L'enfer est doux comparé au courroux d'une femme !
Partagez | 
avatar
火 | Konoha no Jônin
火 | Konoha no Jônin
Messages : 79
Date d'inscription : 21/07/2016

Fiche Shinobi
Rang: A
Ryos: 115
PE:
0/300  (0/300)

Voir le profil de l'utilisateur


L'enfer est doux comparé au courroux d'une femme...
Deux heures. 
Deux heures.
Cela faisait maintenant deux heures que Kushina attendait avec impatience le retour de son fils à la maison.
Un silence perturbant avait envahi l'ensemble du logis, le seul bruit qu'elle pouvait entendre était celui de sa respiration. Elle avait préparé la table depuis longtemps et le repas était déjà  froid. 
S'il avait eu le malheur d'avoir passé la soirée à s'amuser avec ses amis sans la prévenir...bon sang, il n'imaginait pas le savon qu'elle lui passerait ! Ce gamin...il avait seulement quinze ans et il osait dépasser son couvre-feu de plusieurs heures ? Kushina était agacée oui, mais plus les minutes passaient et plus la colère laissait place à la nervosité. 


▬ Mais où peut-il bien être à cette heure-ci ?
'ttebane...




Ce n'était pas normal, il ne rentrait jamais aussi tard. Le soleil s'était déjà couché et un voile noir avait recouvert l'immense azur. 
Et s'il lui était arrivé quelque chose de grave ? De multiples suppositions commençaient à surgir dans la tête de la jolie rousse. Elle ne pouvait pas rester calme dans cette situation. Angoissée, elle se leva de sa chaise et commença à faire les cent pas dans le salon tout en se rongeant les ongles jusqu'au sang. Même si Minato se trouvait dans son bureau et effectuait ses tâches de Hokage, elle souhaitait par-dessus tout qu'il soit là, auprès d'elle.
Elle ouvrit la porte pour la vingtième fois avec un ultime espoir de voir Naruto rentrer, elle posa alors son regard au bout de la rue, mais elle ne put apercevoir que de simples enfants qui jouaient en compagnie de leurs parents.
Son cœur battait à une telle vitesse qu'elle avait l'impression qu'il ne tarderait pas à sortir de sa poitrine. Sa respiration devenait de plus en plus rapide, saccadée. Si Minato était là, peut-être aurait-elle réussi à garder son calme, mais affronter cela toute seule, c'était là une tâche tout à fait impossible pour elle.
Où était son fils ? C'était la question qui ne cessait de lui  perturber l'esprit. 

Avec peine, elle referma lentement la porte et se dirigea vers la cuisine pour se rasseoir et ainsi essayer de retrouver son calme. Il le fallait mais c'était plus fort qu'elle, le simple fait de savoir que son enfant se trouvait dehors à vingt-trois heures, ça lui faisait complètement perdre la tête.
Kushina se releva de sa chaise une fois de plus, mais alors qu'elle s'apprêtait à jeter un coup d'œil par la fenêtre, un bruit à l'étage attira son attention. 


▬ Naruto ?



Même si elle désirait plus que tout que ce soit son fils, il fallait qu'elle reste prudente. Et s'il s'agissait d'un ennemi ? L'hôte de Kyûubi s'arma alors du premier objet qui lui tomba sous la main, à savoir, sa fameuse poêle, puis elle grimpa les escaliers en prenant garde à ne pas faire de bruit.
Peu importe la personne qui se trouvait en haut, elle allait passer un sale quart d'heure dans tous les cas.



© NAELY
avatar
Membre non validé
Membre non validé
Messages : 15
Date d'inscription : 12/10/2016

Fiche Shinobi
Rang: B
Ryos: 30
PE:
0/200  (0/200)

Voir le profil de l'utilisateur
L'enfer est doux comparé au courroux d'une femme
Namikaze Naruto & Uzumaki Kushina
,

- Outch, j'ai pas été raté, sur ce coup, par ces p'tits cons, 'ttebayo...

Telle était ma pensée pendant que je me dirigeais d'un pas lent vers la maison. J'avais le visage égratigné de partout, la bouche en sang et un œil au beurre noir. Ma tenue aussi était pleine de boue, autrement dit : j'étais vraiment pas beau à voir. Voilà ce que c'est, de faire le mariole et de ne pas utiliser son Ninjutsu pour aller corriger les petits cons du coin... Bon, en même temps j'allais pas utiliser mes techniques ninjas face à de simples civils, ce serait stupide. Et , je me ferais vraiment éclater par maman et papa. Dans ma situation actuelle, je pouvais peut-être espérer m'en sortir en vie, peut-être... Sachant qu'en plus, j'avais déjà dépassé le couvre-feu imposé depuis deux heures avec ces conneries. Ouais, j'étais vraiment dans la panade et je sentais déjà la colère de maman s’abattre sur moi. Et le pire, c'est que je ne pouvais pas faire grand-chose pour l'éviter.

J'avais beau avoir la dalle, je ne m'arrêtais pas chez Ichiraku, allant directement à la maison. J'avais déjà suffisamment de retard comme ça, inutile d'en rajouter. Alors que j'approchais de la maison, j'étais en train de réfléchir à un plan pour m'en sortir. Autant dire que ça fusait là-dedans, pendant que j'étais en train de chercher un moyen de survivre. Alors que je m’apprêtais, la mort dans l'âme à pénétrer dans la maison et affronter maman, -papa étant encore au travail à cette heure à cause d'une importante réunion -, une brillante idée me vint à l'esprit. Oui, ça pouvait marcher ! Il fallait juste que je la joue fine, le timing serait serré, mais pas impossible à réaliser. Ainsi, je me dirigeais d'une traite vers la chambre de mes parents, via l'extérieur. Ce n'était pas très compliqué étant donné qu'elle avait un balcon et je me retrouvais donc bien rapidement devant la fenêtre. Comme je le pensais, du linge était étendu et donc, elle était ouverte, tant mieux ! Alors même que je pénétrais dans la chambre, je ressentis un frisson me parcourir l'échine. C'était la pleine lune et je devais avouer qu'il faisait assez froid. À moins que ça ne soit le stress qui me fasse agir comme ça ? Possible.

Toujours est-il qu'après quelques pas, je sortis rapidement de la pièce à l'aide d'un Shunshin No Jutsu, me retrouvant de nouveau à l'extérieur. Je savais que ça allait attirer maman et je pouvais donc mettre mon plan à exécution : passer simplement par la porte d'entrée. Dieu merci j'avais mes clés, étant donné qu'elle me rabâchait tout le temps de ne jamais sortir sans. Résultat, je parvins à atteindre le salon et il ne me restait plus qu'à monter dans ma chambre. Elle avait beau être à l'étage, elle était à l'opposé de celle de mes parents. Il ne me restait plus qu'à parvenir jusqu'à elle et rester cacher jusqu'au retour de papa. Ce serait un allié de poids, dans ma lutte contre la colère de maman. Avec lui, il n'était pas impossible que je survive. Plus qu'à prier pour ne pas me faire repérer...

- GRLMPB !!!

Putain de merde ! Putain de merde ! Saleté d'estomac ! Pourquoi tu me trahis maintenant ? Qu'ai-je fait de mal pour en arriver là ? Le bruit avait été suffisamment retentissent pour que maman l'entende et je sentais déjà qu'elle se dirigeait vers moi, alors que j'étais de dos. C'est après un soupir de désespoir que je me tournais, afin de la saluer et tenter de sauver la face. Ce n'était pas gagné, c'est clair. Hello, darkness my old friend...

- Y..Yo ! Comment ça va, maman ?

Damn, je ressentais déjà les ondes négatives à cette distance. Et ça allait être pire quand elle verrait mon visage. Il fallait que je trouve une idée, vite, vite ! Sinon j'allais vraiment me faire tuer pour le coup, même pas la case champ d'honneur, cette fois. Direct ! Calmes-toi Naruto, allez, trouve une excuse...

- C'est pas c'que tu crois. Je suis tombé et la force des choses fait que j'ai percuté un caillou au  visage. Du coup c'pour ça que je suis dans cet état, faut m'croire, 'ttebayo...

C'était pas crédible pour un sou, là. Je savais qu'elle ne me croirait pas, quel idiot ! Bon bah quand il faut y aller... Adieu, rêve de devenir Hokage !
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'enfer n'est rien face à la femme qu'on a trahie ( PV Darren O'Connor, Sean Fitcher)
» Le café doit être noir comme l'enfer, fort comme la mort et doux comme l'amour. [Tous]
» Doux moment en forêt (PV Yuko) [Hentaï] [Terminé]
» Tome 3 : Je suis l'enfer; Episode 4 : Un confortable mensonge (Gabriel)
» Chine: Amérique, va en enfer

Sauter vers: