Partagez | 
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 319
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 280
PE:
39/200  (39/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Lun 17 Oct - 2:01




Sing me to sleep
Kaede & Ohatsu
xxx
Ouvre-moi les portes du sommeil || Deviens ma Morphée
Les cauchemars affluaient, incessants, images floues par dizaines qui se succédaient à un rythme frénétique sans jamais s’arrêter. Des bribes de souvenirs, des sensations enfouies qui resurgissaient tels des coups de poing en plein visage. Douleur, tristesse, haine, colère, tant de sentiments se mêlaient qu’il m’était impossible de tous les distinguer. Je me réveillais en sursaut le dernier souvenir, plus perturbant que tous les autres… Assise dans mon lit, je me remémorais mes moments de captivité, les visages des hommes qui nous retenaient et surtout tous les sévices que j’avais du subir. Je glissais mes bras autour de mon corps, touchant du bout des doigts les trop nombreuses cicatrices qui marquaient mon corps, réprimant un frisson de dégout. Une goutte tomba sur mon avant-bras et j’ignorais si elle venait de mon œil ou si c’était de la sueur. Je rejetais ma tête en arrière et soupirais, ce n’était pas encore cette nuit que Morphée me ferait le plaisir de m’accepter. Je me levais et lança un regard dédaigneux sur le réveil. La nuit venait à peine de commencer.

Sans allumer la lumière, je me faufilais discrètement vers la salle de bain et ouvris l’armoire dissimulée derrière le miroir. Celui-ci contenait des fioles plus suspectes les unes que les autres et j’en pris une sans hésitation aucune avant de l’avaler cul-sec. Je me rendais compte que c’était la dernière et qu’il était temps de renflouer mes stocks. Je n’eus pas le loisir de regagner la douceur de mes draps que mes jambes flagellèrent et je me sentis partir dans un sommeil artificiel, juste une douleur aigue ensuite tout devint noir.

[FB]

Une énième nuit sans dormir. Je devenais agressive, ne mangeais plus et des cernes violacées se dessinaient sous mes yeux. Les souvenirs de mon passé me hantaient et m’empêchaient de me reposer. Si tôt que je fermais les yeux, ces images, horribles images me revenaient à l’esprit. Culpabilité, elle m’enserrait la poitrine et faisait couler en moi un venin. Seulement ça ne pouvait plus continuer. Je devais faire quelque chose, absolument. J’avais eu vent qu’une jeune personne s’essayait à l’art des potions en tout genre. Mes capacités de furtivité ainsi que l’espionnage avait fait de moi une mine de renseignements et j’en apprenais encore plus chaque jour qui passait. Peut-être aurait-elle de quoi me soulager. Je l’espérais et ce fut dans cet état d’esprit que je me dirigeais vers un laboratoire à l’aspect clandestin.

♦ Bonsoir, je suis à la recherche de quelque chose qui me permettrait enfin de fermer les yeux et de dormir. S’il vous plait, pourriez-vous faire quelque chose ?

Mon ton était presque suppliant. J’atteignais mes limites et ce fut à bout de nerfs que je tombais à genoux devant une jeune femme armée d’une fiole entre les doigts.

[Fin FB]


Lorsque je me réveillais, j’eus d’abord une sensation de froid intense et ce fut grelottante que je me relevais du carrelage de la salle de bain. Une petite tâche de sang maculait le sol et mes cheveux arboraient un épi de sang séché. Le contrecoup de ce somnifère me rendait nauséeuse et j’avais l’impression d’avoir trop fêter la veille. J’ôtais ce qui faisait office de pyjama et entrait dans la douche afin de me débarrasser des derniers effets secondaires de la décoction miracle. L’eau sur ma peau me fit un bien fou et je me laissais allée à fredonner doucement.

Je terminais de me préparer. Il fallait que je retrouve Kaede. Il me fallait ce narcotique, absolument. C’était devenu une nécessité, comme une drogue, il m’offrait l’accès aux portes du paradis. Un sommeil sans rêves. Si Morphée me refusait l’entrée, Kaede elle m’avait façonné un double des clés. Une fois habillée de mon habituel kimono couleur sable, je lançais mon sac empli de vivres et des fioles vides avant de remonter mon masque sur la partie inférieure de mon visage. J’ignorais où se trouvait la ninja médecin mais, d’après les rumeurs et les renseignements glanés ça et là, elle aurait été aperçue se dirigeant vers l’est. Je devais me méfier de ces on-dit. La probabilité de leur véracité restait approximative mais c’était la seule piste que j’avais. Je me mis donc en route sans attendre.

Le soleil pointait à peine ses rayons lorsque je passais les portes du village caché du sable. Et bien sur j’avais justifié mon absence par la recherche de la nukenin. Ce qu’ils ne savaient pas et ne sauraient jamais c’était que les informations récoltées, ils n’en auraient vent que si je le voulais. Je ne l’aurais pas capturée et surement pas ramenée au village. Pour moi, ma conscience, elle n’avait rien fait de mal. Au contraire, ses analgésiques, somnifères, anesthésiants et autres médicaments auraient eu pu devenir un grand atout pour le village. Mais l’avis du conseil valait celui du village et ma voix seule n’aurait pas comptée. Sortant de mes pensées, je me lançais zigzaguant entre les dunes, dardant mon regard perçant de tous les côtés à la recherche du moindre indice d’un passage récent. Je ne m’arrêtais pas, cherchant assidument ce quelque chose qui me mettrait directement sur sa piste.

J’arrivais rapidement à la lisière du pays des rivières et là, un brin d’herbe coupé directement à la racine me mis la puce à l’oreille. Qui couperait de l’herbe comme ça si ce n’était une personne qui s’y connaissait ? Je n’avais aucune idée de ce qu’étaient les effets de cette plante mais Kaede elle devait le savoir. Je me servis de ma technique de sensorialité pour distinguer une présence et en détectait une. Je lançais alors doucement.

♦ Kaede ?

Cela pouvait être elle comme une autre personne. Je me basais uniquement sur les rumeurs entendues et mon instinct qui ne me trahissait que très rarement. Si elle répondait par la positive, j’aurai gagné, sinon j’étais prête à me battre avant de reprendre les recherches.

© 2981 12289 0



Merci Aimiii ♥
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Dim 23 Oct - 19:53



[FB]

Kaede avait longuement hésité avant d’aménager un second laboratoire sous son propre domicile, mais elle avait dû s’y résoudre. Ses expériences devenaient trop audacieuses pour les pratiquer à l’hôpital, et s’installer dans un lieu plus désert aurait suscité la curiosité du premier senseur venu. Le choix le plus prudent restait encore d’ajouter une annexe de taille modeste à son sous-sol, de masquer soigneusement le passage y menant et de n’y travailler que la nuit. Elle n’y recevait personne. Seuls y entraient les sujets qu’elle destinait à ses expériences, et ceux qui avaient la bonne fortune d’en ressortir vivants laissaient pour la plupart leurs souvenirs derrière.

C’est pourquoi la visite d’Ohatsu l’avait prise complètement au dépourvu. Cette kunoichi était à coup sûr dotée d’un talent considérable ou d’une bonne dose de chance pour avoir découvert si facilement le laboratoire clandestin.  Les deux femmes se connaissaient de vue et de nom, mais en dehors de quelques généralités, la maîtresse de l’Irou en savait bien peu sur sa compatriote masquée.  Et elle n’était nullement préparée à la voir faire irruption dans la partie secrète de son domicile au beau milieu de la nuit.

Heureusement, aucun sujet expérimental non consentant n’était sur les lieux au moment de l’incursion. La scientifique s’était débarrassée du dernier la veille, un mercenaire étranger aussi entreprenant que misogyne qui l’avait aidée bien malgré lui à déterminer approximativement la dose létale de son somnifère le plus récent. Elle n’avait pas eu trop de mal à se débarrasser du corps une fois tous les organes utiles prélevés.

La femme qui se trouvait debout devant Kaede ne pouvait ignorer qu’elle s’était introduite dans un lieu dont l’existence aurait dû demeurer secrète, et que ce genre d’intrusion présentait certains risques. Qu’est-ce qui avait bien pu la pousser à les prendre? Les ninjas qui recherchaient les services de la médic en dehors des heures ouvrables avaient généralement quelque chose à cacher, et cette dernière était fort curieuse de découvrir quoi. Gardant son habituelle expression neutre malgré la singularité de la situation, elle s’adressa à la nouvelle venue comme s’il s’agissait d’un rendez-vous médical tout ce qu’il a de plus banal :

« Je ne reçois pas de patients ici, en temps normal. Veuillez excuser le désordre. »

Un bref coup d’œil à la nouvelle venue avait suffi pour que Kaede reconnaisse les signes caractéristiques d’une insomnie grave et chronique. Cet air hagard et vaguement désespéré, ce regard terni par la fatigue, ces cernes profonds ne trompaient pas. Un tremblement aux mains, à peine perceptible, complétait le tableau, et la médic aurait parié gros qu’il n’était pas attribuable à la peur, mais plutôt au surplus d’adrénaline qui vous tenait debout en état de grand épuisement.  Les mots d’Ohatsu confirmèrent presque immédiatement les suspicions de la soignante. Dégageant vite fait une banquette recouverte de dossiers en désordre, elle la désigna d’un geste.

« Si vous voulez bien vous assoir ici, je vais voir ce que je peux faire pour vous. »

Espérant que cette patiente inattendue ne s’intéresserait pas de trop près au contenu des documents éparpillés un peu partout ou à celui des jarres et bocaux empilés sur les étagères au fond de la pièce, Kaede ouvrit les portes d’une grande armoire fermée à clé et se mit à fouiller parmi les flacons. De retour auprès de la kunoichi masquée, elle posa trois fioles colorées sur une table à proximité et en garda une quatrième, plus petite, à la main. Sa dernière découverte, sur laquelle elle travaillait encore. Elle s’assit devant la nouvelle venue, scrutant la partie visible de son visage. Si chaque problème médical avait une solution -bien que dans certains cas elle reste encore à découvrir- il fallait tout d’abord en déterminer la cause. Kaede n’ayant pas coutume de passer par quatre chemins lorsqu’elle questionnait un malade, elle alla droit au but.

« Dites-moi, qu’est-ce qui vous empêche de dormir? »

[Fin FB]


Elle n’avait prononcé qu’un mot unique, son nom, mais pas d’erreur possible, cette voix était bien celle de la Juunin qui s'était invitée dans son laboratoire clandestin quelques mois auparavant.

Ça alors. Elle n’a rien perdu de son instinct. Je pensais pourtant avoir masqué ma piste correctement.

Kaede hésita brièvement avant de sortir de sa cachette. La médic était à peu près certaine de n’avoir rien fait de mal à Ohatsu, à moins que l’on considère comme préjudiciable le fait de laisser s’installer une addiction en toute connaissance de cause chez un patient. Non, de son point de vue, elle l’avait surtout débarrassée d’un problème assez handicapant. Mais la soignante ne s’attendait pas à ce que son ancienne compatriote désobéisse pour si peu à un ordre direct, et il était fort possible que la Sunajin ait été envoyée à sa poursuite par le conseil, comme plusieurs avant elle. Cependant, il restait une chance pour q’Ohatsu n’ait pas fait tout ce chemin dans le but de l’éliminer.

Dans le monde où ils évoluaient, il était tristement fréquent, pour peu qu’on creuse un peu, de mettre au jour les graves traumatismes passés qui empêchaient plus d’un shinobi de trouver le sommeil.  De terribles images doublées de sentiments d’impuissance ou de culpabilité revenaient parfois hanter l’esprit de la victime dès lors qu’elle fermait les yeux, l’empêchant paradoxalement de trouver le repos, la tourmentant jusque dans ses rêves. Notant les multiples cicatrices qu’elle portait, Kaede avait émis l’hypothèse que c’était le cas chez cette jeune femme, et elle avait vu juste. Sans exiger que la demoiselle lui relate en détail les sévices qu’elle avait subits, elle avait tout de même réussi à s’en faire un portrait assez complet, quelques bribes à la fois, au fil de leurs rencontres.

Ohatsu, le premier soir, était repartie avec le plus petit des quatre flacons, mais c’était celui qui contenait la substance la plus redoutable, sa dernière découverte. Un analgésique narcotique dont les facultés hypnotiques outrepassaient tout ce qu’elle avait pu mettre au point jusqu’alors. Il avait un défaut, cependant : son efficacité n’avait d’égale que la vitesse à laquelle on développait une dépendance au produit.  

« Quatre gouttes, pas plus, » lui avait dit la médic à l’époque, « si tu veux te réveiller. »

La dépendance n’était pas le seul inconvénient. Plus le sujet était jeune, résistant et en santé, plus vite s’installait la tolérance et plus importantes devenaient les doses requises, surtout si l’on en consommait régulièrement. Vu la fréquence à laquelle la kunoichi masquée était revenue chercher d’autres fioles, Kaede pouvait deviner que quatre gouttes, aujourd’hui, c’était du bonbon pour elle. Les chances étaient bonnes pour que cette substance soit la véritable raison de la présence d'Ohatsu au Pays des Rivières.

Prête à devoir se défendre, Kaede sortit de l’ombre où elle était dissimulée, son expression et sa voix toujours aussi artificiellement neutres et calmes malgré sa situation précaire. Bien que son mode d'action diffère, la puissance du calmant qu’elle absorbait régulièrement n’avait rien à envier à celui qu’elle avait préparé à maintes reprises pour l’autre femme.

« Je suis là, Ohatsu. »






Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:48, édité 1 fois
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 319
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 280
PE:
39/200  (39/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Mer 9 Nov - 19:51




Sing me to sleep
Kaede & Ohatsu
xxx
Ouvre-moi les portes du sommeil || Deviens ma Morphée
[FB]

Le laboratoire était bien sensé être clandestin et je me sentais un peu mal lorsqu’elle m’avoua ne jamais recevoir de patient. En effet, le désordre avait pris possession de cette pièce, une tempête de sable n’aurait pas mis autant de bazar. Sans vraiment y prêter attention, je jetais malgré tout un œil discret sur les nombreux papiers qui jonchaient le sol. Des rapports, des notes manuscrites et parfois même des dessins représentatifs de divers organes. Je ne m’attardais guère plus longtemps sur ces croquis d’après nature et reportais mon attention sur la jeune femme. Elle me proposa un siège que je ne refusais pas, bien trop éreintée pour rester debout. Avec la grâce d’un pachyderme,  je me lassais choir sur le petit tabouret. Sans un mot de plus, elle revint vers moi portant trois fioles entre ses mains délicates et me posa une seule question.

Seulement quatre gouttes ? Cela me semblait bien peu mais le médecin c’était elle et je n’avais pas à contredire sa prescription. La dernière partie de sa phrase finit par me convaincre de bien respecter sa posologie. Un frisson remonta le long de mon échine, je me sentais soulagée, enfin j’allais pouvoir fermer l’œil et dormir du sommeil du juste. Je lui avais révélé mes cauchemars, mes craintes ainsi que mes terreurs nocturnes qui empêchaient Morphée de venir me cueillir. Mon passé horrible et ma culpabilité quant à mes camarades, qui n’avaient pas eu la même chance que moi de s’en sortir aussi bien. En lui racontant, des larmes de fatigue mêlées à celles de tristesse, de rage perlèrent de mes obsidiennes. Jamais auparavant je n’avais montré mes faiblesses. J’enfouissais tout en moi, fermant à double tour dans ma boite de Pandore, mes péchés et mes peurs. Je me sentais redevenir une enfant, confiant à cette inconnue mes problèmes et pleurant sur son épaule comme une amie de longue date. Ce paradoxe me fit légèrement sourire mais après avoir versé quelques larmes je me sentais un peu mieux. Une fois la fiole en poche, je m’éclipsais discrètement non sans la remercier du fond du cœur.

♦ Merci, vraiment. Vous me sauvé la vie, vous n’imaginez pas.. je .. merci.

Je me glissais dans l’ombre de la ruelle et disparu de son champ de vision. Je me dépêchais de rentrer et comptais quatre gouttes que j’avalais prestement avant de partir dans un monde sans rêves mais où le repos me tendait les bras.

[Fin FB]


Sa voix résonna doucement et je la sentis sortir des sous-bois. Je me doutais qu’elle restait sur ses gardes, ignorant surement la raison de ma présence et le pourquoi j’étais à sa recherche. Pensait-elle que j’étais à sa poursuite pour le compte du village ? Probablement ! J’étais plusieurs fois revenue lui quémander de cette fameuse potion que je considérais de magique quant à sa capacité à m’endormir ainsi que d’autres analgésiques puissants lorsque mes missions se soldaient par une profonde blessure. C’était devenu presque un rituel, comme une accro, une droguée, je réclamais toujours plus fort, plus d’effets. Je gardais dans un coin de ma tête que cela n’était pas normal mais la dépendance était plus forte et prenait le pas sur ma raison.

Une fois, une seule et unique fois, j’oubliais de refaire un stock… Je me rappelais encore maintenant du sevrage. Mon corps tremblait, je me sentais horriblement mal, en manque, un vide impossible à combler sans cette substance miracle. Et lorsque j’avais débarqué chez Kaede telle une camée, les yeux cernés et le corps parcouru de spasme, je me sentais ridicule. J’avais honte de moi, mais je savais, impossible de me passer du somnifère. Je ne voulais pas retombée dans cette spirale infernale de l’insomnie. Et ce fut donc avec une boule au ventre que j’étais parte quérir ma médic pour une autre volée de fioles.

Sortant des limbes de mes pensées, je retrouvais ma sauveuse devant moi, un regard neutre mais où je pouvais lire une pointe de questionnement quand à ma présence. Je m’empressais de la rassurer sur mes intentions.

♦ Ne t’inquiète pas comme ça, je ne suis pas venue pour te pourchasser. Je pense maintenant que cela fait quelques temps que l’on se connait et même si je suis encore liée au village, je ne te trahirais jamais. Tes recherches m’ont été bien plus bénéfiques. Le conseil n’a jamais compris ton génie et ils ont perdu un médecin des plus doué. Tant pis pour eux.

Je lui souris, d’un sourire doux mais où transparaissait ma fatigue. J’avais encore besoin d’elle, de ses rituels, de sa magie, de ses potions interdites. Le conseil avait vraiment fait une erreur, certes la manière n’était peut-être pas la meilleure, mais, si ces recherches « spéciales » avaient permis la mise au point de ces merveilles qui me tenaient presque en vie chaque jour, je remerciais le ciel qu’elle ai continué à l’abri dans cette cave aménagée clandestinement.

♦ Si ma présence ici n’est pas liée au village, je suppose que tu sais pourquoi je me tiens devant toi, n’est-ce pas ? - Je ris légèrement derrière mon masque et attendais de voir sa réaction. Je devinais, qu’imperceptiblement, elle se détendit quelque peu, rassurée de ma non-hostilité. – Je passais dans le coin et, j’ai remarqué ta piste, d’ailleurs pour quelqu’un d’aussi minutieux que toi, tu devrais faire attention à tes traces.

Je la taquinais bien évidemment, cela n’avait pas été évident de la retrouver et j’avais du faire preuves de créativité pour, ne serait-ce que retrouver une odeur, un filament de chakra ou un indice prouvant qu’elle était bien passée par ce chemin. La chance devait être un peu de mon côté également.

Lamentations:
 

© 2981 12289 0



Merci Aimiii ♥
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Ven 25 Nov - 4:49



Sans complètement baisser sa garde, Kaede laissa Ohatsu approcher un peu, prête à l’écouter. Malgré son sourire, une extrême lassitude était bien lisible sur les traits de la nouvelle venue, tout comme autrefois. Les paroles de la Sunajin semblaient sincères, et il ne fallut pas longtemps à la médic pour prendre sa décision.

« Dans ce cas, nous ne sommes pas ennemies. Je n’ai rien contre le village ni aucun de ses habitants. Comme tu le sais, le conseil désapprouve mes recherches, mais je ne peux pas y mettre un terme. Pas encore. Il en va de l’avenir de ma famille. »

Le regard de la nukenin s’assombrit à ces paroles. Trouver un nouveau laboratoire aussi bien équipé que le précédent ne serait pas chose aisée, et elle ne pouvait se permettre de perdre encore beaucoup de temps.  D’ailleurs, elle réalisait qu’elle n’était pas la seule à dépendre de l’aboutissement de ses expériences, et que si son philtre des chimères avait besoin d’être amélioré, il en allait de même du remède qu’elle fournissait à Ohatsu. Impossible que cette dernière ne se soit pas encore rendu compte de l’énorme handicap que la dépendance à cette substance représentait.

« Pour tout te dire, quand tu m’as rendu visite pour la première fois à Suna, je venais à peine de mettre au point l’hypnotique que je t’ai donné. Tu connais son efficacité, mais je suis certaine que tu as aussi constaté ses inconvénients. C’est une formule qui a besoin d’être perfectionnée, sans quoi tu passeras ta vie à en prendre de plus en plus. Le mieux serait encore que tu apprennes à t’en passer, mais… »

…mais certaines blessures ne se refermaient jamais complètement, pensa Kaede en silence. Elle se souvenait des quelques larmes de sa collègue, signes d’une détresse profonde, comme si c’était hier. Avec le temps, elle avait développé un certain respect pour l’autre kunoichi, dont la tranquillité d’esprit et la santé mentale avaient été sacrifiées à l’autel de la profession qu’elles avaient toutes deux choisie. Elle devait absolument perfectionner cette formule, la rendre moins nocive, dès qu’elle en aurait la possibilité.

La médic entraîna Ohatsu vers les ruines de la petite maison familiale, berceau de ses premières années. Une partie du matériel d’herboristerie qui avait jadis appartenu à sa mère s’y trouvait encore, poussiéreuse mais utilisable. Elle expliqua qu’elle n’avait sur elle qu’une petite quantité de la substance en question, mais qu’elle pouvait en fabriquer davantage avec les ingrédients locaux, si sa patiente acceptait de la couvrir contre d’éventuels poursuivants pendant qu’elle récoltait les plantes nécessaires et préparait la recette. Ohatsu avait beaucoup plus à perdre qu’elle-même sur ce coup-là : si on la surprenait avec la nukenin, sa tête serait mise à prix également, à moins qu’elle n’aide ses compatriotes à appréhender la maîtresse de l’Irou.

« Écoute. Si on nous repère, fais semblant que tu t’apprêtais à me capturer. Je trouverai bien le moyen de m’échapper, et avec un peu d’astuce, ta réputation sera sauve. »

La scientifique n’était pas particulièrement convaincue qu’un tel scénario se conclurait en sa faveur, mais elle ne souhaitait pas entraîner quelqu’un d’autre dans la vie d’errance et de fuite qui était maintenant la sienne. Et avec un peu de chance, personne ne les surprendrait.





Dernière édition par Shimizu Kaede le Mar 7 Fév - 23:49, édité 1 fois
avatar
風 | Suna no Jônin
風 | Suna no Jônin
Messages : 319
Date d'inscription : 19/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 280
PE:
39/200  (39/200)

Voir le profil de l'utilisateur
Re: Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Mar 13 Déc - 20:10




Sing me to sleep
Kaede & Ohatsu
xxx
Ouvre-moi les portes du sommeil || Deviens ma Morphée
Gardant tout de même une légère méfiance à mon égare, elle me laissa approcher. Je ne devais pas être belle à voir et vu son regard parcourir mon visage, j’en déduisais qu’elle avait remarqué la présence de mes cernes bleutées et de mes traits tirés sur un visage aussi pâle que la mort, enfin aussi pâle que l’on peut l’être avec une peau tannée par le soleil. Je l’observais à mon tour. La vie de déserteur ne devait surement pas être de tout repos. Avec sa tête mise à prix et de nombreux poursuivants, prendre ne serait-ce qu’un peu de repos pouvait s’avérer fatal. Elle conservait cet air concentré et je l’imaginais déjà en pleine réflexion afin de remédier à mon problème d’insomnie. Puis la fin de sa phrase me titilla. Ainsi donc, elle aussi souffrait d’un malheur et ses recherches étaient la seule façon de pouvoir y mettre un terme. J’ignorais le mal qu’elle endurait mais après tout ce que cette jeune femme avait fait pour moi, je me devais de la remercier en l’aidant dans ses recherches.

Les émeraudes de Kaede s’embrumèrent, signe qu’elle était plongée dans ses pensées. Je la laissais faire, prenant le temps de constater dans quel endroit la médic avait élu domicile temporairement. Puis je compris très vite que sans le matériel perfectionné qu’elle avait dans son laboratoire clandestin au village, elle ne pourrait continuer ses prototypes et autres découvertes. Si ce somnifère était pour moi un bien nécessaire malgré les inconvénients dont elle parlait, Kaede devait être encore plus dépendante de ces ustensiles pour y concocter son précieux remède. Malheureusement, je ne pouvais me passer de son hypnotique, j’avais essayé mais c’était impossible, comme une drogue que mon corps réclamait alors que mon esprit bataillait sans relâche pour ne pas céder. Cependant, si je ne le prenais pas, je passais mes nuits éveillée, ressassant mes vieux démons. Le choix était vite fait et je me laissais souvent submergée par le bien-être qu’il me procurait avant de me maudire d’y avoir encore eu recours. La fin de sa phrase mourut avant d’être terminée et un sourire triste se dessina sur mes lèvres. Nous avions compris toutes les deux qu’être shinobi signifiait faire de nombreux sacrifices.

♦ Ma réputation m’importe peu Kaede et si nous venions à être repérées, j’userai de mes capacités pour ne pas me faire voir et les maitriser. Je ne les laisserais pas te capturer. Tu es devenue bien plus que ma fournisseuse – j’essayais de détendre l’atmosphère – mais une amie, qui a vu mes faiblesses, mes démons et m’as aidé à les combattre. Ce n’est qu’un maigre remerciement mais si tu as besoin d’aide pour quoique ce soit, je suis là.

Je ne possédais pas ses connaissances en médecine, pour moi presque toutes les plantes se ressemblaient et je n’aurais su dire la fleur mauve qui jonchait le pied d’un arbre à ma droite était toxique ou inoffensive. Ou bien peut-être n’avait-elle aucunes vertus. J’étais une  bien piètre botaniste et la seule façon de lui venir en aide, c’était de la protéger le temps qu’elle fasse ses récoltes et prépare ses potions. Puis une idée me vint en tête et je lui exposais.

♦ Mes qualités dans l’iroujutsu étant quasi nulle, pour ne pas dire inexistantes… Je peux te protéger si tu souhaites faire une récolte. Je ne doute pas de tes capacités mais la concentration est importante et il suffit d’une erreur. Et puis, je pourrais essayer de te ramener le matériel dont tu as besoin. Je l’achète discrètement au village et te l’apporte. Qu’en penses-tu ?

Kaede était pour moi une amie, elle m’avait apporté de l’aide quand j’en avais eu le plus besoin par le biais de ses remèdes et nos rencontres quotidiennes, bien que très courtes, soulageait ma conscience et m’apaisait. Comme une épaule qui pouvait recueillir un peu de ma souffrance et bien qu’elle ne l’ai jamais vraiment fait, j’étais là pour elle aussi. Je ne voulais pas qu’elle prenne ma proposition uniquement dans le sens où je me servais d’elle, je le faisais de bon cœur, afin de me rendre utile comme elle avait pu le faire à mon égard. Je pris un peu d’avance et activais mon chakra afin de repérer d’éventuels ninjas ou source de problèmes. Rien à l’horizon pour l’instant mais je ne baissais pas ma garde pour autant, il suffisait d’un shinobi pouvant camoufler sa présence et dissimuler son chakra … Le pire scénario à imaginer mais peu probable pour ma part. Je patientais, laissant à ma partenaire le temps d’envisager ma proposition et continuais d’observer mon environnement ainsi que les plantes qu’elle possédait. J’en avais vu quelques unes similaires sur mon chemin. Peut-être pouvions-nous aller les récupérer si elles étaient nécessaires à la médic.    

© 2981 12289 0



Merci Aimiii ♥
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 249
Date d'inscription : 07/09/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 2244
PE:
52/300  (52/300)

Voir le profil de l'utilisateur https://www.flickr.com/photos/130172075@N06/
Re: Deviens ma Morphée [PV Kaede]    Sam 31 Déc - 20:31



Les quelques mots qu’Ohatsu lui adressa laissèrent sans voix la nukenin éprouvée. Elle ne s’attendait pas à ce que son ancienne patiente accepte de mettre en jeu sa réputation et même sa vie pour lui porter assistance. Et puis, il y avait ce terme, « amie ». Aucune des deux femmes ne l’avait encore utilisé ouvertement pour désigner l’autre. Il était déjà rare de l’entendre prononcer entre shinobis du désert, mais d’une Sunajin à une nukenin, ça en devenait presque hérétique. Et, pour Kaede, étrangement réconfortant, car ce mot simple venait briser sa solitude. Contre toute prudence et bon sens, elle avait profondément envie d’y croire.

La proposition  d’Ohatsu était elle aussi inespérée. La scientifique pourrait entreprendre une vraie récolte et refaire ses stocks d’ingrédients sans être inquiétée, ce qui n’avait plus été possible depuis sa désertion. La Sunajin était très compétente, habituée à traquer et repérer toute présence de loin. L’aisance avec laquelle elle avait découvert la cachette de Kaede n'était pas due au hasard. Quelle chance de l’avoir de son côté! C’en était presque trop beau pour être vrai. Femme de peu de mots, la nukenin hocha la tête en silence et prépara les instruments qui lui permettraient de récolter plantes, mousses et champignons sans les abîmer.

Tandis qu’elle explorait le terrain boisé aux côtés de l’autre kunoichi, Kaede eut du mal à se défaire complètement de cette méfiance réflexive qu’elle avait développée ces dernières semaines, de ce besoin d’être continuellement sur le qui-vive et de cette impression de danger perpétuel. Mais à mesure que le temps passait, sa confiance en la bonne foi d’Ohatsu se renforça.

Après de longues heures à repérer et à récolter tout ce que la région recelait en trésors naturels, le médecin proposa à sa collègue une petite pause et elles se remirent en route vers la maison délabrée, où Kaede eut tôt fait d’initier la préparation du précieux narcotique. Le feu crépitait, maintenant en ébullition la mixture de racines et d’eau qui servirait de base à sa potion. Herbes médicinales et champignons trempaient dans l’alcool pour en extraire les composés actifs. Il ne restait plus qu’à patienter.

La médic prépara une théière et dépoussiéra deux tasses qu’elle remplit, en offrant une à cette amie inespérée, savourant une première gorgée de thé pour démontrer que l’infusion était sécuritaire. Après tout, la réputation de la maîtresse de l’Irou était plus que douteuse. Après avoir partagé l’une avec l’autre les événements les plus récents de leurs vies respectives, elles abordèrent le sujet qui avait préoccupé Kaede une bonne partie de la journée : cette offre d’Ohatsu de lui apporter du matériel scientifique avec lequel travailler. La soignante était fort tentée d’accepter malgré le risque énorme.

« Le matériel dont j’ai besoin est plutôt sophistiqué, et tu pourrais éveiller les soupçons en l’achetant en ville. Mais si mon ancien laboratoire n’est pas surveillé, peut-être peux-tu récupérer mon matériel le plus précieux? J’ai assez de parchemin vierge pour t’en faire la liste, et j’ajouterai quelques croquis pour que tu puisses t’y retrouver. »

La Sunajin avait assez de jugement et de lucidité pour mesurer les risques qu’elle prenait à porter secours à un déserteur, mais Kaede se devait de le rappeler une dernière fois à son amie. La conscience qui lui faisait si souvent défaut quand elle menait ses recherches ne manquait jamais de se manifester quand il s’agissait de l’intérêt d’un proche, qualificatif qu’Ohatsu venait de gagner à ses yeux.

« Tu réalises ce qui est en jeu? C’est ton avenir et ta vie que tu risques en m’aidant. »

L’autre kunoichi en était pleinement consciente, et le lui répéta. Kaede termina de préparer une grosse réserve du narcotique qu’elle emballa soigneusement et tendit à Ohatsu.

« Cache-la bien. Si tu viens seule ici à la prochaine pleine lune, je serai là. »

Le soleil se couchait déjà lorsque Kaede regarda l’autre femme prendre la direction du village. Sans le lui dire, elle avait fait une entorse à ses principes et glissé un dernier parchemin sous les autres, où Ohatsu trouverait une liste d’ingrédients et des explications détaillées sur la méthode de fabrication du narcotique dont elle était devenue dépendante. Si la médic venait à disparaître, son amie aurait ainsi une façon d’échapper à la souffrance du sevrage et à ses cauchemars. Tant pis si cela enlevait à Kaede sa seule protection contre une éventuelle trahison de la Sunajin. Contre toute prudence, contre toute logique, elle avait décidé de croire en sa sincérité.




Contenu sponsorisé


Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Presentation de Kaede Nagase
» madison (+) et du coeur à tes lèvres, je deviens un casse-tête.
» Présentation en cours : Kaede Uriyama
» Morphéo, le pokémon multi forme.
» Arlind "Morphée" Dreamann - Dieu déchu

Sauter vers: