre groupe de nukenin de rang S, nous ne pouvons vous laisser en vie..." susurra la menace sortie du néant d'un ton froid et déterminé.
Hako se raidit en entendant la menace. Diantre, elle savait qu'elle était en pleine ascension et deviendrait sans doute une kunoichi légendaire comme le Quatrième ou les Sannin, mais une élimination préventive, voilà qui était inattendu !
Et bien, elle allait prouver à ce mécréant ce qu'il en coutait de s'en prendre à elle. Prendre en otage une Aburame ? Se coller à un nid d'insectes dévoreurs de chakra ? Voilà qui était suicidaire...
Pendant qu'elle pesait le pour et le contre d'essayer de brutalement broyer le bras de l'ennemi pour le désarmer et écarter le kunaï de sa gorge, la jeune demoiselle envoya silencieusement une cohorte de bestioles affamées glisser le long de ses petites jambes pour gagner celles de son adversaire et se repaitre de son chakra.

Une pensée insidieuse s'empara alors d'Hako : comment ce vil espion était-il parvenu à s'infiltrer si profondément dans le domaine ? Ok, elle avait soudain de sérieux doutes (injustifiés) sur la compétence des gardes Aburame, mais la petite adolescente savait que sa mère était non loin... Et nul ne trompait aisément le flair d'une Inuzuka, fut-elle à la retraite du service actif.
Si ce misérable avait fait du mal à sa mère, elle allait leurs montrer la volonté du Feu niveau apocalypse incendiaire !

Mais alors qu'Hako se préparait à déverser toute sa furie, quitte à se blesser voire à se faire tuer au passage, l'assassin autoproclamé disparut dans un nuage de fumée et un rire moqueur.
"Surprise ! Moi aussi je suis capable de m'infiltrer dans les quartiers des autres clans ! Mais, je suis moins douée que toi. Je t'ai ramené des trucs à grignoter. J'ai croisé ta mère. Elle est vachement impressionnante !" s'exclama alors Yume, souriant largement avant de tirer la langue à sa comparse Aburame.

La sale petit p... kunoichi ! Hako rougit, se rappelant combien de fois elle avait taquiné la demoiselle Hyûga et s'était (enfin avait essayé de) immiscer dans son domaine et dans sa vie. En tout cas, sa mère allait bien et il n'y avait donc pas de complot pour s'en prendre( à elle, l'espoir du clan) aux Aburame.
Penaude, elle ravala les insultes qui lui étaient spontanément venues aux lèvres et ordonna à sas kikaichu de s'écarter des jambes de Yume.

"Yum-yum..." grinça la gamine vert-pomme, un poil vexé malgré tout alors que l'adolescente s'asseyait à coté. "Tu devrais faire attention dans tes farces. Pointer une arme sur une kunoichi du clan Aburame n'est pas sans risque..."
S'en suivit une explication docte (et de mauvaise foi) des techniques de taijutsu qu'elle aurait pu utiliser pour se défaire de l'agression, ainsi que quelques surprises déplaisante typiques des manieurs d'insectes qu'elle avait songé à employer (mais trop tard).

Mais bien vite, la joie visible de son amie vint à bout de la bouderie d'Hako : elle était contente que Yume ose lui faire une farce.
Voir sourire la jeune fille et sa sœur était un des plaisirs de la petite Aburame. Elle avait compris que la demoiselle Hyûga venait d'un foyer strict, sans parler du décès de sa mère et de ces histoires de branches principale/branche secondaire. Bref, Hako voulait voir rire et sourire son amie aux yeux pâles.

"Bien joué, en tout cas." renifla-t-elle, se drapant tellement ouvertement dans sa dignité blessée qu'il ne pouvait que s'agir d'une exagération pour faire rire son amie.
Un aboiement (dans lequel on pouvait même descellé de l'amusement) retentit alors non loin, auquel la kunoichi répondit d'un sifflement stridulent.
"M'man qui demande si tout va bien." informa-t-elle Yume, en haussant les épaules. "En se foutant un peu de ma gueule, au passage : une shinobi de Konoha membre d'un clan spécialisé dans la traque et l'infiltration ne devrait pas se faire surprendre ainsi par derrière..."

Elle soupira et désigna une construction non loin des arbres.
"Eh, puis-ce que t'es là, tu veux visiter ?" demanda Hako, ravie que pour une fois quelqu'un ose s'aventurer dans les terres mystérieuses et inquiétantes (et pleines de bestioles qui piquent, voire pire) de son clan. "Je n'ai pas le droit de te conduire aux nids de kikaichu ou aux laboratoires, mais on peut aller discuter dans ma chambre... On boulotera tes friandises devant un thé ou un truc du style, tout en nous pâmant sur la virilité de Sasuke ou je ne sais quel garçon tes yeux merveilleux auraient matés !"
Mais peut être que Yume préférait rester dehors : elle aimait la nature, si Hako se souvenait bien. Par contre, les terres sauvages du domaine Aburame étaient certes magnifiques et parfaitement préservées, mais elles n'avaient pas le confort et l'esthétique des jardins savamment entretenus du quartier Hyûga.



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Pénétrons dans le nid de la Bête

J'avais un peu peur d'avoir vexé mon amie. J'étais très fort pour vexer les gens. C'était l'une de mes spécialité même. Mais quand elle retrouva vite son sourire, je me sentis rassurer. Elle avait de l'humour. Ce qui était quelque chose qui manquait dans nos clans respectif. Quand elle me proposa de visiter son quartier j'hésitai. La forêt était belle, la symétrie des jardins de mon clans était belle mais je préférai le fouillis naturelle de la forêt. ET puis voir les laboratoires et les nids d'une bestiole capable de me tuer en quelques secondes très peu pour moi. Je n'en avais pas peur mais … quand même ! Je retiens une grimace à cette idée. Par contre voir la chambre de Hako … Si elle était du même genre que ses habits cela promettait. J'avais envie de voir je fameux quartier des Aburames. La suite de ses propos me fit rougir jusqu'à la racine des cheveux
Hako-chan ! J… Je n'ai pas l'occasion de regarder les garçon ! Je me suis entraîné uniquement avec ma famille et Itac ……
Oups ! Je m'interrompis aussitôt et enfournai dans ma bouche un biscuits pour m’empêcher de continuer à dire des bêtises. Je n'avais pas regarder le physique presque parfait de Itachi-sama pendant notre entraînement ! Pas du tout ! J'étais trop occupé à essayer de le toucher une fois ! Et puis, regarder sous les vêtements de quelqu'un avec son Byakugan … Jamais je n'oserais faire ça ! Je rougis de nouveau à cette pensée et me mordillais la lèvres. Je bondis sur mes pieds en repoussant en arrière mes cheveux.
Je veux bien visiter ton quartier et ta chambre ! J'ai hâte de voir à quoi elle ressemble !
Détournement de conversation ! Mais je voulais éviter de rester sur un tel sujet glissant. Et parler de la chambre de mon amie était parfait pour détourner son attention. Il fallait vraiment que j'arrête d'être à ce point aussi maladroite ! J'attrapais mon sac et le fermai avant de le remettre sur mon dos et de me relevai en tendant la main à Hako pour l'aider à se redresser.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 


Dernière édition par Hyûga Yume le Ven 26 Aoû - 9:13, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Dans le nid de la Bête


Il était toujours marrant de voir paniquer les pâles Hyuga. L'évocation d'un usage contraire à la morale de leur petit talent oculaire amena une certaines rougeurs sur les joues de son amie. Douce vengeance !
"Hako-chan ! J… Je n'ai pas l'occasion de regarder les garçon ! Je me suis entraîné uniquement avec ma famille et Itac ……" balbutia la jeune kunoichi, avant de se rabattre vivement sur la nourriture pour ne pas en dire plus.
Trop tard.

Hako lui dédia un grand sourire d'un requin, accompagné d'un ricanement digne d'un serpent pédophile.
"Ku-ku-ku !" persiffla-t-elle en donnant des coups de coude taquins dans les côtes d'une Yume rougissante. "Alors comme ça on préfère le grand frère ? Tu as du goût, mais j'sens qu'il y aura de la concurrence !"
Hako le trouvait un poil trop âgée pour son amie, mais bon, il y avait tant d'autre kunoichi qui avait des crush sur les descendant du prestigieux clan Uchiha. Pas sûr que ça dure, mais c'était distrayant à contempler. Au moins,Yume avait la stature sociale pour se démarquer du lot même en n'étant "que" de la branche secondaire du plus noble des clan de Konoja.
La petite Aburame aimait bien les ragots, mais elle n'avait pas l'intention de trop pousser le bouchon avec son amie et de trop se mêler de sa vie privée (ça là regardait, même si c'était amusant de la faire rougir), juste la taquiner un peu (une vengeance un peu mesquine).

"Je veux bien visiter ton quartier et ta chambre ! J'ai hâte de voir à quoi elle ressemble !" coupa vivement Yume, visiblement peu ravie par le tour de la conversation.
Hako acquiesça d'un grand sourire amusé qui signifiait en silence "on en reparlera" tout en se levant d'un bond, aidée par Yume.
"Ok, let's go alors !"
Mais en saisissant la main de son amie et en s'en approchant, Hako se figea. Se collant à elle, elle plissa les yeux et se mit à renifler bruyamment son amie (probablement à la grande gêne de la Hyûga).

Après quelques instant de cette étrange "inspection", Hako lui dédia un nouveau sourire carnassier, visiblement satisfaite d'elle même. Elle envoya un petit nuage de kikaichu promptement voleter sur Yume.
"Ah, ah, voilà donc comment tu t'y es pris." ricana la jeune fille tout de vert-pomme vêtue. "Complicité interne. Désolé, Tsuka, c'est réservé aux filles maintenant, je te coupe ton petit spectacle !"
Ses propres bestioles chassèrent les petits espions que le chuunin avait laissé sur Yume.
"Pfff, quel vindicatif, celui là... Cela fait des mois que presque personne ne se moque plus de lui après cet incident..." marmonna Hako, ton en entrainant Yume sur une petite route faisant le tour de la propriété Aburame.

Guidant son amie à travers le domaine, Hako lui désignait certain bâtiments sur le chemin, explicitant les différences entre son quartier et celui de Hyûga.
Les Aburame avait évidement une propriété très verdoyante, véritable forêt (sombre et mystérieuse) dans Konoha, cerclée de murs bardés de symboles d'interdictions  : le clan, à l'inverse d'Hako, considérait la vie privée comme quelque-chose de très important et tenait à sa tranquillité et ses secrets (et cela évitait aussi que quelques gamins malicieux finissent en nourriture pour insectes).
A l'inverse des splendides jardins du domaine Hyûga ordonnée d'une main de mettre par d'habiles paysagistes, la nature était ici non pas domptée mais préservée en un écosystème  optimisé uniquement pour servir du meilleure habitat pour une multitudes d'insectes différents. C'était donc un lieu touffu et sauvage (un peu comme les terres du clan Nara, à part qu'ils les maintenaient surement ainsi en partie par flemme, pensait Hako).

Les habitations des Aburame avaient elles aussi tendances à être discrètes, dissimulées dans les ombres, fondues dans la nature environnante. Il n'y avait pas de plan précis, chaque famille ajoutant des pièces selon les nécessités du moment et l'évolution de la parentèle, tout en veillant à ne pas menacer le fragile équilibre écologique bâtît par le clan.
Hako hésita un moment, mais Yume était après tout issue d'un noble clan de Konoha, une alliée et une kunoichi de confiance. Et puis son byakugan pouvait lui révéler pas mal d'informations...
"Les laboratoires et les ruches des kikaichu, à part celle des souches sauvages préservées, sont souterrains. C'est plus discret et sûr. On ne peut hélas pas les visiter." l'informa donc la petite Aburame vert-pomme.

Après un détour à un croisement de chemin qui ne payait pas de mine, les deux jeunes filles se retrouvèrent devant la maison d'Hako.
Celle-ci n'avait rien d'exceptionnelle (à l'exception de ce qui semblait être une colossale niche) : la famille d'Hako n'était pas l'une des plus entendue ou des plus riche du clan.
La kunoichi à frou-frou et fanfreluches pénétra dans la maison sans s'annoncer. Elle expliqua à une Yume plus hésitante (la fameuse politesse et le sens du décorum des Hyûga) qu'il n'y avait personne et que de toute façon les Aburame préférait l'efficacité et le silence aux manières  et à l'étiquette chichiteuse (Hako exagérait un poil sur ce point, vu qu'elle n'en avait aucune, de manières).
"De toute façon, je sais déjà  que P'pa est pas là : il travaille aux labos et il me laisse le tagguer avec une femelle kikaichu pour m'entrainer avec mon essaim." l'informa-t-elle. "Heureusement que je suis une fille d'ailleurs ! Les mères Aburame ont tendances à espionner ainsi leurs rejetons, mais P'pa ose pas avec moi. J'imagine que ça doit être un peu pareil chez vous, avec vos yeux magiques... Oh, ma chambre est à l'étage : mes parent disent que c'est pour ma tranquillité et le respect de ma vie privée, mais je crois que c'est surtout pour la leur !"

La jeune fille conduisit donc Yume dans son antre, après avoir gravit un rude escalier.
La pièce était petite et... fouillis, à l'inverse du reste de la maison qui était d'une méticulosité et d'un dépouillement presque zen.
Même si un futon (et des vêtements colorés) s'échappait d'un placard, le lit qui attirait le regard n'en était pas un : Hako avait tendu un hamac remplit de coussin entre deux poutres (accroché par des kunai).
Un bureau plus classique, surchargé de parchemins (les notes personnelles d'Hako, l'un d'entre eux portant d'ailleurs le doux titre de "Trucs anti-Jūken à essayer") et de livres complétaient l'ameublement de la pièce, avec un sac de sable (qui avait connu bien des coups de pieds et de poings) pendu au plafond.

Des étagères courraient partout sur les murs de la pièce, portant des livres et des rouleaux de parchemin divers (et mal classé), tout un tas de plantes en pots, ainsi que des terrariums (Yume pouvait devinait une fourmilière et un bocal où des phasmes se prélassaient). Il y avait deux posters sur les murs : l'un étant en fait une planche anatomique fort détaillée du corps humain, l'autre celui d'une idole (chanteuse et kunoichi) de Konoha.
Hako étant Hako, le sol était évidemment lui aussi jonché de livres, magazines, de vêtements et manga. Il trainait même un bol de friandise à demi-entamé et des shurikens éparpillés. La chambre disposait également d'une belle fenêtre ouverte donnant sur la forêt du domaine... Où actuellement séchait les sous-vêtements de la petite Aburame.

Virant au pivoine en réalisant l'état bordélique de sa chambre, Hako s'interposa (vainement) devant les yeux de Yume (ce qui était idiot en plus, vu qu'elle disposait en plus du byakugan), tout en poussant du pied discrètement (de son point de vue, pour le reste de l'univers, c'était plus douteux) sous le bureau un manga intitulé "Ukehiha, mission humide au pays des sources chaude !", dont la couverture mettait en avant deux ninja qui réussissaient à avoir à la fois un torse fort musclé et une apparence un poil androgyne, le tout dans des positions un peu trop équivoque, ce qui le laissait aucun doute sur le genre de littérature. ..
Dans un mouvement un poil paniqué, Hako invoqua deux clones d'insectes. L'un se mit frénétiquement à ranger un peu (en urgence) la chambrée, alors que l'autre se ruait à l'étage du dessous.

"Aheum !" toussota d'abord la jeune fille, bloquant de son mieux la vision de Yume (peine perdue) alors que le clone s'activait à rassembler (et camoufler) le bordel. "J'avais pas vraiment prévue de recevoir des visiteurs...Un petit instant !"
Une fois que le clone eut fait un peu de ménage (comprendre : pousser rapidement les affaires qui trainaient dans un placard), Hako dénicha quelques coussins et une table basse (reversant le jeu de go qui était posé dessus au passage, s'attirant un regard noir du clone.).
Elle invita Yume à s'asseoir, alors que le second clone apportait du thé (beaucoup trop fort et amer, Hako, même clonée, n'avait rien d'une bonne cuisinière).

Sous le regard pâle et intrigué de la jeune Hyûga, les deux clones retournèrent à leur état d'essaim noirâtre, se répandant lentement telle une marée sombre et grouillante sur le sol de la chambre.
"Mes p'tits amis vont faire un brin de nettoyage, n'y prête pas attention... Ils sont pratique pour ça : jamais une miette dans mes draps !" l'informa Hako en lui servant (maladroitement) du thé.
Elle désigna d'un haussement d'épaule sa chambre, voir la maison ou le domaine entier du clan.
"Désolé, c'est pas aussi raffiné que le quartier Hyûga, mais... Bienvenue chez moi !" s'exclama-t-elle, oscillant entre ton un poil gêné et un poil fier de son clan et de sa maison.




avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Drôle de chambre !
Je savais que Hako allait me taquiner impitoyablement au sujet de Itachi, vengeance de sa part sûrement. Je ne lui en voulais pas, c'était normal après tout. Sa chasse aux insectes de Tsuka me causa malgré tout un léger frisson. Sentir des bestioles capable de me tuer en quelques secondes sur mon corps … Très très peu pour moi. Heuresement cette sensation ne dure qu'un bref instant que Hako me fit oublier pendant la visite de son quartier. C'était radicalement différent du quartier Hyûga. Dans mon quartier tout était bien rangé, organisé, symétrique, avec des maisons aux modèles souvent identique si ce n'était que les mur, le toit ou les volets changeaient de couleur  ainsi qu'à quelques grands manoirs servant aux dirigeant du clan ou pour les grandes réunion et fêtes. Si,si je vous jure, il y a des fêtes chez les Hyûgas. Par contre niveau ambiance ce n'est pas tout à fait ça encore. Chez les Aburames c'était un joyeux désordre que je trouvai particulièrement beau et rafraîchissant. Je hochai la tête en enregistrant machinalement les informations que me donnait Hako en dévorant le paysage du regard.  

La maison de Hako me fit rire on aurait dit une immense niche de chien. Vu sa mère c'était normal. Alors que j'allais demander à voir ses parents pour les saluer, politesse Hyûga oblige, elle m'informa que nous étions seule et que sa chambre était en haut pour son calme et sa tranquillité. Euh … Ce n'était pas plutôt pour le calme et la tranquillité de ses parents ? En passant devant le salon je vis une jolie photo de ses parents, sûrement au moment de leur mariage au vus de leurs tenues. Le décors ici ressemblait par contre aux maisons Hyûgas : dépouillé et zen. La chambre de Hako était par contre tout l'inverse. Complètement en bazars avec des livres et des parchemins traînant partout, ses sous-vêtements étaient pendus à la fenêtre, son lit était un hamac, il y avait un yaoi au sol, je saurais quoi lui offrir à son anniversaire au moins, un sac de frappe qui avait visiblement vécu, ses vêtements qui se sauvaient de son armoire, un poster d'anatomie et un autre de ma Sempai. Tiens, une autre fane. Voilà un nouveau point commun avec ma sœur. J'adorais aussitôt sa chambre. La mienne était … sans personnalité aucune. Jusqu'à mes quatre cinq ans ans j'avais plein de posters dans ma chambre, des animaux et autres. Ais un jour j'avais entendue mon père dire qu'un vrais Hyûga n'affichait pas ses goût. C'était encore à l'époque où il ne pouvait partir en mission à cause graves blessures et que je lui vouais encore une admiration sans borner. Voulant lui faire plaisir, j'avais décrocher tous mes posters et mes affiches, avant de ranger complètement mes affaires. La seule chose que j'avais gardé au-dessus de on bureau c'était un tableau de fleurs compressées. Mon père m'avait dit que j'avais bien fait. Et depuis ma chambre était vide à part mon lit, mon bureau, une petite table, ma bibliothèque et une armoire encastrée dans le mur. Un vraie chambre Hyûga, tout l'inverse de celle de ma sœur. Un jour, je referais la décoration.

Cette pensée avait fait passé un peu de temps, juste assez pour que Hako et ses clones rangent la chambre et fasse du thé. En allant m'asseoir face à mon amie, je notai qu'elle cherchait des techniques contre mon Jûken. Bonne chance. À moins d'être couvert de gel je ne pensai pas qu'il y ait une possibilité de contrer mon taijutsu. Je devais vraiment arrêter de magnifier mon style de combat. Il avait des failles, comme toute chose. Je pris une gorgée du thé que Hako m'avait servi, et je réussis l’exploit, oui, oui exploit, de ne pas tousser ni recracher le liquide amer et très fort dans ma tasse. Au contraire, je l'avalai avec un sourire avant de poser sur la table mes gâteau et d'attendre que mon amie en prenne un pour parler
Ton thé est très bon ! Et j'adore ta chambre ! Elle te ressemble vraiment.
Je croquai dans mon biscuit pour effacer l'affreux goût du thé, sachant très bien que je devrai vider ma tasse et la théière. Comme quoi, avoir des amis Aburames peut s’avérer être mortellement dangereux pour la santé. Mentale et physique parfois. Je refis un tour de la chambre par le regard avant de faire un magnifique sourire, à moitie carnassier, à Hako
Je ne savais pas que comme Nyuuwa tu étais fane de Eirin-sempai ! Ni que tu aimais les Yaois
Je lui souris plus largement et repris une gorgée de thé sans qu mon visage ne montre le moindre changement d'expression. Comme dirait mon père « Un Hyûga n'a pas d'expression ni de sentiment, il ne vit que pour son clan. Le clan est tout pour lui et passe avant toute chose ! » Famille, devoir, honneur. La devise officieuse des Hyûgas. Toute l'éducation des jeunes était basé là dessus. Je croquai une nouvelle fois dans mon biscuit en chassant ces pensées de ma tête. Ce n'était pas le moment de penser à ça.  

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 


Dernière édition par Hyûga Yume le Dim 28 Aoû - 21:54, édité 1 fois
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Dans le nid de la Bête


La jeune Aburame vêtu d'extravagante manière était un poil gênée : elle recevait pour la première fois une autre kunoichi dans son antre, dans son domaine.
Et hélas, à l'improviste : le désordre ambiant et le laisser-aller de la grande Hako-sama s'étaient alors révélés à tous (enfin, à Yume).
Zut ! Pourquoi elle n'avait pas reçut son amie dans le salon ? Si sa mère n'était pas une fanatique du ménage, son père était quand à lui un maniaque obsessionnel de la propreté et du rangement (il avait des tiroirs de chaussette classées par couleur ! Et c'était toutes des variantes de blanc ou de gris !) et le reste de la maison était impeccable...
Seul le fait d'être une adolescente (qui avait en plus accès à des armes mortelles et des parchemins explosifs) et l'approbation de sa mère quand à l'indépendance empêchait son père de nettoyer son nid.

Nerveuse, Hako servit néanmoins le thé à la jeune Hyûga, essayant de faire comme si de rien n'était...
"Ton thé est très bon ! Et j'adore ta chambre ! Elle te ressemble vraiment." affirma alors Yume.
Le compliment fit rougir de plaisir Hako... Enfin, elle était presque sûr que c'était un compliment.
"Merci ! Pour une fois que je le réussis euh... correctement ! Enfin, je crois, mon thé est loin d'être comme celui qu'on sert dans les boutiques ou chez toi... M'man m'interdit d'en faire quand y'a des invités, d'habitude. Elle m'a dit qu'il faudrait surement que je me trouve un mari qui sache cuisiner, vu qu'apparemment c'est pas un de mes points fort. P'pa a même dit qu'il faudrait qu'il me présente à ses collègues du département de recherche sur les poisons, mais je suis presque sûr qu'il plaisantait."
Presque.
En tout cas, cela faisait plaisir de savoir au moins une personne apprécier ses efforts culinaires. En resservant Yume, Hako se jura de lui préparer un bento à sa façon un jour.

Son amie laissa ouvertement trainer son regard sur la chambre à présent (moins en bordel) rangée.
Les flux de kikaichu qui nettoyaient poussières et miettes tout en (poussant sous le bureau et dans l'armoire) rangeant les affaires qui trainaient avaient presque finis. Ils remontaient à présent en cohorte noirâtre le long des jambes de la jeune Aburame.
Après avoir examiner la chambrée et notamment un poster (et un manga... qui n'aurait pas dû être là), Yume sourit avidement.
"Je ne savais pas que comme Nyuuwa tu étais fane de Eirin-sempai ! Ni que tu aimais les Yaois." taquina la demoiselle aux yeux pâles.

Vaguement gênée (à cause du dernier point), Hako haussa les épaules, cherchant à masquer le rouge qui lui montait aux joues.
"Oh, ça ? C'est une histoire amusante..." commença-t-elle en désignant le poster (et passant sous silence le manga sulfureux). "En fait, il y a quelques années, pour fêter mon admission au rang de Genin, P'pa ne savait que m'offrir... Je ne sais pas si tu as remarqué, mais les Aburame sont parfois un peu... socialement ineptes. Il a scrupuleusement recherché ce qu'aimaient les jeunes filles de mon âge et il m'a finalement offert un billet pour le concert d'Eirin-chan. Je n'étais donc pas fan à proprement parler au début : j'y suis surtout aller pour lui faire plaisir... Mais elle se débrouille et chante plutôt bien, c'était agréable. Et depuis, mon père m'offre de temps en temps des goodies et des trucs en rapport, comme ce poster et j'ai fini par aimer ça !"

Elle ricana un instant, les yeux perdus dans le vague, dans la direction où se trouvaient les laboratoires secrets d'entomologie.
"Je pourrais filer certains trucs à Nyuuwa, si ça l'intéresse. Je crois que mon père continue à me donner ce genre de choses pour me rappeler que même si je suis une kunoichi, je n'ai pas à n'être qu'une arme mortelle..." souffla-t-elle, pensive. "Etonnamment touchant de la part d'un si strict Aburame, non ? Je me demande s'il faut y voir la main de ma mère derrière, surtout apr..."
Hako s'interrompit soudain, son flot de pensées et de paroles l'ayant ramenée un peu loin dans le passée, vers des événements pas forcement agréables. Elle hésita un instant à parler de cette vieille mission ratée à son amie, mais la fierté (et la honte) prirent finalement le dessus et elle se tut.

Hako engouffra donc l'un des délicieux gâteaux de Yume et une longue rasade de thé (infâme, à part pour l'Aburame aux goûts douteux) pour masquer son trouble, avant de changer de conversation.
"Pour le manga Yaoi, c'est là encore un cadeau, ou plutôt une quelque-chose que j'ai acheté pour avoir de quoi parler avec les autres filles à l'Académie. Tu sais, il y a beaucoup de kunoichi qui sont apparemment fan de ce genre de... littérature. Et qui pensent plus aux garçons qu'au ninjutsu. Moi, j'étais plutôt très ninjutsu, mais j'ai voulu essayer de m'intégrer..."
Le terme important était "essayer". Sans être une paria (bien qu'être remplit d'insectes mortels n'aidait pas), Hako et sa vantardise, son coté tête brulée et son agressivité très garçon manqué ne lui avait pas vraiment permit d'avoir beaucoup d'amie à l'Académie...
Et comme tout bon fanfaron, elle avait besoin d'une petite cours pour partager ses rires et ses blagues, ainsi que (surtout) ses rodomontades. L'apprentie-kunoichi avait donc essayer de se faire des amies, avec un succès tout relatif. Cela allait mieux depuis qu'elle était Genin et avait rencontrée Yume notamment.

"Sinon, l'histoire n'est pas si mal fichue que ça et si on passe les scènes un peu tendancieuses, les missions de ce groupe de ninja tous mâles sont intéressantes. Sans parler des relations dans leur équipe et avec leur sensei ou leurs rivaux du village..." poursuivit-elle, sans se rendre compte qu'elle donnait beaucoup trop de détails au sujet d'un manga "juste acheté comme ça".
Il fallait également prier pour que Yume ne remarque pas qu'il s'agissait du tout dernier tome et que le reste de l'œuvre yaoi formait une pile désordonnée (et visiblement fort compulsée) sur une étagère entre deux plantes vertes...

Réalisant tout de même qu'elle s'étendait un peu trop sur le sujet, Hako toussota et utilisa encore une fois l'excuse des délicieux gâteaux apportés par la jeune Hyûga pour fermer sa grande bouche trop bavarde.
"Tes biscuits sont délicieux !" avoua-t-elle à son amie (changeant encore une fois de conversation). "J'aimerais savoir faire ce genre de chose... Sinon, de ton coté, tu es fan de quoi niveau musique ou lecture ? Un jour, faudra bien que je t'offre un truc pour ton anniversaire ! Et comment va Nyu-nyu ? J'ai été pas mal occupée avec des entrainements et des missions et ça fait un moment que j'ai pas pu passer lui ébouriffer les cheveux et la taquiner..."



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Discutions autour d'un thé
Drôle de chambre !Peut-être n'aurais-je pas du trop pousser Hako dans la confection de son thé. Effectivement, si un jour elle devait se marier j'allais devoir lui donner des cours de rattrapage. Et je doutais que les très sérieux Aburames plaisantent. Oui. C'est une Hyuga qui dit ça. Parce que dans mon clan nous savons faire de l'humour. Comment ça une blague Hyûga ou un nom d'un comique Hyûga ? Ma sœur ! Ah ? Ça ne compte pas ? Euh … Je réfléchis je vous dis plus tard. J'écoutais avec attention les raisons des goodies ainsi que du poster. Intéressant. Il était vrai que les Aburames étaient … peu sociaux. Plus même que les Hyûgas pourtant bien avancés dans cette voie. Je levai les yeux au ciel lorsqu'elle me proposa des goodies pour Nyuuwa. Par pitié ! Non !!!!! Plus. De. Goodies. Tout, mais pas ça ! La chambre de Nyuuwa en débordait et c'était souvent moi qui la rangé. Un peu trop souvent d’ailleurs.

La partie sur le yaoi me fit hausser un sourcil. Tout ça, toute cette connaissance, pour un manga acheter comme ça ? Mouais. Me tournant plusieurs fois sur moi même, mon regard perçant finit par les trouver, bien cachés entre deux plantes vertes, et c'était, au vus de l'état des reliures, Hako en avait fait souvent la lectures. Mais oui ! Seulement  acheté comme ça ça hein ?! Bon je saurais quoi lui offrir à son anniversaire. Un nouveau Yaoi. Je notais cela dans un coin de ma tête. Toujours important de savoir quoi offrir aux anniversaires. Puis, on ne sait jamais, l'information est une source de pouvoir illimité. Ou presque. Je la vis se stopper en prenant en gâteau. Ah, mes gâteaux ! Un moyen parfait pour empêcher une conversation qui devenait gênante.

Je finis ma tasse une seconde fois, le fond était absolument épouvantable presque au point de me donner mal au crâne, si si, c'est possible. Je la reposai avec un sourire en reprenant un gâteau que je mâchai avec application pour effacer le goût du thé de ma bouche. Hein, euh mes goûts ? Euh … Comment dire ? Je n'en avais pas la moindre idée. Enfin si mais non. Je n'avais plus beaucoup de temps pour penser à moi. Et donc me souvenir ce que j'aimais en livre et en musique … Ouais, ce n'était pas encore ça. Je fouillai pendant un très long moment dans ma mémoire pour me souvenir au moins de la musique. Je n'avais aucun style de livre favori. J’aimais de tout. Impossible de savoir. Par contre pour Nyuuwa ça je savais ! Elle allait bien, et elle était aussi énergique que possible, et elle était comme toujours en tête de classe. Euh … Mon style de musique ? J'aimais  bien la musique classique simplement. Je n'étais pas très compliquée. Je n'avais pas beaucoup de CD. OK, je n'en avais aucun.  Je reportais mon attention sur Hako pour répondre
Nyuuwa ça va. Elle est en tête de classe et elle est toujours aussi énergique. Après en livres j'aime de tout, mais en musique j'ai un faible pour le classique. Ensuite ne donne rien à Nyuuwa. Sa chambre déborde de goodies de Eirin-Sempai. C'est difficile de tout ranger. Surtout que c'est moi qui le fait ! Pour la cuisine je te donnerais des cours si tu veux !
Je souris en imaginant Hako dans ma cuisine. ARGH du nettoyage en perspective. Plutôt deux fois qu'une si Nyuuwa participe. Je n'aurais pas une petite fille mais deux à surveiller. Je me mordis la lèvres pour ne pas rire. Je rebondis sur une idée que j'eus
Et toi ? Tes parents aimeraient avoir un second enfant ? Tu pourrais lui apprendre plein de tour !
Deux Hakos ? Dans un clan ? Je plains le clan du fond du cœur.

© Naely






Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Dans le nid de la Bête


Étonnamment, il fallut un moment à la jeune Hyûga pour répondre quant à ses goûts. Et quand elle fini par le faire, ce fut surtout pour exposer ceux de sa sœur. Yume était décidément folle de la petite (il faut dire qu'elle était fort mignonne et n'avait pas encore la... réserve propre aux autres Hyûga), mais cela inquiétait un peu Hako de la voir passer au second plan, toujours à faire passer les autres (surtout sa sœur) avant elle-même. Même si c'était noble et de bon aloi pour une jeune fille aussi bien élevée et débrouillarde.

"Nyuuwa ça va. Elle est en tête de classe et elle est toujours aussi énergique. Après en livres j'aime de tout, mais en musique j'ai un faible pour le classique. Ensuite ne donne rien à Nyuuwa. Sa chambre déborde de goodies de Eirin-Sempai. C'est difficile de tout ranger. Surtout que c'est moi qui le fait ! Pour la cuisine je te donnerais des cours si tu veux !" déclara joyeusement la jeune fille.
Mais impossible de ne pas être gagné par l'enthousiasme et la joie quand Yume parlait de sa petite soeur, cet adorable démon (et dans la tête d'Hako, première disciple de l'Aburame).
"Ah, ah, pas étonnant en fait : Nyu-nyu a reçut l'enseignement et l'exemple de la grande Hako-sama !" se vanta évidemment la petite Aburame en plaisantant (à demi, c'est ça d'avoir tant d'égo). "Le rendez-vous est prit, pour les cours de cuisine. On pourra faire ça ici : j'ai un chien géant qui acceptera sans doute de boulotter nos essais !"

Et surtout, ce serait loin de la maison de Yume, loin du pesant domaine Hyûga et de son père (bien qu'aussi perceptive qu'une brique, elle avait bien ressentit qu'ils avaient une relation plutôt tendu et que le père de Yume était apparemment fort strict et peu démonstratif envers ses filles).
Des petits moments de délire entre adolescentes (et avec de la bouffe en bonus) feraient sans doute le plus grand bien à son amie. Elle était trop sérieuse et depuis la mort de sa mère, Hako la voyait bien essayer de tout gérer et de compenser son absence pour le bonheur de Nyuuwa. Mais qui se soucierait alors de son bonheur à elle ?

Hako prit note de lui trouver un CD ou deux de musique classique. Un truc joyeux et entrainant, pas un requiem pompeux. L'ennui, c'est que l'Aburame à froufrous n'y connaissait pas grand chose, en musique classique... Bah, il y avait surement un membre de son clan qui connaissait le sujet, il faudrait qu'elle demande à son père (lui il écoutait un truc qui s'appelait le Jazz). Quelqu'un devait bien en étudier les effets sur les insectes. Et puis c'était le genre de musique qu'on associait sans mal à un mystérieux et taciturne Aburame (c'est sûr qu'on avait du mal à les imaginer se déhancher sur de la musique "moderne").

Alors qu'elle réfléchissait à tout ça pendant que son invitée imaginait déjà leurs exploits culinaires (ce grand sourire ne pouvait être que ça), Yume enchaina avec un sujet qui prit d'abord Hako par surprise.
"Et toi ? Tes parents aimeraient avoir un second enfant ? Tu pourrais lui apprendre plein de tour !" interrogea gaillardement la kunoichi aux yeux pâles.
Hako hésita un instant avant de répondre (cela concernait la vie privée de ses parents et son clan), avant d'hausser les épaules et répliquer.
"Eh ! On a beau être demi-Inuzuka dans la famille, on n'apprends pas de tour !" plaisanta-t-elle. "Enfin, je crois... M'man prêtant parfois que mon dressage est difficile. Je crois qu'elle plaisante. Peut être..."

Après cette petite blague, Hako se leva (rester assise en sirotant du thé ? plus de cinq minutes ? Difficile pour l'agitée Aburame) et donna quelques coups dans son sac de sable, tout en tournant plusieurs fois sa langue dans sa bouche avant de parler. L'air de rien, la question de Yume était un poil sensible.

"L'union de mes parents est essentiellement une expérience." finit par expliquer la kunoichi vert-pomme. "J'ignore si tu es au courant, ce qui me parait douteux vu que le clan ne s'en vante guère, mais les Aburame ne sont pas la famille le plus fertile et étendue de Konoha... Il est rare qu'il y ai plus d'un enfant par famille désormais, ce qui est dangereux pour un clan ninja. L'introduction de gènes Inuzuka permettra, selon certaines théorie de nos spécialistes, de corriger ça sur le long terme. Mais cela reste expérimental : je suis un cas isolée et pour l'instant le conseil du clan... Attends les résultats de ce potentiel d'hybridation. Je n'étais pas sensée devenir une kunoichi à la base, ni recevoir d'essaim. Mes enfants, oui."
C'était bizarre pour la jeune Hako de s'imaginer entourée de marmaille dans le futur. Les plans des Anciens Aburame avaient jusqu'à présent été seulement qu'une hypothèse lointaine et fumeuse, mais la question innocente de Yume les avait fait remonter à son attention.
Elle se rassit pour masquer son trouble et boulotta à nouveau quelques biscuit accompagnés de thé (toujours aussi infâme, mais les papilles gustatives d'Hako y étaient habituées depuis des années, à l'inverse celles de sa pauvre invitée).

"Donc, en attendant que je devienne légendaire - ou à défaut Chuunin - , mes parents n'envisagent pas de deuxième enfant. Je sais que ma mère aimerait bien et probablement P'pa aussi. J'crois qu'il aimerait bien un garçon, un calme et silencieux, très Aburame, pour changer et souffler un peu..." termina alors la jeune demoiselle.
En vérité, Hako n'avait vraiment aucune idée de comment elle gérerait un petit frère ou une petite sœur... En faisant des pitreries, certainement.
En les protégeant de toute sa force, assurément. Tant les Inuzuka que les Aburame prenaient les liens familiaux et la loyauté clanique très au sérieux.

Se perdant dans les yeux mauves pâles de son amie, Hako se rendit compte qu'elle avait ajouté inconsciemment Yume et Nyuuwa dans son cercle intime de gens à défendre avec son nindô.
Elle sourit en imaginant Nyu-nyu éclatant de rire, juchée sur le chien géant de sa mère, avec les yeux inquiet de Yume la surveillant. Le père stoïque et austère de son amie ferait assaut de regards durs contre les indéchiffrables lunettes sombres de son propre père, alors que sa mère servirait en riant le sake en lui filant une bourrade pour le forcer à se détendre...
Ce charmant tableau mental lui donna envie de le voir se réaliser.

"Tiens, tu crois qu'un jour je pourrais inviter toute ta famille ? Les autres Aburame, ces asociaux, ne donnent généralement pas dans les soirées et les réceptions, préférant le calme et la tranquillité, mais j'ai jamais aimé la norme. ça se fait non, de rencontrer les parents de ses amies ? Je suis sûr que je pourrais convaincre les miens d'organiser ça :  il me suffira d'être encore plus chian... exaltée que d'habitude jusqu'à qu'ils cèdent !"
Mais est-ce qu'un membre du rigide clan Hyûga accepterait de venir festoyer et se détendre avec ses filles en compagnie d'une famille bizarre et périphérique du glauque clan des éleveurs d'insectes ?



avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 801
Date d'inscription : 19/07/2016
Age : 18

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 1517
PE:
354/100  (354/100)

Voir le profil de l'utilisateur



Titre
J'avais un peu de mal à suivre Hako mais je compris l'essentiel. Elle n'était donc « que le fruit d'une expérience ».Dire qu'elle avait faillit ne pas devenir une ninja. Mouais. Que voulait-il en faire sinon ? Une cuisinière ? Non c'était clairement loupé. Sa proposition quant à faire la cuisine chez elle me plut. J'aurais moins de nettoyage à faire en rentrant. Pauvre chien n'empêche. Devoir manger les essaie ratés de Hako. Il allait finir en tonneau à pattes.  Et la mère de Hako n'allait par apprécier de voir son pauvre chien obèse. Pour les combats cela n'allait pas être très pratique. Et puis qui sais, la cuisine de Hako pouvait peut-être dangereuse pour les chiens. Bon, OK, j’exagérai sûrement mais … On ne sait jamais. Puis, si j'étais obligée d'amener Nyuuwa, la petite serait ravie de découvrir la famille de Hako et sa maison. Disparut le calme et l'ordre avec ma sœur. Je tendis la main vers ma tasse de thé en retenant un soupire pour la finir. Le premier cours serait sur la préparation du thé. Histoire que si un jour on lui propose des prétendants, elle ne les tue pas tout de suite avec son breuvage. Ou alors, il fallait prier pour que le garçon n'ait aucune sensation dans la bouche.  Si son thé était comme ça, je ne voulais pas imaginer le reste de ses préparations culinaires.

Alors que je buvais une dernier gorgée de thé elle me proposa quelque chose qui me fit avaler de travers l’infâme breuvage et tout recracher par le nez et la bouche en toussant. Que, qui . Que quoi ??? Organiser une rencontre entre mon père et ses parents ? Voulait-elle ma mort ? J'attrapai la serviette qui avait servit de fond dans ma boite à gâteaux et m’essuyai le visage toujours secoué d'une quinte de toue. Euh ? Hako, la prochaine fois … Préviens que tu vas me lancer une bombe au visage. Alors, déjà … Faire sortir mon père de notre quartier autrement que pour une mission, un entraînement ou les courses, et encore, frôle la mission impossible. Ensuite, apprendre à mon père que je préfère passer du temps avec mes amies plutôt que dans   un dojo ou sur un terrain d'entraînement, c'est m'assurer une retentissante paire de claque avec le dos de la main, avant qu'il ne me traîne de force de force sur un terrain d'entraînement pour « une remise à niveau vu que tu passe ton temps à te distraire ». Oui, oui, mon père est comme ça. J'essayais pendant quelques instants de trouver comment formuler ça avant de parler
… Euh … Je ne suis pas sûre que cela soit le genre de mon père … Mais on peut toujours tester …
La vie n'est pas drôle sans risque. Surtout qu'étant une ninja, ma vie comporte uniquement des risques. Donc affronter mon père … Oui, je devais pouvoir le faire. Je souris timidement à Hako. Si on réussissait à faire se rencontrer les trois cela promettait. Entre mon père qui n’allait presque pas décrocher un mot et autre … Pas sûr qu'il aime les Inuzukas, même s'il travaillait avec. Depuis quand mon père avait-il des relations sérieusement ? Si on oubliait mon clan, À part à l'académie il ne devait pas avoir eut beaucoup de relations. On toqua soudain à la vitre et je reconnu Ichiro, un de mes cousins qui était déjà chunin. Avec quelques autres de mes cousins on avait formé une chaîne d'informations histoire de se prévenir lorsque nos parents revenaient alors qu'on était sortis au lieu de s’entraîner. Bah oui ! On est organisé chez les Hyûgas. Pour l'instant tout marché bien et jamais on s'était fait prendre. Ichiro me fit comprendre que la réunion allait bientôt  se finir et que j'avais intérêt à me magner le train si je voulais être de retour à temps. Il avait quelques insectes sur l'épaule, preuve qu'on vérifiait ce qu'il faisait.  Je me levai et hochai la tête en prenant mes affaires. Je souris à Hako
Je dois filer, mon père à presque finis sa réunion, Ichiro est venu me le dire. On organisera la leçon de cuisine quand mon père ne sera pas mal ! Merci pour le thé !
J'ouvris la fenêtre et me glissai près de Ichiro qui me donna une tape sur l'épaule avant de me faire signe de le suivre. Ce que je fis après un dernier signe à Hako. On fila comme des flèches jusqu'à notre quartier et je glissai à moitie sur le bois d'un Dojo avant de réussir à me remettre debout et  de commencer l'entraînement avec Ichiro mon cousin aux yeux avec une goutte de vert dedans. On eut à peine le temps de commencer un combat que mon père arriva. C'était moins une ! Mais j'avais passé un bon moment avec Hako.

© Naely




Merci Aimi !

Spoiler:
 
avatar
火 | Konoha no Genin
火 | Konoha no Genin
Messages : 167
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: C
Ryos: 769
PE:
285/100  (285/100)

Voir le profil de l'utilisateur
Dans le nid de la Bête


Une des nouvelles spécialité d'Hako était sans nul doute l'assassinat de jeune femme Hyûga à grand coup de thé et d'idées idiotes.
La proposition de soirée entre les familles des deux amies faillit se faire étrangler Yume.
Un ricanement aux lèvres (quoi, c'était si choquant que ça comme proposition ?), Hako tapota le dos de la jeune demoiselle aux yeux pâles pour calmer sa toux. Dommage en tout cas, ça avait gâché le thé d'Hako... Pour une fois que quelqu'un le trouvait bon (non, la trop franche demi-Inuzuka n'avait toujours pas réalisée que son amie se contentait d'être polie).
Elle devait bien avoir des serviettes quelques part... Mais le temps de farfouiller dans son armoires et les étagères, Yume avait déjà réparée les dégâts avec sa propre serviettes de sa boite de biscuits.

Une fois que Yume se fut calmée et eut repris son souffle, elle répondit avec un enthousiasme... modérée à l'invitation d'Hako.
" … Euh … Je ne suis pas sûre que cela soit le genre de mon père … Mais on peut toujours tester … " balbutia la jeune fille, presque à contre-coeur (en tout cas, pas vraiment convaincue de l'idée).
Quel enthousiasme ! Le père de Yume était-il vraiment un sévère ermite ?
Hako (aisément capable de s'auto-convaincre) pensait que ça lui ferait du bien (sans parler d'à ses filles) de sortir un peu du domaine Hyûga et de voir comment vivaient les autres familles shinobi du village. Avoir un peu de compagnie lui ferait sans doute plaisir, après le décès tragique de sa femme et cela offrirait un bol d'air frais à Yume et Nyuwaa.

En plus, une fois qu'elle aurait convaincu ses parents (chose dont l'effrontée petite kunoichi ne doutait pas un instant), son offre serait difficile à refuser : les Aburame, tout comme les Hyûga, étaient considérés comme un des clans nobles de Konoha. On ne refusait pas l'invitation d'un clan aussi prestigieux, cela ne faisait pas et les membres du clan aux yeux pâles avaient toujours mit un point d'honneur à toujours respecter le décorum.
Bref, elle allait le coincer, le papa à Yum-yum !
En plus, un petit diner, ce n'était pas si méchant (tant qu'Hako ne cuisinait pas) : il y avait de grande chance qu'il s'entende bien avec son propre père, précis, efficace, sobre et cultivé. Aburame, quoi.
Par contre, il risquait de considérer sa mère comme un truc étrange et dégoutant qu'il aurait trouvé sous sa sandale... Mais bon, M'man avait l'habitude et avec le culot propre des Inuzuka, elle allait ne pas s'en soucier (et essayer de décoincer un peu la famille Hyûga, au grand plaisir de sa fille qui imaginait déjà la scène).

Alors que la petite Aburame vert-pomme était perdue dans ses pensées, un hurlement de loup (enfin, non, c'était un gros chien) s'éleva dans le lointain. Même si Hako ne le comprenait pas, elle savait qu'ainsi sa mère lui annonçait l'arrivée de nouveaux visiteurs.
Quelques instants plus tard, un jeune homme, visiblement du clan Hyûga, frappa à la vitre (Hako hésita un instant à répliquer par une volée des shurikens qui trainaient dans la chambre, histoire de lui apprendre qu'on ne montait pas au balcon d'une jeune demoiselle comme ça).
Mais l'essaim de la jeune Aburame descella la présence de kikaichuu de surveillance sur lui, signe qu'il était autorisé ici et probablement en mission.

"Je dois filer, mon père à presque finis sa réunion, Ichiro est venu me le dire. On organisera la leçon de cuisine quand mon père ne sera pas mal ! Merci pour le thé !" s'exclama alors Yume, avant d'ouvrir la fenêtre pour rejoindre le membre de son clan aux yeux vert pâle.
Ce dernier n'était pas des plus poli, ignorant Hako, visiblement pressé.
Décidément, le père de Yume contrôlait bien trop sa vie au goût de la petite Aburame !
Mais bon, elle avait peut être des impératifs familiaux urgents... Dommage, Hako aurait bien aimée la taquiner encore un peu ou discuter de tout et de rien.
La jeune fille fit un grand signe d'adieu à son amie qui filait déjà en compagnie de son chaperon.

"Bye Yum-yum ! N'oublie pas de parler de l'invitation à ton paternel ! Je rendrai ça officiel sous peu... Et merci de bien vouloir m'enseigner la cuisine ! Qui sait, on arrivera peut être à faire de moi une jeune fille bonne à marier en plus d'être une kunoichi d'exception !"
Dans un dernier éclat de rire, elle salua son amie.
Quand la jeune fille aux yeux pâles eut disparut au loin, Hako soupira.
Zut, même si elles s'étaient bien amusées, Yume n'était pas restée assez longtemps... Du coup, elle allait pas pouvoir utiliser sa visite surprise comme prétexte pour ne pas avoir fini ses corvées !




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haïti: un camion plonge dans une rivière, des dizaines de victimes
» ET LA VERITE SORT DU PUIT/SOU MENSONGE DANS GNB CONTRE ATTILA
» haiti dans les annees 50
» Les changements climatiques menacent le tourisme dans les Caraibes
» Le poids de la Digicel dans la fiscalite haitienne

Sauter vers: